Tagged: devoir de réserve

Lessons in Law 5

Dec 2020. EN-FR

The argument against censorship is clear: no person should dictate our tastes, ideas, or beliefs. No official has the right to say what is trash or what has value.” – Justice William O. Douglas

It’s more than just an argument against censorship in the sense of prior restraint:

It is impossible to concede that by the words ‘freedom of the press’ the framers of the amendment intended to adopt merely the narrow view then reflected by the law of England that such freedom consisted only in immunity from previous censorship.” – Justice George Sutherland

In about all Western countries previous censorship, i.e. prior restraint, is past, but the amount of public prosecutions for speech is appalling in about all Western countries but the USA. In those countries it’s still the “narrow view then reflected by the law of England.

*

Invasive Moderation (Part II)

Read Part I here.

I

Seriously why do these people think nobody has successfully sued Twitter for First Amendment violations? ([A Twitter user named] The First Amendment)

Perhaps because people such as TFA, the Twitter user here quoted, spread the erroneous notion that Twitter can’t be sued for their moderation. But if such a suit can’t be a First Amendment issue as they claim, make no mistake it will be a free speech issue nonetheless and you’ll see it happen: The First Amendment vs Free Speech.

ii

The First Amendment suit to come:

1/ The First Amendment’s aim is to maintain a free “marketplace of ideas” (the first occurrence of the phrase was in Justice Holmes’s dissent on Abrams v. United States 1919);

2/ Trusts must be combated on that marketplace too, and “preferred freedoms doctrine” gives “greater protection to civil liberties than to economic interests.”

iii

What cause of action do you think exists against Twitter for moderating content, putting notices on tweets, or restricting the ability to like or retweet certain tweets? (The First Amendment)

The cause is invasion upon others’ rights.

Not admitting that a platform can be sued for moderation is like saying they can staff their moderation offices with maniacs and that would be just as good. I claim a staff of lunatics would do a less prejucided and prejudicial job than many a platform. They are an impediment to the free marketplace of ideas.

What rights? (The First Amendment)

a/ A notice on tweets could well be libel for ought I know, depending on the notice, but even a removal could have the same effect as to the person’s reputation. You tell me what rights libel laws protect.

One lawyer TFA has RTed said: Platforms’ moderation is by the First Amendment. I agree platforms must not be liable for users’ content but I disagree they must not be liable for moderation. Moderation is speech and not all speech is protected; moderation can be unprotected speech. A State of the Union address isn’t supposed to be libelous either but as a POTUS (President of the United States) once tweeted to advertize a certain pizza parlor we may see a future POTUS disparaging a burger parlor in his State of the Union address and that could be judged libelous by a court of law.

The worst scenario is platforms protected from liability both for users’ content and for their moderation – basically the current state of affairs.

b/ What rights? The same rights as here : “The conscious decision by an airline to deny a passenger a ticket for no good reason might justify the award of punitive damages.” (Encyclopedia of American Law, 2002, D. Schultz ed.: Punitive Damages)

Similarly the decision by a social media to deny a user speech for no good reason might justify the award of punitive damages. How could it be a good reason for a business set up with the corporate purpose of offering people a platform for speech, that it disagrees with what someone said?

II

i-a

I prevent Senator Ted Cruz (and the rest of Congress) from punishing private companies based on the content of the speech they allow or disallow on their websites. Companies have the First Amendment right to determine what speech is conveyed on their websites. (The First Amendment)

Take that statute: “In California, you [a business] also can’t discriminate based on someone’s unconventional dress.” This California statute goes beyond the Civil Rights Act’s protected classes. It’s still in vigor as of Sep 3, 2020. Dress, like an armband in the famous precedent, is speech, so in fact Cal companies don’t “have the First Amendment right to determine what speech is conveyed” on their premises already.

Besides, “The conscious decision by an airline to deny a passenger a ticket for no good reason might justify the award of punitive damages.” (See above for source and brief discussion.)

i-b

No, YouTube is not “violating Section 230” by deleting videos that question election results. YouTube could say that it won’t allow any uploads by professors named Jeff, and that wouldn’t “violate Section 230.” (It would, of course, be terribly short-sighted). (Asst. Prof J. Kosseff)

Short-sighted indeed: “The conscious decision by an airline to deny a passenger a ticket for no good reason might justify the award of punitive damages.” Perhaps it wouldn’t violate Section 230 but I wouldn’t advise it all the same.

ii

The SCOTUS (Supreme Court of the United States) has stressed time and again that the First Amendment ensures the free flow of information and ideas. If private actors turn out an impediment to that free flow, I rest assured the Court will uphold “antitrust” statutes that combat the problem.

No. The First Amendment applies to state actors. To hold otherwise would require SCOTUS to reverse longstanding First Amendment doctrine. (TFA)

TFA’s is a quite correct inference from the First Amendment and yet it is also misleading, because a balancing must be made with another inference which is the free flow of ideas, and the result must depend on how these conflicting yet both necessary inferences are weighed against each other. There’s no doubt in my mind that the free flow of information and ideas will prevail, as common law never has construed private property as a source of entirely discretionary power.

As to the doctrine TFA stresses, it is right insofar as the two inferences were not conflicting in the past and it is only since recently that they have been.

*

Des goûts et des couleurs

Le débat sur les « valeurs » communes a eu lieu il y a plus de 75 ans aux États-Unis, et ce pays libre a évidemment tranché dans un sens contraire à la majorité française actuelle avec sa loi contre le séparatisme :

While acknowledging that fostering national unity or shared values was important, the Court rejected the claim that it could force people to share or adopt values” Commentaire à l’arrêt West Virginia State Board of Education v. Barnett (1943).

Aussi, quand on dit que le projet de loi contre le séparatisme est fait pour que nous restions un pays libre, c’est évidemment le contraire de la vérité : ce projet de loi est fait pour que la France reste un pays non libre.

Le contraire de rester un pays libre est en effet de rester un pays non libre, et non pas être un pays libre qui devient un pays non libre. Les Français ne savent pas ce qu’est la liberté et ne savent pas non plus qu’ils ne le savent pas.

Il y a devant nous plusieurs façons de rester un pays non libre : ou bien adopter la loi de sécurité globale puis la loi sur le séparatisme, ou bien ne pas les adopter, ou bien adopter l’une et pas l’autre et alors laquelle. C’est vrai qu’on a l’embarras du choix.

Quand l’État chinois a mis en place la reconnaissance faciale à tous les coins de rue, les commentateurs français n’ont pas fait des articles sur le thème : « Les Chinois perdent leurs libertés. » En effet, les commentateurs français ne sont tout de même pas demeurés au point de supposer des libertés aux Chinois de Chine maoïste avant la reconnaissance faciale et le système de crédit social. Ils voient bien de loin mais pas de près, je ne sais plus comment ça s’appelle.

*

A Country Where Pornography Isn’t Obscene?

Given that “obscenity is not protected under First Amendment rights to free speech,” it is puzzling that U.S. law doesn’t affirm at the same time a presumption against the whole pornographic industry.

ii

That in American law obscenity is not protected by the First Amendment and yet most pornography is, is beyond my understanding. I honestly fail to see how the bulk of porn videos and pictures can pass the “redeeming value” test set up by the courts as I’m told they do.

So maybe scholars are wrong and it simply isn’t true that “pornographic materials are protected by the First Amendment” as far as as the bulk of them is concerned, and that so long as porn is cordoned off, “redlight-districted,” so to speak, authorities don’t prosecute.

That would be law enforcement discretion, choosing not to prosecute obscenity when it is cordoned off. The reason we would fail to see it this way is that such an extensive use of discretion is rather at odds with our sense of what the rule of law ought to be.

*

Judicial Singlism

Single defendants are more likely to be convicted and more harshly by a court of law. I think I read it in an American law encyclopedia but forgot to mark the passage.

Anyway, the first thing a criminal judge asks defendants is their marital status and whether they have kids.

Given that “the first thing a criminal judge asks defendants is their marital status and whether they have kids” and what I have read about judicial discrimination against singles, all convicted singles can appeal convictions on the ground of singlism.

*

The First Amendment Protection
of Speech and Assembly Which Advocate Violence

Otherwise, the First and Fourteenth Amendments protect even speech and assembly which advocate violence.” (Encyclopedia of American Law, D. Schultz ed: Brandenburg v. Ohio)

“Otherwise” = when speech is not intended to produce “imminent lawless action”(1) and not “likely to produce such action”(2).

The use of the negative form here (by me) is confusing. The decision poses (1) and (2) as compounded, not alternate conditions: there must be both the intent to produce imminent lawless action and, independent of the intent, an actual likelihood as to result. If one of the two conditions is missing, speech is protected.

*

Depuis la chute du Rideau de fer, l’Union européenne est le dernier régime stalinien au monde.

*

Un magistrat soumis au devoir de réserve, tu te demandes ce qu’il fait en dehors de la salle, s’il vient d’un meeting politique, d’une réunion d’association, d’écrire pour un journal, de publier un livre… Non, tu te dis qu’il sort d’un cercueil dans sa robe noire et qu’il y retourne.

*

Un bon avocat ne gagne pas forcément plus d’affaires qu’un mauvais, car il faut aussi que le juge soit bon.

*

Le meilleur des mondes meilleurs

Ce pays n’a pas d’autre nom pour le droit relatif à la liberté d’expression que « droit de la presse ». La presse que l’administration arrose de subventions. Comme c’est commode. Le meilleur des mondes.

C’était le meilleur des mondes… avant internet. L’État français fait aujourd’hui ce qu’il faut pour maintenir sa doctrine compte tenu d’internet : loi Avia, loi de sécurité globale, loi contre le séparatisme… Dire que l’État français devient autoritaire, c’est ne pas comprendre l’évolution. En effet, ce n’est pas parce qu’il adopte ces lois que l’État français devient autoritaire mais c’est parce qu’il est autoritaire qu’il adopte ces lois. Parce qu’il est autoritaire et qu’il entend le rester malgré internet.

S’agissant du droit de manifester, tant que les Français manifestaient encadrés par des syndicats subventionnés (les cotisations représentent moins de 30 % du financement des syndicats), ils croyaient à la liberté de manifester. Depuis qu’ils veulent se passer des syndicats, ils trouvent que l’État leur met des bâtons dans les roues.

*

La justice pour mineurs suit un principe d’atténuation de la peine. C’est pourquoi un garde des sceaux parlera d’autant plus fortement des droits des victimes dans la justice des mineurs que le principe qui sous-tend cette dernière s’y oppose.

Dans la justice des mineurs, la peine est atténuée par principe mais, pour la victime, l’acte est ce qu’il est, les dommages sont ce qu’ils sont, peut-être même plus violents que si le coupable avait été adulte car « On n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans »…

Et c’est pourquoi le grand sujet, dans la justice des mineurs, le grand sujet défendu avec ardeur par les ministres successifs, ce sont les droits des victimes – qui ne peuvent avoir en justice des mineurs et tant qu’elle existera qu’une place au rabais.

*

Criminal penalties are illegal as they are grounded on the hubristic notion that the society is owned by its representatives, namely, at the date of the notion’s emergence, the king. Criminal law and criminal penalties are the artefact by which kings dispossessed traditional justices.

The consequence is that the judicial system is clueless about how to integrate “victim’s rights” => “victim justice, or what is often referred to as parallel justice“! It’s no integration at all but parallelization.

When you’ve got parallel justices but no double jeopardy doctrine, then you do the defendants an injustice. (To have parallel lines you need at least two lines, even in case they overlap.)

*

A Chronology of Desegregation in the USA
Cut-ups from the Encyclopedia of American Law

(Read sections Brown v. Board of Education & Desegregation and One Bused Nation from Lesson 4 here.)

As late as 1992 the state of Mississippi was before the Court because it was continuing to maintain a dual university system (United States v. Fordice) (about 40 years after Brown v. Board of Education).

In 1991 the Supreme Court ruled that once a school district eliminated “the vestiges of prior discrimination,” it no longer had to maintain racial balances. Oklahoma City Board of Education v. Dowell (1991)

In September 1999 a judge of the district court involved in Swann v. Charlotte-Mecklemburg Board of Education (1971) found that the Charlotte-Mecklemburg School District had eliminated all traces of intentional racial discrimination and so ordered it to stop its massive busing program.

Finally, a counterpart to de jure segregation is de facto segregation, which refers to division of races based on residential patterns. De facto is not mandated by the state or required under law. Instead it is a voluntary form of segregation. De facto has been recognized by the Supreme Court, which ruled that because it was based on private action it did not allow for a judicial remedy. In the case of Milliken v. Bradley (1974) the Court ruled that de facto segregation in residential patterns could not be remedied by forced busing of students from suburban schools to urban schools.

*

Coroner-Elect

In the USA coroners are elected officials in a majority of states (“More than 80 percent of U.S. coroners are elected“). In 2016 the Progressives of ThinkProgress published a paper “Why do we still elect coroners?” which conclusion –no surprise from Stalinians– is to stop electing them.

They give the example of one coroner in whose reports “suspicious deaths in police custody were simply accidents or natural causes.” What those Stalinians don’t tell you is that in countries where coroners aren’t elected, they ALL declare such suspicious deaths as natural.

*

The First Amendment Protection of Book Burning

Books won’t stay banned. They won’t burn. Ideas won’t go to jail. In the long run of history, the censor and the inquisitor have always lost. The only sure weapon against bad ideas is better ideas. ” – Alfred Whitney Griswold

“They won’t burn”? Book burning is protected speech.

Picture: Comic books burning in Spencer W.Va. [West Virginia], 1948 (AP Photo via mtsu.edu Middle Tennessee State University’s First Amendment Encyclopedia)

COMIC BOOKS BURNING

Of course Griswold meant “books won’t burn as a result of state action.” However, I’m sure some people would cry foul state-sponsorship if a GOP local section carried out book burnings while the governor or POTUS is a Republican, for instance. Book burning is free speech.

“Books won’t burn as a result of state action without judicial redress” isn’t the same as “books won’t burn,” to begin with. People have the constitutional right to burn books. The ambiguity of Griswold (or is it GRIMswold?)’s words is unescapable. “Books won’t burn” has a smell of “You won’t burn books,” a threat at people who would exercize their First Amendment right to burn books in public in protest against those books spreading like morbid germs.

Tw32 Cours de science du droit 2

Anthologie Twitter septembre-octobre 2020. FR-EN.

*

Ce bonze est très intelligent, il conseille tous les gouvernements successifs depuis trente ans. Mais on ne lui connaît aucune idée originale, aucune parole mémorable.

*

Il paraît qu’il existe des penseurs marxistes. Depuis quand un commentateur est-il un penseur ?

*

« La France est le pays des frères Lumière, je ne crois pas au modèle Amish. »

*

L’infâme conviction

La justice anglo-saxonne, qui abolit la torture judiciaire bien avant nous, reste attachée au système des preuves légales, quand nous avons fait reposer la nôtre sur l’intime conviction du juge qui fluctue au gré des mouvements d’opinion, voire des mouvements de foule, ou bien au gré de l’intérêt des dirigeants dont dépend sa carrière. Mais rassurez-vous, cela n’a jamais dérangé les Français : il n’y a pas de sujet.

Le juge d’appel, à la chambre connue sous le nom de chambre d’enregistrement : « Mon collègue a l’intime conviction que vous êtes coupable. Que voulez-vous que je vous dise ? Son intime conviction n’est pas moins souveraine et respectable que la mienne. » (Ironie.)

Dites-vous bien qu’en France, malgré le principe in dubio pro reo, le doute ne profite pas à l’accusé et ne peut pas lui profiter, car nous avons en même temps l’intime conviction du juge et je vous demande quand cette conviction doit intervenir si ce n’est pas en cas de doute ?

L’intime conviction ou « Mon petit doigt m’a dit ». Le préjugé érigé en principe. L’intime conviction contre les preuves. – Il faut croire que les juges français sentent bien l’absurdité de leurs principes, pour qu’ils motivent encore leurs jugements quand il suffirait de dire « Selon mon intime conviction : Coupable. » Une intime conviction est ce qui est en dehors de la justification rationnelle.

*

C’est encore un hommage universel à l’Italie que tout ce que l’on trouve être mal en politique se voit partout affublé du nom d’un mouvement politique italien : le fascisme. La nation italienne est le sel de la terre.

ii

À ceux qui, tout en écoutant L’été indien du chanteur au strabisme qui n’écrivait pas ses chansons, se disent « Ah le talent français, cocorico ! » : cette chanson de 1975 s’appelle Africa et elle est de Toto Cutugno et le groupe Albatros. #MadeinItaly

*

Reading Tocqueville

States where slavery was abolished would do every effort to make Black freemen staying in the state impossible. States would compete with each other in making a living impossible to Blacks.

The discrepancy between Blacks and white folks’ life expectancy was higher in states where slavery was abolished. In Philadelphia between 1820 and 1831, 1 out of 42 white men died while 1 out of 21 Black men died, a ‘much higher’ discrepancy than in slave states according to Tocqueville.

Citations (De la démocratie en Amérique I, 1835) :

« Les États où l’esclavage est aboli s’appliquent ordinairement à rendre fâcheux aux Nègres libres le séjour de leur territoire ; et comme il s’établit sur ce point une sorte d’émulation entre les différents États, les malheureux Nègres ne peuvent que choisir entre des maux. »

« Il existe une grande différence entre la mortalité des Blancs et celle des Noirs dans les États où l’esclavage est aboli : de 1820 à 1831, il n’est mort à Philadelphie qu’un Blanc sur quarante-deux individus appartenant à la race blanche, tandis qu’il y est mort un Nègre sur vingt et un individus appartenant à la race noire. La mortalité n’est pas si grande à beaucoup près parmi les Nègres esclaves. »

ii

In the time Tocqueville wrote (1835), free (vs slave) state Ohio did not allow Negroes on its territory nor their purchasing anything inside its boundaries. This opposite of a negrophile state fought against the Confederacy in the American Civil War.

Citation :

« Non seulement l’Ohio n’admet pas l’esclavage, mais il prohibe l’entrée de son territoire aux Nègres libres, et leur défend d’y rien acquérir. »

*

Il paraîtrait que les États-Unis doivent l’esprit de liberté qui anime leurs institutions à la franc-maçonnerie. On ne doit donc pas avoir la même en France ! Ceux qui reconnaissent ses bienfaits en Amérique n’ont d’autre choix que de la combattre ici comme un fléau.

Chez nous, un franc-maçon peut devenir dictateur : le carbonaro Napoléon III.

*

Quand on dit que le juge administratif est le juge de l’administration, l’imprécision de la langue française fait entendre un juge de l’administration en tant que son juge plutôt que juge de l’administration en tant que sa chose ; alors qu’il est les deux, un peu le juge et beaucoup la chose de l’administration.

*

Garantir une apparence de neutralité

Il n’est pas logique que la neutralité du service public exige le devoir de réserve des magistrats. Au contraire, cette neutralité exige que les magistrats fassent connaître publiquement leurs opinions, pour éventuellement les récuser dans certaines affaires.

Autrement dit, nos principes ne servent pas à garantir la neutralité du service public mais au contraire à la rendre impossible en garantissant une pure et simple apparence de neutralité.

Cette apparence trompeuse repose sur le fait qu’en se soumettant au devoir de réserve les magistrats, qui n’expriment jamais leurs opinions, passeraient pour n’en avoir aucune et seraient donc des essences neutres. Or ils ont des opinions comme tout le monde. Et puisqu’ils ont des opinions, chacun doit les connaître afin que la société soit certaine qu’est respecté le principe de neutralité. Au lieu de feindre stupidement de croire à la neutralité de qui garde le silence.

Ce qui plaide pour l’élection des juges, comme aux États-Unis.

Il est d’autant plus important qu’à rebours du devoir de réserve les opinions des juges soient publiques et connues qu’en France prévaut l’insane système de l’intime conviction qui encadre bien moins le jugement que celui des preuves légales et s’oppose au principe in dubio pro reo, « le doute doit profiter à l’accusé » (cf supra « L’infâme conviction »).

Si une opinion n’est pas incompatible avec la neutralité (et qui prétend qu’une opinion le soit ?), en quoi l’exprimer en public le serait-il davantage ?

Ce devoir serait une obligation de s’exprimer en termes modérés ? La hiérarchie, le tribunal administratifs, arbitres des élégances ? ou foutage de gueule ? – Que les ronds-de-cuir et les robins ne se prennent pas pour plus aristocrates qu’ils ne sont. Il faut être une aristocratie pour arbitrer le goût (Tocqueville). En démocratie, « One man’s vulgarity is another’s lyric. » (Justice Harlan) #GodBlessAmerica

*

Le fonctionnaire français n’aime pas la liberté : il y a renoncé. L’administration n’est pas l’État, c’est un État dans l’État, et même un État totalitaire dans l’État démocratique. Que voulez-vous qu’un individu gagnant son pain au prix d’un devoir de réserve qui l’empêche de s’exprimer publiquement pense de la liberté de s’exprimer ? Elle est un outrage à sa condition.

*

On me dit qu’un certain Hervé Ryssen est en prison pour avoir écrit des livres, et je ne vois pas nos intellectuels s’inquiéter. C’est tellement beau, la liberté et la démocratie « à la française ». C’est comme le progrès à la française : beau comme un moyen-âge.

(Qu’est-ce que je raconte ? Comparé à ce que nous vivons, le moyen-âge était un âge d’or. Ceux qui ont lu Montesquieu, Tocqueville savent ce que les libertés doivent à l’aristocratie féodale : Magna Carta, habeas corpus, common law, corps intermédiaires…)

ii

Puisque Ryssen est privé de liberté au nom de lois qui n’existent pas aux États-Unis, il faut qu’il y demande l’asile politique. #GodBlessAmerica

iii

Emprisonnement de Ryssen : il était sur le « Mur des cons » ou quoi ?

C’est de la barbarie.

*

Suite au rapport accablant d’Amnesty International sur la répression des Gilets Jaunes (extrait : « les forces de l’ordre et le ministère public ont instrumentalisé le droit pénal … pour arrêter et poursuivre arbitrairement des milliers de manifestants et restreindre indûment leur droit à la liberté de réunion » [nous soulignons]), l’Élysée a immédiatement réagi – extrait :

« Le kwassa-kwassa pêche peu, il amène du Comorien, c’est différent. »

*

La liberté de la presse serait pour la France un plus grand titre de gloire si la presse y était pour la liberté.

*

L’animal n’a pas de personnalité juridique car il « n’est dominé que par des instincts » mais l’homme a la personnalité même en cas d’« incapacité intellectuelle » (Marquiset, Les droits naturels). Cherchez l’erreur.

La capacité intellectuelle, la raison est indifférente à la personnalité, puisque l’homme ne perd pas celle-ci en perdant celle-là. Il faut donc dire que dans notre droit les animaux n’ont pas la personnalité car ils n’ont pas d’âme. Je dirai même : une âme immortelle, car il est impossible de concevoir une âme périssable, sauf peut-être à l’entendre comme attribut de tous « êtres animés » ainsi qu’Aristote.

(Je dis « peut-être » car, en s’en revendiquant, la scolastique a passablement embrouillé l’aristotélisme. Aristote croyait-il à l’immortalité de l’âme individuelle ? Si l’âme est le principe animant un être animé, ce principe éternel n’est pas une âme individuelle. Et si l’âme est l’entéléchie d’un individu donné, elle doit disparaître avec lui. Quoi qu’il en soit, si l’âme est un attribut de tous les êtres animés, elle ne peut pas servir de critère discriminant entre l’homme et l’animal. Or je dis que c’est l’âme, dans notre droit, qui distingue l’homme de l’animal car il faut un critère discriminant qui ne succombe à aucun des accidents de la vie, puisque l’homme peut par de tels accidents être conduit au niveau de l’animal sous le rapport de n’importe quelle faculté naturelle considérée, et la raison peut être ôtée à l’homme par accident, blessure ou maladie, voire dès sa naissance ; il faut donc un principe surnaturel.)

Tel est donc l’état du droit français en 2020 : un droit médiéval de fanatiques religieux.

*

Portrait de femme par Pierre Boucharel (1925-2011), fusain. “La Hippie”