Nederlands Maklik

This is a short and easy method for Afrikaans-speaking people to be able to read and comprehend texts in Dutch.

I designed it in 2010 based on my experience as a learner of foreign languages (I can read all kinds of texts in a dozen foreign languages: French [mother tongue], English, Spanish, German, Italian, Portuguese, Dutch, Afrikaans, Swedish, Norwegian, Danish, Thai, Indonesian, Malaysian) and specially as a learner of Dutch and Afrikaans. I then posted it online, on a South-African chat forum, and it remained there a couple of years before the forum was shut.

As far as Dutch and Afrikaans are concerned, I had started with learning Afrikaans, in the wake of learning German, and in order to learn Dutch from, so to speak, Afrikaans I used the same tricks I had used to help me learn Afrikaans from German.

Once this done, I found it puzzling when Afrikaans-speaking people were telling me I wasted my time when I was posting texts in Dutch online to their attention, as they could not, they said, understand it. I had found it so unproblematic to master Dutch once Afrikaans had been mastered that I told to myself I must share my method with Afrikaans-speaking people so they too can read, after only a couple of study hours, any text in Dutch (with a dictionary at hand, of course, for the rare words).

The fact that Afrikaans-speaking people do not understand Dutch without at least a short preliminary training is confirmed by scholarly literature:

Hoeseer die Afrikaner deur geestelike isolasie bedreig word, blyk o.a. uit die feit dat daar vandag reeds ‘n aansienlike getal Afrikaners is wat beweer dat hulle nie meer Nederlands kan verstaan nie. Dit is eenvoudig die utivloiesel van die feit dat die invoering van Afrikaans as skool- en studievak ook die verslapping van die geestelike bande met Europa beteken het. Hierdie gevaar is reeds jare gelede besef deur die Suid-Afrikaanse Akademie wat op die erkenning van meer Nederlands begin aandring het. Hierdie strewe het tot vandag toe nie veel opgelewer nie – waarskynlik omdat Langenhoven die voorstanders van die verstewiging van die kultuurbande met Nederland die spotnaam van ‘Dietse Sappe’ toegevoeg het. Naas al die goeie werk wat Langenhoven vir sy volk gedoen het, moet sy bestryding van die strewe na groter geestelike kontak met Nederland as sy een groot negatiewe daad aangeteken word.

G.D. Scholtz, Het die Afrikaanse volk ‘n toekoms? Voortrekkerpers 1954, bladsye 91-92.

I find it extremely important that, especially in things historical and cultural, people also read foreign sources other than those written in English. With internet it is now quite easy for anyone connected to find sources in all kinds of languages and thus cross-tabulate sources, so to speak, on any subject whatsoever, and the more varied the sources the broader the picture one will derive from his or her readings. All in all, it’s a question of open-mindedness but also of one’s own interest well understood, since the views conveyed by Anglophone literature may not always express all kinds of interests in the right perspective and consequently the perusing of these alone fail to provide the right clues.

The very few instructions of this very short method were written in Afrikaans, something I could not do today having neglected to practice these last couple of years (hence the present introduction in English). Even then my level of active usage of the language was most certainly far from perfectly accurate, so apologies are due for any mistake the reader may encounter.

To stress again that my method is for being able to read (that is, a passive usage of the language) is in order. For active usage, I guess nothing replaces oral practice and listening (unless subliminal methods are proven some day to yield real results); on this point it has always been my conviction that a man able to read a language will learn the active side of it very easily and quickly when exposed to the language abroad (which is called immersion).

The method is called “Dutch Easy” because Afrikaans and Dutch are quite close. As a matter of fact, in many respects Afrikaans is a simplified version of Dutch (and here ‘simple’ means modern, less archaic, like English compared to Saxon as well as to most other European contemporary languages). This might make the mastering of Dutch grammar somewhat difficult for an average Afrikaans-speaker but, precisely, this is the active side of the language with which we are not concerned here. This difficulty with regard to the active usage should not prevent one to get acquainted with the passive usage (reading) where the difficulty vanishes; and the passive usage of languages is of great value in the virtually infinite well of knowledge that is the internet.

*

Dit is nie oor Nederlands te praat nie maar oor Nederlands te lees. As jy Afrikaans op die Internet skryf, word jy deur al Nederlanders maklik verstaan. Met hierdie metode hier sal jy ook bydrae in Nederlands maklik kan lees.

Nederlands is maklik. Wat jy nodig het, is eintlik
1/ ‘n bietjie spraakleer (net so bietjie!), en
2/ ‘n paar sleutelwoorde.

*

Spraakleer

ek is  ik ben
jy is  jy bent
u is  u bent
hy/sy is  hij/zij is
ons is  wij zijn
julle is  jullie zijn
hulle is  zij zijn

ek/jy/hy esv. hê:

ik heb
jij hebt
u hebt/heeft
hij/zij heeft
wij hebben
jullie hebben
zij hebben

ek/jy esv. het gewerk:

ik heb gewerkt
jij hebt gewerkt esv.

Maar ook met «is», as daar iets soos beweging in ruimde of verandering in staat plaasvind:

jy het gewandel: jij bin gewandeld.

*

Ek/jy/hy/ons/julle/hulle was => ik/jij/hij was; wij/jullie/zij waren

sal => ik zal; wij zullen

sou => ik zou; wij zouden

wil => ik wil; wij willen

wou => ik wou; wij wilden

moet => ik moet; wij moeten

kan => ik kan; wij kunnen

mag => ik mag; wij mogen

*

my  mij (maar: ek was my => ik was me)
jou  jou (jy was jou => jij wast je)
sy  hem (hij wast zich)
haar  haar (zij wast zich)
ons  ons (wij wassen ons)
julle  jullie (jullie wassen je)
hulle  hen (zij wassen zich)

*

die => de of het

die vrou  de vrouw
die boek het boek

die vroue  de vrouwen
die boeke  de boeken

*

hierdie => deze of dit

daardie => die of dat

*

Sleutelwoorde

Enige van dié sleutelwoorde is dieselfde in Nederlands en Afrikaans, bv. iets =>iets, iemand =>iemand, tot =>tot. Enige anders is ‘n bietjie verkillend: so =>zo, sonder =>zonder, behalwe =>behalve.

binne  binnen
buite  buiten
na  na, achter
naby  naast, dichtbij
teen  tegen
vir  voor
voor  voor
sedert  sinds
gedurende  gedurende, terwijl, tijdens
alhoewel  alhoewel, hoewel, ofschoon
dan  dan, toen
terwyl  terwijl
almal  allemaal, alleman, alle
êrens  ergens
orals  overal
altyd  altijd, immer, steeds
elke  elk(e), ieder(e)
enige enig(e)

Die syfers is baie maklik:

een  een
twee  twee
drie  drie
vier  vier
vyf  vijf
ses  zes
sewe  zeven
agt  acht
nege  negen
tien  tien
elf  elf
twaalf   twaalf
dertien  dertien
twintig  twintig
honderd  honderd
duisend  duizend

deur door
‘n bietjie een beetje, eventjes
darem toch, wel
mos mos, immers, toch, inderdaad
amper bijna
heeltemal helemaal
graag graag, gaarne
net slechts
netnou zojuist, zo meteen
baie erg, zeer
omtrent over, aangaande
miskien misschien
nouliks amper
saam samen
‘n mens men
inteendeel integendeel (teen=>tegen)
dikwels dikwijls, vaak

van die des, der
bv. overgave des harten (= van die hart)

*

Word vervolg: ‘n lys van ongereelde werkwoorde (naamlik om die wys ‘preterit’ te maak ken, wat in Nederlands bestaan soos in Engels en Duits). En dit sal die einde van die metode wees!

Nederlandse ongereelde werkwoorde

Infinitive / Preterit / Past Perfect / Afrikaans

bakken bakte gebakken bak
beginnen begon begonnen begin
bewegen bewoog bewogen beweeg
bidden bad gebeden bid
bieden bood gebeten bied
bijten beet gebeten byt
blijken bleek gebleken blyk
blijven bleef gebleven bly
braden braadde gebraden braai
breken brak gebroken breek
brengen bracht gebracht bring
denken dacht gedacht dink
doen deed gedaan doen
dragen droeg gedragen dra
drinken dronk gedronken drink
eten at gegeten eet
gaan ging gegaan gaan
genieten genoot genoten geniet
geven gaf gegeven gee
gieten goot gegoten giet
hangen hing gehangen hang
hebben had gehad
heten heette geheten heet
houden (van) hield gehouden hou (van)
kiezen koos gekozen kies
kijken keek gekeken kyk
komen kwam gekomen kom
kopen kocht gekocht koop
krijgen kreeg gekregen kry
kunnen kon gekund kan, ken
laten liet gelaten laat
lezen las gelezen lees
liggen lag legen
lijken leek geleken lyk
lopen liep gelopen loop
moeten moest gemoeten moet
mogen mocht gemogen mag
nemen nam genomen noem
raden raadde, ried geraden aanraai
rijden reed gereden ry
roepen riep geroepen roep
ruiken rook geroken ruik
schenken schonk geschonken skenk
scheren schoor geschoren skeer
schieten schoot geschoten skiet
schijnen scheen geschenen skyn
schrijven schreef geschreven skryf
schrikken schrok geschrokken skrik
slaan sloeg geslagen slaan
slapen sliep geslapen slaap
sluiten sloot gesloten sluit
snijden sneed gesneden sny
spreken sprak gesproken spreek
springen sprong gesprongen spring
staan stond gestaan staan
stelen stal gestolen steel
sterven stierf gestorven sterf
treden trad getreden tree
treffen trof getroffen tref
trekken trok getrokken trek
vallen viel gevallen val
vangen ving gevangen vang
varen voer gevaren vaar
vergeten vergat vergeten vergeet
verliezen verloor verloren verloor
vinden vond gevonden vind
vliegen vloog gevlogen vlieg
vragen vroeg gevraagd vra
vriezen vroor gevroren vries
wassen waste gewassen was
werpen wierp geworpen werp
wijzen wees gewezen wys
willen wilde, wou gewild wil
winnen won gewonnen wen
worden werd geworden word
zeggen zegde, zei gezegd
zenden zond gezonden stuur
zijn was geweest wees
zingen zong gezongen sing
zitten zat gezeten sit
zoeken zocht gezocht soek
zwemmen zwom gezwommen swem

*

Ek kan verstaan die aanwesigheid van ‘n soort spanning tussen Afrikaans- en Nederlandssprekendes. Inderwaarheid toe Afrikaans ‘n outonome, amptelike taal geword het, het die Nederlandse taal sodanig ‘n bietjie van sy mag verloor. Soos ‘n boorbeeld van die spanning (toets u Nederlands met hierdie teks):

Zelfmoord – De Boekuil, Verl. Ndl. Boekhandel, Antwerpen 1925, Nr. 2.

Het Zuid-Afrikaansche is thans een officieele taal en op gelijken voet gesteld met het Engels. Hoe die voet van gelijkheid er na tiental jaren uit zal zien, is niet twijfelachtig. – Verstoken van die bronnen die elke levende taal in ouden tijd heeft aangeboord, is concurrentie met het Engelsche eenvoudig onmogelijk en spoedig zal de oude boerentaal alleen nog op de oude hoeven gesproken worden.

M.R. Breyne, Afrikaans, Leipzig 1936, bl. 3

Maar ek glo die Boere kan nie Nederlands totaal ignoreer nie sonder om van hulle eie geskiedenis vreemd te word.

Toe jy die ou F.W. De Klerk hoor sê sy sê in Engels in die Parlement (video’s op YouTube bv.) en dit is so klaar dat Engels nie sy moedertaal is nie want sy stembuiging is so verskillend van egte Engels en hy veg om die woorde uit te spreek, verstaan jy hoe veel hierdie mens ‘n bediener van vreemde interesse was en nie van sy eie volk s’n nie. En jy hoor ook die “Speaker” sê: “Order! Order!”. Kon hy nie sê “Orde” nie? Dit het al en geheel ‘n poets geword. Suid-Afrika is al voor 1994 opnuut ‘n Britse Dominion geword.

Hoe kan ‘n mens die Boerehelde eer bewys sonder hulle taal te verstaan? Het President Kruger bv. nie Nederlands gepraat nie? Sy taal was geen hedendaagse Afrikaans nie, en was beswarlik te verstaan sonder tenminste ‘n klein kennis van Nederlands. (Nov. 2009)

Louxor : Le Film

À peine avais-je publié sur mon blog il y a deux jours le manuscrit envoyé par mon ami X. (voir mon précédent post) que je recevais par voie postale express, hier, un colis de la part de mon ami Y., perdu de vue lui aussi depuis plusieurs années et qui me demandait à son tour de publier ses écrits.

Las ! appelant aussitôt son ex-femme pour qu’elle me donne un numéro où joindre Y., celle-ci m’apprit qu’il s’était suicidé hier, et ce lors d’une conversation par webcam avec elle, donc devant ses yeux, ce dont elle est extrêmement traumatisée.

Compte tenu de ces circonstances, et de mon amitié ancienne avec Y., je ne peux me dérober à sa requête. Voici donc ses textes, avec la lettre qu’il m’adressa.

Mais je vous en supplie, mes amis, trouvez un autre moyen de faire connaître vos écrits que mon blog, surtout si vous entendez mettre fin à vos jours ! Vous pouvez créer vos propres blogs sans frais (à condition d’accepter de la publicité au milieu de vos textes) ou vous pouvez publier sur des forums en ligne, qui ont souvent une audience bien supérieure à celle d’un blog individuel. Et je ne passerai plus à mes propres yeux et sans doute à ceux d’autrui pour quelqu’un qui favorise les entreprises suicidaires ! Merci de votre compréhension.

*

Salut, l’ami !

En voyant, lors d’une de mes régulières visites sur ton blog tellement intéressant, que tu as publié des textes de ce bon vieux X. (paix à son âme), il m’est venu une idée : te faire la même demande. C’est le seul moyen pour moi de toucher une audience considérable et un public informé, cultivé.

Je te le demande au nom de notre amitié ancienne et je suis sûr aussi que tu reconnaîtras l’intérêt que présentent ces textes. J’ai réuni ces ébauches sous le titre LOUXOR : Le Film, qui en est la pièce centrale. Il s’agit de géopolitique de l’islam, sujet ô combien d’actualité !

Le film en question est resté et restera à l’état de projet. C’est dommage. J’ai eu quelque espoir de le voir concrétiser avec l’élection en Égypte du Président Morsi, mais le coup d’État a mis fin à mes illusions. Les quelques contacts que j’avais pris à ce sujet ne m’ont plus donné de nouvelles (je sais qu’au moins l’un d’eux a été assassiné et qu’un autre croupit en prison).

D’avance merci, mon cher ami, et bonne continuation.

Ton dévoué,

Y.

P.S. Inutile de faire connaître mon nom.

*

Apologie de l’Émirat islamique d’Afghanistan (1996-2001)

Les Talibans sont des héros. Les Talibans ont pacifié l’Afghanistan en proie aux luttes factieuses après le départ des chars soviétiques. Les Talibans ont éliminé le blaireau Massoud à la botte de l’Occident pro-sioniste. Les Talibans ont appliqué la charia en Afghanistan de sorte que, par exemple, la production d’opium avait été quasiment éradiquée. Le régime des Talibans a été renversé mais ils continuent de contrôler certaines provinces du pays et sont le fer de lance de la lutte armée contre les troupes d’occupation pro-sionistes.

Les Talibans sont la hantise d’un Occident dégénéré, qui apporte en Afghanistan la démonstration de son impuissance.

La presse rapporte aujourd’hui le cas de femmes brûlées vives, évoquant par exemple un homme « tombé dans l’héroïne et dans l’alcool » coupable d’un tel acte. Ceci aurait été impensable sous les Talibans. L’homme aurait été flagellé ou pendu pour son intoxication avant de pouvoir s’en prendre à qui que ce soit. Le problème de ces femmes n’est pas l’application du droit musulman mais le chaos importé par les armées pro-sionistes : production de drogue remontée en pleine puissance (l’Afghanistan est de nouveau le principal producteur international de pavot) et importation d’alcool pour créer la confusion parmi les populations locales. (Nov. 2006)

*

Les accords politiques n’impliquent pas nécessairement une proximité idéologique. Le Troisième Reich a eu l’idée de rétablir le califat pour les Musulmans, en donnant le titre de calife au roi Ibn Séoud. Nous pouvons reprendre la même idée, avec l’accord suivant : nous aidons l’islam à reconstituer un califat, en contrepartie de quoi le califat rapatrie la majeure partie, voire la totalité, des populations islamiques aujourd’hui présentes sur le sol européen. C’est un accord de bon sens.

L’islam a surtout besoin aujourd’hui de se faire respecter sur ses propres terres. Les gouvernements à la botte des États-Unis doivent être renversés et des autorités islamiques instituées dans tous les pays de tradition musulmane. Ces nouveaux pouvoirs en place se préoccuperont davantage du peuple, qui n’éprouvera plus le besoin d’émigrer. De même, les aspects revendicatifs de l’islam n’auront plus de raison de s’exporter.

Si, après cela, ils veulent, comme certains le pensent, nous envahir, nous conquérir, nous saurons nous défendre. Ce sera : Que le meilleur gagne. Mais les Musulmans n’ont pas de fantasme de conversion universelle. Ce qui se passe actuellement, et qui les met à raison en colère, c’est que la souveraineté des États et des peuples arabes, en particulier, n’est pas respectée par les États-Unis, à cause des sionistes. Aidons-les à retrouver leur souveraineté et ils nous aideront à retrouver la nôtre. (Nov. 2006)

*

LOUXOR : Le Film

Ne vous demandez pas ce que le djihad peut faire pour vous, mais demandez-vous ce que vous pouvez faire pour le djihad. (Kennedji)

Vous vous souvenez des attaques contre des touristes sur le site de Louxor, en Égypte, en 1997, au cours desquelles trente-six Occidentaux trouvèrent la mort, principalement des Suisses (paix à leur âme). Je voudrais réaliser un film, une super-production, sur l’histoire des attentats. Ce serait grandiose, du Cecil B. DeMille à la gloire des moudjahidines.

D’abord, on verrait la vie de quelques-uns des moudjahidines au Caire, ville tentaculaire et délabrée dirigée par un gouvernement corrompu à la solde des États-Unis et d’Israël. Leur grand et noble cœur s’afflige de l’état dans lequel se trouve leur pays à cause des élites occidentalisées qui méprisent le peuple. Ils deviennent de plus en plus dégoûtés et fanatiques, rejoignent des groupes militants et commencent à s’entraîner pour une opération d’envergure.

Ensuite, on voit les touristes débarquer en Égypte. Dans le film, ce sont beaucoup d’Américains et d’Israéliens. Ils veulent des prostituées, demandent de préférence, pour cela, des Égyptiennes de moins de douze ans. Ils se bourrent la gueule devant les autochtones. Il y a parmi eux deux agents du Mossad homosexuels, qui viennent pour dégrader la situation politique un peu plus dans le pays, ainsi qu’un producteur de films pornographiques de nationalité israélienne, par ailleurs membre de la mafia dite « russe ».

Puis vient le jour de leur visite au site archéologique et touristique de Louxor. La scène doit durer au moins une demi-heure, avec chasse à l’homme (des moudjahidines contre les touristes puis des soldats égyptiens rappliqués sur les lieux contre les moudjahidines) et action pure (avec highjacking d’autocars de tourisme, ce qui est pleinement fidèle à la réalité). La scène pourrait être vraiment captivante. Les attaquants s’emparèrent de bus de tourisme et il s’ensuivit une véritable course-poursuite avec la police et des jeeps de l’armée, peut-être même des blindés, pendant que ça canardait dans tous les sens, parmi les ruines monumentales des pharaons. À la fin, ce sont les bons qui gagnent, avec quelques martyrs. Mission accomplie.

Le film s’appellerait LOUXOR. (Jan. 2007)

ii

Voici un document qui montre que mes personnages ne sont pas une invention et une diffamation mais que je les tire de la triste réalité. Il s’agit du démantèlement en l’an 2000 au Brésil d’un réseau de prostitution enfantine pour touristes israéliens, réseau organisé par le consul israélien à Rio de Janeiro, lequel s’est enfui en Israël avant que la police puisse l’interroger :

I have on my desk at the moment a news item from Brazil. It is dated July 5 –that’s just 10 days ago– and was reported by Reuters news agency. It is about a child prostitution ring operated in Brazil by Israeli diplomats in order to satisfy the sexual appetites of Israeli tourists. I’ll bet you haven’t seen anything about this on whichever network television news program you watch. The head of the child prostitution ring is Arie Scher, Israel’s consul in Rio de Janeiro, The ring recruited girls as young as nine years old and organized sex parties with the children for Israeli tourists. One of the child prostitutes was questioned by Brazilian police and led them to the home of a Hebrew language teacher in Rio, Georges Schteinberg, where police seized photographs of hundreds of naked children and videos taken at sex parties with the children. Viewing the videos, police officials recognized the swimming pool and deck of the Israeli consul, Arie Scher, which was the scene of many of the sex parties.

Arie Scher was immediately whisked out of Brazil by the Israeli government before the Brazilian police could question him.

(Overthrow.com)

iii

Sinon, j’ai un autre projet, Ta-Marbuta le petit chameau, mais ce n’est pas le même genre… (Avril 2009)

*

Un bas-du-front islamophobe poste en ligne une vidéo de Talibans châtiant une femme sur la voie publique, avec le commentaire : « Âmes sensibles s’abstenir (de regarder) ». Je ne crois pas que frapper nonchalamment les mollets d’une femme avec une sorte d’élastique, une lanière (mettons que ce soit, au pire, un nerf de bœuf) appelle un tel commentaire. Serions-nous devenus aussi sensibles à la douleur ?

Il y a deux courants chez nos immigrés : d’un côté, le rap et la délinquance, de l’autre, l’islam. Je fais très clairement la différence. L’islam est un allié non seulement contre les élites occidentales corrompues mais aussi contre les immigrés de la première catégorie. Je souhaite donner aux imams davantage de pouvoir dans les cités, quasiment toute latitude pour couper la main des voleurs, flageller ceux qui écoutent du rap et exécuter les violeurs et assassins. C’est aussi simple que ça.

Quelqu’un comme Maurice Dantec fait quant à lui l’amalgame. D’abord, il vous dit qu’il déteste le rap et cette culture bestiale d’origine américaine, puis ensuite il fustige les religieux musulmans, qui fomenteraient selon lui cette même culture… Quel paradoxe ! Si c’est vrai, je demande qu’on m’en apporte la preuve ou au moins des indices.

Je n’ai aucune sympathie pour les immigrés qui ont adopté et importé le rap américain chez nous. Par contre, l’imam de banlieue qui s’élève contre la corruption de l’Occident, que voulez-vous que je lui dise ? Je pense exactement la même chose que lui. (Mars 2007)

*

Gloire à Mahmoud Ahmadinejad, vainqueur incontesté des élections avec 60 % des voix. Quelle belle journée !

Après tant d’articles et de reportages de la presse française, comme de la presse de tous les régimes pro-sionistes, qui a pris comme d’habitude ses rêves pour la réalité et se voyait déjà dans le meilleur des mondes sionistes, la voix du peuple a parlé et le programme d’indépendance nucléaire de ce fier pays peut se poursuivre en toute tranquillité.

Même si les médias continuent de prendre leurs rêves pour la réalité. Ils sont en train de nous dire, à présent, que la jeunesse iranienne pleure. Je ris avec la jeunesse iranienne !

C’est comme avec Berlusconi : avant les élections, les journaux français nous le disaient fini en raison de ses « frasques », de la demande en divorce de sa femme, de « papounet », etc., mais il n’en finit pas de laminer la gauche, aux élections européennes comme aux élections locales qui ont immédiatement suivi.

À force de prendre leurs rêves sionistes pour la réalité, un jour on finira par ne plus les prendre au sérieux, ma parole !

NEJAD FOR EVER!

(Juin 2009)

ii

Sarko-Nagy-Bokza, gouverneur pro-sioniste de la province France, a condamné la fraude électorale en Iran et, pour les médias pro-sionistes, l’élection de Nejad le Grand ne peut qu’être truquée. Ces vaines attaques, qui ne s’appuient sur rien, sont le pathétique témoignage de leur rage imbécile.

À présent, des foules de jeunes Iraniens manipulés sont dans la rue. Les manipulateurs ont les poches pleines de dollars. Ces jeunes travaillés au porno sur le dark net parlent de « dictature » parce qu’ils ne comprennent pas que les masses laborieuses et paysannes détestent ces racailles occidentalisées qui ne représentent qu’une minorité de la population (tout au plus 37 %) mais se croient permis de contester le résultat d’élections libres, poussés à la violence par des agents provocateurs et leurs bas instincts.

Cette minorité qui constitue l’onaniste petite bourgeoisie des centres urbains dégénérés et golémisés par les pervers sionistes est le porte-drapeau des médias mondialisés.

Si ces soixante-huitards basanés s’excitent autant, c’est qu’ils sont persuadés que les Occidentaux les soutiennent, vautrés derrière leurs écrans de télévision…

Le parfum de romantisme que lesdits médias puants veulent vaporiser sur ces éructations violentes de machines auto-érotiques s’accommode mal des remugles d’égouts qui sont le lait et le miel de ces contestataires avariés.

J’adresse mes félicitations au Président Ahmadinejad pour sa victoire.

*

J’ignore quel danger représente l’islam, et je crois que la plupart des gens confondent « danger » et « nuisance ». Si nous avions une immigration massive de Croates, ces personnes parleraient d’un « danger » croate, parce que l’immigration de travail apporte au pays d’accueil une vile populace corvéable à merci qui cumule toutes les tares de sa race, quelle que soit celle-ci. Il ne s’agit pourtant que d’une nuisance. (Octobre 2009)

*

Saïda Savitri (1942) affirme que les textes grecs de l’Antiquité ont été connus en Occident à la Renaissance seulement. Je suis perplexe. Les commentateurs arabes de la philosophie grecque, et leurs traductions, étaient connues en Occident depuis le Moyen Âge. Averroès (Ibn Rochd), par exemple, était très lu des clercs, au point qu’on parle d’un courant de pensée averroïste dans l’Europe chrétienne. Ce qui caractérise la Renaissance, c’est la lecture des textes grecs originaux, par le canal des Grecs byzantins (notamment des émigrés après la prise de Byzance par les Turcs en 1476). La Renaissance correspond donc en réalité au reflux de l’influence arabo-musulmane dans l’Europe intellectuelle, par l’accès direct aux sources grecques originales.

Du reste, je ne fais pas partie de ceux qui considèrent la Renaissance comme une ère de progrès intellectuel. Cette période se caractérise surtout par les progrès d’un scepticisme matérialiste.

*

Je relève actuellement deux groupes numériquement significatifs d’adeptes du national-socialisme sur Facebook. L’un, NAZI, a été créé par un Indonésien et compte près de 700 membres. L’autre, Mein Führer, a été créé par un Turc et compte un peu plus de 1 100 membres.

La caractéristique de ces deux groupes est que les Blancs ne sont pas la majorité des membres. On y trouve un peu de tout, dont des femmes voilées, d’ailleurs un nombre considérable de Musulmans dans les deux cas et ce n’est pas étonnant vu la nationalité des créateurs de ces groupes. (Jan. 2010)

*

Dubaïgate : Les Assassins assument

Les Mossadiens ne s’embarrassent pas de broutilles telles que la dignité d’États amis. Qu’ils trafiquent de faux passeports à la nationalité de ces alliés et assassinent un homme pour raison d’État grâce à ces passeports frauduleux, quoi de plus bénin ?

Et pourquoi, s’il vous plaît, prendraient-ils la moindre précaution ? « Il est peu probable que l’enquête aille très loin, Londres, Dublin et Paris ayant annoncé hier que les passeports britanniques, irlandais et français étaient des faux. » (Le Figaro, 17.02.2010)

Les assassins étaient on ne peut plus contents d’eux. « La presse israélienne, qui publiait hier en une les photos des onze suspects, ne prenait que des précautions ironiques pour ne pas attribuer l’opération au Mossad. » (ibid.)

Cependant, au milieu des réjouissances, on apprend que les ambassadeurs israéliens sont convoqués par leurs homologues, dans les pays concernés par les usurpations d’identité. Les sionistes ont dû être les premiers surpris. Le ton a donc changé ; la presse, hier « ironique », devient venimeuse.

« Le Jerusalem Post (…) donne le ton : ‘Il y a de bonnes raisons de penser que certains représentants de l’intelligentsia et des médias en Grande-Bretagne se seraient livrés aux mêmes critiques si, dans l’hôtel (dubaïote), s’était trouvé Oussama Ben Laden ou Adolf Eichmann.’ » (Figaro 20-21.02) Des nazis !

Mais pas de quoi s’affoler non plus. Un M. Tzvi Stauber, ancien ambassadeur à Londres, met les points sur les tzvi : « S’il s’avère que le Mossad a réalisé cette opération, les Britanniques gèleront, au pire, les relations entre le MI 6 et le Mossad, mais cela ne devrait pas aller beaucoup plus loin et ce boycott ne durera pas. La vie continuera. Après tout, ce sont les Britanniques qui ont inventé le métier d’espion. » (ibid.) Et le métier d’assassin ?

Pour conclure, le Jerusalem Post à nouveau : « Ceux qui dénoncent le Mossad ne comprennent pas que, parfois, la fin justifie les moyens. » (ibid.)

Quelle belle mentalité. Et c’est un État ami, ça ? (Février 2010)

*

« Washington à la conquête du ‘9-3’ »

Les Yankees craignent de voir nos banlieues se transformer en centres de formation pour kamikazes. Ils essaient de contrer la radicalisation islamique de ces quartiers en attirant les jeunes vers leur modèle+, car ils savent que les kamikazes viseront avant tout le centre névralgique de l’Occident, les États-Unis, et pas cette petite périphérie qui s’appelle la France gaulliste.

La tactique employée ne peut que renforcer partout en Occident un multiculturalisme amorphe qui est la clé de voûte du modèle américain.

D’ailleurs, ils se mettent le doigt dans l’œil. Les kamikazes arrêtés ces derniers temps (le Pakistanais de Times Square, le Nigérian de je ne sais plus quel vol aérien, etc.) font partie de ces jeunes formés aux U.S. pour s’y voir révéler les bienfaits de la civilisation yankee. Il faut donc s’attendre à entendre parler demain de kamikazes issus des « quartiers » français et qui paraissaient tellement bien intégrés chez leurs chaperons yankees… (Juin 2010)

+Apparemment, la télé (99 % de productions américaines) ne suffit plus.

*

Le Président de Bosnie de 1990 à 1996, Alija Izetbegovic, Musulman, était un ancien membre recruteur de la SS-Handschar et avait fait trois ans de prison à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Quand il est devenu Président, il a créé au sein de l’armée bosniaque une division d’élite qu’il a nommée Handschar.

*

Si le « panislamisme » était une réalité, l’islam, qui est la première religion du monde, dominerait le monde, mais ceux qui, parmi les nationalistes européens, raisonnent en ces termes et brandissent cette vaine menace passent sous silence les différences et les différends qui traversent l’islam et le fragilisent, les antagonismes de sectes et de races, entre sunnisme, chiisme, ismaélisme, Arabes, Persans, Turcs, Malais, Noirs…, qui rendent une action commune au sein de ce supposé bloc « panislamiste » hyper-problématique. La langue commune la plus employée pour les échanges au sein de ce bloc n’est du reste même pas l’arabe, langue du Coran, mais l’anglais.

La mondialisation, notamment la croissance exponentielle du nombre des pèlerins de La Mecque du fait de la massification des vols aériens, est peut-être susceptible à long terme de créer des liens à dynamique centripète dans le monde musulman et de développer une conscience panislamiste universelle, mais une telle tendance est à ce jour imperceptible géopolitiquement parlant.

*

La déportation par Staline de peuples entiers (Tatars de Crimée, Tchétchènes et Ingouches, Kalmouks…) est ainsi présentée par l’Agence France Presse (AFP) : « La raison de leur déportation a été que certains (peuples) étaient prêts à collaborer avec l’occupant (nazi) et d’autres étaient soupçonnés des mêmes intentions. Une thèse rejetée par les historiens occidentaux et les experts russes indépendants. »

Que cette mauvaise source donne des noms : qui sont ces « historiens occidentaux » et ces « experts russes indépendants » qui nient les intentions de collaboration des Musulmans du Caucase avec les puissances de l’Axe ?

D’ailleurs, quelle différence entre « être prêt à collaborer » et « avoir l’intention de collaborer », qui est la seule distinction faite par cette dépêche ? Ça n’a aucun sens !

Or il ne s’agit pas d’intentions de collaborer mais de collaboration effective. Les noms des organisations impliquées de part et d’autre ainsi que les opérations menées sont connus.

Les cadres traditionnels, religieux et politiques, de ces peuples du Caucase, persécutés par le stalinisme, ont collaboré. Ces peuples ont été déportés à ce titre.

L’AFP raconte des sornettes et le manuel d’histoire qui ne parlerait que d’« intentions » de collaborer, aussi, comme si les tribunaux d’épuration auto-proclamés, officiels ou secrets, n’avaient pas de quoi épurer, pour le travail de mémoire, jusqu’à la fin des temps. (Septembre 2010)