Tagged: structural overloading

Philosophie 5 : Autour de l’existentialisme de Kierkegaard

Toutes les recherches historiques, même celles entièrement consacrées aux « grands hommes », n’ont affaire qu’à des médiocrités. Il n’y a pas d’histoire dans le monde de l’esprit mais un dialogue.

*

Obligé de faire de la politique : les avertissements de Platon et Cicéron†. Même si c’est en se pinçant le nez.

†« Comme si, vraiment, pour des hommes de bien, courageux et magnanimes, il pouvait exister un motif plus légitime de s’occuper de politique que de se soustraire à l’autorité des pervers et de les empêcher de mettre l’État en pièces. » (Cicéron, La République)

*

Notes sur les Miettes philosophiques de Kierkegaard

Il n’est pas permis de postuler le « néant du non-être » (p. 125 dans l’édition Tel) dès lors que l’on distingue l’être et l’essence comme le fait Kierkegaard : « la nécessité concerne l’essence, en ce sens que la catégorie de l’essence est justement d’exclure le devenir. » (127, par ex.) Puisque, selon cette distinction, l’être n’est pas l’essence, le non-être n’est pas forcément la non-essence, et si l’essence n’est pas le néant, alors le non-être peut ne pas être le néant dès lors que le non-être peut être l’essence. Or, puisque l’essence n’est pas l’être, à supposer que la réalité (le tout) se partage entre les deux, être et essence, le non-être participe de l’essence et non pas du néant. Et l’on ne peut supposer que la réalité se partage entre l’être et le néant seulement puisque l’on a posé l’essence : si l’on pose à la fois l’être et l’essence, le non-être n’est pas le néant puisque est posé à côté de l’être l’essence, et si le non-être était le néant l’essence serait aussi le néant (n’étant pas l’être) et il n’aurait pas fallu la postuler. D’ailleurs, Kierkegaard distingue les deux afin de pouvoir distinguer la nécessité de la liberté, la nécessité n’étant pas dans l’être mais dans l’essence qui exclut le devenir. Selon ces postulats, le non-être est le non-devenir, c’est-à-dire l’essence, et non le néant. Par suite, la définition de la foi par Kierkegaard, qui est qu’« elle croit au devenir, elle a alors aboli en elle l’incertitude correspondante au néant du non-être » (125), est défectueuse.

De même est fautive l’idée que le passé n’est pas nécessaire parce qu’il est devenu et qu’en devenant il n’était pas nécessaire, et que « l’entendement ni la connaissance n’ont jamais de quoi donner » (121). Est nécessaire ce qui, étant, ne peut être autrement. C’est le cas du passé : il est nécessaire. Kierkegaard adopte une autre définition : « n’est pas nécessaire ce qui aurait pu être autrement », une définition négative qui, positivement, s’exprime « est nécessaire ce qui n’aurait pas pu être autrement », ce qui n’est pas faux mais incomplet : en introduisant un rapport de temporalité limitatif par rapport à la définition plus globale valable pour tous les rapports de temporalité et même en dehors de tels rapports, Kierkegaard se croit autorisé à introduire une exception à la définition globale, mais comme cette dernière est juste, en même temps que complète, elle ne souffre pas cette exception.

ii

On ne peut en philosophie appeler « esprit supérieur » un penseur dont on est plus ou moins contemporain et que l’on contredit sur l’essentiel, ce que fait Kierkegaard avec Hegel (119, note 2) – car on pourrait, autrement, appeler un charlatan qui trompe beaucoup de gens un esprit supérieur, mais la philosophie nous prévient d’adopter un tel point de vue. De fait, appeler esprit supérieur un philosophe que l’on contredit, c’est le traiter de charlatan, et les injures perfides ne sont guère honorables. Si Hegel s’est fourvoyé dans les grandes largeurs, ce n’est pas un esprit supérieur et la quantité d’écrits qu’il laisse n’est autre que le témoignage d’une hubris monumentale.

Les philosophes du lointain passé peuvent être dits des esprits supérieurs même si l’on est en désaccord avec eux car c’est par le truchement d’esprits encore plus grands qu’ils n’étaient que leurs vues nous paraissent à présent erronées. Devant une œuvre abondante dont on ne peut rien tirer, ce n’est pas d’esprit supérieur qu’il faut parler ; il y avait là, si l’on veut, des forces organiques supérieures à la moyenne, qu’un choix dirigea vers la rédaction de cours et de livres, mais pour donner à ces productions un caractère réellement philosophique il manquait l’organe qui permettrait de parler d’esprit supérieur. Et l’excuse trouvée par William James pour ces livres dont il qualifie à très juste titre le style d’abominable, à savoir que les vérités d’un « visionnaire » sont forcément difficiles à exprimer, est le moins approprié qui soit, car ces livres sont justement la preuve que faisait défaut l’organe nécessaire au visionnaire, un organe suffisamment fin pour recueillir dans le commerce courant de la vie une abondance d’intuitions qu’il s’agit ensuite, en philosophie, de formuler en concepts.

*

Notes sur le Post-scriptum aux Miettes philosophiques de Kierkegaard

Que l’objectif (versus le subjectif) soit, pour Kierkegaard, un mouvement d’approximation perpétuelle rappelle la synthèse empirique infinie chez Kant, à front quelque peu renversé : chez Kant la raison empirique est l’objectif mais une partie de celui-ci seulement car ce qui correspond au subjectif de Kierkegaard est chez Kant la raison métaphysique. Chez les deux le caractère de progression infinie n’est pas considéré comme une supériorité comme dans le scientisme, mais comme une sorte d’infirmité, clairement chez Kierkegaard (car cela s’oppose à la béatitude éternelle), un peu moins clairement chez Kant, dont le dessein principal était d’éteindre les controverses stériles de la métaphysique traditionnelle. (Mais c’est là aussi une préoccupation de Kierkegaard, même s’il parle plutôt d’exégèse philologique et historique.)

Considérer une progression infinie comme une supériorité (scientisme) est une erreur d’interprétation. (Cette erreur n’est d’ailleurs possible que parce que le scientisme passe sous silence ce caractère de la connaissance empirique et n’insiste que sur sa qualité d’être expérimentale.)

« Un sujet objectif fictif » versus le sujet existant (Kierkegaard). Or le sujet empirique n’est ni plus ni moins fictif que la subjectivité formelle universelle. Le sujet existant est l’empirie du moi, donc oui il est un devenir infini (dans la limite empirique de l’existence), mais en même temps sa forme est universelle et immuable, et peut se connaître parfaitement (dans une métaphysique achevée). – Au point de vue schopenhauerien, le sujet existant est une objectification de la volonté, mais le sujet connaissant est la volonté elle-même, qui se dévoile à elle-même. Le sujet connaissant se connaît comme une manifestation contingente de la chose en soi qu’il est. Chez Kierkegaard, la direction de la pensée est entièrement déterminée par l’idée de bonheur personnel éternel : les tribulations de cette manifestation contingente prennent la place prééminente car c’est de son salut qu’il s’agit. Enfin, dans le kantisme, l’achèvement de la métaphysique veut dire la fin de l’âme personnelle, car cette Idée n’a plus de sens dans la connaissance métaphysique achevée : elle doit, semble-t-il, se désagréger dans un « pananimisme » indivisible.

ii

Qu’est-ce qui pourrait justifier, à part la béatitude éternelle, une vie philosophique ? Toute autre recherche semble tellement triviale quand on donne à la passion un tel objet (la béatitude éternelle). Toute recherche, toute occupation n’est alors en effet qu’une « parenthèse ». S’il manque quelque chose de fondamental à l’homme dépourvu de foi, de bien plus fondamental qu’un « sens à la vie » pour le pathos, qu’une ancre contre le suicide, la foi sera maintenue : qu’est-ce que cela pourrait être ?

iii

Si la raison n’est pas faite pour le bonheur, peut-on dire cependant qu’elle est faite pour le bonheur éternel ? – On sait que la réponse de Kant, qui est pourtant l’auteur de la pensée selon laquelle la raison n’est pas faite pour le bonheur, est oui, puisque c’est de cet oui que Kant tire les Idées de la raison.

iv

L’existentialisme de Kierkegaard est un rejet de la métaphysique comme d’une pensée objective car le salut chrétien de l’âme implique le maintien de la pensée subjective (en perpétuel devenir) devant Dieu. Cette attitude, Kierkegaard le dit lui-même, est une folie car elle rend la spéculation impossible. Le chrétien refuse la métaphysique désindividualisante. – Mais l’individu n’est individualisé que par des degrés sur une échelle infinie (même de 0 à 1 les degrés sont infinis) d’un template commun et c’est bien l’idée de celui-ci qui représente une valeur pour l’activité de pensée (platonisme). Pourtant j’éprouve du regret d’être opposé à Kierkegaard.

Le sujet existant est sans cesse dans le devenir car il s’approche – Lénine dirait asymptotiquement (x) – de l’absolu. Chrétiennement cela s’entend : la créature cherche à se perfectionner pour être aussi parfaite que possible et donc aussi semblable que possible à son Créateur, et son effort est récompensé par le bonheur éternel. Si le template est Dieu, il ne peut être connu parfaitement (l’achèvement de la métaphysique est impossible). L’achèvement possible de la métaphysique est la proposition la plus hardie de Kant – mais rigoureusement conséquente.

v

La possibilité de l’hypocrisie d’autrui n’est angoissante (l’angoisse d’être dupé sur des questions existentielles fondamentales) que si l’individu n’a pas la foi, car s’il a la foi l’hypocrisie d’autrui n’a point de prise sur son salut. Il ne peut penser être lésé par l’hypocrite que s’il attache un prix aux biens et jugements de ce monde. L’hypocrite ne peut porter aucun tort à l’éthique en se servant d’elle pour assouvir des passions terrestres contraires à l’éthique.

*

Autres Notes sur Kierkegaard

Le christianisme ne peut pas être toujours comme à l’époque de Jésus, des apôtres et des persécutions et martyres car la volonté de Dieu doit être que la vérité, donc le christianisme se répande sur la terre. Il doit par conséquent venir un temps où le christianisme ressemble forcément à la « Christendom » (dans la traduction anglaise) dénoncée par Kierkegaard, puisqu’il n’aurait plus de persécuteurs mondains. Dans ce cas, on peut soit continuer par tradition à parler des prêtres comme de « témoins » bien qu’ils ne souffrent pas le martyre soit y renoncer parce que ces prélats ne souffrent pas le martyre, mais le fait que les prélats ne souffrent pas le martyre n’est tout de même pas une objection contre cette forme de christianisme, car c’était la volonté de Dieu que le christianisme triomphe de ses persécuteurs. Prétendre que le christianisme triomphant dans le monde serait nécessairement une déviation par rapport au Nouveau Testament, c’est vouloir que le christianisme soit éternellement persécuté dans ce monde, mais pourquoi Dieu aurait-il fait connaître sa parole aux hommes sinon pour le triomphe de la vérité ? Kierkegaard cherche à se convaincre que le christianisme pourrait être autrement. C’est ce que je ne puis croire : s’il n’avait triomphé en « chrétiennerie » médiocre, il aurait disparu de la surface de la terre ou végété en secte philosophique quelconque.

Kierkegaard passe complètement sous silence l’espèce de sacrifice que chacun de ces paroissiens et même les prélats grassement rémunérés par l’État danois consentent pour maintenir un ordre social bourgeois et bovin, sacrifice qui peut les conduire à voir leur vie à la lumière de l’enseignement et de la passion du Christ, et ce pas complètement à tort. Le respect scrupuleux des liens du mariage peut demander de renoncer à bien des plaisirs charnels, le pain se gagne « à la sueur du front » (mais qu’en sait au juste l’héritier Kierkegaard, qui vécut de l’héritage de son père et mourut – trop tôt – avant de l’avoir entièrement dilapidé ?), et toutes les autres contraintes qui retiennent d’être un bandit ou un clochard peuvent, ma foi, être une croix assez lourde à porter. Sans compter qu’à l’époque bien des parents perdaient des enfants en bas âge. Et les douleurs de l’enfantement (l’équivalent vétérotestamentaire féminin de la sueur du front), la maladie, la vieillesse… Ainsi Kierkegaard manque-t-il de charité. Personne ne se soustrait aux misères du vouloir-vivre. La religion console.

La souffrance inhérente au vouloir-vivre provoque une hétérogénéité au monde suffisante. Tout être souffrant, c’est-à-dire sensible, est hétérogène au monde.

Kierkegaard semble voir la même chose que Nietzsche dans la charité, quelque chose de grégaire, qui ne se trouve pas, en outre, dans le Nouveau Testament, lequel consisterait à « aimer Dieu et haïr l’homme ».

Pour Kierkegaard, la consolation est l’épicurisme du christianisme mais le christianisme n’est pas un épicurisme, au contraire de la chrétiennerie. On peut faire remarquer avec Cioran qu’Épicure était un souffreteux ; cela pourrait décrire l’état de chrétien en chrétiennerie. Et Kierkegaard serait assez nietzschéen : l’homme qui souffre au-dessus de la médiocrité souffrante.

ii

Chez Schopenhauer, la religion est plus populaire que la philosophie, ou plutôt la religion est populaire et la philosophie ne l’est pas. Mais pour Kierkegaard le christianisme réel est une chose excessivement impopulaire, un chrétien un être rare, et c’est la trahison de la religion, la chrétiennerie, qui seule est populaire.

iii

Le chrétien, selon Kierkegaard, ne croit pas au progrès : celui qui croit au progrès est le serviteur de ce monde. – Sot panthéisme, c’est par toi que l’épicurisme corrompt la vérité souffrante !

Scolie sur la poésie de Victor Hugo. Poésie raisonneuse, qui tend à se détacher de l’intuition parce qu’elle la soumet à des abstractions, cherche à raisonner, à conceptualiser, même par l’image. C’est là le vrai sens du « niais », selon le mot du critique Lanson, chez Hugo. Les éléments restent hétéroclites, inassimilables. – Et ce Dieu scolastique avec lequel on n’a de rapport, ô paradoxe, qu’à travers la nature, quel désert ! alors que ce qui en vivifie l’idée est le commerce familier, faisant complètement défaut à Hugo, qui sent Dieu dans la nature, non en lui. Sot panthéisme : chercher Dieu hors de soi, dans les choses !

iv

Kierkegaard est un de ces grands noms qui ont vécu pour et non de la philosophie, et il se sentait bien seul face à une Universitätsphilosophie complètement hégélianisée, tout en subissant d’indignes attaques de la presse (l’affaire du Corsaire).

*

La morale est la chose la moins relative du monde. Dans quel pays l’assassinat est-il moral ? – On dira : « Oui mais la guerre permet l’assassinat. » Et dans quel pays ce distinguo n’est-il pas fait ? Il est tout aussi universel. Jusqu’aux erreurs concernant la morale sont universelles.

*

Pour Schopenhauer, le bouddhisme est une religion de la négation du vouloir-vivre, mais alors pourquoi le Bouddha a-t-il rejeté l’ascétisme après sa période ascétique, pour adopter une doctrine du juste milieu ? Le juste milieu n’est-il pas une négation de la négation, n’est-il pas ainsi plutôt une correction du vouloir-vivre ? Ou bien en quoi, autrement, l’ascétisme serait-il une modalité fausse de la négation, pourquoi devait-il être rejeté s’il sert la négation ? Et que sert le juste milieu, quel est son but, si l’ascétisme dont il s’écarte sert la négation ?

Les pénitences spectaculaires écartées par la doctrine du juste milieu sont la preuve de la négation, donc le meilleur encouragement, laissant le moins de doute quant à la réalité de la négation. – Mais elles peuvent aussi être le charlatanisme d’esprits pervers et désaxés.

*

Le sexe rend paranoïaque et plus la puissance génésique est forte chez un individu (mais peut-on dire qu’il est des individus normalement constitués où elle ne soit point forte ?), plus le monde se présente à son intellect comme un jeu d’apparences trompeuses et de dissimulations qu’il faut percer et démystifier en permanence, et plus d’ailleurs il doit être sujet à des distorsions extrêmes du réel, telles que, par exemple, s’il tarde à s’initier, qu’il est le seul de son état où qu’il se trouve, puis, initié, qu’il est le seul dans son entourage à faire ces expériences, ce genre de choses. Parce que le sexe est le domaine de la dissimulation et du mensonge par excellence : selon la psychologie évolutionniste, nous avons développé une intelligence pour mentir et tromper au sujet de notre activité sexuelle et c’est pourquoi l’homme est l’animal paranoïaque par excellence, même si les singes le sont à leur échelle. Chez les grands singes, c’est le mâle dominant qui est le type suprême du paranoïaque puisque, par le monopole des femelles, il est constitutionnellement le plus grand cocu possible. Or son statut au sein de la horde lui confère également un avantage hormonal par la surabondance de production d’hormones sexuelles mâles ; où l’on pourrait voir une confirmation de l’affirmation ci-dessus selon laquelle plus l’individu est sexuellement puissant plus il est paranoïaque. Cela dit, les individus inférieurs ont leurs propres angoisses existentielles, liées aux conséquences possibles des insuffisances de la dissimulation : soit l’abstinence totale soit les représailles impitoyables du dominant. Par ailleurs, l’état d’infériorité sociale s’accompagne de la production d’hormones du stress, toxines débilitantes, et il faut également supposer, dans le cas où l’individu inférieur parvient à s’attacher pour des relations illicites régulières une certaine femelle, qu’il développe la jalousie paranoïde typique du cocu potentiel (tout mâle en relation de couple) ; même s’il est toujours cocu par définition par rapport au mâle dominant, le seul possesseur légitime de la femelle en question, à supposer qu’il ne puisse être physiologiquement jaloux par rapport à cette relation légitime préétablie, il peut craindre de devenir cocu secondaire du fait d’un troisième mâle, et ainsi de suite.

*

Il s’imaginait que les gens lui disaient « Vous irez loin » et quand il devint un vieillard décrépit il se l’imaginait toujours, mais comme il n’était allé nulle part il se dit alors que c’étaient les anges qui lui parlaient depuis l’autre monde.

*

« Voici le temps des Assassins. » Même au sens de haschischin il y a l’idée d’assassinat car les Assassi étaient en quelque sorte des tueurs professionnels. Cette lecture est confirmée par plusieurs passages d’Une saison en enfer : « un crime… », « dangereux pour la société »… On ne peut ramener cette façon de choquer le bourgeois à la simple revendication du haschich – mais les enseignants de l’école publique et les critiques de maisons d’édition subventionnées n’ont pas le choix.

ii

Rimbaud, l’anti-Verlaine. (Voyez Rimbaud inconnu : L’Ascétique ici)    

*

L’économie du don de la vie

Se consoler de la vie en ayant un enfant : ce n’est pas un cadeau, ce dont il faudra que cet enfant se console. Ne se console-t-on pas mieux à la pensée qu’on épargne la vie (à des créatures qui ne la demandent pas) ?

La vie était triste, la vie était absurde, mais voilà j’ai un enfant, et c’est magnifique ! – Et que donnes-tu à cet enfant, sinon la vie ? S’il ne peut, lui, avoir d’enfants, comment trouvera-t-il la vie magnifique à son tour ? De toute façon, il n’est pas clair si tu remercies ou demandes des remerciements…

Mon enfant m’a sauvée : avoir un enfant m’a sauvé la vie. Donner la vie pour pouvoir aimer la vie. N’aimer la vie que parce qu’on pense un jour donner la vie. Quelle est la valeur de ce qui est donné dans ces conditions ? La vie m’est insupportable tant que je ne donne pas la vie à mon tour. Je donne quelque chose que je n’aime pas si je ne le donne pas. C’est celui qui donne qui doit dire merci : ce don n’a pas valeur de don.

*

Dès lors qu’il est permis d’accuser devant la Cour européenne des droits de l’homme une cour nationale d’avoir foulé aux pieds le droit d’une partie à un procès équitable, on ne comprend pas que la vidéo soit toujours interdite dans les audiences en France : les tribunaux cherchent à empêcher la collecte de preuves.

*

Quand on dit d’un Sartre, par exemple, qu’il a cherché par le paradoxe à renverser les évidences les mieux établies, d’aucuns répondent que c’est bien là le propre d’un philosophe : prendre le contre-pied du sens commun qui n’examine rien. Oui, c’est ce que fait un philosophe. Mais renverser les évidences les mieux établies par la philosophie, c’est ce que fait le sens commun banal.

*

Il est absurde de donner à ce qu’on entend par l’amour platonique ce nom, car l’auteur de la pensée d’où on le tire n’est autre que Socrate, époux et père de famille.

*

La critique paparazzi : ils sont évidemment pour Proust contre Sainte-Beuve mais comme ils font aussi toujours le contraire de ce qu’ils disent, le problème est bien qu’ils se prononcent contre celui qui a tort.

*

La culture est une forme d’abrutissement, comme tout ce qui vise à maintenir à flot le vouloir-vivre. La culture contre « l’Ennui » (Baudelaire, Apollinaire…), contre la dépression, premier pas vers la négation du vouloir-vivre. Une forme d’abrutissement comme toute consolation. Être choqué pour ne plus s’ennuyer : être choqué console. Et la culture est forcément immorale car ceux qui ont déjà la religion comme consolation n’ont pas besoin d’une autre, tout comme ceux qui ont de la culture n’ont pas besoin de religion, ou s’ils en ressentent le besoin ils abandonnent l’aliment culturel au cours de leur conversion. Or la religion est supérieure à la culture car elle est à la fois consolation pour les uns et possiblement la voie de la négation (la seule voie du salut) pour les autres, tandis que la culture est pure consolation, pur abrutissement. Étant entendu, par ailleurs, que la philosophie véritable n’appartient pas à la culture et au contraire lui est opposée (Platon bannissant les poètes de sa Cité) : on entre en philosophie comme en religion, par une conversion contre la culture. Autrement, comment expliquer que les grands philosophes, ces grands esprits, n’aient pas écrit de poésie, de romans ? Qu’on ne prétende pas m’opposer un Diderot, un Voltaire, un Sartre, esprits superficiels. Et Nietzsche, qui repoussait cette vérité que j’énonce, a écrit des vers de mirliton.

*

Quand je ne suis pas choqué, ça m’ennuie.

*

Le débat en France est réduit au constat de basse police, si bien que les pandores se prennent pour les vrais intellectuels du pays (de manière pas complètement injustifiée).

*

L’espion malheureux. Il faisait des fiches si détaillées et si bonnes sur les ennemis de l’État qu’on lui disait toujours : « Merci mais nous les connaissons à présent trop bien pour vouloir les tuer. »

*

Les gâteux de trente ans protestent contre la poésie engagée. Ils y voient des « mots d’ordre », et la maréchaussée leur fait les yeux doux.

*

Il n’y a pas d’idées extrémistes, seulement un État autoritaire.

*

La force que démontre le contrôle de soi suscite la satisfaction de soi quand l’appétence est forte, mais quand cette appétence faiblit avec l’âge (ou d’autres circonstances) la force qui la maîtrise ne provoque plus aucune fierté car elle peut être débile et parvenir néanmoins à ses fins : il n’y a plus de mérite.

*

Le « triomphe de la volonté » : ceux qui en ont parlé pensaient sans doute davantage au triomphe sur les choses qu’au triomphe sur soi-même. Je dis « sans doute » car on ne les a pas étudiés, l’état d’esprit dans lequel on les a abordés jusqu’ici étant incompatible avec l’étude (je n’ai pas besoin d’insister).

*

Ceux qui parlent d’éduquer les gens feraient mieux de commencer par faire en sorte qu’on veuille leur ressembler. Quand des pourris veulent éduquer les gens…

*

Ah, on a enfin retrouvé les poèmes qu’Apovulgaire n’osa jamais publier tellement il les trouvait mauvais. Quelles délices !

ii

L’Université est en ébullition, on vient de trouver un inédit du plus grand de nos poètes : « Je soussigné, Guillaume Apovulgaire, dois la somme de 30 frs. à M. Émile Bourmont, aubergiste. À Champigny, le 3 mars 19.. » (« Rien n’est indifférent de ce que nous a laissé Apovulgaire. ») C’est là l’origine exacte du vers libre en forme de prose.

*

À Hugo : L’infini n’a rien de poétique.

*

La rupture avec le classicisme est aussi bien allemande mais l’on ne trouve pas là cette satyriasis qui marque notre littérature nationale depuis cette rupture, qu’il faut donc qualifier chez nous d’infortunée. – Mais : « Musset (que Hugo abhorrait) ».

*

Victor Hugo n’est pas poète. Cf. Schopenhauer : ventre et sexe ruinent la véritable émotion esthétique (cela ne s’applique pas seulement à la description mais aussi à l’évocation). Que le sexe soit omniprésent dans une culture, ses productions culturelles, indique que le public ne recherche pas l’émotion esthétique, à laquelle il est étranger, mais des conseils en matière sexuelle, un exemple, un témoignage.

*

Le surhomme nietzschéen est l’antithèse du Français suradministré, car « l’administré » est à peine un homme.

*

« Le bien est utile par nécessité. » (Jamblique) C’est ce qui échappe à l’utilitarisme, pour qui le bien est l’utile contingent. Dire que le bien est l’utile, c’est rabaisser le bien au niveau du contingent car l’utile dépend des circonstances (même en admettant que les individus soient tous semblables). Or, la loi étant par nécessité générale, le nomothète est par nécessité à la recherche du bien en tant que connaissable a priori, donc indépendamment des circonstances. Il ne peut pas se demander : « Qu’est-ce qui est utile (ou le plus utile) ? » mais seulement : « Qu’est-ce qui est bien ? » ou « Qu’est-ce qui est le mieux ? »

*

Les États-Unis ont inventé le contrôle de constitutionnalité en posant, à la fois contre l’absolutisme français et la Constitution anglaise non écrite, le principe de la faillibilité du gouvernement, de la possibilité pour le gouvernement d’agir inconstitutionnellement. En France, l’argument des gouvernants, que le gouvernement incarne la République et est donc son gardien naturel, revient à un argument d’infaillibilité : le gouvernement incarnant la République ne peut agir contre les principes républicains, et les ennemis du gouvernement sont les ennemis de la République. Bref, on n’a toujours rien compris.

*

La discipline des trotskystes en fait de bons petits fonctionnaires de l’État capitaliste.

*

L’entrée des femmes sur le marché du travail s’est faite sur un salaire d’appoint. L’égalisation s’est faite par élévation du salaire d’appoint mais aussi diminution du salaire principal (relativement à l’inflation des prix). En conséquence, les deux salaires sont devenus nécessaires pour faire tourner un ménage. En même temps, cette situation freine la mobilité des ménages car si l’un doit se déplacer l’autre doit retrouver un emploi, tandis qu’auparavant le travailleur pouvait emporter son épouse avec lui comme le reste de ses bagages ; à présent toute mobilité a un coût d’opportunité. Le management de projet (l’emploi à durée déterminée sur projets) implique le nomadisme sexuel : les ménages ne peuvent rester stables qu’au prix de grandes difficultés (et en tout cas cette stabilité a un coût d’opportunité).

*

500.000 élus en France : 99 % pour du bla-bla. Combien d’élus aux États-Unis ? Juges, procureurs, shérifs, coroners, etc.

*

Il (Artaud) veut faire de l’art scénique quelque chose de mystérieux qui échappe au commun des mortels, mais tout ce qui est technique et plat échappe au commun des mortels, qui n’est pas spécialisé dans le domaine en question.

*

La science positive (« européenne ») est conforme à la vocation de l’homme et tout ce qui le nie est absurde. Cependant, l’important est de relever qu’elle est une fonction inférieure de l’esprit. On ne pourra pas s’en débarrasser, sans détruire l’esprit lui-même, ni la surmonter, parce qu’elle est un processus infini. Elle est, si l’on veut, une passion inférieure à peine moins inférieure que les autres (un instrument du vouloir-vivre).

ii

Si je ravale la science à un rang inférieur, si j’affirme qu’une existence consacrée à la pensée expérimentale, à conduire des expériences de laboratoire, est une existence inférieure, ne crée-je pas les conditions d’un structural overload (Lothrop Stoddard) ? Si je réfute le scientisme comme une illusion, même en affirmant que l’activité scientifique positive est indubitablement conforme à la vocation humaine, ne crée-je pas un problème motivationnel au sein de la société, que celle-ci doit chercher à réprimer pour le maintien de son infrastructure technique de plus en plus complexe ? Si le savant n’est pas convaincu que son activité est le couronnement de l’intellect humain, alors même qu’il est malgré lui comique dans la vie (cf. Kierkegaard), les grands esprits ne chercheront pas cette existence, mais plutôt, par exemple, l’existence religieuse, et la société est alors menacée de s’effondrer sur elle-même. La science est donc vouée à esclavagiser l’esprit humain, à faire de tous les esprits capables des « spéculants », des théoriciens privés de subjectivité. Elle attaque frontalement la religion non parce que ses résultats invalideraient cette dernière – les vérités empiriques n’ont aucune portée dans le domaine métaphysique, et même le fait empirique que l’homme descende du singe ne peut contredire la réalité métaphysique de la primauté de l’esprit sur la matière – mais parce que son intérêt pratique se trouve dans le recul de la religion. Le scientisme attaque la religion au nom du postulat absurde que tout est empirique, parce que la religion est le dépôt millénaire de la métaphysique. Il ne peut y avoir de compromis, il faut que l’homme donne à son activité intellectuelle soit le cachet métaphysique soit le cachet empirique. C’est un résultat historique : l’esprit doit s’absorber dans l’objectif expérimental pour maintenir un état de civilisation matérielle complexe. Mais c’est au détriment de la vocation humaine, dont l’élément métaphysique ne peut s’évincer, alors que l’élément empirique peut l’être, l’a déjà été – avant l’idée de progrès. Car même si la pensée expérimentale est une fonction inférieure, nous arrivons au stade où tous les esprits supérieurs doivent être mobilisés là pour prévenir un effondrement.

(Cas particulier de l’esclavage technique de l’Occidental sécularisé vis-à-vis des pétrothéocraties islamiques.)

*

Évoquant le kantisme de Woodrow Wilson, John Marini (Unmasking the Administrative State), avec Leo Strauss, dont il est un élève, daube sur Kant. Il ne comprend pas que fonder les droits humains sur la nature (comme les Pères fondateurs américains) ou sur la loi morale (comme Kant) ne peut au plan pratique impliquer aucune différence fondamentale ou même seulement significative. Peut-être ne pourrait-on parler de « droits naturels » dans le cas d’un fondement dans la loi morale mais cela n’en fait pas moins des droits fondamentaux inaliénables que la république doit garantir, y compris contre les empiétements de l’État. – De toute façon, mettre Kant et Hegel, ce fanatique de la bureaucratie, dans le même sac est de la bêtise. Et une histoire de la philosophie qui ignore Schopenhauer ne vaut à la base à peu près rien, si elle vaut quoi que ce soit. (Il est vrai que l’histoire de Strauss et Cropsey est celle de la « philosophie politique », mais il y a dans Schopenhauer tous les développements que l’on souhaite sur la théorie de l’État, du droit, etc.) (Pas d’entrée non plus sur Kierkegaard, que Strauss range avec Nietzsche parmi la réaction non théorique, et donc fausse, à l’historicisme hégélien.)

*

Libertarien : Superman épicier.

XXX The Science of Sex III

Some further remarks in the discussion of Robin Baker’s Science of Sex (XXVII, XXVIII, XXIX).

Male Masturbation: Is Self-Control Advisable?

After having presented Baker’s view on masturbation, I would like to stress that the model I had outlined on my side is not, to the best of my knowledge, alternative to his view but rather complementary. Baker explains the strategic value of male masturbation in the context of sperm competition, that is mainly for men already involved in regular sexual activity. On my side, as I was thinking on this matter, I had in mind some particular view I had met several times expressed by representatives of the medical institution (for instance in the media), namely that, generally speaking, masturbation stops when people start having regular sexual activity. Keeping this notion in sight, I was led to limit the scope of my reflections to young men masturbating during the period from puberty to regular sexual intercourse.

The first thing to stress here is that, if Baker is right, then the medical discourse alluded to is far off the mark and no accurate picture of reality. According to Baker’s results, male masturbation does not occur much, in fact, if the time elapsed between two intercourses is short, for instance three days, which is the median interval for couples having routine sex (see XXIX), but when the interval increases, the likelihood that the man will masturbate increases also. So, in the mean statistical condition, it is true that men having regular sex do not masturbate as a rule, but we are not entitled to translate this statement into the generalization that men do not masturbate as they engage in routine sex, because, first, not all couples have sex at the rate of the mean interval, and, second, a couple that tends to follow the mean pattern yet may vary in intercourse frequency, so the situations predicted by Baker to have the man masturbate must be numerous enough.

We are confronted here with two different views emanating from scientific authority. Knowing what has led Baker to his conclusions, I tend to adopt his point of view. I am even willing to explain the diverging opinion by relying on Baker’s own theory. The medical discourse that I have many reasons to consider, at least in my country (France), as mainstream, for having met it expressed several times and consistently, with no objection from nowhere, could be another, and most awful, instance of that spiteful hypocrisy at the root of the popular prejudice against masturbation. That it is expressed from men of science should come as no surprise – although it is much regrettable – because men of science are still men, often enough. The profound thinker Bakunin said: “We recognize the absolute authority of science but reject the infallibility and universality of the representatives of science.” (in Dieu et l’État; my translation from the original French).

In the same way as Baker did not hesitate to hold his views against what I perceive as a scientific consensus (but I may be mistaken as to the extent of that opinion among physicians and biologists), I for the present stick to my own view that the popular prejudice against masturbation is not altogether devoid of reasonable ground. First of all, let us stress that popular morals, as Kant call it, is, as the philosopher said himself, the very same as practical reason, and as a consequence one is allowed, provisionally, to regard its prejudice against masturbation as practical reason too – not to mention the fact that Kant expressed negative views on masturbation explicitly. We shall not discuss Kant’s views here, however, because he and I may differ in our reasons. As I believe I made clear in XXVIII and XXIX, my advocation of some masturbation refrainment is not intended as a norm for living an ascetic life but as a practical advice to reach one’s sexual objectives more quickly and efficiently, if this be possible, in an environment where no whorehouses are left.

The main point is that temporary constraint makes good effect on surrounding women. I tried to put it in biological terms reminiscent of pheromones and like phenomena, but my theorizing goes not much further (for more details see Science of Sex I & II). However, another reason may come in handy, because it is consistent with findings of evolutionary psychology, namely that refraining from masturbation would indicate to women a capacity to self-control and hence likelihood of high status in the foreseeable future. Indeed, one fact that seems to hold true is that women, as they look for a mate, are particularly receptive to status. This, by the way, has a number of implications: “Males have the potential to reproduce at a much faster rate than do females, and the reproductive success of males (unlike that of females) is limited mainly by mating opportunities. Because mating opportunities benefit males more than females, and because higher status males get more mating opportunities, selection on males tend to strongly favour the ability to succeed in status competition.” (Price & Johnson 2011).

According to the longitudinal Stanford marshmallow experiment, children capable of self-control, later in life get higher SAT scores and better educational attainments, which mean higher socioprofessional status. In this experiment, several children were asked to wait a few minutes alone in a room, with a marshmallow conspicuously displayed on a table. They were told they would be given two marshmallows if they did not eat the one on the table before the adult returns. This is a measure of self-control. Those who delayed gratification, and got two marshmallows instead of one, got higher SAT scores and so on later in life. The experiment is a confirmation of a preconception deep-rooted in popular morals.

If a woman, therefore, can perceive that a young man, whose later status in life can only be guessed so far, is capable of self-control, then, due not only to the recent results of the marshmallow experiment, which she may know, but also, and perhaps primarily, to a deep-rooted popular conception, then she would evaluate his future status as being high and thus be more willing to become his girlfriend in the present – as a good investment for the future, perhaps. Of course, there must be many different clues of future high status, one’s being the son of a nabob representing another rather safe bet for instance, but none is to neglect, I suppose.

As to self-control, there certainly exists many ways for a person to assess it in another person, and had the designers of the marshmallow experiment been smart guys they would have collected as many data on the children’s psychology as possible, which they perhaps did. It is my belief that a young man able to withhold masturbation for a while distinguishes himself in other ways, but he would not distinguish himself as much were he not withholding masturbation for a while, because then he would be… a wanker. Sorry for the circularity… You know what I mean, don’t you?

And, again, as I already warned (XXVIII), there still is the risk for the young woman that the self-controlled guy turns a Kantian philosopher rather than a smart organization man. Well, but maybe she can do something about it.

High Status, Reproductive Success, and the Organization Man

As Baker, and other behavioral ecologists, assure us, high-status men make more children than low-status men. “Even in contemporary Western society high-income men have more biological children than low-income men, whereas among women the opposite is true (Hopcroft 2005; Nettle and Pollock 2008).” (Buunk, Pollet, Dijkstra & Massar 2011). & “Men worldwide exhibit more risk taking, promiscuity, and dominance behaviors, and those who achieve positions of status have superior access to mates and enhanced reproductive success.” (Browne 2011).

Before we turn to other Darwinians holding a diametrically opposite view (and ‘tis a bit strange that I should have to talk of views when trying to determine what lies before our eyes, which should only call for sight, and not views), let us be precise. According to the first of the two quotes above, high-income men sire a significant number of children that single low-income women and/or low-income couples are raising, presumably at the latter’s own expense.

In XXIX, I quoted the scholar Laura Betzig stating that industrialization put an end to extent reproductive inequalities in favor of high-status men – as a consequence, she surmises, of technical specialization. Another instance can be found in Deirdre Barrett (Harvard Medical School): “Despite our instincts to claim yet more objects, land, and possessions, the wealthy and powerful no longer have more offspring.” (Supernormal Stimuli, 2010, p. 170). Barrett advances birth control as a cause, an hypothesis Baker has extensively discussed and disproved (see XXIX). She adds: “The controversial 1994 The Bell Curve … outlined research indicating one indisputable fact. People doing less well by most criteria – IQ, years of education, money earned, a stable family unit, and the like – now produce the most offspring. In the developed world at least, the vast majority of children who are born will survive. If their parents aren’t able to provide for them, people with more ressources will contribute or outrigh adopt them. The offspring of the less successful survive to reproductive age, and pass along their genes at a faster pace than anyone else.” (ibid., p. 171). That book, The Bell Curve, by Herrnstein and Murray, is called by Barrett controversial, because, beside some discussions on racial matters, it is a reformulation of a view that I believe used to be commonplace among Darwinians decades ago as they described their own time, namely that society would be jeopardized by its own impediments to natural selection; and it is controversial because twentieth-century totalitarian regimes are alleged to have drawn practical conclusions from that view. This is not what we shall discuss presently. I wanted to call the reader’s attention to two diverging ways of construing our current reality by scholars otherwise holding the same Darwinian tenets.

I have already brought a few elements to this discussion, to which I refer the reader. What can be added here is that as, according to the marshmallow experiment, self-control correlates positively to educational attainments and high status, the view that high-status men inseminate relatively more women unlawfully (if not illegally) than low-status men, more lacking in self-control, strikes one as a little odd.

What definition exactly the authors of the different studies cited give to high status may be a point to consider in the present confusion. Another line of argument in The Bell Curve is that college degrees have become the main accessway to high status in today’s societies, contrary to the past. Other studies show that our economies are organization-driven, and high-status men are for the most part organization men, selected for their degrees. Cut-throat competition is now the specializing of the shadowy middleman or small businessman, some of them indeed making fairly considerable earnings without a college degree, but for many an observer this class of man is under threat of extinction, and at the very least does not represent the current economic elite.

Among these small businessmen, one is likely to find a fair deal of uneducated and at the same time well-off men – because uneducated, likely to lack self-control, and because well-off, in a position to take advantage of status differences in order to increase one’s reproductive success. But the organization man is another breed: he could not have got his degree without some ability to defer gratification, and he could not work in a pyramidal, hierarchical, gregarious organization without maintaining self-control at a fairly high level. The organization man has much in common with the Jesuit (perinde ac cadaver).

As I am writing these lines, I am asking myself, in what fairyland I think I’m living, so I’ll stop here because I have not enough data to keep slandering small businessmen and extolling corporate executives.

As to the small-business scale, though, many a startup nowadays is the offshoot of some university professor or student, or of a clique of such, who took advantage of the cocoon provided by their academic institution to develop their ideas and business plan completely proof to market pressures, and then enter the market to bust competing businesses. Such cynicism I have dubbed varsity capitalism. Even on this scale degrees tend to be the norm.

What can be said as a parenthesis is that if self-control is a clue of high status in the foreseeable future, then the theory of the two swords, by which medieval Papacy claimed all power on this earth, that is the legitimicay that both the mundane and spiritual swords rest in her own hands, is not completely unwarranted. Out of the world, which is the monk’s place, means at the top of it: by controlling your passions, you rise above the world of passions, and above is a dominating position. The solid chain of philosophers that have discredited political claims by the Church makes it foolhardy to try to justify these claims today. Yet, these philosophers themselves, as far as is known from their biographies, practiced the same passion- and self-control relied upon by Church clerics, and some of them extolled the virtues of monastic contemplative life. Their indictment bore upon the doctrine rather than upon the ethics. As to the doctrine, it probably evolved in part from the natural need of strong incentives in order to tread the way of asceticism, incentives not needed by more strong-minded philosophers. An early form of such incentives may be the claim to charismata and magic powers, which in turn might be nothing but the inner strength evidenced by the man capable of self-control.

A last word on these mystical objects. Why asceticism, in the first place? It may be that it was important in the past, as ressources were scarce, to be able to delay gratification and develop self-control, that is to be able to put up with scarcity. But, make no mistake, if it was advantageous in the past because of scarcity, it is still advantageous today, because of abundance. It is a new breed of ascetics that will survive the obesity epidemics.

Sex Conditioning

Whatever may be the true relationship between high status and reproduction in our societies, Darwinians, as a rule, very much minimize the possibilities of conditioning. Yet, the very idea of ‘conditional strategies’, that is of the genetic program translating into alternative behaviors depending on the characteristics of the environment, warrants, as it is in men’s power to modify their environment, extreme voluntarism and interventionism in the political field, rather than the laissez faire seemingly advocated by the great bulk of Darwinians. A quote from Jean-Paul Sartre will provide some light in the matter: “[The antisemite] being, like all other men, a freedom in situation, it is his situation that must be thoroughly modified: it suffices to change the perspectives of choice for the choice to alter … freedom decides upon different bases, according to different structures.” (my translation from Réflexions sur la question juive). Compare with Baker’s definition of conditional strategies: “Conditional strategies are the main causes of differences in behaviour, not only between individuals but also between cultures. Different geographical regions, different periods of history, provide different environments with different opportunities and risks – such as variations in risk of disease – thus triggering different behaviour. As a result, cultures differ in what are considered to be societal norms for parenting. Natural selection was in fact the architect, but culture is a plagiarist and invariably claims to have thought of the rules for itself.” (BW 291-2). I do not know whether Baker read Sartre, but had he not I wouldn’t blame him, for it is evident that what the literary Sartre calls freedom is, no matter how much in situation, determinism. But the idea is the same, and Baker’s own conclusion is not quite warranted either, I believe. We have at our disposal a power on our environment (not to mention purposeful breeding or genomic intervention), the environment that will determine in the last resort, through the mechanism of conditional strategies, our behaviors. How we shall use this power, we are bound (or free, if you prefer) to decide in the abstract.

Human agency itself is environment and shapes human behaviors, especially through conditioning technologies. In the sixties, Stanley Rachman allegedly conditioned people to be sexually aroused by the sight of boots, and sexual fetishim is a well-known phenomenon. Some of these deviations may be so overpowering on the human psyche that they completely impair reproduction. It is my belief that we are living in a media environment contrived as a conditioning technology impairing human reproduction. Under one of its guises, I have named it silver-screen conditioning (see XXVIII). The contrivance has a momentum of its own and it is leading to the overriding of genetic life. The main impetus is provided by our production apparatus and its reliance upon the satisfaction of secondary needs, beside primary, biological needs. Basically, our media, as a sales force, advertise products and services that satisfy secondary needs, via an appeal (including subliminal) to primary, namely sexual urges, with the effect that a massive sexual fetishism is induced toward gadgets and logos. It is not, as many evolutionary biologists and psychologists will contend, that Rachman’s guinea-pigs want the boots because the boots will enhance their mating success: they want the boots because they are aroused by them and they do not care about their mating success at all. Current Darwinian view on the motivations of consumption is far off the mark, or rather it is already superseded. We have been conditioned beyond reproductive purposes.

In XXIX, I have contended that only a collapse of technological civilization could preserve genetic transmission. Such a collapse in the future is not to be excluded, due to the influx of populations extremely averse and hostile to the mass-conditioning which the Western man is subjected to. Alternative scenarios may involve ‘structural overloading’ (Stoddard) or blackout. Otherwise, the medium is the message, and the message is: Goodbye, humanity.

January 22, 2016