Philo 11 : Révolution et révolution

Non-assistance, port d’armes et frais contingents d’avocat

« Détresse dans le métro : réagiriez-vous ? Ils testent la réaction des passagers dans le métro. »

Il s’agit d’une caméra cachée dans laquelle un homme importune lourdement une femme dans une rame de métro, les deux étant des acteurs, afin de filmer la réaction des passagers. C’est finalement une femme qui réagit en demandant à l’homme de cesser ses importunités. La vidéo se termine sur le traitement par les journaux télévisés de l’absence de réaction à des agressions de ce genre.

Les journaux télévisés sont incapables de commenter le sujet de manière pertinente.

Il n’y a pas de délit de non-assistance à personne en danger quand le témoin peut raisonnablement penser qu’il se mettrait en danger lui-même. L’exemple classique est la personne qui voit quelqu’un se noyer et ne sait pas nager : on n’attend pas d’elle qu’elle saute à l’eau car elle ne ferait que se noyer elle aussi, sans sauver personne. (En revanche, on considérera qu’elle doit alerter d’autres personnes et ne doit pas simplement passer son chemin.)

En cas d’agression, les gens qui ne reçoivent pas de formation particulière en arts martiaux ou d’autres formes de combat au corps à corps ne sont pas en mesure d’évaluer leurs chances de dissuader un agresseur, potentiellement armé, et je ne vois pas qui pourrait leur jeter la pierre s’ils ne réagissent pas, même pour dire « Arrêtez », car ce simple mot peut susciter une réaction violente de la part de l’agresseur, à savoir des coups, y compris avec une arme, des coups potentiellement mortels, c’est-à-dire qu’ils dirigeraient l’agression contre eux plutôt que contre la première victime, et personne n’a le droit de demander qu’un autre se porte victime à sa place.

En ce qui concerne l’agression filmée dans la vidéo, les passagers peuvent penser, et très certainement espérer, que l’agresseur finira par arrêter d’« embêter la dame » car on ne voit pas trop qu’il se mette à la violer devant tout le monde, et, si c’était le cas, il se mettrait en état d’être plus facilement immobilisé par un ou des témoins.

Qu’une femme, plutôt qu’un homme, réagisse à ce stade n’est pas étonnant, contrairement à ce qu’on pourrait penser, car il est plus probable que l’agresseur réagisse violemment (par la violence physique) à l’intervention d’un homme qu’à celle d’une femme : c’est une question de psychologie, relative à la compétition des mâles. Autrement dit, l’homme qui intervient doit s’attendre à un affrontement physique. Or un agresseur est potentiellement armé tandis qu’un témoin à coup sûr ne l’est pas, le port d’armes étant interdit en France. L’agression montre justement quel genre d’homme est l’agresseur, à savoir le genre à porter une arme au mépris de la loi. C’est ce que dit, au fond, le contrôleur des douanes en civil, témoin passif parmi les autres, interrogé dans la vidéo : il ne portait pas son arme et ne savait pas « si l’homme était armé », c’est-à-dire qu’il pensait bien que l’homme pouvait être armé.

Dans le passé –on peut le lire dans certains livres et le voir dans certains films–, quand quelqu’un criait « Au voleur ! », toute la rue courait après le voleur. Les mœurs ont bien changé, se dit peut-être le lecteur, mais c’est que la loi était différente : ne pas courir avec les autres, quelqu’un criant « Au voleur ! », était un délit. C’était l’époque où l’État n’entretenait pas une police de centaines de milliers de têtes. À présent, nous payons des impôts pour ces centaines de milliers de fonctionnaires, mais il faut encore courir après les voleurs ? On me voit venir. Augmenter les effectifs de la police ne sert à rien. La France est un État policier, le Royaume-Uni n’en est pas un, cela se voit dans les chiffres des effectifs de fonctionnaires et pas dans les chiffres de la délinquance, car il n’y a pas plus de délinquance, pas plus d’insécurité dans l’un (le Royaume-Uni) que dans l’autre (la France). La police ne défend pas les gens (les caméras non plus), elle ramasse les débris et nettoie le sang (ce qui ne demande pas tant de fonctionnaires) ; ce sont donc les gens qui doivent se défendre eux-mêmes et pour cela ils doivent être armés.

ii

On aura compris que je trouve ces caméras cachées de mauvais goût, de même que les journaux télévisés qui, à la fin de la vidéo, font un sujet non pas des agressions elles-mêmes (une « violente prise à partie » à Roubaix et des agressions verbales prolongées à Lille) mais de l’apathie des témoins. Je réponds ceci. Que jettent la pierre aux apathiques ceux qui savent se battre car, comme je l’ai dit, un homme ne peut intervenir que s’il est prêt à se battre, donc s’il sait se battre. Et il faut même qu’il soit très sûr de lui car les chances ne sont pas de son côté : il est désarmé tandis que l’agresseur est possiblement armé (sans parler d’artillerie lourde mais ne serait-ce que d’un poing américain, ce genre d’attirail de délinquant).

Est-ce qu’un homme est supposé savoir se battre ? Du temps où le service militaire existait, ça peut se discuter (et encore). Aujourd’hui, non, un homme n’est pas censé savoir se battre. Je ne compte pas les bagarres avec ses frères ou dans les cours de récréation ; même si cela peut constituer une petite expérience, passé un certain âge ça s’arrête (normalement). Par ailleurs, même en comptant ces petites bagarres, un enfant unique a bien des chances de ne s’être jamais battu de sa vie et les enfants uniques sont de nos jours plus la règle que l’exception. Enfin, un agresseur a statistiquement le profil de quelqu’un qui sait plus ou moins se battre ou en a davantage l’expérience que l’usager lambda des transports en commun. Donc, quand une femme, comme celle interrogée dans la vidéo, se plaint : « C’est une femme qui est allée raisonner l’agresseur, pas un des hommes présents n’a bougé », je me demande où elle se croit. Au temps des chevaliers ? Les chevaliers avaient des armes. Les femmes ont le droit de vivre leur vie, de sortir la nuit en petite tenue sans être molestées par des mâles agressifs ; ce qui est sûr aussi, c’est que c’est moins risqué avec un garde du corps. Il n’y a pas de délit de non-assistance à personne en danger quand les témoins ne savent pas se battre. Alors le témoin passe son chemin, ne va même pas chercher la police car il s’entendrait dire : « Pourquoi n’êtes-vous pas intervenu ? » et il ne pourrait pas répondre : « Et vous, pourquoi est-ce qu’on vous paye ? » car ce serait peut-être un outrage à M. ou Mme l’agent.

iii

Aux États-Unis, des gens qui, comme à Lille et Roubaix dans les exemples cités, se feraient agresser verbalement dans les transports en commun poursuivraient la société de transport en justice. Les journaux télévisés français feraient donc bien plutôt de se demander si les victimes en question ont l’espoir d’obtenir une réparation par voie judiciaire, ou plutôt pourquoi elles n’ont aucun espoir. C’est un peu plus préoccupant, à vrai dire, que le fait qu’aucun passager ne réagisse. Si la société de transport courrait un risque sérieux de verser des dommages-intérêts, elle consentirait des efforts pour que cela n’arrive pas. Aux États-Unis, ces sociétés étant des « common carriers », elles ont des obligations légales, telles qu’assurer la sûreté des passagers, c’est-à-dire qu’elles sont responsables civilement des dommages, physiques et psychologiques, subis par ceux-ci lors des transports.

Si, comme à Lille ou Roubaix, des avocats apprenaient les agressions verbales subies, ils se présenteraient spontanément aux victimes en leur proposant leurs services selon un contrat de « contingent fees », ou honoraires contingents : le client ne débourse rien tant qu’une décision de justice n’est pas prononcée et rien non plus si la décision ne lui donne pas raison, il ne paie l’avocat que si celui-ci lui a fait gagner des dommages-intérêts en justice, un pourcentage de ces réparations décidé à l’avance entre les deux. Or, en France, ce genre de contrat est INTERDIT ! Les victimes sont donc laissées à elles-mêmes, la plupart ignorant le droit (je ne sais pas, bien que cela me semblerait aller de soi, si les victimes d’agressions peuvent se retourner contre une société de transport, mais ces sociétés étant toutes plus ou moins publiques cela suppose, en France, l’intervention du juge administratif, un juge partial par construction et définition). En France, il existe certes l’aide juridictionnelle, c’est-à-dire une prise en charge d’une partie des frais d’avocats pour les personnes à faibles revenus mais c’est de la plaisanterie : aucun avocat, dans ces conditions, ne vient proposer ses services aux victimes, qui parfois ne savent même pas qu’elles sont victimes au sens juridique, alors qu’elles souffrent.

*

Révolution et révolution

« Que faire contre une révolution qui a tellement raison ? Rien. L’aimer. C’est ce que font les nations. La France se donne, le monde l’accepte. Tout le phénomène actuel est dans ces quelques mots. On résiste à l’invasion des armées ; on ne résiste pas à l’invasion des idées. » (Victor Hugo)

Le prototype du chauvin boursouflé. « La France se donne, le monde l’accepte… » Ce que le monde (non anglo-saxon) doit à la France, c’est l’État policier. La vraie révolution démocratique a eu lieu aux États-Unis, Tocqueville a tout dit à ce sujet et rien des événements ultérieurs ne l’a démenti à ce jour.

« La démocratie américaine a surtout été inspirée par Montesquieu » me répond-on. Certes, mais Montesquieu est lui-même inspiré par Locke et Locke est par ailleurs aussi une source directe de la démocratie américaine, avec d’autres. L’esprit de Montesquieu est davantage présent dans la république américaine que dans la république française (même si les bustes de Montesquieu sont chez nous et pas chez eux).

ii

Les États-Unis indépendants n’ont pas soutenu les guerres révolutionnaires de la France. La question a été débattue et tranchée conformément à la réalité de la révolution française : celle d’un mouvement sans vision, d’une caricature à mépriser.

iii

Il y a statistiquement bien plus de chances qu’un Américain soit désigné membre de jury qu’un Français. Chez nous, il n’y a de jurys qu’au pénal, donc pour juger dans des affaires criminelles (devant une cour d’assises). Aux États-Unis, les jurys jugent aussi des affaires civiles, avec des modalités différentes selon les États : au Texas, les affaires de divorce passent devant un jury, dans le Delaware les affaires de droit commercial ne passent pas, par exception, devant un jury (et c’est sans doute pourquoi la plupart des grandes sociétés américaines sont « incorporées » au Delaware), etc. On peut penser que la démocratie consiste à poser un bulletin dans une urne régulièrement (avec le sourire, s’il vous plaît) mais on peut aussi lire Tocqueville (De la démocratie en Amérique) et pleurer que ce grand auteur français soit si peu lu dans son pays.

On pourrait ajouter que la plupart des juges aux États-Unis sont élus mais c’est sans doute encore un détail insignifiant, sinon comment les Français accepteraient-ils de ne pas élire leurs juges ?

*

Comment le droit dit de la presse ne serait-il pas une censure objective dès lors que personne ne peut être certain que sa propre interprétation subjective prévaudra sur d’autres interprétations subjectives ? Or le principe est que nul n’est censé ignorer la loi et pas que chacun doive lire dans les pensées d’un fonctionnaire ou d’un juge ! Les gens s’autocensurent mais la raison en étant un mécanisme institutionnel cela fonctionne de la même manière qu’un bureau de censure gouvernemental, même si c’est plus hypocrite.

*

La culpabilité de n’importe quelle parole est facilement démontrable : cf. le schéma de Schopenhauer dans Le monde comme volonté et comme représentation.

*

Les juges ne vivent pas pour la loi mais de la loi. Les fonctionnaires ne vivent pas pour l’État mais de l’État. Et tous des bousilleurs.

*

Les appelés du service militaire étaient soumis aux obligations de réserve du soldat : pas de réunion ni d’activité politique ou syndicale, autorisation du ministre (pas moins) pour évoquer publiquement une question politique, mettre en cause une puissance étrangère ou une organisation internationale…, et ils étaient passibles du tribunal militaire, appliquant le code de justice militaire. – C’était la principale fonction du service : apprendre aux futurs fonctionnaires (on parle de la France) à vivre privés de droits.

*

Kierkegaard : Le paroxysme de la passion subjective est le souci de la béatitude éternelle.

*

L’homme du télos absolu selon Kierkegaard, cet homme qui ne se fait pas moine, car c’est là une « extériorité », mais est incognito dans le monde, ressemble fort au stoïcien critiqué par Schopenhauer : il prend les choses du monde en disant « bah » – mais il les prend ! Il ne se prive de rien.

*

La routine est le maximum d’une chose, pourtant il n’y a rien à raconter. S’il n’y a rien à dire du plus, rien non plus à dire du moins.

*

Aragon, le chantre de la fidélité conjugale ? Quelqu’un qui insiste autant pour dire qu’il a fait une croix sur son passé – depuis Elle – parle plus de son passé que d’Elle. Il y a des nostalgies plus discrètes.

*

Les Français n’osent pas trop se vanter que la France soit le berceau du surréalisme, pourtant ils sont prompts à se vanter.

*

L’étendard meuglant est levé.

*

Joseph Pujol, le Pétomane, est notre Mozart.

*

Goethe, un petit-maître dans le goût français. Peu apprécié en Allemagne, selon Mme de Staël.

Son Faust est tiré de Marlowe.

*

L’exemple de vos aînés vous en dit assez sur le néant de sublimité de tout amour, pourtant vous ne le voyez pas ; vous ne pouvez croire qu’ils ont vécu, ces grotesques, ce que vous vivez, mais vous serez grotesques comme eux car ce que vous vivez n’est autre que le chemin vers ce qu’ils vivent et que vous voyez lucidement.

*

Pour Gérard de Nerval (Labrunie), Schiller est d’un « idéalisme parfois absurde ». C’est un pendu qui parle.

*

Celui qui parvient à la dominance par la voie de l’intrigue est un gorille de papier.

*

Il n’y a pas de bons poètes avec de faux noms.

*

Ils sont tous pour Proust contre Sainte-Beuve mais la seule question qu’ils se posent : « Était-ce un homme à femmes ? »

*

Ils font tout pour qu’on croie qu’ils sont seuls au monde, les poètes pères de famille.

*

Daniel Boulanger fut scénariste sur certains films, dialoguiste sur d’autres. Qui était le carcassier ? Aucun de ces produits hybrides n’est une œuvre.

*

Les règles de l’art n’ont pas été imposées par des rois ou des bureaucrates, des règlements de police.

*

Quand vous lisez les mots « sans filtre », c’est le filtre qui parle.

*

En quoi le racisme est-il pire que le patriotisme ?

*

Quelle idée de nommer ambassadeurs des poètes, de leur faire représenter leur pays par des mondanités !

*

Il faut être crétin pour penser qu’il y a de la poésie dans le sexe.

Jamais la musique n’excite sexuellement – la musique qui est le modèle de tous les arts, l’art primordial.

Mais, Reverdy : la poésie peut être mise partout. Partout sauf dans le sexe.

*

La république de Platon n’est pas une utopie : c’est dans cette réalité-ci que les poètes n’ont pas droit de cité.

*

Des médailles sur des écailles.

*

Le concept de maladie mentale « fonctionnelle », sans lésion organique, peut servir à créer autant de fous que l’on veut.

*

Le plus impressionnant, dans le chiffre de 99 % de fiabilité d’une technique de police scientifique, est le taux d’erreur judiciaire qu’implique l’utilisation de cette technique : une condamnation sur cent est une erreur.

*

« On ne naît pas femme, on le devient » ne veut dire au fond qu’une chose, se défend Simone, c’est que le statut des femmes n’est pas forcément le même d’une société à une autre. Une platitude. Sous le paradoxe, une platitude. Cela résume l’existentialisme.

*

Les défenseurs anti-intellectuels de la publicité

« Il est empiriquement vérifiable que le degré d’hostilité croît avec le niveau d’instruction (…) les intellectuels peuvent exprimer des jugements très violents contre la réclame, probablement parce que nos maîtres à penser ressentent toute publicité comme une concurrence déloyale. » (Gérard Lagneau, Sociologie de la publicité, 1983)

Cette pique d’un anti-intellectualisme primaire est en outre dérisoire : un intellectuel n’entre pas en concurrence avec un marchand de lessive.

Elle est dérisoire mais elle n’est guère étonnante, et que des gens supposés appartenir au milieu intellectuel, comme des universitaires, fassent leur le point de vue commercial n’est guère non plus étonnant car nous connaissons la différence entre Universitätsphilosophie et philosophie, la première étant la caricature dégénérée de la seconde.

Or la réponse à cette pique se trouve chez l’auteur lui-même, qui l’y a mise sans la voir (il ne faut pas trop en demander aux anti-intellectuels) : « La cible publicitaire idéale, dans ces conditions, sera celle qui obéit à une loi ‘normale’ sous le rapport qui intéresse le publicitaire. La représentation graphique d’une courbe dite ‘en cloche’ réalise le meilleur compromis possible entre les diversités individuelles et l’homogénéité collective. »

L’intellectuel n’est jamais « la cible idéale » car il se trouve à une extrémité de la courbe. La publicité est précisément le message que son instruction le conduit à regarder avec hauteur, comme un manque d’instruction et de culture.

La tolérance à la publicité est le signe certain d’un tel défaut. Il est absolument vrai que plus l’individu est cultivé plus il hait la pub : ceci ne peut souffrir aucune exception car l’homme cultivé n’est jamais la cible du message publicitaire qui s’impose à lui partout. Cet homme pourrait être indifférent à des messages sporadiques mais ce n’est pas possible vis-à-vis d’une exposition constante. Parmi les gens instruits, ceux qui supportent le mieux la publicité sont les plus mal dégrossis, les plus proches de la cible. L’enfant ne montre aucun rejet de la publicité.

Même quand elle fait fond sur des choses que l’on ne peut qualifier de médiocres a priori, comme la vie de famille, la publicité les rend médiocres par son traitement. Même quand elle fait fond sur la pulsion sexuelle et cherche en quelque sorte à séduire sexuellement, elle échoue en dépit de l’universalité de la pulsion, en raison des attentes différenciées en termes de séduction : certaines séductions charment les uns et repoussent les autres. Les séductions grossières repoussent les esprits raffinés, et les conceptions de séduction véhiculées par la publicité sont pour ces derniers tout simplement répugnantes. Autrement dit, l’homme de culture est condamné à vivre dans un monde qui lui répugne. Ce ne serait pas autant le cas sans la publicité car les relations entre hommes civilisés sont, même avec les classes les moins instruites, marquées par une certaine réserve ou retenue, qui fait complètement défaut à la publicité par principe.

*

Monument de la Victoire (อนุสาวรีย์ชัยสมรภูมิ) à Bangkok, Thaïlande, érigé en 1941 pour célébrer la VICTOIRE CONTRE LA FRANCE (guerre franco-thaïlandaise de 1940-1941) (Source : dreamstime)

Journal onirique 22

Période : septembre-novembre 2021.

Mes larmes sont bleues tant j’ai regardé le ciel et pleuré Mes larmes sont jaunes tant j’ai rêvé des épis d’or et pleuré

Mohamed al-Maghout

*

Sans titre, par Cécile Cayla Boucharel

*

J’appartiens à une organisation de lutte pour la libération de la Palestine. Un soir, un de mes équipiers, un Arabe, me conduit dans les toilettes d’un bar-restaurant. Là, il se met à frapper avec son briquet contre la porte d’un cabinet, comme s’il souhaitait en déranger l’occupant. En jaillit alors un colosse noir, qui lance un poing comme une boule de bowling contre la figure de mon équipier, lequel, s’attendant à une réaction de cette nature, parvient cependant à l’esquiver. Le poing percute le mur sans que le Noir semble ressentir la moindre douleur. Nous voyant déjà massacrés, je tombe au sol en glissant le long du mur, presque évanoui. Mon équipier crie qu’un groupe d’agents israéliens vient d’arriver en ville ; le Noir comprend que c’est une mission qu’on lui confie et, dans sa joie, se contente de pulvériser une portière de cabinet, plutôt que nous. Reprenant mes esprits, je me réjouis grandement d’une telle recrue.

La suite du rêve évoque les obscures dissensions entre Habbache et Lecache au sein du mouvement palestinien.

*

B. a fabriqué une montgolfière qu’il dirige avec une télécommande. Un ballon dirigeable, donc. Il fait la démonstration de sa maniabilité dans une cité HLM et je trouve très beau le vol de ce ballon violet entre les façades de diverses couleurs pâles, orange, rose, lilas…

Cependant, le ballon rapetisse à vue d’œil et finit par rebondir sur le sol comme un ballon de jeu. J’avais cru voir une flamme à l’intérieur mais de plus près je constate que ce sont des gouttes d’eau pure enfermées dans une poche à l’intérieur du ballon comme la goutte dans « l’améthyste de Picasso » (Claude Roy).

Nous sommes encore, B., quelques autres amis français et moi, pour plusieurs jours aux États-Unis. Nous logeons chez l’habitant, dans une maison dont le propriétaire nous loue une partie tout en louant l’autre partie à Y., une Américaine, avec qui j’ai fait connaissance.

Un matin, encore en robe de chambre, je suis le chat de la maison dans l’entrée commune aux deux parties, et plus exactement dans le prolongement de cette entrée qui conduit chez Y., où, tout en caressant le chat, j’ai un bout de conversation avec cette dernière. On sonne. Y. dit que c’est une amie qu’elle attend mais c’est tout un groupe de personnes qui passent à la queue leu-leu devant moi pour se rendre chez Y., et nous nous saluons, chacun me disant bonjour à son tour et moi disant bonjour à chacun. Ils sont tous, comme Y., membres d’une certaine église qui recrute au sein de la classe moyenne éduquée, une de ces nombreuses églises américaines dont un Français peut difficilement comprendre la raison d’être.

Pendant qu’ils défilent devant moi, pour varier la formule de mes salutations je dis à l’une de ces personnes, une femme : « Nice to meet you », à quoi elle répond (ce qui n’est pas, je crois, idiomatiquement correct) « Me too » (une traduction littérale de « Je suis ravi de faire votre connaissance », « Moi de même »), et cela provoque alors quelques pouffements de rire car cela pourrait donner à penser qu’elle fait allusion au hashtag #Metoo contre les violences sexuelles, me dénonçant comme un agresseur.

Toute cette séquence est à vrai dire embarrassante car ces inconnus me voient alors que je suis encore en robe de chambre (ce qui pourrait à la limite passer pour une forme d’atteinte sexuelle, d’exhibitionnisme). Quand enfin tout le monde est passé, je me remets à caresser le chat. J’entends une des nouvelles venues demander à Y. qui je suis et Y. inventer une histoire la mettant en valeur auprès de son invitée : elle raconte que je suis un prestigieux conférencier français qu’elle a rencontré aux Conférences de Champigny, qui sont apparemment une rencontre œcuménique internationale. Entendant cela, je prie en mon for intérieur pour qu’aucun de ces gens ne vienne me parler, afin de ne pas risquer de faire perdre la face à Y. en me montrant complètement au-dessous du portrait mensonger qu’elle vient de dessiner. Le mieux est donc que je me carapate au plus vite mais je dois encore passer l’éponge sur la table devant moi, où traînent quelques débris de chou rouge.

*

Je vis sur le plan des poètes, qui se situe au-dessus de celui des gens ordinaires. Un jour, souhaitant descendre au plan en-dessous, je marche le long de la limite de mon plan pour trouver un endroit où la descente serait praticable. Selon les lieux, le plan inférieur est en effet plus ou moins loin, c’est-à-dire que je suis plus ou moins haut. Je découvre enfin un endroit où la descente pourrait se faire sur quelques mètres seulement et où se trouve un tuyau qui relie les deux plans et pourrait me servir de corde pour descendre. Les tuyaux de ce genre sont un travail d’ingénierie, comme des canalisations d’eau. Les ingénieurs vivent sur le plan des gens ordinaires et c’est dans l’ordre des choses, me dis-je, parce que, malgré leurs études, ils ne peuvent être mis sur le même plan que les poètes.

Je descends en m’aidant du tuyau comme d’une corde de rappel et parviens dans une rue où, me voyant, l’ingénieur responsable des tuyaux de la zone vient immédiatement me saluer et rendre hommage au poète : « Descendu de votre plan mais pas moins près du ciel ! », dit-il avec un grand sourire. C’est charmant de sa part.

Au bout de la rue se trouve une grande place où se presse une multitude de gens et je vais de ce côté. Parmi les premières personnes que je distingue dans cette foule se trouve D., portant une veste vert bouteille, voire vert émeraude. Alors que j’eusse préféré l’éviter, il me voit et vient me parler. Il me montre sa nouvelle carte d’identité, me faisant remarquer qu’il tient encore sa serviette de table sur la photo. Je vois en effet au bas de la photo un bout de tissu du même vert que sa présente veste (tandis qu’il porte sur la photo un costume bleu marine), qui doit être la serviette en question, tenue au niveau du ventre. Je lui dis : « Et pourquoi te mettre à présent une serviette de table sur les épaules ? », par allusion à la couleur voyante de sa veste.

*

Je me trouve dans une soucoupe volante survolant la campagne à basse altitude tandis que son pilote, un petit humanoïde en combinaison de cosmonaute, court après pour tenter de la rattraper et d’en reprendre le contrôle. Autrement dit, il n’y a pas de pilote dans la soucoupe.

*

Je vis avec une femme dans une maison isolée où un autre homme nous impose sa présence. Que cet homme agisse de la sorte nous est odieux et nous en venons à le haïr mais nous ne pouvons le lui dire. Incapable de concevoir cette haine, il ne perçoit que notre embarras et l’attribue à une relation battant de l’aile entre la femme et moi. Cela l’incite à chercher à tirer profit de la situation et courtiser la femme. Une telle attitude ne peut qu’exacerber ma haine envers lui, de même que notre embarras en sa présence, ce qui le confirme d’autant plus dans l’idée que ses tentatives de séduction doivent être tôt ou tard couronnées de succès.

*

Le mot « écunucapion ».

*

C’est notre dernier jour en touristes dans une capitale d’Europe centrale et je décide que nous devons faire autre chose que déambuler dans les rues. Je propose donc d’aller voir un musée mais N. (♀) objecte que cela va coûter de l’argent. Il s’ensuit une petite dispute où je finis par dire que c’est moi qui paierai. Auparavant, il nous faut aller manger et R. (♂) pointe alors du doigt les arches jaunes d’un McDonald’s à quelque distance. C’est là que nous irons, R. et moi. Le restaurant se trouve dans un centre commercial, tout de suite après l’entrée. Nous nous asseyons à la première table, attendant que quelqu’un vienne prendre notre commande.

Une affiche sur le mur ainsi que les clients de la table voisine me font penser que McDonald’s a dans ce pays poussé si loin la logique d’adaptation, habituellement marginale, aux particularités locales qu’il ne sert même pas, ici, de hamburgers.  En effet, les clients de la table d’à côté, dans le dos de R., mangent diverses charcuteries qu’ils enroulent dans des galettes de sarrasin. R. et moi n’avons nulle envie d’essayer ces charcuteries, ce n’est pas pour cela que nous avons choisi de venir au McDo. Comme le restaurant comporte un étage supérieur, je propose à R. de m’attendre le temps que j’aille voir s’ils servent leurs produits ordinaires à l’étage, et si c’est le cas je passerai commande. Avant de prendre l’escalator, qui se trouve à côté de notre table, je lui dis, en guise de commentaire humoristique sur la politique adoptée dans le pays, que si nous étions au Vietnam le restaurant s’appellerait McDeu (censé être le nom de McDo vietnamisé).

En prenant l’escalator, je me rends compte que R. va peut-être m’attendre longtemps car l’escalator descendant n’est pas à côté de l’escalator montant que je suis en train d’emprunter, qu’il se trouve je ne sais où et descend je ne sais où.

*

Je suis fâché que Kant ait déclaré devoir quelque chose à Rousseau, qui était un chantre des passions comme son ami Diderot, parce que si Kant a introduit quelque chose de Rousseau dans sa propre philosophie c’est qu’il ne l’a pas compris ou bien par une interprétation tirée par les cheveux.

*

Le poète italien Marinetti assiste à une cérémonie fasciste en l’honneur des pêcheurs morts en mer. Des pêcheurs et leurs femmes, ou des veuves, formant une chaîne humaine autour d’une table, oscillent de droite et de gauche tandis qu’ils récitent l’un après l’autre des vers du poète à la mémoire des morts.

Puis, Marinetti « l’eczobuban » (néologisme formé d’après un mot grec qui désignerait une certaine classe de conducteurs de char antiques) repart dans une Ferrari dont le disque des roues est fait d’os humains. Son prochain manifeste est une apologie de l’assassinat comme moyen d’étudier la façon dont les états d’âme circulent à travers le système nerveux.

*

Au sommet d’un arbre dénué de feuilles, je regarde le manège de moineaux qui semblent nicher sur certaines branches terminées en forme de disques, constituant autant de plateformes. D’où je me trouve je ne peux voir ce qui se passe sur ces disques, seulement les moineaux aller et venir depuis et jusqu’à ceux-ci. Je fais le tour de l’arbre pour voir s’il n’y aurait pas une plateforme moins haute que les autres qui me permettrait de regarder à sa surface. J’en trouve une à ma hauteur où s’ébattent trois scorpions blancs, deux d’entre eux véritablement blancs comme la neige et le troisième, un peu plus petit, blanc jaunâtre, comme une statuette d’ivoire. Ils étaient en train de folâtrer entre eux en se touchant des pinces et de la bouche quand ma présence leur fait immédiatement prendre une attitude défensive, tournés vers moi prêts à l’attaque (on sait que la meilleure défense est l’attaque). Face à cette situation dangereuse, je m’écarte doucement, disparaissant de leur champ de vision comme ils disparaissent du mien. Au bout de quelques instants, je retourne voir ce qu’ils font mais d’un peu plus loin. Les trois scorpions se lancent dans le vide, accrochés à un fil organique, comme du fil d’araignée, sécrété par l’un d’eux et animé d’un mouvement giratoire autour de l’arbre. Le fil doit se rompre pour conduire les scorpions vers de nouveaux horizons. Il faut juste qu’il ne casse pas dans ma direction, auquel cas je prendrais les scorpions en pleine figure. Le fil casse et entraîne les scorpions au loin, comme un fil de la Vierge des araigneaux. Les scorpions sont partis parce que je les ai dérangés. Je suis émerveillé par la qualité de raisonnement qu’il faut à l’instinct pour conduire cette séquence d’actions coordonnées entre trois individus.

*

Avec un caméraman j’embarque sur un bateau de sauvetage en mer pour un reportage. Le capitaine, sa femme et leurs enfants vivent sur ce bateau, ils n’ont pas d’autre habitation. Quand je l’interviewe, la femme se plaint : au fil du temps et des naissances, les choses se sont accumulées dans le bateau et celui-ci ne flotte plus aussi bien qu’avant, en fait il a tendance à s’enfoncer et c’est dangereux.

Nous assistons à un sauvetage. Les touristes tombés en rade en pleine mer sont recueillis sur le pont du bateau, où la femme du capitaine cherche à les humilier, les accusant de négligence.

*

Mes parents invitent E. à passer quelques jours avec nous dans la grande maison de … Un soir, en passant devant la chambre qu’elle occupe, je constate que le trou de la serrure est suffisamment grand pour que je puisse jeter un œil à l’intérieur. Je la vois aller et venir dans la salle d’eau de l’autre côté de la chambre ; elle est nue. Quand elle va s’assoir en peignoir sur le lit, je ne vois plus que ses jambes, un peu plus haut que le genou. Elle les relève écartées, si bien que je ne vois plus que les pieds et les chevilles, et je me doute alors, trouvant bien dommage de ne pas en voir plus, qu’elle est en train de caresser son ctéïs.

Elle se relève pour sortir, toujours en peignoir. Il est trop tard pour que je fuie, le bruit précipité de mes pas dans le couloir trahirait ma présence ; je me recroqueville donc dans le coin près de la porte, à demi caché par une table basse qui s’y trouve, espérant pouvoir prendre la poudre d’escampette après son passage. Or elle regardera forcément dans ma direction en fermant la porte derrière elle, me dis-je, et, malgré la relative obscurité du couloir, me verra donc… Je reste immobile, accroupi dans mon coin, lui tournant le dos, tandis que j’entends la porte s’ouvrir, se refermer, puis E. s’éloigner, apparemment sans m’avoir vu. Cependant j’en doute, je pense qu’elle m’a vu mais a préféré feindre ne pas me voir.

*

Dans le métro, j’apprends en consultant mes e-mails qu’une femme de mon entourage fait circuler une photo de moi prise à mon insu dans le métro. C’est une photo sans intérêt, me montrant simplement assis, l’air vaguement hébété. Plus que cette histoire elle-même, c’est un détail de la photo qui m’intrigue : le visage d’un autre passager, derrière moi, qui regarde en direction de l’objectif et prend donc sur le fait le photographe clandestin.

À la station où je descends, l’architecture est babylonienne, il faut gravir plusieurs escalators qui semblent infinis et franchir plusieurs séries de portiques automatiques. N’ayant pas de ticket, je me faufile entre les portiques. Un voyageur me dit que l’amende pour ce que je fais est de 123 euros. Je le remercie de cette information.

J’arrive au bord d’un court de tennis, à l’étage supérieur de la station, où I. doit jouer un match important contre un adversaire finlandais. Ce Finlandais est d’ethnie yatkine, une peuplade vivant sur la frontière du cercle arctique, juste avant les Lapons (qui occupent donc une position intermédiaire entre le cercle arctique et les Yatkines) et qui, en raison de son établissement dans des zones inhospitalières, est supposée souffrir de toutes sortes de carences. C’est du moins ce qu’expliquent les commentateurs officiels du match. Il faut donc supposer, du fait de ces carences, qu’I. est bien parti pour gagner. Or je souhaite qu’il perde. Il perd d’ailleurs le premier jeu, ce qui le déstabilise profondément.

Près d’un kiosque à hot-dogs non loin du court, un autre spectateur me dit qu’il n’aime pas regarder les jeux Olympiques. Je lui réponds que je n’aime pas quant à moi regarder le tennis car le bruit répété de la balle sur les raquettes me paraît excessivement monotone.

*

Au Japon, je viole (et j’en demande pardon au lecteur) une résidente chez ma logeuse. Elle s’apaise dès que je parviens à la pénétrer et, quand la logeuse me surprend et profère des menaces, comme je réponds que j’ai l’intention d’épouser ma victime, celle-ci devient tout à fait détendue et contente.

Voici comment j’interprète le fait que ma victime se calme au moment de la pénétration. Selon la génétique et la psychologie évolutionniste, nous sommes des machines réplicatoires au service de nos gènes. Une femme violée peut donc inconsciemment (dans un inconscient génétique) raisonner comme suit, c’est-à-dire ses gènes : si j’ai un fils à la suite de ce viol (et, toujours selon la psychologie évolutionniste, un viol a statistiquement plus de chances de déboucher sur une grossesse qu’un rapport sexuel normal !), ce sera lui-même un violeur en vertu de son hérédité –tel père tel fils–, ce qui m’arrive est donc une opportunité de maximiser mon succès reproductif de machine réplicatoire (projeté sur plusieurs générations). Tant que la pénétration n’est pas engagée, ce raisonnement n’est qu’hypothétique car l’agresseur peut s’avérer incapable de réaliser son intention. La résistance au viol pourrait donc logiquement, selon cette interprétation, avoir pour véritable cause une volonté génétique inconsciente de tester la capacité du violeur à conduire l’acte à bien dans les conditions les moins favorables. Plus l’opposition rencontrée par le violeur est grande, plus son possible fils futur sera l’héritier de grandes qualités reproductives. – Si l’on voulait voir dans ces réflexions une apologie du viol, je précise que je suis pour rendre le viol passible de mort (moyennant quelques conditions de preuve et en écartant l’intime conviction, cette frivolité du droit français, lui-même pitoyable). Et même l’adultère.

Mais revenons au rêve. Je choisis d’annoncer mon mariage avec cette victime car je fuis une autre conquête, plus régulière, à qui j’ai promis le mariage. Dès lors que je suis engagé avec la présente femme, je n’ai plus d’obligations envers cette autre. Mon machiavélisme m’enchante et je me promets de faire de mon mariage une couverture de respectabilité pour de nombreuses séductions.

[La science au fondement de ce rêve est celle présentée dans mon ouvrage The Science of Sex: Competition and Psychology de 2016, dont le PDF est disponible sur la page Index/Table of Contents du présent blog.]

*

L’idole empalée. Je crains de la reconnaître.

*

Pendant le repas on me dit qu’une des oies de mes parents est morte à cause d’une gangrène aux pattes. On veut me montrer cette gangrène et l’on apporte donc une des pattes, qui s’avère être une jambe humaine enrobée dans de la cellophane. La jambe est couverte en plusieurs endroits de grosses taches sombres. P. (♀) ouvre la cellophane et arrache un de ces chancres à la main, puis le dépose sur un dessous de plat, sur la table. C’est une grosse éponge noire et gluante.

*

Érection en direction…

*

Un homme entre dans une librairie qu’il découvre pour la première fois au cours de l’une de ses déambulations. C’est une librairie de bouquiniste plus ou moins spécialisée dans l’ésotérisme. À l’intérieur, personne pour l’accueillir, pas d’autres clients non plus. Tandis qu’il furète dans le capharnaüm de livres, un petit garçon l’approche et se met à vouloir lui recommander des ouvrages. L’homme, trouvant cette présence intempestive, entend éconduire l’enfant mais ce dernier insiste, longuement, et ses paroles témoignent de connaissances en occultisme à vrai dire inquiétantes, surtout pour un garçon de son âge. À la fin, excédé en même temps que sous l’impression d’un indéfinissable malaise devant un tel étalage de connaissances démonologiques et de magie noire chez un enfant, il lui demande brutalement de bien vouloir le laisser en paix.

Alors qu’il monte un escalier avec quelques livres sous le bras, pensant trouver la caisse là-haut, il entend derrière lui l’enfant l’appeler encore, d’un ton ayant quelque chose de sarcastique : « Voilà quelque chose à propos de Suzy ! » L’homme se fige. Suzy est un nom important dans sa vie, un ancien amour. Mais il décide d’ignorer cette parole et continue de monter l’escalier sans se retourner.

En haut se trouve la libraire, une femme qu’il reconnaît comme étant Suzy, qu’il n’a pas vue depuis des années. Le petit garçon est son fils, qu’elle élève seule. L’enfant n’étant élevé que par sa mère, on se demande naturellement si l’homme ici présent ne serait pas le père ; il se le demande lui-même, sans trop s’attarder à cette pensée. Suzy et lui échangent quelques mots. Elle lui demande, parce que l’homme est quelque chose dans les milieux de l’éducation ou de la pédagogie, s’il pense que son fils, qu’elle scolarise elle-même en raison de la personnalité atypique du garçon qui le rend impropre à fréquenter l’école, a le niveau. L’homme répond laconiquement que non. Une ombre passe sur le visage de Suzy. Il paye ses livres et s’en va, dans un brumeux quartier désert de manoirs. Le garçon sort sur le pas de la porte derrière lui, criant du même ton sarcastique que précédemment : « Au revoir, papa ! »

*

Certaines personnes changent de personnalité du jour au lendemain, devenant complètement apathiques. Une femme en découvre un jour la raison quand elle est témoin, alors qu’elle n’aurait pas dû l’être, de la façon dont les équipes médicales interviennent à la suite d’un accident de la route subie par une amie. Les principaux organes vitaux, dont le cerveau, sont remplacés par du matériel électronique. Les accidentés et les grands malades ne sont ainsi plus soignés mais transformés en cyborgs.

*

En vacances, on me conduit dans une église où doit se tenir je ne sais quelle cérémonie. Je suis surpris de trouver parmi l’assistance et les organisateurs un nombre important de représentants de l’État : des édiles et même quelques députés. Quand je demande à S. ce qu’on doit célébrer, il me répond : « La Marseillaise. » C’est donc une cérémonie laïque qui mobilise à son profit un lieu de culte. Je me lance dans un discours, expliquant à S. que la politique française de laïcité est en réalité un athéisme militant, intolérant, ayant fait couler beaucoup de sang.

À la fin de la cérémonie, je dis à X. que je ne pense pas avoir complètement perdu mon temps car être présent m’a permis de « voir et être vu ». Je suis X. croyant qu’il nous conduit à la sortie mais il s’engage dans un ensemble de sombres cellules trop basses pour s’y tenir debout ; de l’une d’elles on peut voir en contrebas les organisateurs de la cérémonie ranger le matériel de sonorisation. Je dis à X. qu’il faut sortir mais il préfère rester étendu sur le sol de la cellule, impossible de le tirer de là.

Je sors donc seul et me rends compte que j’ai laissé ma parka quelque part. Au cours de mes recherches inquiètes, j’entre dans la maison attenante à l’église et dont les propriétaires possèdent également l’église et le vaste terrain qui l’entoure. La vue de l’église depuis le jardin de cette maison est impressionnante. La maîtresse de maison me découvre chez elle ; comprenant tout de suite que je viens d’assister à la cérémonie, elle n’est pas surprise par ma présence. Quand je lui dis que je cherche une parka vert olive, elle me témoigne du mépris en disant que j’ai une petite vie. Je vais poursuivre ailleurs mes recherches. À mon réveil, je me dis, mais ce n’est pas la première fois, qu’il est temps de changer de parka.

*

Il pleut dans le musée et je n’ai pas de parapluie. Cherchant à m’abriter, je vois deux, trois personnes blotties sous une projection de mur au-dessus d’une issue de secours. À côté de l’issue, l’ascenseur a lui-même un parapet au-dessus des portes. Je me dirige de ce côté pour m’abriter mais réalise qu’il ne doit pas être permis de bloquer l’accès de l’ascenseur en restant devant. En outre, le bouton d’appel est allumé, ce qui signifie que des gens vont en sortir puisqu’il n’y a d’autre étage que le rez-de-chaussée.

Parmi les œuvres exposées dont je me souviens : une série de portraits en peinture d’immigrants allemands, surtout des femmes, peintes sur le pont du bateau qui les mène en Amérique, et une représentation rose et lilas de la tour Eiffel vue depuis la base, mais c’est une anamorphose, le reflet dans un miroir déformant de produits de charcuterie, jambon et autres, dans un rayon d’épicerie.

*

Celui que je prenais pour un rival mieux placé avoue des années plus tard qu’il n’était qu’un confident malheureux : A. ne lui parlait que de moi, de son amour pour moi, de son désespoir devant mon indifférence. Moi qui l’aimais tant… Faut-il être vain pour tirer satisfaction de cette révélation après avoir enterré un amour si malheureux et une part de moi-même avec ! Il dit aussi, pour expliquer le besoin qu’elle avait d’un confident, que c’était « une céléminaire ».

*

E., qui dans ce rêve est mon dealer de hasch, vient à mon invitation car je veux acheter une barrette, la première depuis bien longtemps. Nous sommes dans la cuisine, où ma femme de ménage se trouve également, en train de travailler. J’essaie d’engager la conversation avec E. de manière seulement allusive, de façon que la femme de ménage ne comprenne pas qu’il s’agit d’une transaction illicite, mais mon intention échappe complètement à E., qui répond en prononçant le mot « cannabis » sans vergogne. Il me dit que le prix est de 17, ce qui veut dire, dans sa langue commerciale, 170 euros. Bien que je trouve cela cher (tout en n’ayant plus la moindre notion du prix d’une barrette), j’accepte et l’invite à fumer le premier joint avec moi.

Dans mon bureau, je fais de la place sur le bureau pour rouler un joint. Or j’ai laissé traîner un dessous de table de friterie, plus exactement d’une certaine franchise de fast-food, dessous de table en papier maculé par les reliques d’un repas, ce qui a attiré des fourmis, dont le bureau est pour cette raison couvert.

*

La poudre des millepêches (sic : attaché).

*

S’inspirant de la pratique de certains mendiants, un ministre, pour demander une augmentation du budget de son ministère, écrit « 1 million » sur un bout de carton et pose avec, en costume cravate, devant les caméras.

*

Au cours d’une discussion, j’explique que le régime de Vichy ne peut être haï sans réserve en raison du point commun entre son nom et celui de la pastille de Vichy, ce bonbon à la fraîcheur incomparable. Je répète l’explication à Y., arrivée en cours de route, mais celle-ci prétend réduire à néant ma théorie en dénigrant les pastilles Vichy.