Tagged: singlism

Lessons in Law 5

Dec 2020. EN-FR

The argument against censorship is clear: no person should dictate our tastes, ideas, or beliefs. No official has the right to say what is trash or what has value.” – Justice William O. Douglas

It’s more than just an argument against censorship in the sense of prior restraint:

It is impossible to concede that by the words ‘freedom of the press’ the framers of the amendment intended to adopt merely the narrow view then reflected by the law of England that such freedom consisted only in immunity from previous censorship.” – Justice George Sutherland

In about all Western countries previous censorship, i.e. prior restraint, is past, but the amount of public prosecutions for speech is appalling in about all Western countries but the USA. In those countries it’s still the “narrow view then reflected by the law of England.

*

Invasive Moderation (Part II)

Read Part I here.

I

Seriously why do these people think nobody has successfully sued Twitter for First Amendment violations? ([A Twitter user named] The First Amendment)

Perhaps because people such as TFA, the Twitter user here quoted, spread the erroneous notion that Twitter can’t be sued for their moderation. But if such a suit can’t be a First Amendment issue as they claim, make no mistake it will be a free speech issue nonetheless and you’ll see it happen: The First Amendment vs Free Speech.

ii

The First Amendment suit to come:

1/ The First Amendment’s aim is to maintain a free “marketplace of ideas” (the first occurrence of the phrase was in Justice Holmes’s dissent on Abrams v. United States 1919);

2/ Trusts must be combated on that marketplace too, and “preferred freedoms doctrine” gives “greater protection to civil liberties than to economic interests.”

iii

What cause of action do you think exists against Twitter for moderating content, putting notices on tweets, or restricting the ability to like or retweet certain tweets? (The First Amendment)

The cause is invasion upon others’ rights.

Not admitting that a platform can be sued for moderation is like saying they can staff their moderation offices with maniacs and that would be just as good. I claim a staff of lunatics would do a less prejucided and prejudicial job than many a platform. They are an impediment to the free marketplace of ideas.

What rights? (The First Amendment)

a/ A notice on tweets could well be libel for ought I know, depending on the notice, but even a removal could have the same effect as to the person’s reputation. You tell me what rights libel laws protect.

One lawyer TFA has RTed said: Platforms’ moderation is by the First Amendment. I agree platforms must not be liable for users’ content but I disagree they must not be liable for moderation. Moderation is speech and not all speech is protected; moderation can be unprotected speech. A State of the Union address isn’t supposed to be libelous either but as a POTUS (President of the United States) once tweeted to advertize a certain pizza parlor we may see a future POTUS disparaging a burger parlor in his State of the Union address and that could be judged libelous by a court of law.

The worst scenario is platforms protected from liability both for users’ content and for their moderation – basically the current state of affairs.

b/ What rights? The same rights as here : “The conscious decision by an airline to deny a passenger a ticket for no good reason might justify the award of punitive damages.” (Encyclopedia of American Law, 2002, D. Schultz ed.: Punitive Damages)

Similarly the decision by a social media to deny a user speech for no good reason might justify the award of punitive damages. How could it be a good reason for a business set up with the corporate purpose of offering people a platform for speech, that it disagrees with what someone said?

II

i-a

I prevent Senator Ted Cruz (and the rest of Congress) from punishing private companies based on the content of the speech they allow or disallow on their websites. Companies have the First Amendment right to determine what speech is conveyed on their websites. (The First Amendment)

Take that statute: “In California, you [a business] also can’t discriminate based on someone’s unconventional dress.” This California statute goes beyond the Civil Rights Act’s protected classes. It’s still in vigor as of Sep 3, 2020. Dress, like an armband in the famous precedent, is speech, so in fact Cal companies don’t “have the First Amendment right to determine what speech is conveyed” on their premises already.

Besides, “The conscious decision by an airline to deny a passenger a ticket for no good reason might justify the award of punitive damages.” (See above for source and brief discussion.)

i-b

No, YouTube is not “violating Section 230” by deleting videos that question election results. YouTube could say that it won’t allow any uploads by professors named Jeff, and that wouldn’t “violate Section 230.” (It would, of course, be terribly short-sighted). (Asst. Prof J. Kosseff)

Short-sighted indeed: “The conscious decision by an airline to deny a passenger a ticket for no good reason might justify the award of punitive damages.” Perhaps it wouldn’t violate Section 230 but I wouldn’t advise it all the same.

ii

The SCOTUS (Supreme Court of the United States) has stressed time and again that the First Amendment ensures the free flow of information and ideas. If private actors turn out an impediment to that free flow, I rest assured the Court will uphold “antitrust” statutes that combat the problem.

No. The First Amendment applies to state actors. To hold otherwise would require SCOTUS to reverse longstanding First Amendment doctrine. (TFA)

TFA’s is a quite correct inference from the First Amendment and yet it is also misleading, because a balancing must be made with another inference which is the free flow of ideas, and the result must depend on how these conflicting yet both necessary inferences are weighed against each other. There’s no doubt in my mind that the free flow of information and ideas will prevail, as common law never has construed private property as a source of entirely discretionary power.

As to the doctrine TFA stresses, it is right insofar as the two inferences were not conflicting in the past and it is only since recently that they have been.

*

Des goûts et des couleurs

Le débat sur les « valeurs » communes a eu lieu il y a plus de 75 ans aux États-Unis, et ce pays libre a évidemment tranché dans un sens contraire à la majorité française actuelle avec sa loi contre le séparatisme :

While acknowledging that fostering national unity or shared values was important, the Court rejected the claim that it could force people to share or adopt values” Commentaire à l’arrêt West Virginia State Board of Education v. Barnett (1943).

Aussi, quand on dit que le projet de loi contre le séparatisme est fait pour que nous restions un pays libre, c’est évidemment le contraire de la vérité : ce projet de loi est fait pour que la France reste un pays non libre.

Le contraire de rester un pays libre est en effet de rester un pays non libre, et non pas être un pays libre qui devient un pays non libre. Les Français ne savent pas ce qu’est la liberté et ne savent pas non plus qu’ils ne le savent pas.

Il y a devant nous plusieurs façons de rester un pays non libre : ou bien adopter la loi de sécurité globale puis la loi sur le séparatisme, ou bien ne pas les adopter, ou bien adopter l’une et pas l’autre et alors laquelle. C’est vrai qu’on a l’embarras du choix.

Quand l’État chinois a mis en place la reconnaissance faciale à tous les coins de rue, les commentateurs français n’ont pas fait des articles sur le thème : « Les Chinois perdent leurs libertés. » En effet, les commentateurs français ne sont tout de même pas demeurés au point de supposer des libertés aux Chinois de Chine maoïste avant la reconnaissance faciale et le système de crédit social. Ils voient bien de loin mais pas de près, je ne sais plus comment ça s’appelle.

*

A Country Where Pornography Isn’t Obscene?

Given that “obscenity is not protected under First Amendment rights to free speech,” it is puzzling that U.S. law doesn’t affirm at the same time a presumption against the whole pornographic industry.

ii

That in American law obscenity is not protected by the First Amendment and yet most pornography is, is beyond my understanding. I honestly fail to see how the bulk of porn videos and pictures can pass the “redeeming value” test set up by the courts as I’m told they do.

So maybe scholars are wrong and it simply isn’t true that “pornographic materials are protected by the First Amendment” as far as as the bulk of them is concerned, and that so long as porn is cordoned off, “redlight-districted,” so to speak, authorities don’t prosecute.

That would be law enforcement discretion, choosing not to prosecute obscenity when it is cordoned off. The reason we would fail to see it this way is that such an extensive use of discretion is rather at odds with our sense of what the rule of law ought to be.

*

Judicial Singlism

Single defendants are more likely to be convicted and more harshly by a court of law. I think I read it in an American law encyclopedia but forgot to mark the passage.

Anyway, the first thing a criminal judge asks defendants is their marital status and whether they have kids.

Given that “the first thing a criminal judge asks defendants is their marital status and whether they have kids” and what I have read about judicial discrimination against singles, all convicted singles can appeal convictions on the ground of singlism.

*

The First Amendment Protection
of Speech and Assembly Which Advocate Violence

Otherwise, the First and Fourteenth Amendments protect even speech and assembly which advocate violence.” (Encyclopedia of American Law, D. Schultz ed: Brandenburg v. Ohio)

“Otherwise” = when speech is not intended to produce “imminent lawless action”(1) and not “likely to produce such action”(2).

The use of the negative form here (by me) is confusing. The decision poses (1) and (2) as compounded, not alternate conditions: there must be both the intent to produce imminent lawless action and, independent of the intent, an actual likelihood as to result. If one of the two conditions is missing, speech is protected.

*

Depuis la chute du Rideau de fer, l’Union européenne est le dernier régime stalinien au monde.

*

Un magistrat soumis au devoir de réserve, tu te demandes ce qu’il fait en dehors de la salle, s’il vient d’un meeting politique, d’une réunion d’association, d’écrire pour un journal, de publier un livre… Non, tu te dis qu’il sort d’un cercueil dans sa robe noire et qu’il y retourne.

*

Un bon avocat ne gagne pas forcément plus d’affaires qu’un mauvais, car il faut aussi que le juge soit bon.

*

Le meilleur des mondes meilleurs

Ce pays n’a pas d’autre nom pour le droit relatif à la liberté d’expression que « droit de la presse ». La presse que l’administration arrose de subventions. Comme c’est commode. Le meilleur des mondes.

C’était le meilleur des mondes… avant internet. L’État français fait aujourd’hui ce qu’il faut pour maintenir sa doctrine compte tenu d’internet : loi Avia, loi de sécurité globale, loi contre le séparatisme… Dire que l’État français devient autoritaire, c’est ne pas comprendre l’évolution. En effet, ce n’est pas parce qu’il adopte ces lois que l’État français devient autoritaire mais c’est parce qu’il est autoritaire qu’il adopte ces lois. Parce qu’il est autoritaire et qu’il entend le rester malgré internet.

S’agissant du droit de manifester, tant que les Français manifestaient encadrés par des syndicats subventionnés (les cotisations représentent moins de 30 % du financement des syndicats), ils croyaient à la liberté de manifester. Depuis qu’ils veulent se passer des syndicats, ils trouvent que l’État leur met des bâtons dans les roues.

*

La justice pour mineurs suit un principe d’atténuation de la peine. C’est pourquoi un garde des sceaux parlera d’autant plus fortement des droits des victimes dans la justice des mineurs que le principe qui sous-tend cette dernière s’y oppose.

Dans la justice des mineurs, la peine est atténuée par principe mais, pour la victime, l’acte est ce qu’il est, les dommages sont ce qu’ils sont, peut-être même plus violents que si le coupable avait été adulte car « On n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans »…

Et c’est pourquoi le grand sujet, dans la justice des mineurs, le grand sujet défendu avec ardeur par les ministres successifs, ce sont les droits des victimes – qui ne peuvent avoir en justice des mineurs et tant qu’elle existera qu’une place au rabais.

*

Criminal penalties are illegal as they are grounded on the hubristic notion that the society is owned by its representatives, namely, at the date of the notion’s emergence, the king. Criminal law and criminal penalties are the artefact by which kings dispossessed traditional justices.

The consequence is that the judicial system is clueless about how to integrate “victim’s rights” => “victim justice, or what is often referred to as parallel justice“! It’s no integration at all but parallelization.

When you’ve got parallel justices but no double jeopardy doctrine, then you do the defendants an injustice. (To have parallel lines you need at least two lines, even in case they overlap.)

*

A Chronology of Desegregation in the USA
Cut-ups from the Encyclopedia of American Law

(Read sections Brown v. Board of Education & Desegregation and One Bused Nation from Lesson 4 here.)

As late as 1992 the state of Mississippi was before the Court because it was continuing to maintain a dual university system (United States v. Fordice) (about 40 years after Brown v. Board of Education).

In 1991 the Supreme Court ruled that once a school district eliminated “the vestiges of prior discrimination,” it no longer had to maintain racial balances. Oklahoma City Board of Education v. Dowell (1991)

In September 1999 a judge of the district court involved in Swann v. Charlotte-Mecklemburg Board of Education (1971) found that the Charlotte-Mecklemburg School District had eliminated all traces of intentional racial discrimination and so ordered it to stop its massive busing program.

Finally, a counterpart to de jure segregation is de facto segregation, which refers to division of races based on residential patterns. De facto is not mandated by the state or required under law. Instead it is a voluntary form of segregation. De facto has been recognized by the Supreme Court, which ruled that because it was based on private action it did not allow for a judicial remedy. In the case of Milliken v. Bradley (1974) the Court ruled that de facto segregation in residential patterns could not be remedied by forced busing of students from suburban schools to urban schools.

*

Coroner-Elect

In the USA coroners are elected officials in a majority of states (“More than 80 percent of U.S. coroners are elected“). In 2016 the Progressives of ThinkProgress published a paper “Why do we still elect coroners?” which conclusion –no surprise from Stalinians– is to stop electing them.

They give the example of one coroner in whose reports “suspicious deaths in police custody were simply accidents or natural causes.” What those Stalinians don’t tell you is that in countries where coroners aren’t elected, they ALL declare such suspicious deaths as natural.

*

The First Amendment Protection of Book Burning

Books won’t stay banned. They won’t burn. Ideas won’t go to jail. In the long run of history, the censor and the inquisitor have always lost. The only sure weapon against bad ideas is better ideas. ” – Alfred Whitney Griswold

“They won’t burn”? Book burning is protected speech.

Picture: Comic books burning in Spencer W.Va. [West Virginia], 1948 (AP Photo via mtsu.edu Middle Tennessee State University’s First Amendment Encyclopedia)

COMIC BOOKS BURNING

Of course Griswold meant “books won’t burn as a result of state action.” However, I’m sure some people would cry foul state-sponsorship if a GOP local section carried out book burnings while the governor or POTUS is a Republican, for instance. Book burning is free speech.

“Books won’t burn as a result of state action without judicial redress” isn’t the same as “books won’t burn,” to begin with. People have the constitutional right to burn books. The ambiguity of Griswold (or is it GRIMswold?)’s words is unescapable. “Books won’t burn” has a smell of “You won’t burn books,” a threat at people who would exercize their First Amendment right to burn books in public in protest against those books spreading like morbid germs.

Tw31 La France est-elle un pays européen ?

May-Sep. 2020 FR-EN

*

Basic Income: ‘‘A new step necessary to make citizens 100% dependent on government support. You will not bite the hand that feeds you.’’ If it is something the state owes one, one faces no debt from getting their due, so there is no increased bondage to the state, only slackened bondage to capital.

*

The film Mississippi Burning (1988) by Alan Parker, in its time extolled by glitterati and rejected by civil rights activists, is an apology and vindication of police (FBI) torture. Make no mistake: Not a man should have been convicted if the investigation took place as represented.

*

Quand un ministre dit « Je n’aime pas la transparence », il va tellement à contre-courant de ce que les institutions prétendent faire depuis des années qu’il ne peut que recevoir l’approbation de ceux qui voient habituellement qualifier leurs opinions de populistes. L’erreur de ce ministre est de qualifier de « populiste » le discours de transparence, car ceux qui pourraient entendre cette parole, « Je n’aime pas la transparence », se disent alors : « Il nous insulte comme les autres. » Il élimine d’un mot le soutien qu’il pourrait recevoir pour son cynisme.

*

Le gilet jaune a rendu visible le prolétariat invisibilisé. #GiletsJaunes

*

L’académicien Paul Valéry a dit que l’Académie Française était « la dernière institution de la monarchie française qui subsiste », oubliant cette autre immondice, le procureur du Roi, renommé procureur de la République et maintenu jusqu’à nos jours.

*

La nuit des masques 3

Les islamophobes sont bien sûr contre le port du masque, qui casse leur belle loi anti-niqab de 2010 – une loi qui, n’osant même pas s’avouer comme telle (contrairement à la même loi au Danemark), interdisait toute dissimulation du visage, alors que, me dit-on, les touristes et résidents chinois et les Français d’origine chinoise et asiatique portant le masque n’étaient jamais inquiétés, quand bien même cette tolérance était coupable de la part de la police puisque injustifiée aux termes de la loi. Corruption ?

Vérifier tout de même le contenu de la loi danoise : bien que je l’aie toujours entendu appeler #NiqabBan, il y a peut-être un problème de discrimination contraire aux traités si telle est véritablement sa nature. Quoi qu’il en soit, si nous avons chez nous une loi d’interdiction générale de dissimulation du visage pour éviter une discrimination, et que la police ne l’applique qu’aux femmes portant le niqab, c’est une fausse loi générale et une vraie loi discriminatoire d’un législateur islamophobe et faux-cul qui s’en remet à la police pour appliquer la loi de manière islamophobe.

Les gens qui pleurent nos libertés assassinées à cause du #MasqueObligatoire ne voyaient pas de problème à ce que le masque soit interdit. Ils sont à la défense des libertés ce que Bernard Ménez est au cinéma d’art.

*

Si vous avez déjà pris le métro parisien à 5:40 du matin, vous savez que « la France qui se lève tôt » est noire.

*

Gabriel Matzneff comme expert judiciaire des « œuvres de l’esprit »

Quand la notion d’« œuvre de l’esprit » fut introduite en droit pour disculper certains actes ou propos passibles d’une condamnation pénale, quand elle fut inventée par le législateur, le juge constitutionnel, le juge ordinaire, ou les trois, il faut bien voir qu’aucun n’avait de compétence pour parler des œuvres de l’esprit. – Gabriel Matzneff comme expert judiciaire des œuvres de l’esprit.

En introduisant cette notion, on se donnait la satisfaction de paraître libéral, puisqu’on soustrayait aux rigueurs de la loi tout un pan des publications –et quel pan ! celui des œuvres de l’esprit, excusez du peu– mais en réalité on rendait le droit des publications totalement arbitraire, c’est-à-dire que là où était le droit on supprimait le droit.

Prenons le brûler du drapeau national en public. Si et seulement si c’est une « œuvre de l’esprit », ce n’est pas condamnable. Donc un brûler de drapeau est soit un message politique (condamnable) soit une œuvre de l’esprit. Une œuvre de l’esprit n’est donc pas un message politique. L’artiste qui produit une œuvre de l’esprit est considéré comme irresponsable de son acte, comme un mineur légal. L’art contemporain est un ensemble d’œuvres de l’esprit dans la mesure seulement où il est produit par des microcéphales sous tutelle de l’État.

De même pour les intellectuels. Si un intellectuel brûle le drapeau et n’est pas condamné (car c’est une œuvre de l’esprit), c’est que l’État le traite en mineur sous tutelle et irresponsable, comme un pauvre type dont l’acte ne peut avoir aucune portée. On voit que dans un tel système, c’est celui qui est condamné parce que son acte ou ses paroles ne sont pas des œuvres de l’esprit (selon la loi) qui est le véritable intellectuel.

Mais la vérité n’en est pas moins que cette législation a pour but de protéger des rigueurs de la loi les gens proches du pouvoir, les serviteurs, les laquais du pouvoir, par l’arbitraire discriminatoire qu’elle introduit dans une proscription générale.

*

Up until the end of 2016, Denmark has received 15, Finland 139, Iceland 13, Norway 26 and Sweden 60 such judgments by the EctHR [European Court of Human Rights] finding at least one violation of the ECHR [European Convention of Human Rights].” (in The Nordic Constitutions, Krunke & Thorarensen ed., 2018)

Population by country, in millions (2019): Denmark 5.806; Finland 5.518; Iceland .364; Norway 5.433; Sweden 10.23.

What’s wrong with Finland?

(To be sure, Iceland too has an abormally high rate of ECHR violations to population compared to the Nordic average, but her extremely small population make comparisons less relevant, whereas Denmark, Finland and Norway have populations about the same size, and Sweden about twice that size with half Finland’s number of ECHR violations.)

*

La loi pénale d’interprétation difficile se porte bien, le législateur vous remercie

En France, il est possible d’insulter une religion, ses figures et ses symboles, il est en revanche interdit d’insulter les adeptes d’une religion. L’introduction de ces nouveaux délits a entraîné des difficultés d’interprétation qui se sont matérialisées par des décisions de justice parfois douteuses. (Institut Montaigne)

L’Institut Montaigne ose dire que la loi relative à l’insulte en raison de l’appartenance à une religion est d’interprétation difficile – sans paraître se douter qu’une loi pénale obscure est un instrument de violation des droits fondamentaux par un pouvoir épris d’arbitraire.

En France, l’insulte aux croyants est passible d’un an de prison et de 45.000€ d’amende, mais l’insulte à la religion y serait parfaitement légale. N’est-il pas extraordinaire qu’un Parlement ait cru trouver un sens à une pareille bêtise ? Comme si un croyant n’était pas insulté quand on insulte sa religion. C’est aussi absurde que de dire qu’insulter la France serait légal mais insulter les Français passible de prison, qu’insulter une race serait légal mais non insulter les membres de cette race, etc.

L’objectif du législateur n’a été autre que l’arbitraire et la discrimination envers des religions. Car insulte à la religion et insulte aux croyants étant au fond la même chose, pour telle religion le parquet dira « Vous insultez la religion » (pas de problème) et pour telle autre « Vous insultez les croyants » (c’est condamnable), et ce persécuteur aura toujours raison.

Aux États-Unis, « Lorsque la liberté d’expression garantie par le premier Amendement est en cause, les juges exigent une précision particulièrement élevée de la loi d’incrimination » (Cedras, Le droit pénal américain, 1997). En France, où il existe là un contentieux de masse sur une loi obscure, cela ne choque personne. Dupont mauvais karma.

Quand l’Institut Montaigne souligne des « difficultés d’interprétation » de la loi pénale, il ne s’insurge pas contre une telle ignominie, contre le fait qu’une loi torchon ait passé les filtres constitutionnels ; non, il cherche à l’expliquer ! Mais son analyse n’engage personne.

Le think tank cherche à expliquer le contenu d’une loi pénale écervelée, pour la rendre moins difficile à interpréter. Je ne savais pas que le principe juridique était que nul n’est censé ignoré les analyses de l’Institut Montaigne ! Pauvres Français !

Cette loi pénale décérébrée, cette immondice a été votée par un Parlement bicaméral (avec deux chambres : Assemblée nationale et Sénat). Or le but justifiant l’existence d’une seconde chambre dans un État unitaire (non fédéral) comme la France est « la qualité de la loi ». Belle démonstration !

*

I suggest Japan vote a bounty hunting law so they can get bail jumper Carlos Ghosn.

*

Le juge français a bien conscience d’être un pouvoir constitutionnel, mais ce n’est pas le bon.

*

« Les Soldats, la plus vile partie de toutes les Nations » (Montesquieu)

*

Bien que Montesquieu ait écrit qu’un grand État était forcément despotique, les États-Unis ont réussi à avoir la liberté dans un grand État. – La France, elle, a réussi à avoir dans un petit État le despotisme asiatique.

*

Les écologistes ne sont ni de droite ni de gauche, mais de tous les gouvernements : ce sont les seuls qui ne perdent jamais. (Pour l’écologie, c’est une autre histoire.)

*

La France est-elle un pays européen ?

Le gouvernement affirme vouloir sanctionner la possession d’une « barrette de shit ». La France est-elle un pays européen ?

Allemagne : « consommation tolérée »
Autriche : possession (=consommation) partiellement dépénalisée
Belgique : dépénalisée jusqu’à 3 grammes
Chypre : usage médical légal
Danemark : dépénalisée (la page française donne une vision plus libérale de ce pays, car selon la page en anglais la possession de cannabis reste illégale sauf dans la zone autonome de Christiania à Copenhague ; la page Wkpd Cannabis au Danemark explique que des directives ministérielles ont été prises pour que le ministère public ne poursuive pas la possession correspondant à une consommation individuelle, ce qui constitue une dépénalisation de fait [administrative].)
Espagne : dépénalisée
Estonie : usage médical légal
Finlande : médical légal
Grèce : médical légal
Irlande : médical légal
Italie : dépénalisée
Lithuanie : médical légal
Luxembourg : médical légal
Malte : médical légal
Norvège : médical légal ; le gouvernement annonce une dépénalisation prochaine jusqu’à 15g
Pays-Bas : dépénalisée (coffee shops)
Pologne : médical légal
Portugal : dépénalisée
République tchèque : dépénalisée
Royaume-Uni : médical légal
Suisse : dépénalisée jusqu’à 10g

[J’ai eu recours pour cette liste à deux pages Wikipédia, la page en français Législation sur le cannabis et celle en anglais Legality of Cannabis.

Il est déplorable que le ministre français annonce que la possession de quantités même minimes de cannabis entraînera désormais une amende alors que ce n’est pas autre chose que la loi française, qui restait donc inappliquée en vertu de décisions échappant complètement au législateur et prises même contre son expresse volonté (et donc illégales). Cette tolérance, cette libéralité sur laquelle le gouvernement entend aujourd’hui revenir aurait été bonne si, dès lors qu’elle était contraire à la loi, la loi avait été changée pour la rendre possible en toute transparence, car alors le gouvernement aujourd’hui devrait à son tour changer la loi, donc avoir un débat national sur le sujet, et n’aurait pas simplement à remettre les textes existants en vigueur sans rendre de comptes à personne pour cela. Cela montre la veulerie et la fourberie des précédents gouvernements qui, au mépris de la loi, exigeaient cette tolérance de l’administration plutôt que d’engager un processus de réforme de la loi. La police française se voit ainsi doter d’un immense pouvoir arbitraire, personne ne pouvant dire ce qu’elle fera en présence de consommateurs de cannabis et personne ne pouvant jamais rien lui reprocher en la matière : si elle harcèle le consommateur, c’est la loi ; si elle le laisse aller, c’est la consigne de tolérance qu’elle a reçue d’on ne sait qui on ne sait quand ni pourquoi. De ce point de vue, et de ce point de vue seulement, la décision du gouvernement de faire purement et simplement appliquer la loi est saine, car seule conforme aux principes de l’État de droit.

On a vu plus haut que le Danemark avait conduit une telle politique par le biais de directives administratives générales, en jouant sur le pouvoir d’appréciation de l’opportunité des poursuites du ministère public. Ce n’est pas acceptable : l’exécution de la loi ne doit pas être un moyen de contourner la volonté du législateur. Le principe d’opportunité des poursuites est une violence de l’exécutif infligée au législateur et qui vide la loi de son sens. Qui plus est, elle incite le législateur à produire des textes d’une extrême sévérité pour répondre à des mouvements d’opinion, le législateur s’assurant que l’opportunité des poursuites en mitigera de toute façon l’application. On a également vu plus haut (cf La nuit des masques 3) que le législateur peut se servir du pouvoir d’opportunité du parquet pour écrire des lois échappant à la censure internationale pour discrimination tout en s’en remettant à l’exécutif en vue de les appliquer de manière discriminatoire. Tout cela est vicieux et lamentable et conduit inévitablement à l’effondrement de l’État de droit.

Tant que la loi n’est pas appliquée, ou plus exactement, en l’espèce, tant que la loi est violée par son exécution, la France n’est pas un État de droit.]

*

Un État qui nie ses violences policières n’est pas un État de droit.

*

Des lyncheurs au pouvoir

Une adolescente de 17 ans a été tondue et frappée à Besançon par ses parents, son oncle et sa tante. La raison de ce déchaînement de violences : elle fréquente un jeune homme de confession chrétienne. Les membres de la famille de la victime ont été placés en garde à vue. (L’Est Rép.) (Brèves de presse)

La jeune fille, arrivée de Bosnie-Herzégovine il y a plus de 2 ans avec sa famille, entretenait depuis plusieurs mois une relation avec un garçon d’origine serbe qui vivait dans le même immeuble, à Besançon. (France 3) (Brèves de presse)

Chaude ambiance chez les macronistes sur Twitter [entre un ex-soutien de LREM et une ministre en poste] au sujet de l’affaire de Besançon… (Brèves de presse) [avec citation des tweets du député « ex-soutien de LREM » et de la ministre]

i

L’autorité judiciaire est seule juge du cas particulier mais ces membres du législatif et de l’exécutif s’expriment comme des membres du pouvoir judiciaire (« doivent être condamnés » etc) et, en fait, comme de sombres individus embarqués dans un lynchage, une lynch mob.

L’intention du député était bonne mais son second tweet, pour mettre les points sur les i, l’a jeté dans la lynch mob avec les autres. Or ce n’est pas à lui de dire si, dans ce cas particulier dont personne ne sait quasiment rien à ce stade, ces gens « doivent être condamnés ».

C’est au terme du procès que les circonstances du cas particulier auront été établies. À ce stade, le lynchage auquel se livrent avant tout jugement l’exécutif et des membres du législatif vis-à-vis de ces personnes me fait dire que celles-ci sont lynchées parce que Musulmanes.

ii

« À ce stade personne ne sait quasiment rien. » Je précise cela. Les médias ne font que relayer un rapport de police sur lequel s’appuie un acte d’accusation. Si cela suffisait à établir les faits et à dire le droit, les tribunaux n’existeraient pas. À bon lyncheur salut.

Des dirigeants politiques, de l’exécutif et du législatif, insultent des personnes présumées innocentes (parlent de « bourreaux », etc) sur la foi d’un rapport de police, comme si les tribunaux n’existaient pas pour établir les circonstances des cas particuliers. C’est navrant. Il est temps d’interdire rigoureusement aux membres de l’exécutif et du législatif de s’exprimer sur des cas particuliers devant être connus du seul juge.

« Le juge », ça peut être un magistrat ou collège de magistrats mais aussi un jury, c’est-à-dire le peuple (des représentants du peuple désignés par tirage au sort). Un « gouvernement des juges » serait encore un gouvernement du peuple.

iii

Justement l’autorité judiciaire avait déjà tranché, la reconduite était prévue avant le lynchage de la gamine. (Fatigué !!!)

Il semblerait que l’administration attende encore un jugement. Préfecture : le statut de réfugiés pourra leur être retiré « en fonction du jugement ». Et ministre : « Dès la fin de la procédure judiciaire, ils seront reconduits à la frontière car ils n’ont rien à faire sur le territoire national. »

Cette famille était sous le coup d’une OQTF [obligation de quitter le territoire français] car sa demande d’asile lui a été refusée en fin d’année dernière. C’était déjà décidé depuis un bail ! Il [le ministre] ne fait que dire que la décision sera appliquée, rien d’exceptionnel. (Ibid.)

« Dès la fin de la procédure judiciaire » plus un verbe au futur signifie au contraire que la décision n’est pas encore prise : le ministre attend un jugement sur la « tonte ». Peut-être n’y a-t-il pas lieu d’attendre ce jugement, dans ce cas il fait erreur et peut agir sans attendre.

Il y a donc bien une façon de vous donner raison (mais la formule de la préfecture « en fonction du jugement » l’exclut), ce serait que le ministre veuille dire : « Dès que la procédure judiciaire sur la tonte sera terminée, et quel qu’en soit le résultat, ces personnes seront reconduites à la frontière. » Dans cette hypothèse, le ministre considère que la procédure judiciaire ouverte entre-temps suspend temporairement la reconduite (l’expulsion) prévue depuis avant les faits nouveaux intervenus. Ainsi, des étrangers devant être reconduits et voulant rester sur le territoire, gagner du temps n’auraient qu’à commettre un délit ! Et avant que la procédure pour ce délit soit close, commettre un nouveau délit mineur, et ainsi de suite.

De plus, si l’OQTF portait sur tous les membres de la famille, cela incluait la fille. Désormais, du fait qu’elle soit victime, la fille restera en France. La tonte ne serait-elle pas une mise en scène pour lui permettre de vivre en France au lieu de subir l’expulsion avec les autres ?

iv

Une reconduite était donc déjà prévue pour cette famille. Puis survient la tonte, et la fille restera en France. Quelle aubaine d’être tondue à quelques semaines d’une reconduite ! Belle mise en scène pour permettre à un membre de la famille de faire son avenir en France.

Si c’était le cas, le rapport de police et l’acte d’accusation relayés par les médias et qui ont déclenché ce tollé et ces débordements d’énergumènes, ne seraient qu’un tissu d’âneries par des demeurés. Le procès le dira.

*

On ne voit pas bien comment les minorités, quelles qu’elles soient, seraient de grand cœur pour le « régime majoritaire ».

*

Quand les médias français, comme la chaîne Arte, appellent Loukachenko « le dernier dictateur d’Europe », je crois comprendre que la Russie n’est pas en Europe…

(La Biélorussie serait en Europe mais pas la Russie ?)

Poutine gouverne depuis 1999 en Russie et envoie lui aussi ses opposants en prison avant les élections. Mais lui a dressé les médias français.

ii

Selon les médecins allemands qui l’ont examiné, l’opposant russe Alexeï Navalny a bien été empoisonné. Dernier épisode en date d’une longue série d’empoisonnements politiques en Russie. – Quel opposant « le dernier dictateur d’Europe » a-t-il quant à lui fait empoisonner ?

*

The Anglican Church, or Church of England, was created to allow Henry VIII to divorce. Yet Edward VIII had to abdicate because he wanted to marry a divorced woman. Try as I might, I swear I cannot find any sense in this.

*

The King’s Speech, Oscar for Best Film, hints at a certain woman at the court, of whose amatory experience the sons of Charles V benefited, “not together” (or “not at the same time”), i.e. they were not having group sex with her. Is Buckingham Palace a bordello? – More precisely, are there women in Buckingham Palace whose function is that of prostitutes at the service of the King’s scions ? If not, why did the Palace not raise objections to the gross distortion? #MeToo

*

Il paraît que l’hebdomadaire Valeurs Actuelles vient d’insulter une députée noire. On entend toute la classe politique s’élever pour dénoncer une attaque raciste. Qui parie avec moi qu’il n’y aura aucun procès ? Les lois contre les injures raciales ne s’appliquent qu’aux sans-dents.

Dénoncez, dénoncez le racisme : nous voyons bien que vous ne faites pas appliquer la loi. Comme dit le sage, « le kwassa-kwassa pêche peu, il amène du Comorien, c’est différent ».

Médias, politiciens, commentateurs: « Regardez-nous comment on se fâche contre le racisme ! » Mais ils ne font pas la seule chose qu’il y a à faire vu qu’il existe une loi pénale : saisir le juge.

[Depuis lors, la députée en question a décidé, avec le soutien de son parti, de porter plainte. Je suis donc démenti : la seule chose qui était à faire est faite. Il m’est agréable de perdre mon pari puisque c’était ma modeste façon d’inciter les intéressés à porter l’affaire devant le juge. – Et ce alors même que je suis contre la tendance du droit des publications français.]

*

Censure : feindre l’étonnement ?

Moi les hommes, je les déteste, [livre] de Pauline Harmange, est susceptible de « poursuites pénales ». M. R. Z., chargé de mission au ministère délégué à l’égalité femmes-hommes, menace de saisir la justice si l’ouvrage n’est pas retiré de la vente. (Mediapart)

Les gens sur ce fil s’en étonnent. S’ils connaissaient le droit français (le droit de leur pays), ils ne pourraient s’en étonner. C’est comme si personne ne les informait de l’ignoble droit des publications répressif existant en France.

ii

L’homme qui voulait rétablir la censure préalable (Géraldine Delacroix, journaliste à Mediapart)

La censure préalable a été remplacée par les poursuites pénales, avec peines de prison dans certains cas. Quel progrès. Ce chargé de mission demande un retrait sous peine de poursuites ; ça part d’un bon sentiment : « On veut vous éviter un procès. »

Cela part d’un bon sentiment mais semble quand même irrégulier. L’infraction étant commise, il faut que la justice soit saisie.

[On a vu plus haut que le ministère public français avait le pouvoir d’apprécier l’opportunité des poursuites. Cette affaire nous offre un exemple de l’abus que l’on peut faire d’un tel pouvoir, avec un parquet soumis à la hiérarchie administrative et au gouvernement : le gouvernement fait du chantage aux poursuites.]

Ce qui nous conduit au sujet sensible de la politique pénale de l’exécutif : il y a la loi mais l’exécutif pourrait décider à qui elle s’applique (par exemple, là, on pourrait laisser une chance à la dame si elle est gentille). Ce n’est pas autre chose, quand l’exécutif dit qu’il faut un parquet pour qu’il puisse, lui, avoir une politique pénale. Quel naufrage.

La loi Avia, c’est de la censure préalable ; ce chargé de mission s’inscrit dans la tendance. Nous aurons la censure préalable et les poursuites, il ne manquera plus que la peine de mort. Que faites-vous ? Rien, vous êtes contre les méchants dont les mots tuent. Les mots de ce livre peuvent tuer, il faut croire.

*

Littérature : Les dix petits nègres, le célèbre roman d’Agatha Christie [sic : le titre français exact était Dix petits nègres et non Les dix petits nègres] s’appellera désormais Ils étaient dix dans sa version française. (RFI)

N’oubliez pas de récrire aussi le contenu. Un livre, ce n’est pas qu’un titre et le reste est à l’avenant de ce que vous feignez ne pas aimer.

ii

Ce changement de titre, c’est depuis que Macron a dit : « Ça devient les dix petits nègres » (en parlant du Homard Gate) ? Notre président aurait-il dit une chose malséante ?

#Scoop Le roman d’Agatha Christie Dix petits nègres va être renommé Le kwassa-kwassa pêche peu sur ordre du Président de la République. #mdr

iii

Le Nègre du Narcisse, par Joseph Conrad (Bibliothèque de la jeunesse) (The N*** of the Narcissus)

*

Il paraît qu’en France il est bien moins probable de mourir assassiné pour des caricatures de l’islam que d’être condamné pénalement et de perdre son gagne-pain pour des caricatures d’hommes qui aiment les hommes.

*

Il est de bon ton de se réclamer du général de Gaulle, de tenter d’en capter l’héritage en vantant son courage et sa probité. Et si, plutôt que de le citer en permanence, les politiques français s’inspiraient de sa probité morale ? (Anticor45)

Une probité légendaire et urbaine ? D’un président qui abusait de la procédure draconienne du délit d’offense au chef de l’État, nous n’avons que la version de ses laquais.

*

Le délit de provocation à l’usage de stupéfiants est caduc du fait de la légalité de partis politiques ayant la dépénalisation dans leur programme.

*

A phrase like “Winsconsin self-defense laws” strikes me as odd. How could a U.S. citizen taking a trip through his country know all States’ self-defense laws? He’ll never be sure whether his behavior is self-defense or homicide according to the state. Say I’m from State X and shoot a man in self-defense in State Y (where I was only for a couple of days), so that according to State X my conduct is SD but according to State Y it is imperfect SD or no SD. I say you can’t apply State Y’s law to me. What do you say?

Instead of ‘homicide’ I guess I should have said ‘manslaughter’ (or murder)–but why not say homicide after all? The principle would then be: In case of self-defense there is no homicide, only a dead man.

*

Montesquieu: How Singles Degrade Marriage

“Dutch authorities advise single people to stick to one sexual partner during the pandemic.” (Source : BFMTV « Pays-Bas : les autorités conseillent aux célibataires de se trouver un partenaire sexuel exclusif pendant l’épidémie », mai 2020)

If I were them, I’d give the same advice to married people.

ii

There are lines in Montesquieu’s Spirit of the Laws (Book XXIII, ch. XXII) I’d like to quote, perhaps as a form of philosophic Singlism: “It is a rule drawn from nature that the more we diminish the number of marriages that could be made, the more we corrupt those marriages that have actually been made; the less married people are in numbers the less fidelity there is in marriage; just like the more thieves there are the more thefts occur.” (My translation of: « C’est une règle tirée de la nature que, plus on diminue le nombre de mariages qui pourraient se faire, plus on corrompt ceux qui sont faits ; moins il y a de gens mariés, moins il y a de fidélité dans les mariages ; comme lorsqu’il y a plus de voleurs, il y a plus de vols. »)

Thus, single people would be responsible for degrading the quality of actual marriages. They would be responsible no matter what they do as individuals; whether the individual seduces or is seduced by married persons or not, their sheer numbers would be a “natural” cause of degradation in the quality of marriage, their mere existence would provide the room in question.

Two married persons from two different pairs can commit adultery with each other, yet, for some reason, which he leaves undiscussed, Montesquieu implies it is less likely than adultery between one married and one single person. Even more, his “natural” law could not be sustained at all without another underlying law, namely that married people will hardly commit adultery with other married people or at least not insignificantly less than with singles.

In fact Montesquieu does not leave his reason wholly undiscussed as I think he somewhere hints at a disciplining virtue of marriage. So the law amounts to saying that surrounded by undisciplined people disciplined people slacken off. ‘Surrounded by’ or rather intermingling with (as ‘surrounded by’ could mean that the disciplined keep the undisciplined at a distance, something they would do in order precisely not to mingle with them and not to be tempted to slacken off).

If such a ‘’law drawn from nature’’ obtains, then, if I am not mistaken, it is evidence in favor of the penalties against singles that Dr Bella DePaulo has been exposing in her articles and books.

*

God Bless America

Qui, en France, dit que la France est un pays libre ? Ceux qui sont payés pour le dire.

Et ses écrivains, qui font des phrases, révolutionnent l’art dans une prison.

« En matière de presse, il n’y a réellement pas de milieu entre la servitude et la licence. » (Tocqueville, De la démocratie en Amérique) – France : le choix de la servitude.

Il n’y a pas d’auteur dont les « potards » (Sciences Po) entendent plus parler dans leurs classes de science politique que de Tocqueville. Mais aucun d’eux ne le connaît.

ii

Untel se réjouit que la loi française condamne tels et tels propos car il les trouve « nauséabonds ». Comme si la loi devait être faite pour ménager son estomac délabré.