Tagged: technostructure

Law 15: One Repeal to Freedom

Hate Crime

“Adding extra penalties to a crime based upon the offender’s motive or prejudicial statements is an unconstitutional abridgement of free expression. … Proponents of hate crime laws have attempted to compare the need for hate crime laws with the need for laws against discrimination. On the other hand, some have noted that civil rights laws target discriminatory behavior, not the prejudice behind the behavior.” (Encyclopedia of American Law)

I owe the reader a precision. The first sentence has been cut to express my full endorsement of the idea and this is not the current state of the law. The original sentence is “Critics of hate crime statutes argue that adding extra penalties to a crime etc.”

*

One Repeal to Freedom: Terminating the Civil Rights Acts

The most conspicuous, when the Acts are repealed, is that nothing will be changed. The fair employment section has not desegregated the workplace and the fair housing act has not desegregated neighborhoods–as far as those for whom these acts were allegedly passed, the Negroes, are concerned.

Civil rights are statutory protections against discrimination, enacted by legislative bodies to regulate activities in the private sector. … Civil liberties are the rights we have against the state, that is, against government.” (S. Kennedy & D. Schultz, American Public Service, 2011)

*

The Threat of Standing Armies

(Completes The People in Arms in Law 14.)

The second amendment has three functions: (1) To defend against a tyrannical government

Assuming a tyrannical government is what Scalia calls “public violence” in the phrase (protecting oneself against) “both public and private violence,” and that to defend against it is to defend against its army, can it be done by the militias as known from the statutes?

The National Guard is “under the dual control of the state governments and the federal government”: If one of the two controlers is the tyrannical government, the National Guard cannot act as a defense against it unless it splits from the tyrannical controler. If the two controlers are together, the National Guard can do nothing.

State Defense forces are under state control. They cannot defend against a tyrannical government if the state in question supports said government or is the tyrannical government.

These are not militias but integral parts of the governments that the Constitution suspects of possible “public violence” and tyranny, and therefore the legislative acts are best described as maneuvers to empty out an important constitutional object.

ii

Why did the Founders fear standing armies? Standing armies are made of the scum of society (Montesquieu already said so, why would it be different today?) so in the final analysis what you’ve got is a scum bureaucracy and a political lobby of the scum, which is gathered in a mass and thus can develop a scum class consciousness (contrary to tertiary sector workers, completely atomized). Add police to this brutish illiterate organized element and, beside big business (Delaware Inc. [see below]), you’ve got the most prominent political lobby in the state.

The Republican Party is their mouthpiece now –them plus small business. What blue collars? The jobs are outsourced in China– which platforms therefore ask both for small government and large armed forces: a banana republic.

So much so that, seeing this farce, some true conservatives have been forced to flee to a third party, the Libertarians, even though, as I wrote elsewhere (Law 10), a two-party system is better than a multi-party system.

The Republican Party’s platforms vindicate both small government and large armed forces. Small business, bosses and employees alike, the former due to their opposition to red tape, the later out of resentment against functionaries’ entitlement, calls for small government. The praetorians call for large armies.

The Democratic Party’s platforms are dictated by the technostructure, which is compounded of big business and state bureaucracy.

iii

When this or that politician emphatically declamates that the army is the most desegregated institution in the states, it’s a bloody sarcasm on racial minorities. More desegregated is only… prisons. What is it they gloat over?

In my opinion professional soldiers should never be called veterans. It must be reserved to drafted civilians.

The figures of military outsourcing in the U.S. (Titan Corporation etc) are now staggering and these companies’ employees most probably never get called veterans no matter where they go.

*

Delaware Inc.

Biden has spent his career making it difficult to wipe out debt via bankruptcy. Biden is from Credit Card Company-run Delaware. (Patrick Howley, journalist)

Oh Biden is from Delaware… Recently I read this on Delaware:

“Most American corporations are incorporated in Delaware and … most Delaware cases of corporation law are done in front of professional judges [Delaware Court of Chancery, an equity court], not jury laymen.” (De Geest, American Law: A Comparative Primer, 2020)

I apologize for putting Howley’s “credit cart company run-Delaware” description in its true light, which is that it’s not even half the picture, since “Most American corporations are incorporated in Delaware and … most Delaware cases of corporation law are done in front of professional judges, not jury laymen.”

Delaware is the incorporation state of “most American corporations” so they can avoid litigation via popular juries.

Therefore, the item Howley lays down from Biden’s record (making it difficult to wipe out debt via bankruptcy) must have a more accurate reason, which is, in my opinion, that Delaware is the state of big corporation interests and it’s small business owners who need accommodating bankruptcy laws. Big corporations have an interest in holding small business by the throat.

*

The Mexican Flag As Gown

North Carolina student denied diploma after wearing Mexican flag over graduation gown.

Decoration Day (Source: The Yucatan Times)

Here’s the story.

“Livestreamed video footage from the ceremony shows the principal ask him to take the flag off. After an unsuccessful attempt to take it off, he was handed his diploma holder, which the other students also received. But after walking across the stage, he was denied his actual diploma.”

“This incident is not about the Mexican flag,” the school said, adding they “strongly support [their] students’ expression of their heritage.” But “school dress code allows decoration only on graduation cap.”

Then, “In a statement to ABC News on Sunday, … High School said that Lopez’s diploma has been available for pick up since Friday and that an apology has never been requested, expected or required.”

With title “North Carolina student denied diploma after wearing Mexican flag over graduation gown,” the author of the paper seemingly intends to make of this story a civil liberties issue, whereas it is a dress code issue, and when you read till the end, of course the student’s got his diploma: he can pick it up at the school and the school has not even asked for an apology for the decoration day’s dress code breach.

ii

The facts: E. Lopez wore the flag of Mexico over his graduation gown at decoration day. The principal who was to hand the diploma asked him to remove the flag because it was a breach of the school’s dress code for decoration day, upon which demand Lopez tried to comply but had difficulty removing the flag, so the principal handed the diploma nevertheless, finding Lopez’s wish to comply compliant enough. However, someone else from the school staff, after he had walked across the stage, thought differently and took the diploma back. This caused some outrage and a small demonstration took place in the next days. The school explained that the sanction had nothing to do with the flag but with a breach of dress code, that the diploma was available at the school for Lopez to pick it up, and that the school was not asking him an apology. The sanction was therefore simply that his diploma was withheld a few days by school officials, which seems quite fair and the school could have asked for an apology in the bargain without making a disproportionate demand, I find.

A paper was released (attached to a video from decoration day) with title “North Carolina student denied diploma after wearing Mexican flag over graduation gown.”

I wonder whether the word “denied” is not misleading and I would really like to know how other readers interpreted it. The diploma was retained a few days, does it justify the use of the word “denied”? On the other hand, Lopez did not get his diploma that day so he was denied the diploma that day, sure; still, he was not denied the diploma more than a few days…

The first thing that came to my mind when reading the headline (I’m not an American citizen and for a moment I overlooked the narrower meaning of the word diploma in English) is that E. Lopez was denied his degree, that is, the school authorities canceled his studies because of his wearing a foreign flag on his gown at decoration day, as if they had found it a seditious act. We all know the issue with flags is sensitive, Republicans tried to make burning or otherwise defiling the Stars and Stripes a criminal offense (the Supreme Court found it unconstitutional, so they tried to amend the Constitution, no less), so for a moment I thought school authorities had reacted in a hugely disproportionate way (the Supreme Court grants school authorities extensive prerogatives so why not?). I had been reading about Mexico’s President Vicente Fox urging, in his times, Mexican migrants to keep Mexico’s interest at heart when they vote in the U.S., so perhaps the climate in the school was marred by ethnic tensions and the authorities would have seized the opportunity and used the power that is bestowed upon them to make an example, treating the case as sedition and canceling the kid’s study years in a snap.

After I cooled down I knew it was only about the paper document, but still to “deny” Lopez this document, like forever, would have been disproportionate.

Then I found out the document was only withheld a few daysand I think it is all set (and the school could even have asked for an apology in my opinion). I said this was a mere dress code issue and not a civil liberties issue but this is not accurate: a dress code issue may well be a civil liberties issue, as is known since Tinker v. Des Moines Independent Community School District (1969): “The First Amendment, as applied through the Fourteenth, did not permit a public school to punish a student for wearing a black armband as an anti-war protest, absent any evidence that the rule was necessary to avoid substantial interference with school discipline or the rights of others.”

The school authorities may have been quite lenient with Lopez because they had this Supreme Court’s decision in mind and not only because of possible diplomatic consequences or out of political correctness.

*

“Not liberty, but Dominion”

« (President John Quincy Adams) continued, America “goes not abroad in search of enemies to destroy.” If America embarked upon such a course she would “involve herself beyong the power of extrication, in all the wars of interest and intrigue, of individual avarice, envy, and ambition, which assume the colors and usurp the standard of freedom.” In prophetic words, Adams added, “The fundamental maxims of her policy would insensibly change from liberty to force … She might become the dictatress of the world. She would be no longer the ruler of her own spirit.” Adams summed up America’s achievement in these words: “(Her) glory is not dominion, but liberty.” » (Claes G. Ryn, America the Virtuous, 2003)

“Not dominion, but liberty,” President Quincy Adams said. Now it seems that Americans are going to have “not liberty, but Dominion” (Dominion Voting Systems).

The very word Dominion should be abhorrent to Americans, for two reasons.

1/ In this major presidential speech from 1821 (the “not dominion, but liberty” speech) President Adams was reaffirming the tradition, set up by Washington in his farewell address, of avoiding entanglement in international relations, of avoiding it for the very sake of America’s greatness.

2/ Pursuant to the same ideal, America advocated nations’ right of self-determination in a time when the British and other European countries had world empires with dominions, allegedly “self-governing” colonies. That is to say the word dominion runs into the idea of self-determination.

*

The Faceless Against Hate

Justin Trudeau: Freedom of expression isn’t “freedom to hate.”

That’s the true state of Canadian law, where faceless bureaucrats (of whom Trudeau is but the mouthpiece) decide what is hate and what is not, and what citizens, writers, intellectuals, journalists are allowed to say.

That a few states be added to the territory over which the Union is sovereign, is long overdue. If the U.S. does not consider it seriously or keeps accepting such a sham, such a parody of democracy at his border, then the Union will not be able to maintain its freedoms for long because its sense of freedom will be eroded by the deceptive idea that a country can be mocking and trampling liberties as Canada does and still be a legitimate model of Western democracy.

Before the internet people had no idea, but I fear the internet is not going to make Canadians ask for the same freedoms as their neighbor and rather that American faceless bureaucrats will press Congress and courts to curtail American freedoms, legitimized by the Canadian example.

ii

I fear the internet is not going to make Canadians ask for the same freedoms as their neighbor, precisely because their system is locked up. People do not decide what subjects are open to debate, Canadians are not allowed to ask “freedom to hate,” that would be, as the faceless bureaucrats construe it, to stand against the state, that would be sedition.

You might say Trudeau is the face of the “faceless,” after all. As much as a conservative prime minister would. They are called faceless no matter who is “in charge” because, in a lockep up system, the people cannot look at bureaucracy as in a mirror. Their dictates are promises made to lobbies behind closed doors; and while they hardly ever show up on political platforms, yet repressive laws are piling up.

*

Flag Desecration Amendments Galore

Whereas in most countries flag desecration is a criminal offense punishable with prison, the U.S. Supreme Court struck down a statute prohibiting burning and otherwise defiling the Stars and Stripes.

Therefore, since Texas v. Johnson, 1989, in order to make it a criminal offense like elsewhere U.S. lawmakers need a constitutional amendment.

« There have been several proposed Flag Desecration Amendments to the Constitution of the United States that would allow Congress to enact laws to prohibit flag desecration:

Douglas Applegate (Ohio) in 1991
Spencer Bachus (Alabama) in 2013
Steve Daines (Montana) in 2019
Robert Dornan (California) in 1991
Bill Emerson (Missouri) in 1991, 1993, 1995
Randy Cunningham (California) in 1999, 2001, 2003,
Jo Ann Emerson (Missouri) in 1997, 1999, 2001, 2003, 2005, 2007, 2009, 2011, 2013
John P. Hammerschmidt (Arkansas), 1991
Orrin Hatch (Utah) in 1995, 1998, 1999, 2001, 2003, 2005, 2011, 2013
Andrew Jacobs Jr. (Indiana) in 1995
Joseph M. McDade (Pennsylvania) in 1989, 1995, 1996
Clarence E. Miller (Ohio) in 1991
John Murtha (Pennsylvania) in 2007
Ron Paul (Texas) in 1997, but he opposed any federal prohibition of flag desecration, including his own Flag Desecration Amendment which he proposed only as a protest against proposals by his Congressional colleagues, such as Emerson and Solomon, to ban flag desecration through ordinary legislation instead of by Constitutional Amendment.
Gerald B. H. Solomon (New York) in 1991, 1993, 1995, 1997
Floyd Spence (South Carolina) in 1991
David Vitter (Louisiana) in 2009 »

(Wikipedia: Flag Desecration)

To think that lawmakers are so obstinate, they must have plenty of time to waste. But this is no surprise; as I always say, it takes independent judges tenured for life to defend free speech, whereas elected officials are always against free speech.

Pensées XLIII

Si je peux compter jusqu’à l’infini, quelle est la place d’un Dieu fini ?

Dans la guerre des sexes, j’ai parfois le sentiment d’être seul contre tous.

Le temps qui ferme nos blessures nous rapproche de la mort. Le temps qui nous rapproche de la mort ferme nos blessures.

La certitude de la mort console les malheureux et assombrit les gens heureux, si bien que les premiers ne sont jamais tout à fait malheureux ni les premiers tout à fait heureux.

Diderot, dans ses Pensées philosophiques, est intervenu dans la controverse sur le destin des enfants mort-nés en recommandant ironiquement aux parents de tuer leurs enfants pour leur éviter la damnation. Cet argument porté contre la religion chrétienne peut aussi être un argument en faveur de Grégoire de Rimini, général des augustins, surnommé tortor infantum (le bourreau des enfants) pour sa doctrine selon laquelle les enfants morts non baptisés sont damnés à cause du péché originel (d’après Leibniz, dans les Essais de théodicée).

Diderot disait regretter d’avoir écrit « ce livre abominable », Les Bijoux indiscrets. C’est pourtant le livre qui lui valut la protection de Mme de Pompadour.

« Ce que nous connaissons de l’univers n’est presque rien », dit Leibniz, qui croit à l’existence de planètes habitées, dont certaines par des êtres plus parfaits que nous. Pourquoi la Parole divine n’en dit-elle rien ? (Au moins dans son sens littéral : ces autres planètes sont-elles évoquées par les Écritures de manière ésotérique ?)

Conciliation du déterminisme absolu et de la morale pratique chez Leibniz – et de même chez Schopenhauer. Les actes contraires à la loi et aux mœurs sont peut-être excusables dans la mesure où la personne n’étant pas libre elle n’est pas responsable, mais ils doivent être « punis », de la même manière qu’on enferme les fous jugés irresponsables et dangereux. La justice est un instrument de sélection : elle épure le corps social des individus qui ne peuvent se conformer à ses normes, et ce dans l’intérêt supérieur de sa propre harmonie et de l’intérêt collectif. L’individu a intérêt à se conformer aux attentes sociales et si le déterminisme par lequel il est régi ne lui permet pas d’entendre son intérêt ou de le suivre car d’autres instincts plus forts le poussent en sens contraire, il doit être retranché du corps social. Ses actes ne sont pas à considérer au point de vue de la responsabilité mais à celui du déterminisme dont ils témoignent, et les violations de la loi sont autant d’indices d’une nature antisociale. La justice, comme pour Hobbes, n’a qu’une valeur dissuasive, « médicinale » dans la terminologie de Leibniz. (Essais de théodicée) – Cette théorie pénale est « fixiste » ou conservatrice.

Selon le traité Malleus Maleficarum, les Inquisiteurs sont protégés de la sorcellerie et l’arrestation d’un sorcier sur ordre de l’Inquisition a pour effet de dissiper tous ses sortilèges. De même, le sorcier prisonnier de l’Inquisition ne peut s’évader par magie.

Dans Les Châtiments de Victor Hugo, les oiseaux ne peuvent plus voler dans le ciel au-dessus de la France à cause de Napoléon III : « Les Oiseaux : Il a retiré l’air des cieux et nous fuyons. »

Tous ceux qui passent en France, à partir du dix-neuvième siècle, pour des écrivains catholiques de premier plan (ou presque) étaient des convertis : Huysmans, Léon Bloy, Paul Claudel, Jacques Maritain, Francis Jammes, Charles Péguy, Henri Ghéon, Pierre Jean Jouve, Gabriel Marcel, Julien Green (issu du protestantisme), Ernest Psichari… La seule exception que je connaisse est Bernanos.

J’exigerais des femmes ambitieuses qu’elles sussent plus que les autres. (Dans la langue de La Bruyère, l’imparfait du subjonctif est le temps correct pour l’accord avec le présent du conditionnel : « J’exigerais de ceux qui vont contre le train commun et les grandes règles qu’ils sussent plus que les autres, et qu’ils eussent des raisons claires et de ces arguments qui emportent conviction. »)

Le propre de la femme de qualité, c’est qu’elle ne faisait rien, ni dehors ni chez elle. Les auteurs de ces époques nous disent que la politesse s’acquérait à leur commerce. Nos manières se sont épaissies.

L’agent secret, de Rudyard Kipling à James Bond. Dans Kim de Kipling, la fascination bien anglaise pour l’espionnage (Graham Greene, Somerset Maugham, Ian Fleming…), le déguisement (c’est également le cas de Sherlock Holmes), les mots de passe secrets, les signes cabalistiques, c’est du maçonnisme appliqué, et ce n’est pas noble. – « L’espionnage serait peut-être tolérable s’il pouvait être exercé par d’honnêtes gens ; mais l’infamie nécessaire de la personne peut faire juger de l’infamie de la chose. » (Montesquieu, De l’esprit des lois, Livre XII, c. XXIII)

Dans Kim, Kipling, « le chantre de l’Anglo-Saxon » d’après Jack London, n’hésitait pas à flatter l’indigène, à cause de la menace des autres Blancs sur les colonies anglaises. Il fallait convaincre les races soumises que la domination anglaise était préférable à celle des autres nations européennes. Cela donne une œuvre assez hypocrite et puérile, à tendance humanitariste, et manichéenne à l’encontre non des races de couleur mais de tous les Blancs non anglais.

Le mari trompé, dans Thérèse Raquin, est un « égoïste satisfait ». Je ne connais pas de roman d’adultère bourgeois qui ne charge le portrait du cocu. Pourtant, la reine Guenièvre trompait déjà un homme aussi excellent que le roi Arthur.

Si, comme Barrès l’a prétendu, il y a de la « basse pornographie » dans Zola, les Hussards disciples de Barrès ont largement dépassé celui-là dans le genre, rendant rétrospectivement vaines et creuses les critiques de leur maître contre Zola.

Dans Rome, Zola écrit que l’entrée des républicains dans les États pontificaux y a mis fin au règne des femmes car les prélats, « vieux garçons », étaient sous la coupe de leurs vieilles servantes. Les républicains n’étaient-ils pas sous la coupe de leurs femmes ? La femme mariée aurait moins d’influence sur son mari qu’une servante sur un célibataire ?

La Débâcle est un démenti de La Terre. D’un côté, les parasites sanguinaires ; de l’autre, le travail sain de la terre, la vie saine du travail aux champs (dans la personne de Jean) – La Débâcle que Zola, dans le très conservateur journal Le Gaulois (du juif Meyer), appelle « une œuvre de patriote… maintenant la nécessité de la revanche ».

Nombreux sont ceux qui disent chercher la vérité, auxquels il semble qu’elle parle comme Dieu à saint Augustin : « Tu ne me chercherais pas si tu ne m’avais déjà trouvée. »

Ne me dites pas que je n’ai pas de diplôme ou je répondrai que vous valez ceux qui vous ont donné les vôtres.

Aux jeux olympiques de l’Antiquité, la discipline des athlètes comportait l’abstinence sexuelle. Demandant ce qu’ils en pensaient à des amis médecins, je ne pus obtenir d’eux la moindre réponse. C’est comme si la médecine n’avait aujourd’hui rien à dire au sujet de la sexualité : seuls les « sexologues », branche de la psychologie, et les psychanalystes, qui ne connaissent les uns et les autres rien à la physiologie, parlent de sexe.

Herméneutique open data. La connaissance est le traitement quantitatif de l’ensemble des œuvres de la pensée. Toute pensée est un intrant culturel au sens ethnologique ; c’est le traitement statistique qui s’exerce sur elle qui fait sens. (Ne le dites pas aux intellectuels.)

Dans La Force des choses (Folio, vol. I, p. 36), Simone de Beauvoir ne veut pas que son nom soit accolé à celui d’anciens « collabos », elle ne veut « plus entendre leur voix ». P. 35, elle parle de Jouhandeau après-guerre comme si de rien n’était.

Simone de Beauvoir écrit au sujet du procès de Brasillach (ibid., p. 37) : « Quand la sentence tomba, il ne broncha pas. » Quid de la fameuse phrase : « C’est un honneur ! »

J’ai appelé Sartre un « casseur de pédés » (voir JPS : ). Dans La Force des choses (Folio, vol. II), Simone de Beauvoir nous parle de « misogynie pédérastique » (p. 192), de « sadisme pédérastique » à l’encontre des femmes (p. 204), et voir aussi la p. 196. Elle n’oublie pas non plus de souligner sa « conscience chrétienne, démocratique, humaniste » (p. 125). À part ça, le Flore a toujours la cote.

Pour Simone de Beauvoir, en 1949, il ne pouvait être question, avec Nelson Algren, d’aller dans l’Espagne de Franco. En 1959, elle voyage avec Nelson Algren dans l’Espagne de Franco (ibid., pp. 293-4).

Pp. 405-6 (ibid.), Simone de Beauvoir est « stupéfiée » par la « futilité » des « politiciens de carrière », qu’elle découvre à cinquante ans passés (qui plus est en Belgique) ; c’est là que j’ai compris qu’il était plus facile d’avoir une belle « conscience démocratique » dans un monde sans politiciens.

Il est assez ironique que Simone de Beauvoir tire son pessimisme à l’endroit des États-Unis, à cause de leur extéro-conditionnement croissant, d’un livre, La Foule solitaire (The Lonely Crowd), qui est une satire de l’intéro-conditionnement, caractéristique du « barnacled moralizer » et dont les derniers représentants en Amérique sont les fermiers. Dans sa préface à l’édition de 1960, David Riesman exprime d’ailleurs sa surprise que le public ait dans l’ensemble réagi comme Simone de Beauvoir (qu’il ne nomme pas : La Force des choses est postérieur, et Simone de Beauvoir ne semble pas avoir lu la mise au point de 1960), en idéalisant l’intéro-conditionnement.

Dans La Société de consommation, Jean Baudrillard pompe allègrement La Foule solitaire sans beaucoup citer l’ouvrage, et quand il le cite c’est surtout pour rapporter une expression (« objectless craving ») ou se porter en faux contre lui (contre le « standard package »). Or le parallèle entre le passage de la population rurale au productivisme urbain et le passage au consumérisme, le « must have fun », la « consommation-socialisation », tout cela est décrit dans le principe même de l’extéro-conditionnement (other-orientedness). Par ailleurs, Baudrillard écrit que Riesman « parle, à propos de la jeunesse américaine, d’un style Kwakiutl et d’un style Pueblo », alors que Riesman écrit en réalité que le caractère extéro-conditionné des jeunes Américains de la classe moyenne (en voie de massification) est Pueblo et que la société américaine dans son ensemble devient Pueblo alors que les jeunes la voient encore Kwakiutl. Baudrillard va jusqu’à citer le même passage de John Stuart Mill qui est dans La Foule solitaire. Mais à partir d’un constat qui est, au fond, celui de Riesman, Baudrillard déplore une perte de « personnalisation » des relations sociales, alors que Riesman en appelle à une re-dépersonnalisation de ces relations en raison de la charge émotionnelle trop lourde que cette personnalisation représente, par exemple dans le contexte fonctionnel du travail au bureau. – Guy Debord a également pompé La Foule solitaire (La Société du spectacle : « De l’automobile à la télévision, tous les biens sélectionnés par le système spectaculaire sont aussi ses armes pour le renforcement constant des conditions d’isolement des ‘foules solitaires’ »), avec la même erreur d’interprétation.

Selon Freud, la dépense psychique occasionnée par la maladie et par la lutte contre ses symptômes et compulsions conduit à une paralysie face aux tâches importantes de la vie. Or on trouve dans La Foule solitaire de Riesman et al. que le conformisme exerce, dans une société extéro-conditionnée, un effet de stimulation et d’accumulation psychiques, tandis que le non-conformisme a au contraire le même effet que la maladie mentale telle que décrite par Freud. La minorité idéologique subit un appauvrissement psychique qui la caractérise réellement comme malade.

« Liberté en situation » de l’existentialisme. La liberté se détermine en fonction de la situation. Si la situation change, la liberté se détermine autrement. Or Sartre écrit que l’on peut créer une situation, la société sans classes, qui verrait disparaître l’antisémitisme (Réflexions sur la question juive). Si je peux prédire, à partir de l’avènement d’une société sans classes, la fin de l’antisémitisme, c’est-à-dire si X alors Y, je nie la liberté. En effet, si je sais comment la liberté se déterminera face à telle situation, c’est que je sais comment elle doit se déterminer ; je le sais d’après une loi déterministe.

J’ai échoué à entrer en classe prépa littéraire car il n’y avait pas encore le baccalauréat littéraire qu’on a créé par la suite (et j’ai eu 5 sur 20 à l’épreuve de maths) et j’ai raté les concours administratifs à cause de l’épreuve de culture générale qu’il est aujourd’hui question de supprimer. C’est ce qui s’appelle être en avance sur son temps.

Dans l’administration française, on passe des épreuves de « culture générale » pour pouvoir ensuite rédiger des appels d’offre de marchés publics et des bordereaux de sécurité sociale. Et ce n’est pas une insulte à la culture ? – Épreuve de culture générale : être quitte avec la culture.

En fait de philosophes, des spécialistes en humanités (avec un « s »).

Il pourrait aussi y avoir une façon de voir les choses que je soumets à l’appréciation de votre radicalité : si c’est dans les journaux, c’est que ça ne vaut rien. Seulement votre radicalité a besoin des journaux pour exister.

Le « sois toi-même » de toute la pensée « émancipatrice » et publicitaire est une « injonction paradoxale » au sens de double bind schizogène.

Avoir des amis est-il compatible avec la liberté de penser ?

« N’écrivez pas des poèmes d’amour, écrivez sur votre quotidien. » (Rilke, Lettres à un jeune poète) J’ai écrit des poèmes d’amour car c’était mon quotidien !

Pour admirer sincèrement un homme politique, il faut n’admirer aucun poète, aucun écrivain, aucun philosophe.

Le raisonnement selon lequel la monogamie permet à davantage d’hommes de s’unir à une femme ignore complètement l’existence de la prostitution, c’est-à-dire de toute une classe de femmes exploitées et non mariées (peu d’hommes acceptent de se marier avec des prostituées), largement inconnue dans les pays de droit polygamique. À l’époque où Schopenhauer écrivait ses Parerga und Paralipomena, on comptait 80 000 prostituées à Londres, autant de « victimes sacrifiées sur l’autel de la monogamie » (Menschenopfer auf dem Altare der Monogamie).

« L’onction du suffrage universelle » est mystique et fétichiste. De même que la médiocrité de l’homme est couverte par la dignité de prêtre, l’homme qu’est l’élu républicain devient tabou en même temps que prophétique, du moins parmi les fonctionnaires, chez qui l’adhésion à cette mystique est requise.

Toute bibliographie sur Kant a ses nationaux-socialistes : Alfred Baeumler, Gottfried Martin, Martin Heidegger (le moins connu d’entre eux)…

La philosophie n’est pas devenue difficile à partir de Kant : voir la citation ironique par Hobbes du scolastique Suarez, dans son Léviathan. C’est seulement que ce qu’on appelait philosophie, dans les universités, avant lui, tout le fatras scolastique indéchiffrable, et « impuissant » (Balzac), de Suarez et autres, a sombré, tandis que le fatras que l’on appelle encore philosophie après Kant, chez Fichte, Hegel, Husserl…, n’a pas encore eu le temps de sombrer.

L’univers du Big Bang s’étend dans le vide ; l’univers en expansion de Kant s’étend dans un chaos de particules qui en viennent à se soumettre aux forces de l’univers (Dissertation de 1770).

Du commentateur et traducteur de Kant, Alexis Philonenko : Kant « ne part pas toujours de définitions exactement déterminées, et il use de concepts sans toujours observer une grande rigueur. » En guise de reproche, alors que Kant explique qu’il n’est pas approprié de partir de définitions en philosophie, contrairement à la pratique des mathématiques ! Il n’y a pas, en dehors des mathématiques, science intuitive pure, de définition possible des concepts (empiriques comme a priori), seulement une exposition ou explicitation. (Kritik der reinen Vernunft, Reclam 2013, pp. 745-6)

Les fréquences infrarouges et ultraviolettes ont pu être mesurées et sont donc indirectement perçues et attestées comme réelles dans notre expérience. En revanche, les dimensions « surnuméraires » de l’espace sont une construction, non une construction dans l’intuition pure comme les objets de la géométrie mais une construction dans l’entendement pur, au risque qu’elles ne soient qu’un jeu de l’esprit. Le champ de notre sensibilité peut être élargi par la technologie : nous percevons des objets de plus en plus petits, de plus en plus lointains, un spectre de fréquences de plus en plus large mais, ce principe de la technologie étant posé, demeure l’impossibilité d’une appréhension, hors de l’entendement pur, de dimensions surnuméraires de l’espace, du fait que l’espace n’est pas une matière mais la forme même de notre expérience sensible.

Un « espace vectoriel à n dimensions » ne décrit pas l’espace objectal (forme de l’intuition sensible) mais une représentation des dimensions d’un problème.

Pour décrire l’espace, on peut toujours poser n à la place de 3 (dimensions) et voir ce qui en résulte logiquement (en recourant aux opérateurs logiques), mais de ce que les opérations logiques ou formelles soient possibles pour toute valeur arbitrairement choisie il ne résulte pas qu’il soit permis pour toute valeur de tirer des conclusions sur l’étant.

Les mathématiciens retombent en enfance, sauf qu’au lieu de jouer avec des cubes, ils jouent avec des hypercubes.

Le concept d’un triangle est sa pure et simple définition, et les énoncés qui exposent celle-ci sont analytiques ; synthétiques a priori sont les énoncés qui exposent les propriétés du triangle. Les concepts de l’entendement ne sont pas une connaissance synthétique a priori ; il faut, pour une connaissance synthétique a priori, le recours à l’intuition (Anschauung) et à ses formes, l’espace et le temps. C’est parce que l’espace est une forme a priori de notre intuition que la géométrie possède des axiomes apodictiques. – Ce ne serait pas possible si l’espace était une condition objective de l’existence des choses en soi. (Quod est demonstrandum)

La dimension duale « quantitative-visuospatiale » des tests d’intelligence est conforme à la conception kantienne des mathématiques comme science intuitive pure.

Qu’au moins une autre planète soit habitée est plus qu’une opinion (Meinen) : une forte conviction (starkes Glauben). (Kritik der reinen Vernunft)

L’état de nature de Rousseau est la réplique qu’appelait le chapitre XIII du Léviathan. Je veux dire par là que c’en est tantôt la copie et tantôt le contrepied. Son état de nature, Rousseau l’a trouvé dans Hobbes, mais il en a retiré les passions pour les faire naître avec la propriété, c’est-à-dire avec la fin de l’état de nature.

De même, Spinoza est un imitateur de Hobbes. Diderot écrit : « Son dieu [à Hobbes] diffère peu de celui de Spinoza. » (Article Hobbisme de L’Encyclopédie) Il faudrait plutôt dire, par respect de la chronologie, que le dieu de Spinoza diffère peu de celui de Hobbes.

Tous les droits de l’homme sont contenus dans l’habeas corpus.

Rousseau ne veut pas que son Émile devienne forgeron ; il le veut menuisier. Il y a des métiers impurs, réservés aux intouchables.

L’homme à l’état de nature, solitaire, rousseauiste, ne peut même pas cueillir le moindre fruit car les bandes de singes lui interdisent d’approcher des arbres, qui sont leur propriété. Il se fait chasser dans les déserts, où il meurt de soif et de faim. («cuando los cristianos van por la tierra adentro a entrar o hacer guerra a alguna provincia, y pasan por algún bosque donde haya de unos gatos [‘gatos monillos’=monos aulladores] grandes y negros que hay en Tierra Firme, no hacen sino romper troncos y ramas de los árboles y arrojar sobre los cristianos, por los descalabrar; y les conviene cubrirse bien con las rodelas y ir muy sobre aviso para que no reciban daño y les hieran algunos compañeros.» Gonzalo Fernández de Oviedo, Sumario de la historia natural de las Indias, 1526)

Selon Galbraith (Le Nouvel État industriel), un principe de la technostructure est la « décision par le groupe ». Corollairement, le diplôme, gage de connaissances spécialisées et surtout de normalisation, supplante l’expérience. Il se pourrait que les deux soient liés, que le mode de décision par le groupe au sein des organisations implique pour bien fonctionner un formatage des individus qui y participent, formatage dont la meilleure garantie serait le diplôme, bien plus que l’ancienneté, laquelle ne compenserait qu’imparfaitement une normalisation initiale insuffisante.

Tous les grands penseurs ont souligné la nécessité du loisir pour penser. Or la « société de loisir » est celle du loisir pour le loisir, c’est-à-dire de la compensation pour un travail absorbant toute l’énergie humaine, du loisir comme temps de vie qui ne peut, pas plus que le travail, être consacré à la pensée.

Autoportrait par Marc Andriot, 2017

Quand j’avais douze ou treize ans, le mot « blasé » revenait souvent dans les conversations de mon groupe d’âge, où il ne pouvait tout simplement pas s’appliquer. Petits singes.

Dans les mauvais romans didactiques, c’est toujours une femme qui joue le rôle de Candide, comme si la femme était un éternel sauvage au milieu de la civilisation.

Grincements de dents. Le martyr de l’homme d’esprit en société : il attire l’attention des dames et suscite ainsi la haine de leurs cavaliers. Le martyr du penseur est pire encore : il suscite la haine des dames, donc aussi de leurs cavaliers.

Les sophistes, comme les psychanalystes, se faisaient payer.

Les femmes travaillent pour que les hommes puissent les quitter sans remords.

Ceux qui entrent dans les grandes écoles, écoles d’élite, et pour qui dès lors « toutes les portes sont ouvertes », savent qu’ils ont une vie de robot devant eux à moins qu’ils ne se lancent à leur tour en politique, auquel cas ce sera une vie de robot tempérée de bassesse. C’est pourquoi, tant qu’ils ne font pas de politique, personne ne les envie, aussi enviables que soient leurs conditions matérielles d’existence, car il n’y a pas de raison d’envier des machines. Ceux que l’on envie, ce sont les individus vulgaires qu’animent de basses passions.

Les grandes écoles emprisonnent dans un esprit de corps.

Liste des philosophes et penseurs grecs initiés en Égypte, d’après Cheikh Anta Diop : Thalès, Pythagore (passa vingt ans en Égypte, selon Jamblique), Démocrite, Platon (passa treize années en Égypte, d’après Strabon), Eudoxe de Cnide, Orphée de Musaeus, Dédale, Homère, Lycurgue de Sparte, Solon d’Athènes. (Antériorité des civilisations nègres)

Selon Cheikh Anta Diop, il existe en Afrique une polygamie non patriarcale.

Les séries causales indépendantes rendent a priori impossible une prédiction exacte des événements à venir, mais s’il y a eu une cause première il n’existe pas de séries causales indépendantes.

Mes études en province (trois ans) m’ont permis de comprendre que la France tout entière est une « province ». Il n’y a plus que les médias français pour ne pas le voir. – L’intérêt de l’étranger pour la France est purement ethnographique.

Le hadith sur le petit djihad et le grand djihad, que des commentateurs occidentaux bien intentionnés citent volontiers pour émousser la rhétorique islamophobe, n’est, selon les critères islamiques, pas recevable (« baseless »). (Shaykh Muhammad ibn Rabi’ al-Madkhali, professeur à l’Université islamique de Médine, The Reality of Sufism: ‘’Likewise they have removed the spirit of jihad, which is to fight in the way of Allah, with what they claim to be the greater jihad, i.e. striving against one’s own soul. Whereas this is a baseless hadith and has provided the opportunity in the previous two centuries for colonialist powers to occupy most of the Muslim lands.’’ [p.14])

Le postulat de la phrénologie (Gall, Spurzheim) est confirmé si l’on peut répondre par l’affirmative aux deux questions suivantes. 1/ Une bosse crânienne est-elle due à la pression du cortex cérébral sur le crâne ? (Intuitivement, je pense que oui.) 2/ La localisation fonctionnelle étant admise (LeDoux, 1998), existe-t-il une corrélation positive entre le volume de telle partie du cerveau et sa capacité fonctionnelle ? (Intuitivement, je pense que oui.)

Dans Walden Two de Skinner, l’intellectuel Frazier crée une communauté utopique en expliquant que les intellectuels sont sensibles au ressentiment des classes laborieuses. Ce ne sont pas les envieux qui créent des utopies, mais les enviés, qui souffrent de l’envie des envieux. – Peut-être l’envieux pense-t-il quant à lui qu’il serait envieux sous n’importe quel régime.

Marshall McLuhan : Le clownesque est la destinée de la personnalité totale dans le monde des mutilations linéaires.

Kant et Hegel partagent un même fétichisme de la Révolution française alors que l’événement fondateur est la Révolution américaine. La Constitution fédérale américaine est rédigée en 1787 et, soumise à la ratification des États, devient effective après la ratification du neuvième État sur treize, en juin 1788. Le Bill of Rights (les dix premiers amendements de la Constitution) est ratifié par le premier État en novembre 1789 ; la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, en France, datant d’août 1789, elle est donc antérieure. Cependant, il existait des Bills of Rights dans les Constitutions de plusieurs États avant la Constitution fédérale : Pennsylvanie, Caroline du Nord, New Hampshire, Massachusetts, Delaware, Maryland. En outre, l’auteur collectif des Federalist Papers (1787-88) énumère les dispositions de la Constitution fédérale qui rendent en réalité superflu un Bill of Rights (The Federalist, 84). Par conséquent, les événements déterminants de l’une et l’autre Révolutions sont, d’une part, l’adoption de la Constitution fédérale en Amérique et, d’autre part, la proclamation de la Déclaration des droits de l’homme en France, celle-là précédant celle-ci.

Le film Le Prêteur sur gages (The Pawnbroker) de Sidney Lumet (1964) a été, avec sa paire de seins nus, la première entorse au Code Hays définissant des lignes de conduite pour le respect de la décence et de la moralité par l’industrie cinématographique. L’entorse fut justifiée par un impératif pédagogique à montrer les atrocités des camps de concentration nazis (en l’occurrence, des femmes juives violées ou prostituées par les gardiens des camps). Elle devait rester une exception mais les entorses se sont ensuite multipliées, jusqu’à la suppression du Code en 1968. Plus tard, La Liste de Schindler de Steven Spielberg (1993) s’est également servi de la Shoah, pour vendre alcool et cigarettes dans un contexte où la publicité pour ces produits est de plus en plus contrôlée et restreinte : le héros du film est dans quasiment toutes les scènes en train de fumer et/ou de boire de l’alcool.

Surveiller et Punir, de Michel Foucault : une analyse minutieuse d’archives, puis, sans transition, les assertions les plus échevelées sur les délinquants produits par le système pour servir de vivier d’hommes de main occultes aux politiciens, sur le fondement d’aucune preuve documentaire.

Les riches puent. Les pauvres crânent.

Une personne sur cinq reste sans enfant (un ratio qui serait demeuré plus ou moins stable au cours des siècles, si le nombre d’enfants par femme a quant à lui varié). Pour que la population ne diminue pas, 80 personnes, soit 40 couples doivent faire 100 enfants, donc chaque couple doit faire 2,5 enfants.

Il est plus difficile de robotiser un salon de coiffure que le ministère de l’économie.

Puisqu’il est poli, chez les Arabes, de roter à la fin du repas, je ne vois pas pourquoi on ne rote pas dans les restaurants des hôtels à Dubaï. Moi j’ai roté. Une serveuse philippine (ou une cliente occidentale) a poussé une exclamation, mais la cliente bédouine m’a souri.

Mon général n’est « pas maurrassien mais »… il n’a rien lu en dehors de Maurras.

L’univers nous semble si grand parce que notre vie est si courte. Pour une espèce où les individus vivraient des milliards d’années, les distances interstellaires seraient peu de chose.

BNB-Baribas la banque d’un monde qui pue.

Juillet 2017