Tagged: prostitution

Cours de philosophie 3 : Philosophie politique (Montesquieu, Tocqueville)

.

La pensée de Montesquieu dans De l’esprit des lois (1748)

.

La liberté dans un grand État, que les Pères fondateurs américains voulaient établir par la Constitution américaine, est une réponse à Montesquieu. Le despotisme asiatique est dû, notamment par l’influence de la géographie et du climat, à l’existence de grands empires. La Constitution américaine se veut un talisman contre la malédiction du despotisme asiatique.

Or Montesquieu avait déjà vu que la « république fédérative » (IX, 1) supplée au défaut intrinsèque de toute république, qui est que son territoire doit nécessairement être petit. La résolution par les Pères Fondateurs américains du problème posé par Montesquieu se trouve donc en Montesquieu lui-même.

(Montesquieu connaissait l’œuvre de Locke, le chapitre 6 du Livre XI « De la Constitution d’Angleterre » est repris de l’ouvrage sur le gouvernement représentatif du philosophe anglais. Il convient dès lors d’examiner si les principes de Montesquieu relatifs au fédéralisme sont également tirés de Locke, auquel cas il n’est pas besoin d’introduire Montesquieu dans la filiation intellectuelle des Pères fondateurs américains, ou simplement de lui rendre l’hommage de l’antériorité, puisque alors les Pères fondateurs n’auraient pas eu besoin de tirer de Montesquieu ce que lui-même tirait de Locke.)

*

L’égalité n’implique pas seulement un partage égal des terres et des biens, mais aussi la suppression des libertés de tester et de contracter, ces libertés étant de nature à détruire l’égalité.

Elle peut impliquer également le mariage avec la sœur consanguine (par le père) mais non avec la sœur utérine (par la mère), comme dans la loi d’Athènes – afin « de ne pas mettre sur la même tête deux portions de fonds de terre, et par conséquent deux hérédités. Quand un homme épousait sa sœur du côté du père, il ne pouvait avoir qu’une hérédité, qui était celle de son père : mais, quand il épousait sa sœur utérine, il pourrait arriver que le père de cette sœur, n’ayant pas d’enfants mâles, lui laissât sa succession : et que par conséquent son frère qui l’avait épousée, en eût deux » (V,5) –, ou le mariage avec la sœur utérine mais avec une dot de moitié que celle du frère, comme à Lacédémone. (Ces exemples et particulièrement celui de Sparte, qui devraient être bien connus d’auteurs ayant pratiqué les auteurs anciens et ne semblent pas l’être, relativisent singulièrement la « prohibition générale de l’inceste » posée en dogme des sciences sociales.) Ou bien encore il faut prévoir que l’héritage passe à un seul des fils, les autres étant donnés à des couples sans enfant, comme le propose Platon au livre V des Lois.

Ainsi, l’acte de partage en lui-même, par exemple à la suite d’une révolution politique, ne peut rien pour l’égalité de manière durable si la loi sur les héritages et les contrats n’est pas réformée de façon à prévenir tout retour des inégalités abolies par le partage initial.

*

Montesquieu déclare (VI, 5, c) que Socrate refusa de se servir d’une loi d’Athènes qui permettait aux accusés de s’exiler avant le jugement. Socrate ayant été jugé, puis condamné, il est certain que, s’il avait le droit de s’exiler avant le jugement, il ne s’en prévalut point. Or, dans la prosopopée des lois, du Criton, se trouve expliqué pourquoi Socrate refusa de s’enfuir après son jugement, mais ce passage ne dit rien quant au refus d’user des libertés offertes par la loi pour éviter un jugement. La fameuse prosopopée ne peut d’ailleurs nullement être appliquée à ce dernier refus puisque Socrate n’aurait alors fait que se prévaloir d’un droit reconnu par les mêmes lois athéniennes qu’il refusa d’enfreindre en s’échappant de sa prison après son jugement. Le refus de s’exiler avant le jugement, conformément à la loi, jette une singulière lumière sur le refus de s’exiler après le jugement, en infraction à la loi, et sur la prosopopée servant de justification à ce dernier refus, car, puisque la loi donnait à Socrate la possibilité de s’exiler, comment peut-il justifier son refus de s’exiler par le nécessaire respect dû par chacun aux lois ?

*

Montesquieu se désole (VI, 9) au nom de l’humanité de « la justice atroce des sultans », à une époque où la torture judiciaire était banale en France !

Certes, Montesquieu est contre « la question » : il souligne que l’Angleterre s’en passe à son époque déjà, que les Grecs anciens la réservaient au crime de lèse-majesté (pour les citoyens, non pour les esclaves), les Romains aussi (pour certains accusés), et loue les restrictions légales des Wisigoths d’Espagne en la matière.

Du temps de Montesquieu, la justice française y recourait systématiquement, ce qui fait dire à Marcel Rousselet, de l’Institut : « Devant toute cette barbare législation criminelle, on reste confondu de voir ces juges si souvent empreints de l’esprit de ce beau XVIIIe siècle plein de délicatesse et de douceur, n’avoir compris ni la cruauté, ni l’inutilité de ces souffrances. » (Histoire de la justice, PUF, 3e éd. 1968, p. 50)

Ces juges, ce sont les « grands magistrats », « ces nobles races de magistrats, ces grands hommes de robe, fermes, incorruptibles, esclaves du devoir et du travail, honorés de leur siècle autant que de la postérité » (p. 43), et Rousselet de citer Daguesseau, Pothier, Chartraire de Bourbonne, Hénault, De Brosses… Un dithyrambe pour de beaux parleurs, qui philosophaient en faisant appliquer la question ! (Je n’ose demander si Montesquieu, président à mortier du Parlement de Bordeaux, dont j’ignore tout des activités en tant que magistrat, ne la faisait pas lui-même appliquer dans les affaires dont il avait connaissance, tout en rédigeant dans son cabinet des pages contre la torture judiciaire.) Ces « nobles races de magistrats » sont jugées : la question n’existait plus en Angleterre quand ils la pratiquaient, ils restèrent aveugles à l’exemple d’humanité de nos voisins.

*

Les républiques commerçantes, bien que n’étant pas égalitaires à la manière du communisme platonicien (un communisme aristocratique !), connaissent néanmoins peu de luxe, selon un argument qui, dans Montesquieu, pourrait rappeler l’éthique protestante de Max Weber mais la contredit en réalité – à savoir, que le commerce fait fond sur l’épargne. C’est le commerce en soi qui conduit à l’épargne, sans qu’il soit besoin d’invoquer une éthique religieuse. Ce n’est en effet pas l’éthique protestante qui conduit le commerçant à l’épargne mais les nécessités mêmes du commerce : pour investir, il faut épargner. Le commerçant a donc un train de vie modeste, aux antipodes de l’ostentation aristocratique.

Cela dit, et c’est conforme aux vues de Montesquieu, certaines religions peuvent être plus propices que d’autres au développement du commerce, mais cela reste un démenti formel à la thèse de Weber. En effet, que l’éthique protestante soit plus conforme que d’autres aux exigences intrinsèques du commerce ne permet pas d’imputer à cette dernière une valeur causale dans le développement du commerce, car on pourrait tout aussi bien dire que c’est le commerce qui, par ses nécessités intrinsèques, fut cause du développement d’une éthique protestante, en adoptant alors un point de vue strictement matérialiste.

Or, à l’époque de Montesquieu déjà, Mandeville s’inscrivait en faux contre l’idée que les républiques commerçantes sont de leur nature contraires au luxe. Mandeville affirmait justement le contraire. Les développements ultérieurs des républiques commerçantes ne lui donnent-ils pas raison ? On peut certes trouver dans la consommation des sociétés capitalistes contemporaines une forme de mesquinerie dans son ostentation même, qui laisse ces sociétés loin derrière leurs ancêtres aristocratiques en termes de luxe ; et l’on ne parlerait alors de surconsommation que parce que, très démocratiquement, chacun consomme, et que nous sommes nombreux, ce qui n’ôterait rien au fait que le luxe est un produit des inégalités de conditions matérielles qui se sont amenuisées au cours du temps, les sociétés passant d’aristocratiques à démocratiques.

*

Les gouverneurs des provinces conquises par la république romaine réunissaient les trois pouvoirs dans leurs mains, c’étaient « les bachas de la république » (XI, ch. 19 « Du gouvernement des provinces romaines »). Cette structure du pouvoir dans les provinces conquises portait en soi des ferments de corruption. – Le raisonnement s’applique fort aisément au colonialisme des temps modernes. Nous dirigions nos colonies selon des principes contraires à ce que nous professions, en justifiant cela banalement par la nécessité, tout comme les Romains antiques. Mais en nous habituant à ces formules, nous érodions nos maximes politiques les plus hautes et nous nous préparions en quelque sorte à nous coloniser nous-mêmes, c’est-à-dire à nous percevoir comme un peuple où la séparation des pouvoirs n’avait pas non plus vocation à s’appliquer, comme un peuple appelant des bachas pour le gouverner à l’ottomane, car il paraît toujours plus commode de supprimer la liberté devant la force des choses.

*

Montesquieu est pour la peine de mort (XII, 5), mais il faut croire qu’un Beccaria a plus de poids que Kant et lui réunis.

*

« Il ne suffit pas, dans les tribunaux du royaume [d’Angleterre], qu’il y ait une preuve telle que les juges soient convaincus ; il faut encore que cette preuve soit formelle, c’est-à-dire légale : et la loi demande qu’il y ait deux témoins contre l’accusé ; une autre preuve ne suffirait pas. » (XII, 19, d)

Montesquieu balaie ainsi le système de l’intime conviction, avant même qu’il eût remplacé celui des preuves légales en France. Encore un travers de notre pays.

La justice anglo-saxonne, qui, nous l’avons dit, abolit la torture judiciaire bien avant nous, reste attachée au système des preuves légales, quand nous avons fait reposer la nôtre sur l’intime conviction du juge qui fluctue au gré des mouvements d’opinion, voire des mouvements de foule, ou bien au gré de l’intérêt des dirigeants dont dépend sa carrière. Mais rassurez-vous, cela n’a jamais dérangé les Français : il n’y a pas de sujet.

Le juge d’appel, à la chambre connue sous le nom de chambre d’enregistrement : « Mon collègue a l’intime conviction que vous êtes coupable. Que voulez-vous que je vous dise ? Son intime conviction n’est pas moins souveraine et respectable que la mienne. » (Ironie.)

*

J’ouvre une parenthèse sur un point d’histoire qui fait déjà l’objet de quelques spéculations sur ce blog (voyez ici, « Ingeborg, A Viking Girl on the Blue Lagoon »).

Montesquieu parle des vents d’est de l’Atlantique qu’il faut éluder pour parvenir au Cap depuis les colonnes d’Hercule (XXI, 10, en particulier la note e). Rappelons-nous donc Cabral et la découverte du Brésil : Cabral voulait justement se rendre au Cap et fut emporté par les vents d’est jusque sur les côtes d’Amérique.

Compte tenu du point soulevé par Montesquieu, cette histoire de la découverte du Brésil ne serait-elle pas une invention destinée à détourner l’attention publique du fait que l’Amérique était déjà connue (par certains) avant Colomb ? Pour éluder sans difficulté les vents d’est, il fallait, si je comprends bien Montesquieu, parlant de la navigation antique, l’invention de la boussole (parce que, dit-il, c’est la boussole qui permit de se rendre au Cap sans suivre la côte de l’Afrique). Par conséquent, Cabral, qui connaissait la boussole, puisqu’elle fut introduite en Occident au XIVe siècle, ne pouvait guère se laisser prendre par les vents d’est et « découvrir » le Brésil, tandis que tous ceux qui tentaient de se rendre au Cap avant la boussole pouvaient se faire prendre par les vents d’est et parvenir, avec des navires permettant une telle traversée, jusqu’à la côte américaine.

Autrement dit, il est plus vraisemblable, compte tenu des conditions géographiques, qu’un navigateur européen découvrît l’Amérique par inadvertance avant la boussole qu’après.

*

Les femmes « ingénues » (libres) ayant trois enfants étaient, aux termes des lois Juliennes, affranchies de la tutelle propre aux matrones romaines (XXIII, 21). Mais comment cela pouvait-il contribuer à la démographie, objet visé par cet affranchissement, puisque les maris perdaient ainsi des droits dans le mariage ?

Les Romains voulaient inciter par là les femmes à faire des enfants : celles qui donnaient trois fois la vie étaient affranchies de la tutelle. Ce faisant, la loi privait l’époux de l’exercice de cette tutelle. Or si l’époux, désincité quant à lui par les lois Juliennes à faire des enfants à son épouse, se restreignait dans les liens du mariage (ce qui pouvait être d’autant plus facile que le concubinage était plus répandu), ces lois ne pouvaient atteindre leur but ; le mari n’avait qu’à faire moins de trois enfants à son épouse pour conserver sa tutelle sur celle-ci. Or l’époux était vraisemblablement contraint, au titre des devoirs du mariage, de cohabiter sexuellement avec sa femme : il ne pouvait donc tout au plus que retarder la fin de la tutelle. De son côté, l’épouse pouvait accélérer cette délivrance en commettant l’adultère.

*

Selon Montesquieu, dans le Nord « un homme de soixante ans a encore de la force » et surtout « les femmes de cinquante ans ne sont pas généralement stériles » (XXIII, 21).

*

Le théâtre, l’occupation d’acteur était frappée d’infamie à Rome. Le Moyen Âge chrétien n’a là rien inventé, ni Rousseau.

*

Montesquieu offre une justification rationnelle du combat judiciaire et de l’épreuve du feu et de l’eau bouillante (ou du fer chaud) : les ordalies. Bien qu’en soi ces épreuves ne prouvent rien quant aux cas d’espèce, on jugeait par elles la valeur sociale des individus, dans des sociétés guerrières ; la preuve de la valeur au combat était directement attestée par un combat singulier, et, dans les épreuves de l’eau bouillante et du fer chaud, indirectement, par la callosité des mains résultant l’exercice des armes (d’où s’ensuivait que le fer chaud saisi par le poing ou l’eau bouillante dans laquelle l’accusé plongeait la main ne provoquaient pas de blessures graves).

Ces explications sont ingénieuses (bien que, relativement aux callosités de la main d’un maître d’armes, elles ne dussent qu’imparfaitement protéger l’individu de l’eau bouillante pour peu qu’il dût y plonger la main entière, paume et dos) et pourraient s’appliquer à d’autres types connus d’ordalie dans diverses parties du monde primitif, telles que l’ingestion de poisons qui, si l’accusé n’en mourait pas, l’innocentait : un homme assez robuste pour survivre au poison est indéniablement un homme de valeur.

*

On ne sait pas si les Douze Tables romaines parlent de couper en morceaux le débiteur insolvable ou bien d’en diviser le prix une fois vendu comme esclave. Montesquieu penche pour la seconde opinion (XXIX, 2).

*

Sans citer sur ce point aucune source, Montesquieu impute aux Normands un esprit de revanche contre les moines, lesquels auraient, sous Charlemagne, détruit leurs idoles et les auraient contraints à se réfugier dans le Nord. Ce seraient donc des Saxons ayant émigré dans la Scandinavie.

.

La pensée de Tocqueville dans De la démocratie en Amérique (1835, 1840)

.

Le « nivellement » démocratique dont parle Tocqueville n’est pas seulement légal (égalité devant la loi) mais également économique. Le nivellement économique – « l’égalité des conditions » – aurait atteint en Amérique « ses limites extrêmes ».

Partout où la démographie est de deux enfants par couple, le partage égal de l’héritage n’est pas un fractionnement de la propriété puisque chaque enfant reçoit ½ de 2 parts, soit une part chacun. Mais le partage égal dénature la richesse foncière, qui ne peut plus se transmettre. L’attachement à la terre, à la propriété terrienne n’est possible qu’avec le droit de primogéniture. C’est pourquoi Tocqueville parle d’égalité des conditions en Amérique, pays où les inégalités entre les fortunes immobilières sont toutefois très considérables aujourd’hui. À l’époque, l’Amérique était un pays de petits propriétaires et petits artisans. Tocqueville dit dans la seconde partie de l’ouvrage – p. 699 éd. de La Pléiade – qu’il n’y a pas pratiquement pas de fermiers en Amérique, que tous ou presque sont propriétaires de leurs terres.

C’est pourquoi une classe de loisir (Veblen) est impossible en Amérique. L’état social que décrit Tocqueville en doit forcément empêcher l’émergence, chaque Américain devant travailler pour subvenir à ses besoins et ne s’enrichissant, si cela se produit, que sur le tard, quand on n’a plus de goût pour l’étude. De même, les fils commencent leur carrière moins riches que leur père, qui ne peut à son tour leur transmettre qu’une partie de sa fortune à chacun. Ces faits s’opposent à l’existence d’une classe de loisir :

« Il n’existe donc point en Amérique de classe dans laquelle le penchant des plaisirs intellectuels se transmette avec une aisance et des loisirs héréditaires, et qui tienne en honneur les travaux de l’intelligence. Aussi la volonté de se livrer à ses travaux manque-t-elle aussi bien que le pouvoir. » (57)

L’idée de classe de loisir est impossible dans une démocratie telle que décrite par Tocqueville, car une classe de loisir est la pure et simple description d’une aristocratie. (Je suis donc bien en peine d’expliquer, si je m’en tiens à Tocqueville, de quoi parle Veblen, qui prétend avoir découvert une classe de loisir en Amérique.) En revanche, la consommation ostentatoire, cet autre objet de la sociologie de Veblen, peut s’expliquer par les vues de Tocqueville sur l’activité fiévreuse des démocraties : il faut que la fortune, comme marque du succès, se donne à voir à certains signes, quand le statut social ne se donne à connaître par aucune norme juridique (par l’inégalité des uns et des autres devant la loi). La consommation ostentatoire est d’ailleurs ce que Tocqueville appelle l’hypocrisie du luxe (p. 562) (formule peu précise, en raison de l’imprécision de la langue française : il s’agit d’un luxe trompeur, de la simple apparence du luxe). La consommation ostentatoire est rendue possible en démocratie par la piètre qualité de la plupart des produits mis sur le marché, qui permet d’acquérir des objets donnant l’illusion de la richesse et de la perfection artisanale aristocratiques à faible coût.

Les avertissements de Tocqueville contre les possibles effets de l’industrie et « l’aristocratie d’argent » sont assez vifs mais ramassés en peu de pages (704-5 et 855-6 respectivement), alors que ces effets se sont puissamment développés, devenant le fait saillant de toutes les sociétés industrielles, en Amérique et ailleurs, quelques années ou quelques décennies au plus après la parution du livre de Tocqueville. Sa défense de la liberté, du libéralisme contre les tendances possibles de l’égalité se répandant partout, était donc déjà presque anachronique au moment où il écrivait, car l’égalité des conditions matérielles ne s’est pas répandue comme il le croyait, l’industrie a produit au contraire des inégalités sans précédent, en tout cas une misère sans précédent parmi les prolétaires. Ferdinand Lundberg, auteur du livre America’s 60 Families (1937) est sans doute un peintre de l’Amérique plus réaliste aujourd’hui que Tocqueville.

*

Chaque État d’Amérique a deux chambres législatives. Dans les États, le sénat n’a donc pas la même justification qu’au niveau fédéral, où il a pour fonction de représenter les États (ou bien pourrait-il s’agir de représenter les comtés ?) On en revient donc à l’argument du type « la qualité de la loi » (une seconde chambre améliore la qualité de la loi selon la justification classique des Parlements bicaméraux des États unitaires et non fédéraux).

Cette « division du pouvoir législatif » en deux chambres qui ne se justifie point par le fédéralisme, Tocqueville y voit un « axiome de la science politique », mais pour des raisons qu’il laisse dans une grande obscurité. Il relève que l’on en est venu aux deux chambres dans l’État de Pennsylvanie malgré l’avis de Franklin en la matière : la belle affaire, est-ce là ce qui prouve un axiome ? (I, I, V)

*

L’argument de Tocqueville en faveur du contrôle de constitutionnalité des lois par le juge l’interdit dans le cas où la Constitution est « une œuvre immuable ou censée telle » (I, I, VI), comme en France. Comme ce n’est plus le cas en France de nos jours, l’argument tombe : notre Constitution est dans la même situation que la Constitution américaine – révisable – et le contrôle de constitutionnalité du juge doit donc en découler. Or nous n’avons toujours pas de contrôle de constitutionnalité par le juge ordinaire, ni même par le juge administratif, puisque ce contrôle est exercé par une juridiction ad hoc et byzantine composée en grande partie d’anciens membres de l’exécutif.

L’argument de Tocqueville pour refuser le contrôle de constitutionnalité par le juge dans le cas d’une Constitution immuable (un concept dont il ne daigne même pas souligner l’absurdité, autrement que par une brève allusion : « Ils [les Américains] n’ont point eu l’idée de fonder, avec des éléments qui changent tous les jours, des constitutions dont la durée fût éternelle »), est le suivant :

« Si, en France, les tribunaux pouvaient désobéir aux lois, sur le fondement qu’ils les trouvent inconstitutionnelles, le pouvoir constituant serait réellement dans leurs mains, puisque seuls ils auraient le droit d’interpréter une constitution dont nul ne pourrait changer les termes. Ils se mettraient donc à la place de la nation et domineraient la société, autant du moins que la faiblesse inhérente au pouvoir judiciaire leur permettrait de le faire. » (I, I, VI)

Est-il utile d’ajouter que Tocqueville voit dans le contrôle de constitutionnalité, inventé par les Américains, une garantie majeure contre la tyrannie ?

« Resserré dans ses limites, le pouvoir accordé aux tribunaux américains de prononcer sur l’inconstitutionnalité des lois forme encore une des plus puissantes barrières qu’on ait jamais élevées contre la tyrannie des Assemblées politiques. » (Ibid., 115)

Nous restons quant à nous, Français, des Byzantins, malgré nos réformes successives dans le sens américain, plus timides les unes que les autres.

*

Les mandats courts des magistrats locaux en Amérique (la durée de la législature des États est d’un an !) permettent au peuple de les tenir plus étroitement dans sa dépendance (I, II, II). – C’est ce qu’il faut avoir à l’esprit contre l’idée que la place du marché est trop étendue en Amérique : l’État économique a besoin de mandats électifs longs pour mener à bien ses projets économiques, cet État économique est donc forcément moins démocratique, dès lors que plus le mandat est long, plus les élus s’émancipent des électeurs. Le marché s’impose donc ne serait-ce que pour permettre au peuple d’élire des magistrats aux mandats courts. Je ne sais si Hayek l’a vu.

*

Traitement du président de la République américaine : 135.000 francs. Traitement du roi de France (Louis-Philippe) : 12 millions de francs ! (I, II, V n.)

*

Dans l’ensemble, Tocqueville s’inscrit en faux contre le jugement d’un Stendhal opposant la naissance (l’aristocratie) au mérite (la démocratie). À bien des égards, l’aristocratie est selon lui plus compétente en matière politique, son personnel est supérieur « en capacité et en moralité » au personnel politique démocratique : il donne l’exemple de l’Angleterre aristocratique (I, II, VI). – Or c’est à l’aristocratie anglaise que Tocqueville impute l’inégalité extrême des conditions matérielles en Angleterre, tandis que l’Amérique montrerait à cet égard la plus extrême égalité.

*

Il n’y a pas selon Tocqueville de prolétaires en Amérique (I, II, VI). Mais il précise également que « les esclaves, les domestiques et les indigents nourris par les communes » (pp. 275-6) n’ont pas le droit de vote !

Sur le nombre des indigents, Tocqueville ne dit rien, mais il montre par ailleurs que les budgets de la charité publique sont nettement supérieurs en Amérique qu’en France, entendant par là que, dans une nation démocratique comme l’Amérique, où le pauvre gouverne (sic), l’État prend naturellement en charge l’adoucissement de la condition du pauvre.

Dans la mesure où certaines catégories de la population n’ont pas le droit de vote, Tocqueville aurait dû dire qu’il n’y a pas de prolétaires dans l’électorat, ce qui revient à dire tout autre chose. En effet, si Tocqueville parle de l’égalité des conditions dans l’électorat, même si cette égalité se trouve être vraie elle ne décrit pas l’ensemble de la population américaine. (Et de quels droits n’étaient pas privés ces domestiques et ces indigents ?) « Le pauvre » prend donc un sens tout à fait particulier et pour nous inattendu : c’est la classe moyenne.

S’agissant de la charité publique, il faut donc voir que, si les Américains l’ont développée plus que tous les autres pays à l’époque parce que le pauvre y gouverne, ce n’est pas en vertu de l’égalité de condition entre les pauvres, puisque le pauvre qui gouverne n’est nullement celui qui bénéficie de cette charité publique, ce dernier étant l’indigent privé du droit de voter. Cette charité procède donc bien plus de la prudence de la classe moyenne, qui, dans un régime où nulle condition n’est stable selon Tocqueville, craindrait en permanence de sombrer dans l’indigence.

*

Tocqueville affirme que les deux législations française et anglaise en Louisiane « s’amalgament peu à peu l’une avec l’autre » (I, II, VIII n.). Or on sait aujourd’hui – cela passe pour un axiome de la science du droit – que la common law évince systématiquement le droit romain, et c’est bien ce qui s’est produit en Louisiane, d’où le droit romain s’est fait évincer.

Ainsi, les « légistes », cet idéal-type décrit par Tocqueville, auraient, outre les différentes qualités décrites par notre auteur à leur sujet, une préférence marquée pour la common law contre le droit romaniste.

*

L’Amérique, p. 320, pourrait périr par ses grandes villes, à moins de développer une armée nationale suffisamment forte et indépendante pour les contenir. Mais, p. 319, la « gloire militaire » est un fléau pire que tous les autres…

(Au moment où Tocqueville écrivait, l’Union n’avait pas d’armée permanente. C’était dix ans seulement avant la guerre américano-mexicaine de 1846-48, où le Mexique subit une défaite écrasante.)

*

La loi des successions, exigeant un égal partage des biens dans la fratrie, fut cause dans les États esclavagistes du Sud que les anciens oisifs devinrent des ouvriers libres qui, en concurrençant le travail de l’esclave noir, « moins productif » (405), démontraient le désavantage économique de l’esclavage.

(La société du Sud esclavagiste possédait les qualités pour nourrir en son sein une classe de loisir, une classe d’oisifs. L’abolition de l’esclavage y mit fin.)

*

Tocqueville anticipe, malgré le traité définissant la frontière entre les deux pays, l’incorporation au territoire de l’Union des territoires du Mexique alors à peu près déserts et où s’établissait déjà sa population, avant les Mexicains eux-mêmes (I, II, X).

*

Tocqueville anticipe également que l’Amérique et la Russie se partageraient la domination du monde, c’est-à-dire la Guerre froide, la première au moyen de la liberté, la seconde au moyen de la servitude (le tsarisme au moment où Tocqueville écrivait, puis ses successeurs, les Soviets) (I, II, X).

*

Tocqueville affirme que l’observation du dimanche chômé « est ce qui frappe le plus vivement l’étranger » en Amérique (notes finales DDA I : note à la page 43). Aujourd’hui, l’Amérique sert d’exemple aux autres pour le supprimer.

*

Tocqueville affirme que l’émergence de nouvelles religions est impossible parmi les peuples démocratiques (II, I, II). En quoi le mormonisme lui donne tort.

Selon certains, les Mormons auraient été sur le point de fonder une théocratie en Amérique. Sans la découverte de l’or de Californie juste après l’établissement des Mormons dans l’Utah, en juillet 1847, et la ruée vers l’or qui s’ensuivit, faisant de l’Utah un lieu de passage, les Mormons isolés auraient pu suffisamment asseoir leur autonomie pour fonder un empire théocratique. De même si la guerre de Sécession avait balkanisé l’Union. (G.-H. Bousquet, Les Mormons, 1967)

*

Le classicisme dans l’art et les lettres est dit par Tocqueville choisir des sujets lointains qui laissent libre cours à l’imagination des artistes, tandis que les artistes des sociétés démocratiques imitent ce qu’ils ont sous les yeux. – Baudelaire fait donc l’apologie du classicisme.

*

Le style démocratique est abstrait : par exemple, « la force des choses veut que les capacités gouvernent » (II, I, XVI, p. 581). Tocqueville souligne avoir employé l’égalité, notion abstraite, comme agent à plusieurs reprises dans la première partie de son livre, ce que les auteurs du siècles de Louis XIV, dit-il, n’auraient jamais fait.

On ne peut manquer, en lisant ce passage, de penser à Hegel, dans le style confus duquel les abstractions sont souvent les agents des actions les plus concrètes.

« Ces mots abstraits qui remplissent les langues démocratiques, et dont on fait usage à tout propos sans les rattacher à aucun fait particulier, agrandissent et voilent la pensée ; ils rendent l’expression plus rapide et l’idée moins nette. Mais, en fait de langage, les peuples démocratiques aiment mieux l’obscurité que le travail.

Je ne sais d’ailleurs si le vague n’a point un certain charme secret pour ceux qui parlent et qui écrivent chez ces peuples.

Les hommes qui y vivent étant souvent livrés aux efforts individuels de leur intelligence, sont presque toujours travaillés par le doute. De plus, comme leur situation change sans cesse, ils ne sont jamais tenus fermes à aucune de leurs opinions par l’immobilité même de leur fortune. » (p. 582)

Ainsi, le style vague est propre aux démocraties, où les idées sont vacillantes du fait de la mobilité des fortunes et des statuts. C’est pourquoi nous pouvons opposer un Schopenhauer aristocratique à l’Hegel plébéien. Le style « facile », épithète dont on se sert pour disqualifier Schopenhauer, comme si, selon certains, un philosophe ne pouvait ni ne devait se lire facilement, est aristocratique, tandis que la bouillie verbale plaît et convient aux esprits démocratiques, flottants par nécessité sociale.

*

Avec l’idée que la littérature démocratique ne s’embarrasse pas des formes (car chaque nouvelle génération est comme un peuple nouveau), Tocqueville a-t-il prédit la disparition de la versification ?

*

L’écriture démocratique de l’histoire, son explication par les seules causes générales, est une paresse de l’esprit (II, I, XX). Cela s’applique à merveille au marxisme.

*

L’honneur et l’indépendance de la femme ne sont nulle part plus respectées qu’en Amérique, où le viol est même condamné de mort (p. 728), mais aussi c’est là que l’on trouve un grand nombre de courtisanes (ce devrait même être « le plus grand nombre », si je comprends bien la logique de Tocqueville) :

« Ce n’est pas que l’égalité des conditions puisse jamais parvenir à rendre l’homme chaste ; mais elle donne au désordre de ses mœurs un caractère moins dangereux. Comme personne n’a plus alors le loisir ni l’occasion d’attaquer les vertus qui veulent se défendre, on voit tout à la fois un grand nombre de courtisanes et une multitude de femmes honnêtes. » (p. 722)

C’est ce que Tocqueville appelle des mœurs « infiniment plus sévères que partout ailleurs » (718). Il précise également : « Aux yeux du législateur, la prostitution est bien moins à redouter que la galanterie. » (722) Il semblerait pourtant que la prostitution soit une plus grande cause d’infection vénérienne des femmes mariées – et des enfants – que la galanterie.

C’est comme pour les esclaves, les domestiques et les indigents (voyez supra) : pas plus qu’il n’inclut ces derniers dans ses analyses des droits politiques des Américains, Tocqueville n’inclut les prostituées dans ses analyses de la situation de la femme en Amérique. Ses analyses peuvent donc bien être on ne peut plus vraies, elles n’en sont pas moins une image partielle, peut-être extrêmement partielle, de la réalité. Car on n’osera tout de même pas affirmer que l’honneur et l’indépendance de la prostituée sont respectées en Amérique, alors qu’elles y mènent une existence de paria. (Schopenhauer a très bien dit que les prostituées étaient des « victimes sacrifiées sur l’autel de la monogamie » [Menschenopfer auf dem Altare der Monogamie].) Cette si belle démocratie se paye de la condition des invisibles qui l’habitent, comme les centaines de milliers d’esclaves d’Athènes servant quelque 20.000 citoyens athéniens. Aucune différence au fond, de ce point de vue, entre la démocratie antique et moderne. On est démocrate dès lors qu’on exclut par définition des pans entiers de la population du monde des humains. Aucune aristocratie n’a jamais été hypocrite à ce point. L’aristocratie est le point de vue réaliste qui s’attache à décrire la réalité telle qu’elle est dans son ensemble. Et l’idée du même Tocqueville que l’esprit aristocratique n’englobe pas dans sa charité l’ensemble des hommes contrairement à l’esprit démocratique, est fausse quant à la seconde partie : il faut dire « pas plus que l’esprit démocratique ». (De nos jours, l’étranger sans papiers, dépourvu des droits de la citoyenneté tout en étant un rouage de nos économies, joue à son tour ce rôle d’invisible, de même que les prostituées.)

Invasion of the Subhuman Politicos (Tweetantho 8)

August-September 2017

*

A lot of people don’t like Hitler because he gave their ideas a bad name.

*

Scientists have been able to show that the short-term immune response to an immediate parasite attack typically is costly in energy. … Chickens reared in germ-free environments enjoy about a 25 percent gain in body weight compared to those raised in conventional environments.” (Robert Trivers, The Folly of Fools, 2011). I call the attention of Skræling Hippie to this finding. If true, then the well-named Skræling Hippie was reared amidst maximum germ load to become naturally strong and only got exhausted, couldn’t build flesh and bone.

*

It is cool how the sun is 400 times bigger and 400 times farther away than the moon allowing the almost perfect overlap. I love coincidences. (J. Parker)

If a mathematician estimated the probability for this, he’d probably conclude it’s so minute that you can rule out the fact…

*

Abaya On Ice: Two Qatari Women Iceskating. Doha City Center Mall, Qatar, Aug 2017.

*

Ah Paris (capital of la France), its grosses pétasses… Paris as romantic as a finger in the a**

*

Chinese-American actress Chloe Bennet voices for equal rights in Hollywood. (People’s Daily, China)

“Hollywood… wouldn’t cast her with a last name that made them ‘uncomfortable.’” Everything that sounds foreign makes an American uncomfortable.

U.S. is the major Western country with least media correspondents abroad. Adamantly isolationist in their heads and yet interventionist in fact! My source: “U.S. citizens are generally at a disadvantage in understanding foreign policy. Some is due to  indifference because of its two protective oceans. Some arises from the extraordinary fact that the United States, the world’s only superpower, has fewer correspondents permanently stationed in foreign capitals than any other major Western nation. The result for U.S. media is a remarkably small pool of expertise on foreign culture and politics within their own organizations.” (Ben H. Bagdikian, The New Media Monopoly, 2004)

*

En su libro de 2006 ‘Historia general de al-Andalus’ niega [Emilio González Ferrín] la invasión islámica de 711 y la Reconquista. (Ibn Maher Kabak)

La imposibilidad material de la invasión tal como descrita en las crónicas árabes fue sacada por Ignacio Olagüe (La revolución islámica en Occidente, 1974) de los escritos del general Edouard Brémond, “el Lawrence francés”. Las crónicas árabes hablan de la conquista como de un milagro, y de veras, examinando a lo dicho, sí que lo fuese… En realidad, el islam unitario encontro terreno fértil en el arrianismo unitario mayoritario en España contra una minoría trinitaria opresora. En Córdoba capital del espíritu Roger Garaudy sigue a Olagüe: “En el siglo 8 lo que se introduce en Europa no son los árabes, sino el Islam.” (Sin embargo, Garaudy no sigue Olagüe a proposito de la origen preislámica de la mezquita de Córdoba.) Y, respecto a la llamada Reconquista, como lo escribe Olagüe ¿puede hablarse de reconquista cuando duró 800 años y la conquista árabe supuestamente sólo un par de años?…

Con los godos se introdujo el arrianismo, que más tarde fue perseguido por los propios reyes godos. Los “árabes” de la “invasión” fueron bereberes de la provincia goda de África del norte, la Tingitana: soldados norteafricanos mandados por godos en socorro del arrianismo español.

*

Experts estimate there are still thousands of unexploded WWII bombs in Germany : 60.000 people were evacuated in this Frankfurt neighborhood in Sept. 2017 to allow for the diffusion of a massive bomb. (Al Jazeera English)

The biggest problem may be, if recent research on the progress of the Third Reich’s nuclear program is right, a couple of nuclear reactors rotting underground…

*

Britons are convinced that the aim of their empire was to grant colored people access to reading Peter Pan by James Barrie.

*

You Better Believe the Cleveland Police Responded to the Browns Players Who Took a Knee: Police union not happy with kneeling Browns players. (Townhall) [The players take a knee during the national anthem as a protest against police brutality in the country.]

Conscientious objection is a human right. Police expressing disapproval over this right being exercised are being, I think, anticonstitutional. [That was before POTUS too expressed his disapproval…]

*

According to anthropologists Draper & Harpending, girls raised by single moms are promiscuous. (Source:  “The anthropologists Patricia Draper and Henry Harpending found a strong correlation between a woman’s mating strategy and the degree to which she experienced paternal investment during childhood. On average, women raised in a home without the presence of an investing father pursue an ‘opportunistic’ reproductive strategy, which is characterized by early sexual activity, multiple partners, and early and frequent reproduction in the context of short-term relationships.” David Buller, Adapting Minds, 2005)

You now know where to find and get ’em, boys!

Draper & Harpending conclude that the absence of an investing father gives the girl clues of a polygamous world, rather than to give fun-seeking boys clues of fewer obstacles. And for sure – what obstacle is a Christian dad?

*

A message of hope to Zios: According to latest research, there is no fatality in being subhumans. You can improve. #Palestine

*

It is estimated that 27 million people around the world are enslaved today, 80 percent being sex workers (Bin Jelmood House, Mshreireb Museums, Doha). That makes 21.6M sex slaves in the world, typically women forced into prostitution by maffias. – And yet men are monogamous? Taking an average of 10 clients per day (which for these slaves – perhaps contrary to voluntary prostitutes – may even be low), that makes 216M men served each day. At this rate it takes current sex slaves about 17 days to serve the entire male population of the world (3.8 billion). Less than 2 weeks if you substract little boys from potential clients.

From another source, 40 to 42 million prostitutes would be at work. According to Global Perspectives on Prostitution, 43% of prostitutes receive more than 8 clients per day, 47% between 5 and 8, 10% between 1 and 4.

The average annual income of a US prostitute would be $290,000 ($24,165 per month) => to their pimps! This is 3.6 times the mean income of a US white household ($80,000), thus 7.2 times that of a white person. #jetset

*

U.S. Mean Household Income (source Wkpd): Asian $90,752 / White $79,340. White is about 0.85 of Asian. Who’s the boss now?

To whites who want to end Affirmative Action: Don’t saw off the branch we’re sitting on, we’ll be craving for it soon! (IQ maniacs are the fifth column of the yellow peril.)

*

The world makes too much bread. A 1/3 of US bread goes to waste & surplus factory output is killing small bakeries. (K. Rutkowski)

What if the aim is to kill small bakeries? Is there anything they can do but die?

*

A thought on T.E. Lawrence, “Lawrence of Arabia.” It is peculiar that the survivor of so many war events died on a quiet Dorset road–en route to discussing plans for meeting Hitler.

*

At the Dark End of the Street: Black Women, Rape, and Resistance, by Danielle L. McGuire. (United Black Books)

At the street’s dark end, raping a black woman is less conspicuous. Knowledge for Prevention.

*

Focus on what matters and let go of what doesn’t. [An example among zillions of the kind of shallow wisdom bots flood Twitter with]

Sometimes I’m afraid to become a bot.

One day I’m going to kill a bot.

Now a bot may ban me for what I’ve just said. Remember the Japanese guy with his mosquito. [A Japanese user was banned from Twitter for tweeting death threats to a mosquito roaming his room and posting a photo of the mosquito dead. It was said he had been banned according to the standard procedure, that is, by a bot following the algorithm.]

That would be the first time banishing a user is justified from the bot’s point of view. Sort of AI self-defense. [PS. I wasn’t banned.]

*

Free markets are the spin by which our privileged legitimate their privileges. But they don’t exist except as spin.

*

Hekmet Fahmy the Egyptian belly dancer who spied for the Third Reich. link

*

It has taken the coalition two years to reconquer half the territories ISIS had conquered in –how long?– a couple of weeks?

*

Prince William escorts Prince George to his first day of school, just like his mom Princess Diana escorted him in 1987. (Today)

Prince William is not Prince George’s mom, though.

And what was doing Prince George’s mommy, may I ask?

First day of school? Snow on the ground? September…London… [A detective commenting on the picture with Princess Diana escorting her son William. Answer from another user:] Thought that was odd but when I checked his first day was in January for some reason.

And was his last day in January too for some reason? The very same day for some reason? Would the reason be that Prince William never went to school and remained at the royal palace but they needed to make a picture showing that he was going to school with other children?

*

Over 366,000 people have signed a petition demanding Aung San Suu Kyi’s Nobel Peace Prize be revoked over violence against Rohingya Muslims. (AJ+)

How do you know she won’t get a second Nobel Peace Prize over Rohingya issue as it is dealt with now?

I don’t think anyone would reward her for staying silent.

Only wait until Israel is the one deciding who’s to get the Nobel Peace Prize.

*

Wall Street => Wailing Wall Street. Source: Presidente Juan José Arévalo (Fábula del tiburón y las sardinas) #Guatemala #antiimperialista

*

Number of legal terminated pregnancies in U.S. in 1996: 1.36M. U.S. population in 1996: 270M. That’s about 1 abortion for every 100 women (all ages). I don’t know the U.S. age pyramid exactly but as a guesstimate that would make one abortion for every 65-70 fertile women. Each year.

Number of births in U.S. in 1996: 3.9M. 3.9/1.36 = 2.8 = birth-to-abortion ratio, that is, one abortion for every 2.8 births.

*

China’s Economy Will Overtake the US in 2018. (Forbes) / The EU economy is larger than that of the US. Does that make the EU the global leader – in anything? Aggregate statistics simply aggregate. (Salvatore Babones, author of American Tianxia: Chinese Money, American Power and the End of History, 2017)

EU isn’t as integrated, remains a fictitious entity.

I don’t know what statistics they’re using. In PPP terms it’s already larger. In F/X terms much smaller. But that doesn’t really mean much. (Babones)

It means America will have to teach her children that the first economy in the world (as to GDP ppp) is communist, atheistic, undemocratic China. lol

Total GDP really isn’t a meaningful statistic, but if you really think that China is the world’s leading economy, more power to you! (Babones)

It seems that GDP is meaningful when U.S. is the first world GDP and it isn’t meaningful when U.S. is first no more. Besides, it’s the trends. U.S. has just been taken over. Give it a little time.

Do you know these figures from U.S. on Asian vs White income ? U.S. Mean Household Income: Asian $90,752 / White $79,340. Chinese communities overseas are an asset for China, no doubt. On the other hand, there are no Yankee communities overseas. Also, China’s IQ is 105, US’s is 98, & China’s IQ is still crippled by poverty and, although it is improving fast, backward education (both exerting developmental strains on individuals).

You understand that Salvatore’s close friend, Wang Gungwu, wrote an entire book explaining that you can’t lump the whole diaspora together? You understand that one of the biggest Chinese diaspora communities (Singapore) has slang words in the local dialect mocking Chinese people?

Yes, I do. You also find American slang words mocking Americans from this or that state.

*

Looting begins in Florida. Rest assured, any bookshops will be completely safe. (Paul Joseph Watson, of Prison Planet, legending a photo showing blacks looting a shoe store)

Well, this is looting but the goods are going to be damaged by water if no one removes them, and I’m sure the owners are insured for flood. Interestingly this looting is zero harm: insurances will pay for the damages made by the hurricane, looting or not. It’s called windfall. The goods are lost for everyone who doesn’t take them, and insurance will pay for flood damages, looting or not.

Windfall is routine business practice. Let me give you an example: You organize a show but it’s cancelled due to a hurricane. Customers are entitled to a refund, only a few ask: this is windfall. Many businesses will get windfall from Hurricane Irma: tickets preordered, money cashed in, shows cancelled, refund waived by many. Jackpot.

[As a user told me the “loopholes” I described were not the same as looting, I added the following] Many businesses cancel shows after a terror attack – for what reason? For people ask no refund because of commotion. I’m not talking of businesses impacted by an attack, but of venues sometimes dozens of kilometers away. Cancelling all their shows for a week or ten days! Yet the government said nothing, only to be careful… Jackpot! Multiball!

*

Photo of Paul Joseph Watson, @PrisonPlanet, at his Charlottesville lecture on Why I Am Proud of My Blue Eyes. [Irony: He made no lecture at Charlottesville, as far as I know.]

*

Muslim cleric Yusuf al-Qaradawi removed from Interpol wanted list. (Al Jazeera English)

How many people, then, are on Interpol’s wanted list for no good reason?

*

Primatologist Frans de Waal isn’t subtle: He imputes the state of Ceausescu’s orphanages, in Romania, to John B. Watson and American behaviorism. [The Age of Empathy, 2009, pp. 13-4]

Enron’s CEO, Jeff Skilling –now in prison– was a great fan of Richard Dawkins’s The Selfish Gene” (Frans de Waal, Ibid.) lol All geniuses are misunderstood; apparently, not all the misunderstood are geniuses.

In his books influential primatologist Frans de Waal spreads, in passing, the canard about lampshades made of Jews’ skin by German manufacturers. [He does in his above quoted book at least.]

Frans de Waal the influential primatologist: “In 2007 Time selected him as one of the world’s hundred most influential people.” #lampshades

*

How come today Darwinians say the strict exact opposite of Darwinians yesterday? Cf. William Chapple’s The Fertility of the Unfit, 1903. There’s a Darwinian contradiction in terms in such a book’s title, which a Darwinian couldn’t fail to see, and yet they endorsed the paradox. As if they saw something to which today’s Darwinians, back to basic primatology, are blind. On the other hand, if instead of relying on male dominance models we rely on homogamy models, the contradiction is solved.

[It turns out Frans de Waal, again, is largely responsible for that “back to basic primatology” movement I have been talking about. On this phrase, first, it is a way of speaking, of course: Primatology has made great progress since the days of eugenicism, but what is new also is the dubious application of primate alpha male dominance models to human societies, according to which high-status men are the equivalent of alpha gorillas in their gorilla harems. And here Frans de Waal is alleged to have played a major role: “Now, if the evidence for the claim that females prefer high-status males is as weak as I’ve made out, why is the claim so widely accepted? I think the reason is that we are captivated by a particular picture of the relation between sex and status among our primate relatives, and this picture affects our perception of human mating. It is widely accepted that among non-human primates high-status males have greater mating success than males lower in the status hierarchy. This belief is due partly to the popularity of the engaging work of the primatologist Frans de Waal, who has been one of the main purveyors of this idea.” (David Buller, Adapting Minds, 2005)

*

Right-wingers are “the unfit” eugenicists warned about. Hard-working, they say. What is it that makes work so hard for them if not their genetic deficiency?

*

Avocados sold in France as coming from Colombia in fact come from Israel. Good news: BDS is working. [This tweet and the few next ones are basically retweets of pictures and short videos from French user Opération Boycott, who photographed fraudulent labels in various department stores around the country. The misleading labels are aimed at concealing that the products come from Israel. I won’t post all pictures, as I don’t find the vegetables corner of a department store to be a particularly exciting place. Sorry. Feel free to pay a visit to Opération Boycott’s Twitter page.]

Avocados sold in France as coming from Chili and yet they come from Israel. Are people nauseated by Israeli avocados?

People are so nauseated by Israeli products that stores in France sell Israeli avocados as coming from Spain.

Fraudsters a gogo: Big poster origin Mexico, small label (true) origin Israel.

People are so nauseated by Israeli products that Jaffa mandarins from Israel are sold as being from France. Frenchie thinks he’s supporting local production and in fact he buys Israeli mandarins unbeknownst to him… Psha! / C’est grave. Le client qui pense acheter local pour soutenir la production locale en fait achète des produits israéliens !/

Fraudster Madness. These oranges are labelled both “Products of France” & “Israel Imports.” Consumer is king so they drive him crazy.

If you tell the consumer a product is from Israel it will make her want to vomit, so you sell Israeli avocados as coming from Spain.

Now you will see why they fraudulently resort to fake labels on products from nauseating Israel:

*

The word meme, coined by Richard Dawkins, is so pointless that only the far right uses it.

Picture of Dr Richard Dawkins thinkin hard about memes:

“Nor does culture consist of ideas (also called #memes) that parasitize minds independent of psychological (biological) adaptation, as certain biologists [aka Dick Dawkins] have claimed.” (Thornhill & Palmer 2000)

*

They say sport (as circus show) is a good catharsis to nationalist sentiments. I say sport feeds nationalist sentiments.

*

[Panda] Qiao Yi has good table manners: after milk, let nanny wipe her mouth and be a clean girl again. (iPanda)

Why give milk to pandas and, as we do, to cats when biologists tell us only humans have gene for lactose tolerance after weaning?

Picture: Lactose-intolerant hedgehog and cat sharing a cup of milk. I ain’t sayin biologists are wrong but… it’s bluffing.

*

Reclaiming America’s Values” (an article by Joe Biden in New York Times)

This propaganda picture is so appealing to Americans because it subliminally depicts anal sex between two men.

The shaft is also the front man’s prick, with which he’s penetrating something or rather someone concealed to the viewer, thrusting doggy-style.

Five guys to raise a flag… and yet they only see the front man’s buttocks. American pervs.

It’s known the picture was made up and the guys were posing. Yet few realize it doesn’t take five guys fondling each other to raise a flagpole like the one shown. This is homoerotic porn in the guise of patriotic propaganda.

*

In our series We Learn from Fascists, today: Gini coefficient. From Corrado Gini, founder of the Fascist “Central Institute of Statistics,” 1927.

In our series Patented in the Third Reich, today : maglev (magnetic levitation). Hermann Kemper, 1934, Reichspatent Nummer 643316.

*

Is it proven that my genes can better replicate overall while I’m alive than when I’m back to dust?

*

The aim of love is not reproduction but love songs.

*

Científica mexicana Leticia Corral corrige a Stephen Hawking y recibe reconocimiento mundial. (Perfecto)

Sin embargo, igual que Hawking ella postula un universo finito (tiene forma de), lo que llama la pregunta absurda: ¿Qué hay más alla del universo? De lo que hablan no deberían llamarlo universo (“el todo”) sino una provincia. Tal vez una autonomía, a mí eso no me importa.

Hawking y otros se sirven de las matemáticas para hacer metafísica. Es original.

Para la lógica más allá del todo no hay nada, para la física hay “la” nada, es decir un espacio, con ciertas propiedades. Y el todo penetra la nada.

Como en realidad no puede pensarse ni un universo finito ni un universo infinito, en realidad el espacio no es una propiedad objetiva del universo.

Si no pensamos sin contradicciones (Gödel), lo que intuimos y pensamos no es la natura ya que ésta no puede contradecirse sin dejar de ser.

*

No one can deny Osama Bin Laden‘s steadiness. As he frowned in life, in death he frowned. Proof in pictures. #FakeNews

Allow me a doubt on second thought: Is it true that this pic of dead Osama was broadcast by official channels?

I believe so. Below is a still from CNN news report. (Mara O.)

[Of course, the fact that this blatant forgery has been circulated on the Web has raised lofty comments about “conspiracy theories” being ablaze. One of those explains that “The White House has decided not to release any pictures of bin Laden.” That was the point of my question above. The fact that a TV channel with a reputation of seriousness has broadcast a forgery as genuine is a serious problem too which, as far as I know, has remained undiscussed by debunkers of conspiracy theories. So, on the website of that particular debunker I posted the following remark: “The doctored picture was broadcast by CNN News as a genuine photo of Bin Laden’s corpse, under the head ‘US Kills Osama in Pak.’ I’ve got a still. Please be aware, then, that not only ‘people’ are suckers, but also the mass media and their journos, on which the people rely for their information.” Now, if the still I am relying on here turns out to be a forgery too, please let me know.]

*

There are two ways of being antinationalist: being a globalist or being a nationalist (anti all others except MY sweet sweet dear Nation).

Think of nationalist champion Viktor Orban (Hungary): He’s against an Austrian law favoring Austrian workers in Austria. You bet he is!

*

Malaysia’s first ever craft beer festival was axed because of a direct Islamist militant threat to the event (Newsweek)

Some want to make Muslim countries accept beer festivals but would they accept muezzin calls in Western cities?

*

Invasion of the Subhuman Politicos – Who Can Stop the Slime Flood?

*

Western democracy is all about criminalizing dissent. No more censorship bureaus but more and more laws criminalizing speech. Holocaust-denial laws (not a minor offense), on the way Israel-slandering laws (a crime), &c. Censorship bureaus have been replaced by lobbying for speech-criminalizing bills being passed by Congress. The lobbies and Congresses of the world will drive us to that society where only AI bots can talk.

*

Dark matter makes up most of the universe but we can only detect it from its gravitational effects, no one knows whats creating the gravity. (J. Parker)

In fact dark matter is one more ad hoc theorization aimed at squaring inconvenient facts => theoretical glut

*

You’re free to take a knee during the Anthem. POTUS is free to criticize you. And we’re free to turn you off. And that’s what’s happening. (Joe Walsh, radio host and former congressman)

Turning people off for their opinion may be an offense under the American constitution, providing it protects freedom of opinion. Clearly, if you must lose your livelihood because of your opinions, these opinions are not protected and there’s no freedom of opinion. An employer has no say on his or her employee’s opinions: a business contract is different from feudal lordship.

*

Good find.

[Yet my correspondent claimed the man was a certain American rabbi Shlomo Ettinger working for Mossad. When I asked for his source, he linked, without comment, to an article in fact debunking the idea that the ubiquitous Islamic rage boy is rabbi Ettinger…]

The linked article is rather convincing that “Islamic rage boy” is not NYC pusher rabbi Ettinger but the Kashmiri Shakeel Ahmad Bhat. The author, however, seems to believe that Islamic rage boy is genuine, but he’s an obvious agent provocateur of a cyberage kind, paid by Israel, India or others. This pic is from the article:

Look at ubiquous Islamic Rage Boy compared with Muslim protesters around him. He’s a scam. Islamic Rage Boy has been selected by his paymasters (Mossad or others) for his particularly ugly, alarming grimaces.

*

Politicos are turds, journos are turds, and yet democracy’s good? => mierdocracia (Ernesto Cardenal)

*

No one remembers Lionel Jospin* and yet the man, first was stoned by Arabs in Jerusalem, then was beaten by Jean-Marie Le Pen at elections. *(Prime Minister of France 1997-2002)

*

Franco was harsh with Catalans, eh? What about French parliamentarism with French Catalan provinces? Catalan rooted out: Frenchied their a**!

*

Hastag Games

#UnlikelyRoyalBabyNames [Context: A new royal baby on the way in UK]

Adolf (Or is it a likely name?) [cf Edward VIII]

Moron the Great

Bashir Yusuf. Still unlikely.

Dirty Diana

Covfefe

*

#GetOutOfJuryDutyIn4Words

Covfefe MAGA IrmaHurricane Israel

*

Podesta Knobster Risotto #AutocorrectARecipe [For a refresher see Tweetantho 1]

*

God save the Queen #TalkLikeAPirateDay

*

#MyTipsForMentalHealth

Watch more porn

Watch more advertising

Buy more stuff

Plastic surgery (DM me for the best address)

Follow me

Do as I say

Join the cult

Be a hard-working American lol

Eugenics and Euthanasia

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer