Category: Littérature

Sci Fi in the Third Reich

When, in 2005, I started to look for sci-fi novels from the Third Reich, while I was learning German, there were not too many documents on internet, which seemed to bode well for the pioneering character of my project. Since then, things have changed and some may say I now publish this bibliography late. Be that as it may, I believe the list I made is the most comprehensive so far.

For my sources, I relied on:

1/ online and paper essays, which dealt with only a few titles, and “who’s whos” on German literature.

2/ data mining from German libraries in Berlin, Heidelberg and Köln. In Berlin (it was the city library, if I remember well), where they have some of the books on my list, for a good deal of them, however, they don’t know if the books are still available. On their digital catalogue they make the comment “prewar book, may have been destroyed during the war.” It refers to Allied bombings on Berlin; the library must have been hit and lost a lot of items. Since then, nobody asked for these books, so apparently the librarians don’t know if they’re still available. I didn’t stay long enough to ask for membership, so I couldn’t check if the books were available or not. But as it wasn’t their content that interested me, since I was only making a bibliography, it didn’t bother me much.

3/ data mining on ZVAB (Zentrales Verzeichnis Antiquarischer Bücher) and Abebooks’s websites.

4/ and last but not least, data mining from the catalogue of Versandantiquariat Hans-Jürgen Lange (,,wir sind zu allen Themen der Grenz- und Geheimwissenschaften sowie Utopie und Phantastik interessiert”), which I have been receiving since #4 (the latter issue being now #18). Herr Lange does a tremendously good work at describing the content of the books in his catalogue.

The following bibliography is made of three parts. Part one is the main part and deals with first editions of science fiction published during the Third Reich, that is, since 1933 in Germany and 1938 in Austria. If sci-fi short stories have been published in collections of miscellaneous stories, then I am afraid it is quite possible they have escaped my attention. As to the definition of “science fiction,” I tried not to include fantasy when it was obvious that it wasn’t “science fiction,” but you’re probably aware that the demarcation line between the two is not always easily drawn. In fact, in one case (one of the few books from this list I have read [see Hermann Barthel]), even though the book is dealt with in an essay on science fiction, I personally would have classified it as pure fantasy; as at least one scholar, the author of the essay in question, thought otherwise, I left the item in the bibliography.

I said this is a comprehensive list but as at least one of the authors on it is a serial writer with overabundant output, in sci fi as well as fantasy and other genres [see Lok Myler], so I invite you to visit Wkpd for a list of all his titles, of which only a selection is to be found here.

The second part is dedicated to sci-fi films from the Third Reich and contains four titles (plus a short film and a short animated cartoon). For good measure, I also included westerns from the Third Reich, to make sure you know such a thing as westerns from the Third Reich exist. I made a rather extensive research on German cinema and I could find no more than these films – again, excluding fantasy works like the well-known Münchhausen by Josef von Baky (1943).

The third part, which I present in no way as a comprehensive work, and only as a sketch, deals with three different things: A/ sci-fi works from German Nazis or supporters who wrote some sci-fi books, yet not during the Reich but a little earlier or a little later; B/ sci-fi works from Fascist Italy and from Germany and Italy’s ally in the Antikomintern Pact, namely Japan, from about the same period; & C/ sci-fi works from pro-Nazi or pro-Fascist writers outside these countries, that is, from writers who we know were members in such organizations or expressed their support in any other way. These limits on the research are rather arbitrary and one may ask why not, for instance, writers and others who worked in Fascist Italy and made science fiction later on, like Mario Bava, who, with films like Terrore nello spazio (1965), known in English as Planet of the Vampires, is a pioneer of Italian sci-fi cinema, and began as an assistant and cameraman at the Istituto Luce in the thirties… That’s a good point, thank you.

For all languages that I master, I provide an English translation of my own beside the original title (more precisely after the date of publication or release), being a matter of fact that few of these books have ever been translated. For other languages, I give only the titles as I found them in English. I sometimes add my own comments, they’re to be found in [ ].

.

SCI-FI LITERATURE

.

ALEXANDER Arno, Das geheimnisvolle Gas: ,,Gas LM 387‘‘, 1933 (The mysterious LM 387 Gaz)

ARNOLDT Johannes, Vor Götterdämmerung. Phantastischer Roman aus nordische Frühzeit, 1934 (Before twilight of the gods: A fantasy novel about nordic early times) [From a writer inspired by Hörbiger’s cosmological Welteislehre, World Ice Theory; with an afterword by “Welteislehrer” Georg Hinzpeter.]

BADE Wilfrid, Gloria über der Welt, 1937 (Gloria over the world)

BARTEL Hermann, Der weiße Elefant. Ein Atlantis-Roman, 1937 (The white elephant: An Atlantis novel)

BARTHEL Max, Im Land der sieben Krater, 1937 (In the land of the seven craters)

BEHM Bill, Anafur! Die Stadt der Verlorenen, 1938 (Anafur! City of the lost)

BERGMANN Ernst, Deutschland, das Bildungsland der Menscheit, 1933 (Germany, the country where the new mankind is shaped) [A visionary essay by the founder of the Deutsche Glaubensbewegung, German Faith Movement.]

BERGNER Bernd, Die Blitzfall am Monte Santo. Kriminalroman um eine Erfindung, Köln 1938 (Lightning fall on Monte Santo: a thriller about an invention)

BERNDT Maximilian, d.i. Bernd Engel, Der rote Pfeilring, 1933 (Red Pfeilring)

BERNHARDY Werner, eig. Werner Tummely, Sacara. Unter zehntausend Amazonen, 1934 (Sacara: Amidst tens of thousands of Amazons)

BIALKOWSKI Stanislau, Leuchtfeuer im Mond, 1934 (Signal lights on the moon); Krieg im All, 1935 (War in space); Die Macht des unsichtbaren Sterns, 1936 (Power of the invisible star); Der Radiumkrieg, 1937 (Radium war); Start ins Weltall, 1941 (Launched in space); Der Stratosphärenflieger, 1938 (Stratosphere aircraft)

BIERBOWSKI Heinz, Der Mann ohne Gesicht, 1938 (The man without a face); Der Welt ohne Schlaf, 1940 (The world with no sleep)

BOETTICHER Hans, Unterseeboot Ganymed, 1942 (Submarine Ganymed)

BRAUN Hans-Fried, Die Expedition der Senta-II, 1934 (Expedition of Senta 2)

BRUGGER Wolfgang, Kampf um „EA 1“, 1936 (Battle for EA 1)

BRUHL Leo am, Lebendiges Licht, 1933 (Living light)

BRUNNGRABER Rudolf, Die Engel in Atlantis,1938 (The angels in Atlantis)

BÜRGEL Bruno Hans, Sternen über den Gassen, 1936 (Stars above alleys), Der Stern von Afrika. Ein phantastischer Roman aus dem Jahre 3000, 1937 (The star of Africa: A fantasy novel from year 3000)

BURMESTER Albert K. (various pseudos: Geo Barring, Axel Berger…); Panzerfort Atlantis meutert, 1935 (Panzer-Fort Atlantis mutinies); Erdball in Ketten, 1935 (Earth globe in chains);  Der Damm von Amazonis. Zukunftsroman, 1936 (Dam of Amazonis); Die Stadt im Krater. Technischer Zukunfts-Roman, 1937 (City in the crater); Der Erde reißt, 1938 (The earth rips); Die Sonne Sixa, 1938 (Sun Sixa)

CHOMTON Werner, Weltbrand von Morgen, 1934 (Tomorrow’s world blaze)

CONTROL Adolf, Vor Weltraumfahrt und Planetenkolonisation erst vom äthronischen Lebensschlag zum werdenden Menschenschlag, Leipzig 1937 (With space travel and planet colonization, at last from aethronic twist of fate to man in becoming [Tentative translation of this obscure title with a neologism apparently formed on the Greek mythological name Aethra (Äthra), a princess who became a slave.])

CORRINTH Curth, Die unheimliche Wandlung des Alex Roscher, 1941 (Alex Roscher’s uncanny transformation)

DAUMANN Rudolf Heinrich, Dünn wie eine Eierschale. Ein utopistischer Roman, Berlin 1937 (Thin as an eggshell); Macht aus der Sonne, 1937 (Power from the sun); Das Ende des Goldes, 1938 (End of gold); Gefahr aus dem Weltall, 1939 (Danger from space); Patrouille gegen den Tod, 1939 (Patrol against death); Die Insel der tausend Wunder. Ein utopischer Roman, 1940 (The island of thousand wonders); Abenteuer mit der Venus, 1940 (Adventure with Venus); Protuberanzen, 1940 (Protuberances) [Daumann got Schreibverbot, that is, was forbidden to publish anything more, in 1943, for a reason I do not know.]

DELMONT Joseph, pseudo of Karl Pick, Der Fels im Meer, Leipzig 1934 (Cliff on the See) / From before 1933: Die Stadt unter dem Meer, 1925 (City under the sea); Der Ritt auf fem Funken. Phantastischer Zukunftsroman (The ride on sparks), 1928

DOHM Batti, Stielauge der Urkrebs, 1933 (Popping-Eye the Trilobite) [Written by a geologist and owner of a rich scientific collection of trilobites influenced by Welteislehre.]

DOLEZAL Erich, Grenzen über uns, 1940 (Boundaries above us)

DOMINIK Hans, Der Befehl aus dem Dunkel, 1933 (Command from darkness); Der Wettflug der Nationen, 1933 (Competition flight of the nations); Das stählerne Geheimnis, 1934 (The iron mistery); Ein Stern fiel vom Himmel, 1934 (A star has fallen from the sky); Atomgewicht 500, 1935 (Atomic weight 500); Himmelskraft, 1937 (Sky power); Land aus Feuer und Wasser, 1939 (Land of fire and water); Lebensstrahlen, 1938 (Life rays), Treibstoff SR, 1939/40 (Fuel SR) [Hans Dominik is the major German sci-fi author of the period. He also wrote essays, such as Vistra, das weiße Gold Deutschlands, 1936 (Vistra, Germany’s white gold) on a super-light alloy.]

EICKERMANN Wilhelm Friedrich, Großmacht Saturn, 1938 (Arch-Power Saturn)

EIGK Claus, eig. Hartmut Bastian, Das Vermächtnis des Ingenieurs Eigk, 1943 (Engineer Eigk’s legacy)

ENSKAT Fritz, pseudo of Freder Catsen, Weltraumschiff Unimos. Ein technish-phantastischer Zukunftsroman, 1936 (Spaceship Unimo)

ERBER Richard, Welt ohne Tod, 1937 (World with no death)

FEHR Frank, pseudo of Rassenforscher (racial anthropologist) Otto Hauser (not the paleontologist), also known as Otto Hauser-Wien, sometimes using pseudo Ferdinand Büttner, Das Blut, 1935 (The blood)

FICHTE Werner v., Der Spukflieger, 1940 (Ghost aircraft)

FLECHTNER Hans-Joachim, Front gegen Europa, 1935 (Front against Europe); Europa siegt…? 1937 (Europe wins?…)

FRIELING Heinrich, Begegnung mit Sauriern. Eine wunderbare Reise ans Kreidemeer, 1940 (Encounter with sauriers: A wonderful travel to the Cretaceous Sea)

FUSCHLBERGER Hans, Der Flug in die Zukunft, 1937 (Flight in the future) [The author was a representant of so-called „Odal“ movement.)

GERMAN Günther, d.i. Anton Mehl, Schatten der aufgehenden Sonne, 1935 (Shadows of the rising sun); Der rote Habicht, 1936 (The red hawk)

GRILLMAYER Georg, Kurt und Jörg erobern die Welt. Aus Gegenwart und Zukunft, 1943 (Kurt und Jörg conquer the world: From past and future)

GROSSER Reinhold Fritz Asaka Fu mobilisiert den Osten, 1940 (Asaka Fu mobilizes the East) [In 1925 Ferdinand Grautoff (pseudos: Parabellum, Seestern…) wrote a Fu der Gebieter der Welt, Fu Master of the World, a Zukunfstkriegsroman depicting Germany’s alliance with Japan and China. Same writer under different names – same character?]

GÜNTER Herbert, Magisches Schicksal, 1942 (Magic fate)

GURK Paul, Tuzub 37. Der Mythos von der grauen Menscheit oder von der Zahl 1, 1935 (Tuzub 37: The myth of grey mankind or of Number 1) [The author had some trouble publishing in the Third Reich – some of his books were forbidden. He was, at the same time, an „Odal” follower.)

HAUSWIRTH Werner, Republik Europa. Eine Vision, 1937 (Republic Europe: A vision)

HEICHEN Walter, Jenseits der Stratosphäre, 1937 (Beyond the stratosphere); Luftschiff im Weltenraum, 1941 (Spacecraft in cosmos); Der U-Boot-Pirat, 1941 (Pirate submarine)

HERMANN Franz, Die Erde in Flammen. Ein Zukunftsroman aus den Jahren 1937/38, 1933 (World ablaze: An anticipation novel of the years 1937-38)

HOFF Harry, d.i. Hans Heidsieck, Das stählerne Antlitz. Phantastischer Kriminalroman, 1938 (The iron visage: A fantasy thriller)

HUBER Armin Otto, Das Paradies im Eis, 1937 (Icebound paradise)

HUNDEIKER Egon, Alumnit, 1934

JÜNGER Ernst, Auf den Marmor-Klippen, 1939 (On the marble cliffs)

KÄMPFER Adolf, Das erste Jahre, 1941 (The first year)

KARLIN Alma Maximiliane, Isolanthis. Roman vom Sinken eines Erdteils, Leipzig 1936, Atlantis-Roman (Isolanthis: The drowning of a continent)

KÄRRNER Dietrich, d.i. Artur Mahraun, Verschollen im Weltall, 1938 (Lost in space); Gösta Ring entdeckt Värnimöki, 1938 (Gösta Ring discovers Värnimöki); Per Krag and sein Stern, 1939 (Per Krag and his star) [Mahraun was the founder of the Jungdeutsche Orden.]

KEGEL Walther, Rakete 33, 1934 (Rocket 33); Tiefsee. Tauchtank 9200 Meter unterm Meeresspiegel, 1934 mit Hans Heuer (DeepsSea: Water-ballast 9.200 meters under sea level); Tod im Strahlenring, 1937 (Death in the beam-circle); Dämme im  Mittelmeer, 1937 (Dams in the Mediterranean); Feuer über dem Atlantik, 1939 (Fire over the Atlantic)

KIRCHHOFER Fritz, Piraten im Äther, 1934 (Pirates in the ether)

KIß Edmund, [Nicknamed the “Poet of Atlantis,” his Atlantis and Welteislehre-tetralogy is well-known. A member of the SS-Ahnenerbe involved in several archaeological missions – South America (Tiahuanacu), Africa (Abyssinia) –, his writings inspired Wilhelm Landig’s postwar sci-fi novels about German flying saucers and ufo bases in Antarctic (Neuschwabenland).] Tetralogy: Die gläserne Meer, 1930 (The Sea of glass); Die letzte Königin von Atlantis, 1931 (Last queen of Atlantis); Frühling in Atlantis, 1933 (Spring in Atlantis); Die Singschwane aus Thule, 1937 (Singing swans of Thule)

KLOTZ Karl, Die letzte Schlacht am Birkenbaum. Der Schicksalsroman der Menschheit, Düsseldorf 1933 (Last battle at the birch tree: Fate novel of mankind)

KOLBENHEYER Erwin Guido, Klaas Y der grosse Neutrale, 1936 (Klaas Y and the Big Neutral)

KOSSACK-RAYTHENAU Karl Ludwig, Lermontow vernichtet die Welt, 1936 (Lermontow destroys the world); Die Welt am laufenden Band, 1937 (Earth on running wave); Der Stoss in den Himmel, 1940 (Impact in the sky)

KUBIE Wilhelm, Professor Frauenschuhs zweite Erdenfahrt, 1939 (Professor Frauenschuh’s second trip to Earth)

KÜCHLER Luise, Wider Meer und Menschen, 1934 (Against sea and man)

KÜHLMAN Richard von, Saturnische Sendung, 1935 (Transmission from Saturn)

KUNZE Karl H., …und abermals nach Jahrhunderten… Kämpfe und Kräfte. Technisch-Phantastischer Roman, 1934 (Once again after centuries… Battles and Powers)

LAAR Clemens, eig. Eberhard Koebsell, U-31. Das Schiff aus dem Jenseits, Verlag der Wehrmacht 1937 (U31 the boat from beyond); Das Geister U-Boot, 1937 (Ghost submarine)

LAMBERTY Paul, Die Sage vom Weltreich der Arier, 1937 (Epic of the Aryans’ world empire) [A cosmic essay, whose author is influenced by both Jörg Lanz von Liebenfels’s ariosophy and Hörbiger’s Welteislehre: the great periods of world history coincide with ebbs and flows of Nordic blood, these ‘tide’ cycles being of cosmic origin.]

LANGHANSKI Viktor, Urkraft. Der Roman einer großen Idee, 1937 (First power: The novel of a great idea)

LERCH Hans, Sintflut über Europa. Der Roman einer Erdkatastrophe, 1933 (Deluge over Europe: The novel of a world catastrophe); Ein Volk wandert ins Meer, 1934 (A people wanders on the seas); Der rasende Tod, 1935 (Raging death)

LERNET-HOLENIA Alexander, Die neue Atlantis, 1935 (poetry) (The new Atlantis) [Lernet-Holenia was a prolific scriptwriter for the movie industry; he wrote Die Grosse Liebe, directed by Rolf Hansen, the biggest film success in the Third Reich.)

LINDRODER Wolfgang, Die Brücke des Shicksals, 1936 (The bridge of fate)

LORENZ Helmut, Das Echo von Meganta. Nie wieder Friede? 1935 (The echo from Meganta: No more peace ever?)

LÖWENTHAL Josef Frh. v., Die unsterbliche Stadt. Eine utopische Erzählung aus dem Jahre 2000, 1936 (The immortal city: A utopian tale from year 2000)

MANN Alfred Theodor, Pax Mundi (Die Weltfriede).Volkstümlicher Roman, 1934 (World peace)

MARSCHALL Hanns, d.i. Johannes Ickes, Der Mann, den die Welt nich sah, 1935 (The man who did not see the world)

MATTHIEßEN Wilhelm, Karl Mays Wunderbare Himmelfahrt, 1942 (Karl May’s wonderful voyage to the sky)

MASOVIUS Werner, eig. W. Mialki, Gefesselte Stürme. Roman um Energiequellen der Zukunft, 1942 (Chained streams: A novel on energy sources of the future); Neotherm C, 1943

MAY Eduard, Der Plan des Ingenieurs Dekker, 1938 (Engineer Dekker’s plan)

MAYER Theodor Heinrich, Ärzte, 1936 (Doctors); Vom Gedanken zur Tat. Novellen aus der Geschichte werktätigen Schaffens, 1941 darunter die utopische Novelle „Weltkongreß der Techniker, Wien 1960“ (From thought to action: Short stories from the history of striving; among which the utopian story „Technicians World Congress Wien 1960“)

MEIXNER Fritz, Bevor es zu spät ist, 1940 (Before it is too late); Wettlauf mit der Zeit, 1942 (Race against time)

MUNGO, Die Marsbewohner sind da! Politische Satiren, 1939 (The Martians are here! Political satires)

MYLER Lok, eig. Paul Alfred Müller, Sun Koh, der Erbe von Atlantis (Sun Koh, heir of Atlantis) [a fantasy series 1933-36]; Jan Mayen, der Herr der Atomkraft (Jan Mayen, master of the atomic power) [a sci-fi series 1936-38) Das hypnotisierte Unterseeboot, 1933 (The hypnotised submarine); Ein Mann fällt vom himmel, 1933 (A man falls from the sky); Der fressende Kreis, 1937 (The eating circle); Atlantis steigt auf, 1938 (Atlantis rises); Blaue Kugel, 1938 (Blue orb); Die Tarnkappe, 1938 (The invisibility cloak); Die Seifenblasen des Herrn Vandenberg, 1939 (Mr Vandenberg’s soap bubbles); Trommeln der Hölle, 1939 (Hell’s ruins); 40.000 Meter unter dem Meeresspiegel, 1939 (40.000 meters under sea level); Sonnenmotor Nr. 1. Roman eines phantastischen Abenteuers, 1940 (Sun-Engine Nb.1) [Paul Alfred Müller, whose post-war pseudonym was Freder van Holk, was, in the Third Reich, a proponent of the Hohlwelt-Theorie, Hollow Earth theory (according to which we would be living on the concave side of ‘the Earth’): see his essay Und sie bewegt sie doch nicht! 1939 (And yet it moves not!)]


NAUNDORF
Gerhard, Stern in not, 1938 (Star in emergency); Welt ohne Sonne, 1939 (World without a sun)

OHLIGER Ernst, Bomben auf Kohlenstadt. Ein Roman, der Wirklichkeit sein könnte, 1935 (Bombs upon the coal city: A novel that could be reality)

OPRÉE Arthur, Der Unirdische, 1937 (The unworldly); Unter glühender Doppelsonne, 1938 (Under glowing double suns)

OSTEN Ludwig, eig. Fritz Mardicke, Die große Flut, 1934 (The great Deluge)

PAATZ Herbert, Doktor Kleinermacher führt Dieter in die Welt, 1938 (Dr Shrinker introduces Dieter to the world); Doktor Kleinermachers Erlebnisse zwischen Keller und Dach, 1939 (Dr Shrinker’s experiences between cellar and roof); Abenteuer in Doktor Kleinermachers Garten, 1940 (Adventures in Dr Shrinker’s garden) [An early, Teutonic version of Honey, I Shrunk the Kids in three installments.]

PAETZOLD Kurt, Der Apparat des Dr. Junghans. Kriminalroman, 1936. Kriminalroman mit phantastischen Elementen (Dr Junghans’s apparatus)

PAGILL (pseudo for Paul Gille), Gletscher über Europa, 1940 (Glaciers over Europe)

PEIL Fritz, Der Kupferdoktor, 1939 (The copper doctor)

PELZ V. FELINAU Josef, Dämon Mensch. Der Roman eines Weltzeitalters, 1940 (Demon man: Novel of an era)

REIMANN Hans, under pseudo Andreas Zeltner, Des Teufels Phiole, 1939 (The Devil’s flask)

REINHART E.W.A, Das kalte Licht. Ein Kriminalroman aus der Lüneberg Heide, 1939 frühe Erwähnung eines „Robot“ (The cold light)

REISSE Kurt, Der Yokh der Elmo. Nach dem Bordbuch des Planetenkreuzers RAK I, 1936 (Der Yokh of Elmo: After the logbook of planet cruiser RAK 1)

REITTER Nikolaus, Planetenflieger. Ein astronomischer Abenteuer, 1935 (Planetary flight)

RENKER Gustav, Ein Schiff steuert in die Urzeit. Ein Tiefsee-Roman, 1934 (A boat sails to prehistory: A deep sea novel); Der Stadt in der Wüste, 1938 (City in the desert); Das Geheimnis des Simon Hard, 1943 (Simon Hard’s mystery)

RICHTER Georg, Reichstag 1975, 1933 (Parliament 1975)

ROBER Karl, d.i. Kurt Martin, Die Experimente des Dr. Wan-schi-tin, 1936 (Dr Wan-schi-tin’s experiments)

ROHA Franz, Stiller Ozean – Insel X, 1939 (Pacific Ocean – Island X)

ROCK C. V. (real name: Kurt Walter Röcken), Experiment im All, 1936 (Experiment in space); Die glühenden Türme, 1936 (The glowing towers); Der Flug in die Erde, 1937 (Flight into the Earth) [a Hollow-Earth theory book?]; Rückkehr aus dem All, 1939 (Back from space)

ROHDEN Ernst, d.i. Ernst Willi Ebel, Der Kaiser von Südafrika, 1936 (The emperor of South Africa)

ROLAND Siegfried, Suggestion. Kriminalroman, 1934

ROSSMANN Hermann, Flügel 1934 (Wings)

RUDOLPH Axel, Die Eisfrau, Berlin 1933 (Ice woman); Gebt uns ehrliche Waffen! 1933, Spionageroman um die Erfindung eines neuartigen Gases (Give us noble weapons!)

SCHICHT Eleonore, Sonnenfünkchens Abenteuer. Ein Buch für Kinder, 1943 Mischung aus Märchen und SF (Sun-sparks adventures)

SCHMID Edmund, Im Jahre 2000 im Dritten Reich, 1933 (The Third Reich in Year 2000) [They say the book was forbidden because it was too racialist!)

SCHMIDT Wilhelm Der kleine Wunderbaum, 1941 (The little wonder-tree)

SCHUBERT August, Weltenwende durch Gas, 1939 (World revolutions through gas)

SEIDEL Willy, Die Nacht der Würde, München 1941 (enthält: Die Nacht der Würde. Der neue Gott. Utku) (Night of dignity)

SEXAU Richard, Denkmal einer Freundschaft. Das geheimnis der verhüllten Hände und andere Erzählungen, 1934 Sammlung aus phantastischen und utopischen Texten (Monument to a friendship: The mystery of the gloved hand and other tales)

SIEG Paul Eugen, Detatom, 1936; Südöstlich Venus, 1940 (South-west of Venus)

SIODMAK Curt, Die Macht im Dunkeln, 1937 (The power in the dark) [Curt Siodmak, a Jew, is known for his Hollywood classic sci-fi movies. He had published in Germany before emigrating in 1937 to the U.S.]

SIXTUS Albert, Das Geheimnis des Riesenhügels, 1941 Jugend-SF-Roman (Mystery of Giants’ Hill)

SPATZ Albert, Die Herren des Feuers. Ein Roman im Innern der Erde, 1936 (Lords of the fire: A novel inside the Earth)

STRATZ Heinz, Der Regenmacher von Turkestan, 1938 (Rainmaker of Turkestan)

STROBL Karl Hans, Feuer im Nachbarhaus. Roman von übermorgen, 1938 (Fire in the neighboring house: A novel of the day after tomorrow); auch Od. Die Entdeckung des magischen Menschen, 1930 (Od, discovery of the magic man) [Strobl was, with Alfons von Czibulka, the publisher of Der Orchideengarten, the world’s first literary journal entirely devoted to fantasy literature: „Der Orchideengarten (1919-1921), die de facto noch vor den Magazinen in den USA die erste rein der phantastischen Literatur gewidmete Zeitschrift der Welt war.“ In the Third Reich he become „Landesleiter Wien der Reichsschriftumskammer.“]

TAESCHNER Titus, Eurofrika. Die Macht der Zukunft 1938 (Eurafrica, the power of the future) [about Germany colonizing Africa with the help of a jumbo dam on the Mediterranean: (real) Atlantropa Project]; Der Mars greift ein, 1935 (Mars intervenes)

TROPPENZ Walter, pseudo: Bruno S. Wiek, Phantasten, 1938; LPR 1600 – Das Geheimniss mikrokurzer Wellen, 1938 (Mystery of the microwaves)  Der Schlüssel des Meeres, 1939 (Key of the sea); Ave-Brunonia. Die Stadt in der Erde, 1940 (City inside the Earth)

ULLER T., Chefingenieur Hansen, 1944 (Chief engineer Hansen)

VAN WEHRT Rudolf (eig. Hans Rudolf Berndorf, Freikorpskämpfer und SS-Standarte), Der Libellen-Krieg, 1936 (War of the dragonflies); Das Mädchen aus den Jenseits, 1943 (Maiden from beyond); Ein Wal – gespenstisch anzusehen! Ein utopischer Roman, 1943 (A whale – ghostly)

VIVIAN Karl, Dunkle Gewalten, 1933 Kriminalroman, in dem Menschen mittels einer Hypnose-Maschine manipuliert werden (Dark powers)

WEHNER Joseph Magnus, Die Wallfahrt nach Paris. Eine patriotische Phantasie, 1933, „völkische Utopie“ (Pilgrimage to Paris: A patriotic fantasy)

WIDEMANN Nora, Von China bis Kiel im gläsernen Unterseeboot, ca. 1941-42 (From China to Kiel in the glass submarine)

WIECHERT Alfred, Laore. Ein Erlöserschicksal, 1934 (Laore, the fate of a savior)

WITTE Viktor, Bharpami, das Tal der lebenden Toten, 1936 (Bharpami, the valley of the living dead)

WITTKOP Justus Franz, Gullivers letzte Reise. Die Insel der Vergänglichkeit, 1941 (Gulliver’s last Travel: The island of transitoriness)

ZIESE Maxim, Der Film des Dr. Wharton. Roman einer Weltkatastrophe, 1938 (Dr Wharton’s film: Novel of a world catastrophe)

.

SCI-FI MOVIES

.

Science Fiction was also handled by filmmakers. Harry PIEL, a major filmmaker in the Third Reich, made two “humor” sci-fi films: Ein Unsichtbarer geht durch die Stadt, 1933 (Invisible man in town), and Die Welt ohne Mask, 1934 (World without a mask).

BERNHARDT Kurt, Der Tunnel, 1933

HARTL Karl, Gold, 1934

KUTTER Anton, Weltraumschiff I startet, 1940 (Spacecraft 1 starts) [short film, from the material of two long-film sci-fi projects that were cancelled due to the war, Zwischenfall im Weltraum (Incident in space) under direction of Robert Adolf Stemmle, and Weltraumschiff 18 (Spacecraft 18) under Eduard von Borsody]

PEROFF Paul, or Pavel Perov, Ein astronomisches Abenteuer, 1936 [short animated cartoon by Russian émigré Peroff who settled in Germany from 1929 to 1943 and created there animation Atelier Peroff]

On the topic of sci-fi, the name of Thea von HARBOU should be mentionned. She was Fritz Lang’s wife, known for SF films like Metropolis and The Woman in the Moon. Thea von Harbou was Lang‘s script and wrote the scripts of all his Weimar films. Moreover, Metropolis and Frau im Mond are novels written and published by her, in 1926 and 1928 respectively, as she was a novelist as well. She divorced Fritz Lang when he was about to leave Germany and she embraced National-Socialism instead. She kept writing during the Third Reich, although not science fiction. Therefore, she belongs with other writers in III-A (below).

*

While I am dealing with cinema, I draw the attention of Western fans on the fact that even this genre was handled in German films of the time, as the following titles show (surely among the first examples of sauerkraut westerns):

TRENKER Luis Der Kaiser von Kalifornien, 1935-36 (The emperor of California)

VERHOEVEN Paul Gold in New Frisco, 1939

WASCHNECK Erich Frauen für Golden Hill, 1939 (Women for Golden Hill)

To which filmography may be added what is doubtless one of the first spaghetti westerns, Una donna dell’ovest, 1942 (A lady of the West), with French legend actor Michel Simon, by German director Carl KOCH, who directed two films in Fascist Italy, this one included.

.

„NEW ORDER“ SCI FI

.

A/ Nazi or Nazi-supporting writers whose sci-fi works were published before or after Third Reich years

BALL Kurt Erwarth, Nsdap and collaborator of Theodor Fritsch’s Der Hammer, wrote several sci-fi novels with Lothar Weise in the DDR.

BETSCH Roland, Leiter des Verbands Westmark der Organisation Kampfbund für deutsche Kultur (Alfred Rosenberg), Das Experiment der Dr Tintelott, 1931 (Dr Tintelott’s experiment)

BOCHOW Walter, V-Mann (liaison agent) for the SD (Sicherheitsdienst) of the SS, Hansgeorg ererbt ein Wunder, 1931 (Hansgeorg inherits a marvel)

COLERUS Egmont, Austrian, Nsdap, Antarktis, 1920; Der dritte Weg, 1921 (The third way); Die neue Rasse, 1928 (The new race)

FREKSA Friedrich, Druso oder: Die gestohlene Menschenwelt, 1931 (Druso or the stolen world of man) is a sci-fi novel, while his biography of Boer president Paul Kruger, Ohm Krüger. Sein Leben – ein Kampf gegen England, 1941 (Kruger, his life, a fight against England), published during the war, serves German war propaganda (a film was made of it the same year by director Hans Steinhoff).

HANSTEIN Ottfried v., his writings from the Third Reich were put on DDR’s black list of undesirable literature (List der auszusondernden Literatur), which indicates National-Socialist tendencies, Der Telefunken-Teufel, 1924 (Tele-sparks devil); Elektropolis. Die Stadt der technischen Wunder. Ein Zukunftsroman, 1928 (Elektropolis, city of marvels); Mond-Rak 1. Ein Fahrt ins Weltall, 1929 (Moon-Rak 1, a travel in space); Nova Terra, 1930

HARBOU Thea v., Nsdap, Metropolis, 1926; Frau im Mond, 1928 [See Sci-Fi Movies]

HARDER Hermann, Nsdap, Die versunkene Stadt. Ein Roman aus der kommende Urzeit, 1932 (The sunken city: A novel about the prehistory to come)

HEYCK Hans, Nsdap, Deutschland ohne Deutsche. Ein Roman von übermorgen, 1929 (Germany without Germans: a novel of the day after tomorrow)

LAFFERT Karl-August v., Nsdap and SS, Untergang der Luna, 1921 (End of the moon); Feuer am Nordpol, 1924 (Fire im the north pole); Fanale am Himmel (Signals in the sky), 1925; Flammen aus dem Weltenraum, 1927 (Flames from space)

PÜRINGER Rudolf, Austrian, among the contributors of Monument Dichterstein Offenhausen, Hans Trapps zweites Leben, 1937 (Hans Trapps’s second life)

WEBER Fritz, Austrian, collaborator and ghost writer of Luis Trenker, Nsdap and SA, Die Toten der Svea, 1930 (The Dead of Svea)

B/ Italy and Japan (sketch)

Fascist Italy 

ALVARO Corrado, L’uomo è forte, 1938 (Man is strong) 

BENEDETTO Enzo, Viaggio al pianeta Marte, 1930 (Travel to the planet Mars)

BUZZI Paolo, Jungla di Barba Blu, 1933 (Bluebeard’s jungle) [A short story. In 1915 Buzzi had written the Futurist novel L’ellisse e la spirale. Film + parole in libertà (The propeller and the spiral. Film + words in freedom) with sci-fi elements in it.]

CHIOSSO Renzo, I navigatori del cielo, 1925 (Pilots through the sky); La città sottomarina, 1940 (Underwater city)

CIANCIMINO Calogero, Il prosciugamento del Mediterraneo, 1931 with Luigi Motta (The drying-up of the Mediterranean); Il mistero della sfinge gialla, 1935 (Mystery of the yellow sphinx) [inspired by (or copying?) Sax Rohmer’s Fu Manchu series, with sci-fi elements]

CICOGNA Giorgio, I ciechi e le stelle, 1931 (The blind and the stars) [a collection of sci-fi short stories]

COSSIO Carlo, La macchina del tempo, 1937 (Time machine) [an animated cartoon after H.G.Wells’s story]

KHAN Ciro, Gli astronauti del polline, 1931 (Astronauts of the pollen); L’uomo di fil di ferro, 1932 (Iron-wire man)

MOTTA Luigi, Il sommergibile fiammeggiante, 1924 (The flaming submarine); I giganti dell’infinito, 1934 (Giants of infinity); La battaglia dei ciclopi, 1935 (Battle of the cyclops) [see also Calogero Ciancimino for one book written together]

PAPINI Giovanni, Gog, 1931

PARSI-BASTOGI Carla, La leggenda del mare, 1922 (Legend of the sea); Estrema umanità, 1922 (Extreme mankind)

PEDROCCHI Federico, Virus, il mago della foresta morta, 1939-40 (Virus, magus of the dead forest) [a comic-book series, designers: Walter Molino, then Antonio Canale]; Saturno contro la Terra, 1936-46 (Saturn against the Earth) [comic-book series, designer: Giovanni Scolari]

PRANDI Eugenio, Il sentiero delle ombre, 1933 (Path of the shadows); Il cimiterro die giganti (Scimitar of the giants)

REISOLI Gustavo, La disfatta dei mostri, 1940 (Defeat of the monsters) [a Zukunftskriegsroman]

RHEIN Edoardo, Il miracolo delle onde. Il romanzo della radio e della televisione, 1937 (Miracle of the waves: The novel of radio and TV) [in sci-fi mode due to anticipations of future developments: “cronovisione” (chronovision), “macchina del tempo” (time machine)…]

SCERBANENCO Giorgio, Il paese senza cielo, 1939 (Land with no sky); Fine del mondo, 1942 (End of the world)

SILVESTRI Armando, La meravigliosa avventura, 1927 (The wonderful adventure); Il signore della folgore, 1941 (The lightning master)

SIMONI Gastone, La casa nel cielo, 1928 (House in the sky), La barriera invisibile, 1929 (The invisible fence), L’isola del Gran Tabù, 1931 (Island of the Great Taboo), Il richiamo dal fondo, 1931 (Call from the deep), L’ultimo degli Atlantidi, 1932 (Last of the Atlants), La prigioniera dell’abisso, 1932 (Prisoner of the abyss), Il re del mistero, 1934 (King of mystery)

STOCCO Guglielmo, Il riformatore del mondo, 1927 (Reformer of the world)

YAMBO, that is, Enrico Novelli, L’uovo di pterodattilo o L’allevatore di dinosauri, 1926 (The pterodactyle egg, or The breeder of dinosaurs); Viaggi e avventure attraverso el tempo e lo spazio, 1930 (Travels and adventures through time and space); Gli uomini verde, 1935 (Green men) [a comic book]

Dai Nippon

SAKAMOTO Gajo, mangaka, creator in 1934 of the robot character Tanku Tankuro [Give back to Caesar what belongs to Caesar: American influences on Japanese sci fi, like that of Star Wars on early Japanese space-opera films and series such as Message from Space, are often stressed while we never hear of the reverse, and yet Darth Vader is said by some specialists to bear a resemblance to the villain in Tanku Tankuro manga, Kuro-Kabuto or “Black Hat” – the manga might be a secret influence.]

SUZUKI Ichiro, author of Ôgon Batto superhero serial cartoon (since 1930, that is, eight years before Superman was created in the U.S.) (designer: Takeo Nagamatsu)

UNNO Jûza, The case of the mysterious death in the electric bath, 1928; The demon of vibration, 1931; The music bath at 18:00 hours, 1937; Mars Corps, 1940; Patent for a multi-armed man, 1941; Miracle of the dawdling bullet, 1941; Conjugated ricochet, 1944 [among other titles from this prolific pioneer of Japanese sci fi]

C/ Nazi-supporting sci-fi writers from outside Germany (sketch)

BARJAVEL René, France, published his sci-fi novels Ravage, 1943, and Le Voyageur imprudent (The uncautious traveller), same year, in collaborationist journal Je Suis Partout, and was blacklisted after the war.

BURDECKI Feliks, Poland, sci-fi writer who collaborated with pro-Nazi Polish journals during the war and was condemned to prison for life after the war, later lived in South Africa: Perkuna’s fire hand, 1934; Rocket to Mercury, 1934; Safety TV, 1936; Fight for the atom 1938.

D’ESPIE Adolphe, pseudonym: Jean de La Hire, France, prolific pulp writer, member of the collaborationnist party RNP (Rassemblement national populaire) founded by Marcel Déat, creator of superhero Le Nyctalope.

GHILINI Hector, France, editor-in-chief of collaborationist journal L’Appel, blacklisted after the war, author of various sci-fi novels before, during and after the war, such as Selskar Fils de la Bête, 1943 (Selskar son of the beast) and La Troisième Guerre mondiale durera six heures, 1950 (The Third World War will last 6 hours).

GUDMUNSSON Kristmann, Iceland, wrote in Icelandic and Norwegian, including sci fi, collaborated in Mjölnir, periodical of the Flokkur þjóðernissinna (Nationalist Party, inspired by National-Socialism and using the Swastiska as emblem).

HARTLEY Kelver, Australia, professor of French at Sydney University in the fifties, he had converted to Fascism while in Paris in the thirties and took part in the right-wing antiparliamentary riots in the capital of France; author of various sci-fi stories. (Although he adhered to a Ligue or to Ligue ideology, that does not make him a Nazi supporter eo ipso, as French right-wingers are usually hostile to everything German, but you get my point, I think.)

LÖNNERSTRAND Sture, Sweden, fantasy and sci-fi writer, father of superheroine Dotty Virvelvind (Dotty Whirlwind) appearing in a dozen short stories and serialized in cartoons 1944-45 (designers: Lennart Elf and Björn Karlström). Lönnerstrand was a member of pro-Nazi party Svensk Opposition founded by Per Engdahl (see tobiashubinette.se; Swedish scholar Tobias Hubinette has posted on his website the membership lists of all major Swedish Fascist parties of the thirties and forties).

MEYN Niels, Denmark, prolific writer of pulp fiction, including sci fi, under various pseudonyms. Member of DNSPA (Danmarks Nationalsocialistiske Arbejderparti).

Poésie moderne du Soudan

Les poèmes suivants sont tirés de l’Anthology of Modern Sudanese Poetry (Office of the Cultural Counsellor, Embassy of the Democratic Republic of Sudan, Washington D.C., sans ISBN et sans date de publication, la préface étant datée de 1982), compilée et présentée par Osman Hassan Ahmed et Constance E. Berkley. Il s’agit d’une publication de l’ambassade du Soudan aux États-Unis.

La plupart des poèmes sont traduits de l’arabe en anglais, sauf ceux de quatre auteurs du Soudan du Nord (dont je n’ai retenu, parmi ces quatre, qu’un poème) et ceux des deux poètes du Soudan du Sud inclus dans l’anthologie (le Soudan du Sud est peu, voire pas du tout arabisé), dont je n’ai retenu qu’un poème (de celui des deux qui n’est pas le plus connu, mais c’est le choix qui m’était proposé qui l’a voulu).

Par conséquent, les présentes traductions françaises sont des traductions de l’original anglais dans le cas de deux poèmes (comme indiqué à côté du titre et du nom de l’auteur), et, dans tous les autres cas, des traductions à partir de la traduction anglaise de l’arabe. Pour ces dernières, il y a nécessairement un effet « téléphone arabe », ou d’entropie, entre l’arabe et le français (en vertu de la loi de la communication de Shannon).

La préface indique que ces poèmes ne suivent pas les canons de la poésie soudanaise (arabophone) classique.

*

Beauté (Beauty) par Al-Tigani Yousif Beshir (Al-Tijani Yusuf Bashir)

Nous t’avons vénérée, ô Beauté,
T’avons abandonné nos âmes par amour et dévotion.
Nous t’avons donné la vie, avons ouvert ses fontaines
Pour tes yeux.
Nous avons idolâtré la moindre de tes charmantes faiblesses
Jusqu’à ce qu’elle nous conquière et submerge.
Nous avons accompli tous les travaux possibles
Pour te rendre, ô Énigme, compréhensible.
Mais tu nous échappes toujours davantage.
Nous nous sommes efforcés de chercher pour toi des significations lointaines.
Mais tu parais toujours plus proche.

*

Petit Adam (Little Adam) par Mohammed Ahmed Mahgoub

Parfois il pleure, d’autres fois il joue
Mais clairement il se moque de tout !
Il espère, demande et recherche l’attention
Et retient sa colère et montre
Son amour. Il réclame la lune
Et faute de l’obtenir il pleure.

Cet enfant naïf
Avec ses hauts et ses bas
Son babillage et ses accalmies
Domine le monde, construit et forme.
Il gronde le chat qui s’enfuit
Mais a peur de la minuscule fourmi.
Il répand sa charité quand il aime
Et peut se montrer avaricieux quand il est fâché.
Tu es un secret dont la nature ne peut être déchiffrée
Par personne. Es-tu un diable
Ou un ange, mon enfant ?

Tu es un moule de mal et de bien,
De jalousie aussi. Tu donnes à l’oiseau
Des graines mais tourmentes l’agneau.
Ton frère, le bébé, est l’objet de ta colère
Tu l’humilies, et souffres quand il est heureux.

Tu reçois avec envie et joie
Le joli jouet, pour le montrer
Fièrement à tes amis. Mais, voilà,
Le jour n’est pas encore fini
Que le jouet est déjà cassé.

Et demain. Ah ! pour demain
Tu t’adaptes aux besoins du temps
Tu cesseras tes jeux et commenceras à apprendre
Tu veilleras tard pour étudier
Et tu subiras les ironies éternelles de la vie.

Tu ne manqueras pas de désirs, mais avec une telle peur
De ce que nos désirs mortels nous coûtent
Tu sacrifieras et souffriras et courtiseras
Et connaîtras de l’amour ce que nous avons tous connu
Et le bien et le mal en cette vie.

Puis tu oublies, mon cher enfant,
La douceur de ces désirs humains
Et vois le paradis dans une maison paisible
Où homme et femme et fils sont réunis
Tu vois l’espoir dans les enfants.

Tu écriras, ou non, des vers
Et parviendras à la gloire dans ta jeunesse
Ou bien passeras toute ta vie dans la misère ;
Tu es une image de moi-même.

Tu es une part de moi, et je suis
Ce que les générations passées ont tramé,
Tu n’es autre qu’une image d’Adam,
Où l’aube et le crépuscule prennent leur plus belle apparence ;
Ainsi les hommes sont-ils des ombres et des images.

*

Doute et Certitude (Doubt and Certainty) par Yousif M. Al-Tinay (Yusif Mustafa Al-Tinay) (original anglais)

Quelle perte et quel gâchis, aimer
Qui ne connaît l’amour !
Quelle perte et quel gâchis
Que les larmes versées pour ce qui ne les sèche point !

Puisse Dieu me pardonner ! Bien souvent
Elle fut généreuse de ses larmes.
Chaque fois que nous en voyions verser.

Elle fut par l’amour conduite à donner son doux baiser,
Et le doux nectar de ses lèvres
Étancha ma soif, quand je le bus à petites gorgées.

Elle apaisait mon cœur anxieux
Chaque fois qu’il frissonnait
De désir ardent, et ainsi le sauva.

Si mon cœur a douté de son amour pour moi
C’est la jalousie de l’amour qui le secoua.

Et l’amour est la meilleure excuse offerte
Par cela qui fut affolé de sotte jalousie.

Elle est ma bien-aimée, pour moi
…..la seule,
L’aimée que je reconnais
Par ses qualités pareilles au miel.

Mon amour pour elle grandit chaque instant,
Comme la pluie tombant d’un nuage généreux.

Mon cœur est conforté chaque fois que mes yeux
Regardent les siens
Et voient en eux une mer dont les conques diamantines
Sont inaccessibles aux plongeurs.

Ses yeux sont si profonds par ce qu’ils disent,
Le plus clair étant que l’amour
A cédé la fleur que nous cueillons.

Chacun de nous est ivre de l’amour de l’autre,
Ainsi, ni les médisants ni quoi que ce soit
Ne pourra nous dissuader.

Je suis heureux avec elle,
Comme amant et comme aimé.
Combien fortuné le cœur dont
Les sentiments n’ont pas été vains !

Alors ! comment mon cœur pourrait-il, malgré
Le bonheur dont il jouit, permettre
À ses peurs de l’assaillir encore ?

Puisse la crainte qui est la sienne – un changement chez ma bien-aimée –
Ne se réaliser jamais jusqu’à
Ce qu’il cesse de battre !

*

Pickpocket (Pick-pocket) par Mohammed Al-Mahdi Al-Magdhoub

Il a faim et ne voit pas
Sa faim devenir une myriade d’yeux,
Dans chaque œil une bouche béante.

La faim l’a plongé dans la torpeur
Sa nourriture : des miettes
Tombant des tables profuses
Autour de lui tout est noir de rouille,
Enveloppé de mirage, obscurci par des nuages mouvants.

Et la souffrance ne vient pas seulement du feu
De chaque respiration,
Car la souffrance est la peine des ventres affamés
Et les miettes ne sont pas une réponse au rêve,
Mais une vague de folie.

Il halète en lasses exhalaisons à la poursuite d’un désir fou
Combien d’heures longtemps attendues
Sont venues et reparties, sans tenir leur promesse
Combien d’heures longtemps attendues
Sont venues et reparties, pour revenir peut-être encore.

Les cafés aux portes ouvertes l’ont vu souvent
Passer sans boire une tasse,
Sans prendre sa part de leurs multitudes de verres
Ni se reposer sur leurs chaises nombreuses.

Ses pas le conduisirent à une mosquée
Cherchant une planche dans l’obscurité de la nuit
Où il pourrait peut-être endormir sa peine

Il s’endort, et dans son corps las endort
Des vallées de tristesse et des montagnes de soucis
Suscitant au-delà de la ténébreuse frontière
Des trésors où irradie la nourriture,
Boissons pétillantes et miches dorées,
Ses quelques miettes devenant en rêve
Des tables couvertes des mets les plus succulents,
Son monde à présent enveloppé dans les mines les plus étincelantes
Son désert entièrement couvert par un mirage.
De lui ne reste
Que la tristesse roulée dans un burnous
Allant et venant comme un fantôme.

La nuit était calme, à part une brise fugace
Et des étoiles murmurant dans l’obscurité.
La lumière avait brisé ses chaînes
Avec son dernier souffle
Nourrie par les champs qu’elle avait nourris
Planant en lente et agréable lassitude,
La rosée convertie en feuillage dans son sein
Un oiseau regagne son nid
Pour dormir à l’intérieur du nid rempli de graines
Son bec infatigable
Au bord d’un ruisseau chantant,
Un horizon bleu dans ses ailes
Parmi l’aube parfumée de fleurs.

Et le matin revient inconscient
Une naissance à nouveau
L’homme misérable revient à la vie
Traînant sa lassitude.
Quand les flammes du matin brûlant ont mis le feu à ses pieds
Le sommeil l’appelle à nouveau depuis l’ombre
Où les jarres d’eau restent fraîches
Une tasse d’étain à leur goulot
Il eut la nostalgie de sa mère défunte il y a longtemps
Et le souvenir lui fit verser des larmes
Il s’endormit, rêves enfilés comme des lanières
Sans amis, sans amis.
Il ne pouvait rien faire qu’attendre,
Il ne pouvait rien faire que fuir.

Et le temps passa,
Son cœur regardait au loin son attente infinie
Il arriva au tombeau d’un saint homme
Où les gens se réunissaient en foule
Avec des offrandes.
Un arbre qui pousse et dont les fleurs ne fleurissent pas
Sauf avec des soupirs de tristesse
Blessure sur laquelle le blessé repose
Il marche
Sa nourriture la route sans fin
Où des foules et des foules cherchent une miette il y a longtemps perdue
Et ne trouvent que désastre.

Il eut la surprise de voir les maigres doigts de sa main grandir
Et dans son cœur rugit une jungle.

Parmi le tapage du marché et de la cohue
Il jeta sa paume émaciée
Qui tomba sur une onde hagarde.
Elle revint à lui furtivement
Tenant quelque chose qu’il ne pouvait voir
Mais qu’un passant vit bien.
Le lierre poussait sur les barreaux du tribunal
Changeant sa contenance criminelle
Sans racines
Il tomba dans la cage du tribunal
Les bras autour des barreaux de fer,
Les yeux perdus dans l’abîme ouvert.

La justice regardait de haut
La paix soit sur elle
Vêtue de robes propres, sa voix un soupir
L’air sage, tournant page après page
Léchant ses pattes
Faisant de chaque mot une épée,
Un chien à la chair galeuse, rongée
Avec des trous dans le pelage
Ses crocs dégarnis luisants
Pénétré d’une flamme féroce
Son maître le dressant à coups de pierre.

*

Le Coquillage vide (The Empty Conch) par Mohammed Al-Mahdi Al-Magdhoub

J’étais debout sur les vagues de la mer rouge,
Les vagues étaient bleues, les vagues étaient vertes,
Les vagues étaient jaunes, les vagues étaient grises,
Mes yeux là-bas
………………………À l’horizon…
……………..Là-bas
………………………Les vagues étaient immobiles…
Les vagues
…..Comme un mur brisé
Dans le vide, brisant le vide.
………………………Le vide…
Entouré par des vagues pétrifiées de sable.
Où que je tourne la tête, des vagues
……………..Des vagues,

………………………Des vagues.

Et puis mes yeux me tirèrent en arrière,
Là où, à mes pieds,
Le ressac avait jeté un coquillage vide,
Des profondeurs de cette mer torrentielle,
Et des mouvements des profondeurs de laquelle il prit forme,
Et reçut la vie et se mit à ramper,
……………………….Courant le long des vagues.
……………..Puis
Il perdit le mouvement
Et la structure resta.
Mes yeux étaient là-bas
……………………….À l’horizon…
Où les vagues étaient immobiles…
Les vagues comme un mur brisé, brisant le vide.
Les vagues de sable l’avaient entouré,
Et s’étaient fossilisées sur lui.
Et moi,  je suis calme
………………………Tandis que dans mon calme
Existe un vide épuisant, et un souvenir mystérieux.

Ma vie est pleine de coquillages vides.
Et pas plus tard qu’hier j’enterrai un coquillage vide.
J’avais pris à ma vie sa forme et sa vie.
………………À présent,
Il repose sous terre…
Là-bas dans les tombes
De l’autre côté de l’horizon…
…..Suis-je un coquillage vide,
……………..Ma tombe est-elle là-bas…
Mon pays pourrait-il ne jamais voir
Ce que perçoivent les poètes
Dans le tumulte de la vie

J’ai vu un coquillage vide…
…………………….Des paroles dépourvues de sens
Sortaient de son intérieur vide
Et les gens étaient des vagues…
Autour du coquillage,
…………………….Ils faisaient silence,
…………….Admiratifs
…………………Mais jamais ne cherchant.

Naguère, même la poésie,
La poésie était un vin.
Elle ne guérit plus…
Je me souvins d’un poète arabe
Qui avait prophétisé…
Il s’était demandé, la douleur perçant sa raison :
Si je cherche le vin pur rouge sombre…
………………..Je le trouve,
Bien que manque encore
………………..L’aimée de mon âme…
……………Suis-je une pierre ?
………………..Et,
Pourrait-il voir, l’aveugle d’Al-Ma’arra1 ?

1 L’aveugle d’Al-Ma’arra : Abul Ala’ Al-Ma’arri, « l’aveugle d’Al-Ma’arra » (du nom d’une ville en Syrie), poète du onzième siècle.

*

À un visage blanc (To a White Face) par Mohammed Al-Fayturi

Est-ce parce que mon visage est noir
Et le tien blanc
Que tu m’appelles esclave
Et piétines mon humanité,
Méprises mes croyances
Et me forges des chaînes,
Bois injustement le vin de mes vignes,
Te nourris insolemment de mon blé
Et me laisses dans l’amertume ?
Portes le vêtement que je suis fatigué à tisser
Et me laisse vêtu de soupirs et de luttes ?
Tu vis dans un jardin d’Éden
Où la pierre a été taillée par mes mains
Tandis que je suis accroupi depuis longtemps dans les cavernes de la nuit
Couvert de ténèbres et par le froid glacial,
Me nourrissant comme une chèvre de ma misère,
La fumée de mon insignifiance s’élevant autour de moi.
Et quand la rivière de l’aube monte et déborde son cours,
Je réveille mes maigres moutons et les conduit aux champs
Et quand ils ont engraissé, tu te régales de leur viande
Et me jettes les entrailles et la peau.
Non, frère, non. Mes sentiments révoltés
Ne peuvent à présent être apaisés.
Hélas, je ne suis pas un hibou
Qui peut se nourrir de vers, ni un singe.
Je suis humain, ta mère et la mienne sont toutes deux d’argile
Et la lumière n’est l’aïeul d’aucun de nous.
Alors pourquoi me dénies-tu mes droits
Tandis que tu prends ton plaisir :
Combien de temps dresseras-tu la tête comme mon maître
Et baisserai-je la mienne comme ton esclave ?
Est-ce parce que ton visage est blanc
Et le mien noir ?

Et quand la mort est esclave
Et quand l’agression n’est qu’esclave
Et quand les hommes libres sont esclaves en un pays conquis
Et quand le destin est esclave
Sous l’habit de Dieu
Et quand les messages des prophètes sont fallacieux
Et les religions destinées à tromper,
De chaque sépulture de mon pays surgissent
Les morts oubliés, les esprits brisés
Qui haïssent l’humanité, et tous les ennemis de l’humanité
Déversent leur mépris sur les cieux et le destin.

*

Afrique (Africa) par Mohammed Al-Fayturi

Afrique, réveille-toi. Réveille-toi de ton rêve noir.
Tu as dormi si longtemps, n’es-tu point lasse –
N’es-tu point fatiguée du talon du maître ?
Tu es restée couchée si longtemps sous le voile obscur de la nuit
Épuisée dans ta hutte décrépite
Délirante d’espoir jaune
Comme une femme qui de ses propres mains
Construit les ténèbres du lendemain
Affamée, mâchant ses jours
Comme le gardien paralysé du cimetière
Avec un passé nu
Et nulle gloire avec laquelle couronner l’avenir, nulle grandeur.

Afrique, réveille-toi. Réveille-toi de ton ego noir.
Le monde est passé à côté de toi
Les étoiles ont tourné au-dessus de toi.
L’inique reconstruit ce qu’il a détruit
Et le pieux méprise ce qu’il adorait
Mais toi, tu restes où tu étais
Comme le crâne d’un naufragé mort
Et tu es comme le crâne d’un homme mort.
Je m’étonne que tes veines n’aient pas éclaté
Dans leur rire sarcastique.
Tu n’es qu’un esclave.

Que les cadavres de notre histoire ressuscitent
Que soit érigée la statue de notre haine.
Le temps est venu pour le noir
Caché jusqu’à présent aux yeux de la lumière,
Le temps est venu pour lui de défier le monde,
Le temps est venu pour lui de défier la mort.
Que le soleil s’incline devant nous,
Que la terre craigne nos voix.
Nous la remplirons de notre bonheur
Comme nous l’avons couverte de nos tristesses.
Oui, notre temps est venu, Afrique,
Notre temps est venu.

*

Un voyage (A Journey) par Mohammed Al-Fayturi

Que vois-je, ô ténèbres ?
Une caravane de bossus
Avançant péniblement dans la nuit,
Pieds nus, sans vêtements, hébétés,
Pleurant, se lamentant et priant.
Conduits par un effroyable géant
Qui sème la misère dans leurs âmes.
Un géant plein de fierté et d’orgueil
Et dont la poitrine frémit de haine et de folie.
Pleurez avec moi pour la procession des victimes
Qui remplissent l’air de leurs cris et gémissements.
C’est une ancienne pièce de théâtre
Jouée par Khafra et Mena2.
Et après des milliers d’années
Les Pharaons dominent toujours les siècles.
Pourquoi sommes-nous si immobiles ?

Que vois-je, ô larmes ?
Un palais que créa la gloire.
Sont-ce là ses murs,
Ou bien des miroirs sur les murs comme neufs.
Ô jardin du paradis dans ta grandeur
Nous t’avons perdu quand nous t’avons désiré
Et nous te désirons quand nous ne pouvons te posséder.
N’exhale point ton parfum,
L’odeur de nos huttes nous a suffoqués.
Ne danse point pour le Printemps,
Car les ténèbres de nos huttes nous ont aveuglés.

Que vois-je, ô vie ?
Ma perplexité me rend fou.
Deux tombes, l’une construite en marbre,
Dont les couleurs éblouissent les yeux,
L’autre gravée sur une pierre,
Je jure qu’on la remarque à peine.
Sur l’une le printemps est généreux
En roses et jasmins.
Sur l’autre marche l’automne,
Bénissant les maudits arbres épineux.
Malheur à toi, ô Dieu juste,
Dont les décrets font de nous un objet de dérision.
Même devant la mortalité, il existe une balance
Pour séparer le diamant de la poussière.

2 Khafra et Mena : Deux pharaons d’Égypte.

*

En un pays étrange (In a Strange Land) par Salah Ahmed Ibrahim

As-tu connu l’humiliation d’être un homme de couleur
Et vu les gens te montrer du doigt en s’écriant :
« Eh toi, le nègre noir ! »
Es-tu allé, un jour, voir les enfants enfants
Avec toute ta tendresse et ton émotion
Et au moment où tu étais sur le point de t’oublier complètement et de pleurer
Le cœur débordant,
« Comme les enfants qui jouent sont merveilleux »,
Ils te remarquèrent et se précipitèrent vers toi pour former une farandole :
« Un nègre noir, nègre noir, nègre noir ! »

As-tu connu la faim en un pays étrange
Et dormi sur le sol humide, sur la dure terre nue
La tête sur tes bras pour te protéger du maudit froid ?
Et quand tu t’en vas, tu éveilles la suspicion dans les yeux,
Percevant les murmures des gens, les yeux des femmes qui se ferment,
Et un doigt pointé ouvre la plaie dans ton cœur poignardé.
Et tu portes toujours la couleur de ta peau comme une honte
Et en ton sein se tortille le sentiment d’un être humain
Et tu pleures avec un cœur muet, suffoqué.
C’est l’humiliation que souffre le noir en un pays étrange,
Dans un pays où la mesure des gens est leur couleur.

Une semaine passa, puis deux, et j’avais faim,
J’avais faim et personne pour s’en soucier.
J’avais soif, et ils ne me donnaient rien à boire.
Et le Nil si loin, le Nil si loin.
J’étais seul, pensant à ma mère et à mes frères
Et à celui qui récite le Coran au milieu de la nuit
Dans mon pays, le lointain pays de mes amis,
Loin au-delà de la mer et du désert,
Dans mon pays, où l’étranger est respecté
Et où l’hôte est aimé
Et reçoit la dernière goutte d’eau au cœur de l’été
Et se voit offrir le dîner des enfants
Ou bien est accueilli avec un sourire s’il n’y a rien à donner.

Et je me mis à chanter avec passion – ma peine était aiguë.
Ô oiseaux migrateurs qui volez vers mon pays
Au nom de Dieu, emmenez-moi, je suis prêt,
Le destin m’a coupé les ailes
Je suis assis dans un coin, sur ma valise
Et quand l’ombre décroît je me cherche un autre coin.

Mais les oiseaux sont partis et m’ont laissé
Ils n’ont pas compris le sens de ma chanson.

*

Le Fruit et le Nectar (The Fruit and the Nectar) par Mohammed Al-Mekki Ibrahim

Une mulâtresse
Une rose imbibée de couleur
Tes yeux sont des puits profonds de khôl
Les strophes d’une berceuse s’enroulent autour de ton corps

Je suis le nectar
Tu es le fruit
Et une centaine de bourgeons mulâtres
Fleurissent dans ton sein.

Africaine
Et Arabe
Tu es la parole équivoque de Dieu.

Celui qui t’achète vole
La fragrance des clous de girofle
À la brise du soir
Les plages à l’île
Les vagues à la mer
Et la chaleur au soleil levant.

Celui qui te possède
Gagne un baume pour les plaies
Et un chant funèbre pour consoler sa tristesse.

Celui qui t’achète
Me prend aussi.
Oserai-je renoncer à mon âme
Et abandonner la parole de Dieu ?

Qu’ils demandent les palmes fléchissantes
S’ils ont vu des sables comme les tiens
Baignés par les ondes et scintillants.

Qu’ils demandent les golfes enveloppés de mystère
Si les vierges sirènes
Même en rêve
Peuvent t’être comparées.

Qu’ils demandent les vagues d’envahisseurs
Si dans les jours de la guerre
Ils ont rencontré une rebelle comme toi.

Qu’ils demandent.
Et à l’aube chaque colombe chantera
Ta beauté en fleur.
Qu’ils demandent.
Et l’épée et la parole répondront.

Ô fruit succulent.
Ils essayèrent de boire le vin de ta vie
Jusqu’à ce que la lie soit étanchée
Au ventre de ton fût.

Ils vinrent pour profaner le sanctuaire de ton honneur
Jusqu’à ce que la débauche se déchaîne
Et les turpitudes défient le regard du jour.

Maintenant ils sont partis.
Mais le fût profond reste plein
La ronde des coupes débordantes
Et des gobelets continue.

Secoue les racines du printemps,
Et de toutes les tristesses passées
Purifie ton âme.

Tord les citadelles endormies
Pour qu’elles se réveillent,
Et garde la vision de l’avenir.

Les abeilles vont et viennent dans les prés
Et les fleurs éclosent pour toi.
L’Est est Rouge.
Et tu es vêtue de joie.

Nous allons de l’avant, tandis qu’ils restent en arrière,
Jusqu’à ce que nous rencontrions la fin.

Le sommeil capture les yeux de tes amants
Quand ils reviennent avec des fantasmes.

Pourquoi les palmiers dodelinent-ils confusément ?
Les oiseaux de la baie ne chantent-ils plus ?
Et le monde entier dort-il –
Sauf moi
Ton parfum
Et les lances croisées de tes gardes ?

Au moment où je les quitte,
Haletant, je cours vers toi
Les cheveux trempés
Les bras radieux de flammes.

Laisse la porte ouverte
Chauffe ton lit pour moi
Et asperge-toi de la fragrance du musc
Parce que, bercé dans tes bras au crépuscule,
J’ai une longue histoire à raconter.

Ô fruit succulent
Les moments d’amour sont courts.

Le jour point
La mer s’apaise
Admiratives les palmes bruissent
Le lac du palais se teint de profonds indigos
Les abeilles saturent de baisers les bourgeons de rose

Je suis rendu jeune à nouveau
Resplendissant
Drapé dans les rayons éblouissants de la nouvelle lumière.

Réfléchis-toi dans mon visage un instant
Médite profondément sur ma figure

Car je pars avec l’imminent reflux
Mais avec la marée je reviendrai
Porté par les vents
Les vagues
Et les étoiles.

Dans ma résurrection
Je reviendrai d’entre les morts.
Mon visage
Tu reconnaîtras.

Car tu as gravé mon nom
Sur le sable et les rochers.
Et en commémoration
Je suis devenu un souvenir
Luisant sur les ardoises de l’amour.

À présent je meurs
Mon envie pour l’arôme de ton corps insatisfaite
Mon désir pour le contact de ta poitrine inassouvi.

Promet-moi que tu m’inviteras encore
À la chaleur de ton sein
Et enrouleras la nuit de tes cheveux

Autour de mes bras forts
Pour que ta couleur se fonde dans la mienne
Et que nous soyons un.

Je cesse d’exister en ce monde
Je me suis absorbé en toi.
Unis-moi aux tombes des fleurs équatoriales
Attache-moi aux jours de la souffrance
Enchaîne-moi aux temps de l’esclavage
Réunis mes restes immortels
Et jette tes bras autour de mon âme.

Ô Mulâtresse
Je sens encore le parfum
Et la vigueur de ton corps
Africaine nue
Chaste Arabe
Tu es la parole équivoque de Dieu.

*

Le Masque du chevalier (The Knight’s Mask) par Al-Nur Osman Abbakar (Noor Osman Abakar)

Cache cette beauté aux yeux du vieux magicien,
À la lune,
À ceux qui sont peinés de me voir triste,
Aux amateurs de géomancie dans les ruelles moisies de la ville
Tendeli3 est jalouse de toi.
Azat Al-Khalil4 est jalouse de toi.
Je suis jaloux de mes yeux qui te regardent –
Habillée et nue.
Avec le rebec je descends aux enfers
Trompant et blessant les gardes
Et rassemblant ta beauté cachée.
Porte une amulette
Et masque mon masque aveugle !

3 Tendelti : Ville du Soudan (glossaire de l’anthologie).

4 Azat Al-Khalil : Référence à une célèbre chanson du poète Al-Khalil à sa bien-aimée (glossaire).

*

L’Enfant chante sur le balcon (The Child Sings on the Balcony) par Al-Nur Osman Abbakar

Les profonds soupirs de ma bien-aimée en exil
Sont répandus par une guitare oubliée
Dans l’esprit de l’enfant.
Les traits de ma bien-aimée en exil
Sont un châle dans le vent
Transporté jusqu’aux branches du balcon
Par un oiseau,
Un oiseau blanc comme les ailes de la pitié.
Les profonds soupirs de ma bien-aimée sont une guitare.
Les traits de ma bien-aimée sont un oiseau.
Dans mon cœur un flambeau du royaume
De ce matin à voir
Frotta ce qui était déchiré sur ma joue
Depuis les îles de clair-obscur de mon chemin,
Remplit les deux yeux
Des visions de deux vies séparées.
Les profonds soupirs de ma bien-aimée sont un oiseau.
Les traits de ma bien-aimée sont une guitare.
L’enfant embrasse la guitare.
L’enfant communie avec l’oiseau.
L’enfant chante sur le balcon.

*

Le Jour où je suis né (The Day I was Born) par Morris Onek Latom (original anglais)

Naissez, vous qui devez naître après moi,
Laissez-moi vous voir, vous que j’ai laissés derrière moi dans le ventre,
Que je hais le jour où je sortis du ventre !
Je poussai un drôle de cri le jour où je sortis du ventre !
Car je rencontrai de drôles d’yeux qui me regardaient,
De drôles de mains qui tenaient ma chair douce.
Je poussai un autre drôle de cri le soir même
Car en ouvrant les yeux pour de bon
Je vis que j’avais été rejeté de mon univers.
Allongé, désespéré, j’essayais de respirer,
Ma tête me faisait mal parce que j’avais été jeté
La tête la première.

Des sons sortis de la plus grande bouche que je vis jamais
…fermèrent presque mes oreilles.
Des lumières du plus grand éclat que je vis jamais
…me rendirent presque aveugle.
Du lait du plus grand sein que je vis jamais
…força son passage dans ma bouche.
Les mains de la plus femme la plus forte que je vis jamais
…déplièrent mes jambes.
Que je hais le jour où je suis né et fus jeté hors du ventre.

Naissez, vous qui devez naître après moi
Et écoutez ce qui arriva le jour où je suis né.
Que je hais ce jour où je suis né,
Car on ne me laissa pas le temps de penser.
Le vent souffla sur ma tête et mes oreilles,
La poussière entra dans mes yeux,
Et je fus forcé de déplier les jambes
Dans l’eau chaude du bassin.
Je poussai un drôle de cri
Mais sans force pour qu’on m’écoute.
Cela se passait le jour où je suis né.

Naissez aveugles,
Vous que j’ai laissés dans le ventre de ma mère,
Ainsi garderez-vous ainsi les visions
Auxquelles vous étiez accoutumés dans le ventre.
Ne voyez pas ce qui nous rend en ce monde
Aveugles, hagards…

Naissez sourds,
Vous que j’ai laissés dans le ventre de ma mère,
Ainsi n’entendrez-vous pas
Les insultes qui blessent.
Vous ne connaîtrez pas l’histoire
De notre tribu, de notre clan…

Naissez muets,
Vous que j’ai laissés dans le ventre de ma mère,
Ainsi ne révélerez-vous à personne
Les secrets de votre esprit.
Vous ne chanterez les chansons qui sont dans votre esprit
À personne, qu’à vous-mêmes…

Naissez boiteux,
Vous que j’ai laissés dans le ventre de ma mère,
Ainsi épargnerez-vous vos jambes
Comme vous le faites dans le ventre.
Vous n’irez jamais chasser…