Tagged: chanson française

LXVII There’s a Fatma For You in This World

To the Consumers’ Association of Ireland

Dear Sir or Madam,

Supportive of consumer rights, I would like to call your attention to the topic of subliminal advertising, on which I have made some research.

The following case studies from my blog [Index] deal with very recent paper advertisements, many of them advertising multinationals’ brands and designed for international marketing.

The subliminal techniques involved are akin to mental manipulation and likely to be detrimental to the consumer’s choice. What is to be done to prevent consumers from being subjected to such deceptive manipulation? (March 29, 2015)

Answer:

Dear Flor, [Although I signed my full name Florent Boucharel, she calls me Flor because my email is flor.boucharel[@]gmail.com]

Thank you for your email.  We would recommend that you contact the government body, the Competition and Consumer Protection Commission as they have the power to investigate companies.  They can be contacted on 014 4025500 or http://www.consumerhelp.ie

Kind regards,

Caroline.

My answer:

Dear Caroline,

Thank you for your reply. I don’t think the law forbids embedding the word SEX in advertisement photographs, which, as far as I have been able to ascertain since my attention was called to the practice, is the case in almost every paper advertisement these days. Since the law says nothing, a government investigation is out of the question. I believe this is what they will tell me. I was seeing more a campaign of opinion, and that’s why I reached out to your organization, in case you would find the matter relevant to consumer rights. (March 30)

& later (having no further news from Caroline)

In spite of your reply, I feel my mail has not received due consideration, especially since my blog statistics tells me you haven’t even thrown a cursory glance on one or two of the cases I have provided.

You know, I am sure, of those people who hold positions of responsibility and, when contacted about attendant matters, ask: “Why are you talking to me? Do we know each other?”

If you’re not interested in matters such as how commercial advertising behaves towards the consumer, then you should consider changing occupation, and leave your position to a more suitable profile. (April 1)

*

To International Consumer Research and Testing (ICRT)

Dear Sir or Madam,

Supportive of consumer rights and the important missions of consumers’ organizations, I would like to ask what your position is on the topic of subliminal advertising, on which I have made some research.

The following case studies deal with recently published advertisements (March 2015), many of them advertising multinationals’ brands and designed for global marketing. (April 4, 2015)

No answer.

Hello, is anybody in? Here’s the taxpayer who pays you!

No answer.

For the sake of accuracy, your name ought to be ICRNT: International Consumer Research and No Testes.

*

Horror movie The Exorcist, about a Catholic priest fighting the Devil in the good old ways, uses subliminal techniques. Hence the many faints, nauseas, mental collapses necessitating psychiatric intervention among theater patrons when the film was released. Yet horror movies had been played on the screens for decades and none had had such impact on the viewers, because those films did not manipulate unconscious mind structures with subliminal techniques. As an example, the soundtrack for The Exorcist was embedded with the sound of humming bees at subliminal level, in order to trigger panic. It was an experiment in mind manipulation. (For more details on the subliminal elements in The Exorcist, read Media Sexploitation, 1976, by Wilson Bryan Key. See also this blog’s Index for my series on Subliminals in published advertising.)

*

In Hormones, Sex, and Society: The Science of Physicology (1994) by Helmuth Nyborg, I find a paradox. It seems to me that a male androtype-1 should not choose an estrotype-1 as a spouse, since the latter will have, as Nyborg describes it, “higher libido” and the androtype-1 is not particularly well endowed in this respect. Hence, he should make a more “sex-stereotypic choice” with respect to finding a spouse, that is, he should depart from what Physicology predicts (that he will not be sex-stereotypical). What I mean by “should” is what he would do if he knew Physicology a bit. This is the paradox. The only solution to it, as far as I can see, would be that Physicology predicts that androtypes-1 do not object to their spouses’ promiscuity, nor to bringing up children sired by other men. A rather odd prediction in terms of evolutionary genetics.

Also, I would like to stress that our current “managerial elite” is recruited on personality criteria amongst which extroversion is perhaps the most important in the organization recruiters’ eyes. Which means the hormotype index of the American/European managerial elite is not likely to be 1 or 2 (maybe not even 3), nor it is this likely to be otherwise in the near future, whereas Nyborg claims that loner, intellectual androtypes are called to make up the elite.

*

To Hollaback! (In their own wods, ‘Hollaback! is a global, people-powered movement to end harassment. We work together to ensure equal access to public spaces.’)

Having seen on Internet a video of yours in which a young woman is filmed by a hidden camera walking in Manhattan, it reminds me of a news report on the same topic and with the same technique I saw a few years ago on French TV, and of my own situation even though I’m a man.

I live in Paris where I do quite a lot of walking, not seldom by myself. My experience is that some people feel free to abuse verbally, in a sneaky way, lone persons in the street whose outward appearance they happen not to like.

I have conjectured that many people, walking alone in the street, resort to listening to music or to calling someone on their mobile phone in order primarily to prevent their being abused in such a way, or at least to escape noticing it.

Some vulgarized notions of psychology likely will evoke a paranoid state of mind. The very idea of paranoia, however, may well contribute to the spreading of sneaky verbal abuse. (As a matter of fact, the person abused may even be abused by being called a ‘paranoiac’ by his or her surreptitious abuser.) (April 2015)

No answer. (My point, as the reader understands, is that harassment in the street is not limited to female victims. In my experience, verbal abuse not seldom comes from women.)

*

El Mallarmé «profeta» ha introducido intelectualismo en la poesía, y la poesía ha muerto casi. Todo ésto, las abstractas reflexiones o elucubraciones sobre el lenguaje y qué sé yo, es demasiado árido, y no muy riguroso tampoco como razonamiento y los filósofos lo hacen mejor.

*

There was in the past of Christian Europe a mighty enemy in the East: the Ottoman Empire. A mighty colossus, it nearly obliterated Christianity on several occasions, as when its armies besieged Vienna, twice.

At the head of such powerful armies, numerous as the waves of the ocean, were the dreaded Janissaries, a slave brotherhood of Albanian origin. They were the gate-keepers of the Bab-i Ali.

O what convulsions in the misty mountains of Albania, when this people too vindicated its freedom!

This video [Te Rrapi ne Mashkullore, sung by Irini Qirjako, with images from some (Albanian?) motion picture] shows scenes of the Albanian national struggle, here culminating with the assassination of a Turkish Basha or Bimbashi. The lyrics talk of a Bimbashi several times, as a portent of awesome and dreadful forces.

*

There is that taylor in my neighborhood, Mercan, an Armenian. I brought him a pair of trousers not long ago. He told me that with such fabric these trousers would last me ten more years. Now they have a big hole in the bottom. You can’t trust Armenians…

Mercan is the Devil. For one there’s his accent. It took me some time to understand at last what he says when he’s greeting me. He says “Ça va, mon ami ?” (Howdy, my friend?) and I was hearing something like “Ça va, Mehmet Ali ?” (Howdy, Mehmet Ali?) I thought he was mocking me in his nasty Armenian ways…

He’s a stutterer. He says “Merci, mon-mon ami” (Thanks, my-my friend) and I hear “Merci, Mehmet Ali“, like he’s mocking me. Like the devil he is…

One day I needed to have my trousers enlarged at the waist. He said, “Okay, but think about a diet, Mehmet Ali!” And he laughed. He’s the Devil…

*

Russian émigrés were all with Hitler, especially after Operation Barbarossa and the onslaught against USSR. They had brought the Protocols of the Elders of Zion to Germany, they had brought them to the USA, even to Manchuria and Japan. There’s even a book which claims they are the true inspiration of Hitler and the Nazi party. Grand-dukes and grand-duchesses were with Hitler. The heir to the Russian throne was with Hitler (and he was spied upon by the Gestapo at the same time). All the former White army was with Hitler and joined the Wehrmacht and Waffen-SS on the Eastern front. The popes were with Hitler. Czarists, Solidarists, Fascists were with Hitler. Georgians and Tatars were with Hitler and they fought the Résistance in Corrèze where my grandparents were living their humble lives (my grandfather was once taken hostage). Caucasian Muslims were with Hitler, and Stalin made them pay the price after the war.

I spent years collecting thousands of names of people involved on the side of Nazism and Fascism, from every country: Cossack White Army officers, Albanian gurus of mystic tariqas, French anarchists, Australian aborigines (true!), Afro-Americans, Indian nationalists, Indonesian nationalists, Khmer nationalists, Pu Yi the last emperor of China, Turkish Turanians, British aristocracy, the then King of Sweden and his son the present King of Sweden, Knut Hamsun, the Muslim Brotherhood and Nasser of Egypt, the Shah of Iran and the future Ayatollah Khomeini, etc. etc. A long list. I spent years on it, I don’t know what to do with that work.

*

De hecho yo no había escuchado la canción Aviateur, cantada por Véronique Jannot, hace desde muchos años. Me la propuso YouTube, al escuchar yo otra cosa. Entonces me volvieron memorias de mi niñez. No son memorias de mi casa porque mis padres no miraban programas de televisión populares, con canciones y tales cosas. Pero, de vacaciones, nos quedamos con mis hermanos en la casa de abuelos o a veces de tíos, en el campo. Gente más popular y no tan educada como mis padres, y ellos miraban esos programas populares, y nosotros con ellos. Y me gustaba, de niño. Después, de adolescente, ya no me gustaba el campo. Me aburría, no podía hacerme amigos con los jóvenes, aunque me enamoré de una morena, S., cuyos padres tenían un comercio de bicicletas. Era una tontería. Le declaré mi amor y, como ella no cayó en mis brazos al oírlo no más, lo abandoné todo. Una tontería, pero era bonita la hija del vendedor de bicicletas… De adolescente, las vacaciones en el campo eran malas. De niño era otra cosa. Gente sencilla, televisión popular, una Francia que tal vez aún ya no existe.

Véronique Jannot and I are of the same breed, de pelo y ojos castaños. But her talent has been exploited by foreigners, Armenians. Besides, her very artist name (if it’s not her real name) is a joke, because it alludes to Jeannot Lapin*. I want to make clear that this sort of popular culture has something very shallow about it, which makes it unbearable to refined minds. Only the exhaustion of a working life can create a need for that kind of shallow entertainment. The producers are all foreigners, alien, exploitative Armenians.

*D’après internet, Jannot est son vrai nom. Elle aurait dû choisir un nom de scène plus glamour : Véronique Davies, Véronique Crawford-Jones, Veronica Lamborghini…

*

Pearl of the Mediterranean
Mersin
Where will I find you now?
So balmy
The lemon trees
Iridescent
Perlaceous sky
What fills my eyes with tears?
O the sea at Mersin!

*

Fragrances like attar of rose…

Vuelan azahares
jarabe de rosa beberé
almíbar de rosa saciará mi sed ardiente
miles de mirtos para tenderle arropes suaves
Encantadora es la rosa en el jardín de luna
Canta, bello ruiseñor, por la rosa que te llena de dulzura

*

In France the name Fatma was used as a common name to designate a North-African girl (as there are many migrants from North Africa in France). For example: “Did you see that fatma?” Then it designated any girl, whatever her background, for example: “Did you see that fatma?” And then it came to be abbreviated as “fat,” (prononcer « fatt ») for example: “Will there be fats at that party?” (Il y aura des fatts à cette soirée ?) At least that was so in my teens.

I distinctly remember occurrences when the word was used by my friends and myself (by the way we were all white, middle-class teenagers). For instance, during a summer vacation in Spain we used to call Spanish girls “fats” among us. And there’s a joke. While we were in Spain, near Valencia, there were several days of feria with bulls, “toros.” Several toros were involved and they had a leader, so to speak. One day, one of our group, talking about this leading bull, called him “le taureau mère,” as we talk of a “vaisseau mère” (mother-ship) in a fleet of ships. But “mother-bull” was really ridiculous, so we laughed and someone said: “You mean ‘le taureau fatt’ (the fatma-bull)!”

But we didn’t say fatma to girls, as they would have beaten us up.

*

3 Poems to O.

(2014)

You didn’t tell me you’d take my heart away.

You didn’t tell me you’d always be in my dreams, at the cost of a life. But what is a life worth comparing with such dreams?

You didn’t tell me that, because of my memories of you, I’d be like a madman always by my thoughts. But what worth is soundness of mind compared to such lunacy?

You didn’t tell me my memories of you would be more real to me than reality. But what is reality worth, you tell me, in the shadow of one memory like these?

You didn’t tell me there would be no more seasons but the summer of your smile.

You didn’t tell me there would be a never-ending day from the day on when you said: One plus one makes one. Did you say so, by the way, or is it my imagination?

You didn’t tell me you’d break my heart in two so that one plus nothing makes a funny two: a crazy man.

You didn’t tell me one is not just one but also the one and only, so this one can’t be counted like any other one because in a way this one is a bit too much – especially being away.

You didn’t tell me I’d have to know the effect of spending some time by your side and then (as a punishment for what crime?) I’d have to know the effect of spending my whole life and perhaps even an eternity without you.

You didn’t tell me it wasn’t just two people in a given place at a given time, but two people one of whom would be forever out of space and time.

You didn’t tell me that was just a serious game so that not only would I lose my bid but also I would lose my mind.

You didn’t tell me I was to be there with you for a few days and then you wouldn’t be by my side until the end of time. Yet that’s not too high a price because there can be no such thing as too high a price for what I’m talking about.

You didn’t tell me you’d make a fool of me and I would be glad. Had you told me, I wouldn’t have believed you, for I was a fool. Born to be a fool: that’s what you should have told me.

You didn’t tell me…

*

Yes but…

Yes but it’s only a dream.

–Yes but this is only a life.

.

Yes but what’s more precious than life?

–Yes but it’s made precious from dreams.

*

Tears

If I could see your eyes
Then you would see
The moonlight on the sea
(Your eyes the moon
My tears the see)

Pensées XLVI : Le Diogène de Cordoue

Le Bon Albert

Certains de mes chers lecteurs (tout ce qui est rare est cher) se sont étonnés du mode de fabrication de mes recueils de poésie, de cet authentique travail artisanal, sur papier recyclé. Ils auraient bien vu à la place de l’elzévir, des couvertures montrant des mouettes dans les nuages… Je suis quant à moi très fier du travail du Bon Albert et je veux dire ici pourquoi. J’ai vu le Bon Albert travailler dans son atelier, qui fait également office d’entrepôt et de bureau, clair-obscur, avec sa machine et ses pots de colle, ses rames de papier recyclé, tel un cordonnier idéaliste et réfractaire qui serait en même temps un notable local, un « relais d’opinion » courtisé par les politiciens. (Vous connaissez beaucoup d’éditeurs sur l’Aubrac ?) Inspiré par Giono, qui formait le vœu, avant les babas-cool, que les éditeurs s’installent à la campagne, il décida un jour, après maintes vicissitudes avec ses imprimeurs, de se lancer lui-même dans la confection des livres qu’il édite. Et c’est ainsi qu’en publiant mes vers il devint le premier éditeur de poésie pulp, et moi-même, avec des alexandrins, un poète pulp. C’est moderne, c’est l’avenir, c’est nous.

*

Le Cheval et l’Écrivain

Dans le domaine des rapprochements entre le cheval et l’écriture (les deux passions de l’écrivain Nicole Lombard), je trouve dans mon dictionnaire anglais Annandale la définition du mot hack, qui se rapporte à un cheval et à un écrivain. Un hack, en effet, peut être : 1 un cheval de louage (a horse kept for hire), 2 un cheval surmené (a horse much worked), 3 une personne surmenée (a person overworked), et 4 un écrivain employé aux basses tâches et au fignolage dans la production d’un livre (a writer employed in the drudgery and details of book-making). Je ne sais pas trop ce que recouvre cette fonction du hack, mais j’entrevois que les Anglo-Saxons ont poussé loin et tôt (le dictionnaire en question est relativement ancien) l’application des techniques industrielles au livre. J’avais déjà entendu parler du « carcassier », cet écrivain anonyme chargé d’écrire les scénarios, ou « carcasses », des pièces de théâtre. Ainsi, dans la production industrielle du livre, il y aurait l’auteur à proprement parler, qui ferait je ne sais trop quoi (dès lors qu’il n’aurait pas un nègre !), le carcassier, le hack writer, d’autres fonctions peut-être dont j’ignore l’existence et le nom. Tout un monde !

*

Ce que vaut Paul-Loup Sulitzer sur le Boul Mich

Me promenant sur le Boul Mich, je me suis arrêté devant la librairie Boulinier, qui avait placé des bacs de livres d’occasion sur le trottoir. Il y avait des bacs à 1€, 0,50€, 0,20€. Je me suis penché quelques instants sur le bac à 20 centimes, rempli de livres en état de décomposition avancée. Parmi toutes ces ruines, j’ai noté qu’il y en avait aussi en assez bon état, d’auteurs inconnus, et même d’autres en bon état : des livres de Paul-Loup Sulitzer. C’étaient des romans dans la collection Le Livre de Poche, maquette des années 1980-1990. Cette collection était plus colorée que les autres. La tranche avait un cartouche bicolore, souvent attrayant. D’ailleurs, les couvertures des livres de PL Sulitzer, leur graphisme, sont pour la plupart vraiment réussis. Comme il est de surcroît notoire que ce sont des nègres qui ont écrit ces livres, ce n’est sans doute pas ce qu’il y a de pire à lire. Je quittai donc ce bac à moisissures absorbé dans des méditations profondes. Si les livres de PL Sulitzer, réussis comme objets et en bon état, sans doute distrayants et peut-être même agréables à lire, qui se sont bien vendus, finissent au rebut du rebut, c’est peut-être que tout cela était immoral et choquant.

*

De la rime

C’est un mouvement international, toutes les littératures européennes ont connu un même abandon de la prosodie. Si bien qu’un Sartre a pu opposer, dans Qu’est-ce que la littérature ? (1947), à la prose « composition » la poésie « désordre spontané », alors que, pendant des siècles, la poésie a représenté le plus exigeant effort de composition.

1

« Je vous remercie de m’avoir fait parvenir votre ouvrage Opales arlequines, récemment publié par les éditions du Bon Albert de nos amis de Nasbinals.Vous y faites preuve d’une remarquable et constante énergie, d’une vaste culture et d’une parfaite connaissance des règles de la versification française. Permettez-moi seulement de douter que la poésie puisse circuler dans des vers tournés sur le passé historique et mythologique. Ce qui fait appel plus directement à l’émotion des mots, au ressenti, à la pensée, à la rencontre avec les êtres, les événements contemporains, le quotidien de nos concitoyens (du monde), la beauté, le mal, la vie, la mort, etc. s’exprime d’autant mieux que les formes poétiques évoluent, sinon en avance du moins en osmose avec leur époque, ce qu’Arthur Rimbaud, René Char, Philippe Jaccottet aujourd’hui, tant d’autres ne cessent de nous rappeler. » (Lettre de Paul Badin, poète et directeur de la revue N4728, décembre 2012)

Cette « osmose » avec la présente époque va de pair – mais c’est sans doute purement fortuit – avec une indifférence assez générale de l’époque pour la production poétique, indifférence reconnue par Paul Badin lui-même, dans l’Appel de l’Union des poètes de novembre 2012 (« quasi absence dans les médias de référence », « méconnaissance générale de sa forme vivante », etc). Que nos concitoyens retrouvent leur quotidien dans la poésie contemporaine me paraît donc douteux, si c’est bien leur quotidien qu’ils recherchent dans la poésie et non un air plus pur.

2

Après que j’ai remercié Paul Badin de son envoi, celui-ci m’a réécrit pour insister plus longuement sur le fait que, selon lui, le vers régulier c’est du passé. Je me suis un peu vexé et lui ai répondu :

– que la forme classique existait toujours dans la chanson (rimes-assonances, rythme plus ou moins régulier des paroles) ;

– que la poésie (des revues) était désormais perçue comme le moindre effort de l’esprit humain, en laissant entendre que cela ne me paraissait pas tout à fait gratuit.

Il y a cette semaine (avril 2013) sur les murs du métro parisien des affiches pour un mégaconcert au Stade de France, avec plusieurs groupes de rap, dont le très célèbre IAM, et un autre dont le nom a attiré mon attention par les mots « de la rime », le groupe Psy4 (pour « psychiatre », je pense) de la rime. Il m’est revenu tout à coup que ce genre musical, dont je n’ai jamais été fan, pratique pourtant depuis toujours, non seulement la rime, mais aussi un véritable culte de la rime. Un agrégé de faribologie pourrait produire une thèse énorme sur ce passionnant sujet de la valorisation de la rime dans la culture hip-hop, avec des sous-parties sur la rime en verlan etc. Aussi, je ferais mieux d’envoyer mes recueils aux Psy4 de la rime et aux autres, avec une lettre-manifeste, plutôt qu’aux sociétés de gens de lettres ; je pense même qu’ils me répondraient, eux ! (J’ai pu constater à plusieurs reprises ce manque élémentaire de courtoisie à mon endroit.) Dans cette lettre-manifeste, je leur dirais que les poètes ont trahi leur art et que les muses ont fui vers les quartiers. Je serais une nouvelle Simone de Beauvoir, qui soutenait les Black Panthers et a même fait dans ses mémoires l’éloge du livre Soul on Ice d’Eldrige Cleaver qui, entre deux souvenirs de prison, théorise le viol militant.

3

Quel poète est l’auteur des vers suivants ?

Tends ta main pour l’allégeance
Et émigre vers ta terre,
Crie de tout ton coeur « vengeance »
Car tu ne peux plus te taire.

Nous perdons notre dignité
En vivant comme des lâches,
Nous renforçons notre unité
En combattant sans relâche. &c

Il ne s’agit ni plus ni moins que des paroles d’une chanson de l’Etat islamique, Daech, Tends ta main pour l’allégeance, disponible en ligne. Les rimes sont très riches.

4

Psy4 de la rime, Daech, Florent Boucharel : même combat !

*

Le Cratès

Si je dis que je hais la société, l’insurgé m’entendra mal et voudra m’embrasser, alors que je hais tout autant sa société que celle de n’importe qui d’autre. Or je ne peux pas dire que je hais la société de mes semblables, car où sont mes semblables ? Je ne peux pas dire non plus que je hais la société des hommes, car je suis comme Diogène avec sa lanterne : « Je cherche un homme. »

Nu (2017) par Marc Andriot

*

Même l’épicurien peut éprouver un attachement jaloux qui lui fera voir avec amertume l’épicurisme de celle qu’il aime un peu trop passionnément eu égard à son vœu de légèreté épicurienne, et dont la liberté indifférente à cette passion prend alors l’aspect d’une vile prostitution. Il haïra en elle le choix qu’il aura fait pour lui.

*

Une des grandes injustices de ce monde, c’est le talent.

*

Un jour, un ami me déçut grandement, après que je lui eus fait lire quelques-uns de mes poèmes, en me demandant si j’étais toujours un amoureux malheureux. J’aurais dû lui répondre que, si j’avais mis les mots qui lui ont fait poser cette question dans la bouche de personnages d’un roman, il ne les aurait pas pris pour un témoignage privé. Un poème d’amour malheureux peut être antérieur à toute expérience en la matière. Peut-être ai-je écrit de tels poèmes seulement pour me montrer un grand poète romantique. Ou peut-être que cet amour malheureux était nécessaire et fut donc suscité par moi-même pour que je devinsse à mes propres yeux ce poète-là : il fallait que j’aie la vie qui corresponde à ce que j’écrivais par imitation. Et, aujourd’hui, j’écris peut-être des poèmes d’amour malheureux alors que je suis en réalité frustré de ne pas être reconnu comme poète…

*

Selon Schopenhauer, dans l’œuvre d’un poète les mauvais poèmes ne nuisent pas aux bons ; c’est pourquoi il est plus difficile d’être philosophe, car la philosophie est un tout.

*

Autre pensée de Schopenhauer, une consolation pour tous ceux que leur époque traite indignement : c’est le fait qu’ils s’adressent à tous les temps à venir que le leur ne pardonne pas !

*

Aujourd’hui on ne parle plus que de « judéo-christianisme ». Schopenhauer économisait son encre et son papier, et écrivait simplement « judaïsme ».

*

Cumulards, revenez !

Si l’on admet qu’un élu peut cumuler une activité professionnelle et un mandat, il faut en déduire que le mandat n’est pas une activité à temps plein comme l’activité professionnelle. Ce cumul est donc a priori plus difficile qu’un cumul de deux mandats, comme il est plus difficile de cumuler un temps plein et un temps partiel que de cumuler deux temps partiels.

Par ailleurs, si l’on admet qu’un élu peut cumuler une activité professionnelle et un mandat, vu que rien n’interdit à une personne retraitée de se présenter à des élections, pourquoi lui interdire de cumuler des mandats ? Avec un mandat, elle aurait encore le temps d’avoir une activité professionnelle, selon l’hypothèse, donc elle a bien le temps d’exercer en même temps plusieurs mandats.

L’argument du temps qu’il faut consacrer à son mandat pour justifier le non-cumul ne tient donc absolument pas, car aucun élu ne pourrait travailler en dehors de son mandat.

Les gens ne sont pas élus pour leurs compétences de gestion ; ils sont élus sur des programmes généraux, voire philosophiques. Il faut qu’ils soient aidés dans leurs fonctions par des gens dont c’est le métier : les fonctionnaires. Ceux-ci travaillent à plein temps. La gestion d’une collectivité repose sur le travail à plein temps des fonctionnaires : les élus prennent les décisions, cela veut dire qu’ils siègent dans les organes délibérants pour voter ces décisions. C’est à peu près tout : le contrôle et le suivi sont déjà en grande partie assurés par des fonctionnaires. Voilà pourquoi on peut aussi être maire et travailler, et plus facilement encore maire et député.

Avec le non-cumul des mandats, la rémunération globale des élus se répartit entre un plus grand nombre de personnes, s’ils ne se votent pas des augmentations (et il est certain qu’ils le feront car personne n’y peut rien), mais toutes seront encartées à tel ou tel parti, dont nous pourrons alors voir briller les nullités les plus obscures, dont nous n’avons même pas idée en voyant la nullité de ceux qui brillent déjà devant nous.

Il y a un élu pour cent Français (640 000 élus en France). Avec le non-cumul, il y en aura un pour cinquante (plus d’un million, pour cinq millions et demi de fonctionnaires)…

*

Les classiques passés à la moulinette des suppléments littéraires, c’est ce qui dégoûte de la culture classique. Heureusement, certaines lectures vous font comprendre votre erreur et vous conduisent vers les chefs-d’œuvre qui vous restent à découvrir.

*

Certaines personnes pratiquent une forme de caractérologie à partir du nom. À l’intention des arabisants qui s’adonneraient à ce genre de science occulte, je voudrais peut-être adopter désormais le pseudonyme arabe suivant :

أبو شاعل

qui se prononce à peu près Abou Charel, et qui veut dire « le père du poète », ou « Maître poète » : dans les fables, on appelle par exemple un renard « le père du renard », en français « Maître renard ».

*

Les sans-culottes, ce sont ceux qui exhibent leurs partis.

*

Je viens d’envoyer un quatrain pour le prix de poésie de la RATP (2014) :

Ô toi, la compassion même,
Qui plains ceux qu’atteint le malheur,
Tu pleurerais de tout ton cœur
Si tu savais comme je t’aime !

Ce quatrain peut néanmoins avoir le défaut de laisser entendre que l’amour est un malheur. Plus primairement encore, il peut avoir le défaut de comporter le mot « malheur », qui n’a rien à faire, je suppose, dans une rame de métro, où les gens qui vont travailler dans leurs bureaux, ateliers et boutiques doivent lire qu’ils sont libres et heureux. Ces réflexions me sont venues alors que je venais d’envoyer le quatrain, ce n’est pas du mauvais esprit de ma part.

Ma mère me dit que ce qui peut rebuter la RATP serait plutôt le mot « compassion », à cause de la mendicité qui est (paraît-il) interdite dans les rames de métro.

Mon quatrain n’a pas été retenu parmi « les cent finalistes » du concours de la RATP.

*

L’art soviétique est devenu parfaitement transparent, comme un tableau monochrome, et aussi politiquement correct que le mot « subversif », dont il est de rigueur qu’un critique d’art l’applique à tout ce qu’il entend louer. Cependant, le constructivisme soviétique, où l’artiste doit se faire mécanicien ou ingénieur, comme le futurisme fasciste, où il doit se faire ingénieur ou mécanicien, m’invite à méditer une pensée profonde, selon laquelle le processus de l’évolution humaine se caractérise principalement par un développement des facultés intellectuelles au détriment des autres, qui trouveraient leur élément dans de viles illusions indignes de l’homme doué de raison. Je n’ai encore aucune certitude quant à savoir si c’est un progrès ou si cela s’applique aux derniers hommes.

*

Il me revient à l’esprit le mot d’un journaliste à propos d’un ami, ou plutôt de son couple : « Il a une très belle femme. » J’y vois aujourd’hui – le doute me ronge – une affreuse ironie, non pas que le journaliste ne fût pas saisi par la beauté de la femme de mon ami, mais parce qu’il se ferait le porte-parole du monde parisien sur un mariage qui est au point de vue social un ratage total, puisque sa femme, au point de vue social, n’apporte rien à mon ami. Un homme qui se fait à la force du poignet, encouragé par les multiples sacrifices de ses parents pour lui, voilà qu’il prend femme, non pas là où il arrive mais d’où il part ! C’est sanglant de cruauté, une telle ironie. Le journaliste aurait pu ajouter : « Et ils sont très heureux tous les deux, m’a-t-on dit. » Ç’aurait été monstrueusement parisien.

Or jugez de la situation. Mon ami se dit que V., où il a une maison (dans le bourg, avec murs mitoyens) avec femme et enfants, n’est pas le petit paradis qu’il croyait. Quand il me dit cela, je lui demande pourquoi ils ne revient pas à Paris. Il me dit qu’il ne pourrait acheter une surface suffisante dans un quartier qui conviendrait : « Pas d’apport financier. » Aussi, le journaliste sourit en coin, en pensant : « La plus belle fille du monde etc. »

*

D’après certaines études, 75 % de l’emploi dans les pays industrialisés consiste en tâches répétitives, en d’autres termes en une affreuse routine. Comment les gens peuvent-ils supporter cela, si ce n’est que cette routine les sort de leur home sweet home ?

*

Pour une femme, le mot « mariage » vaut tous les poèmes du monde.

Nicole Lombard : L’un n’empêche pas les autres, et réciproquement.

*

Avant de trouver, selon la bonne vieille formule, chaussure à son pied, il faut avoir un peu pratiqué la chasse à la chaussure. À moins que ce soit la chaussure qui fasse tout le travail, ce qui est devenu moins rare.

*

Quand on sait qu’il existe un Mondial du foot des robots, que l’on utilise encore des humains pour balayer les rues laisse rêveur… Il faut bien occuper cette pauvre humanité.

*

Strindberg prenait Swedenborg très au sérieux : il ramassait des papiers dans la rue pour connaître les communications des esprits.

*

Parmi les victimes de l’attentat de Charlie Hebdo, il y avait Bernard Maris, qui signait Oncle Bernard dans le journal, et que j’ai eu comme professeur d’économie à Sciences Po Toulouse. Les mauvaises notes qu’il me donnait ne lui ont pas porté chance…

*

L’académie de poésie Renée Vivien a participé, en 2013, au festival de poésie de Creil, entre Amiens et Paris. Les poètes et les éditeurs étaient nombreux. Plus nombreux que le public. Je crois même que personne ne se trouvait là n’ayant rien à vendre. Il y a là une piquante métaphore, mais je ne suis pas sûr encore de quoi.

*

McLuhan distingue deux formes de rhétorique : hot et cool. L’aphorisme est cool et correspond à notre culture d’écran. On ne peut pas lire un traité sur écran, mais on peut lire un ou deux aphorismes. C’est l’expression cool.

Les livres de la maturité de Nietzsche sont sous cette forme.

*

Tout concept qui devrait être présenté et explicité dans un livre comporte virtuellement, sur un blog, un méta-lien vers sa définition quelque part dans le Web. Par exemple, si j’écris « média cool », c’est comme si l’on pouvait cliquer sur ce binôme pour faire apparaître une nouvelle fenêtre à l’écran, avec plusieurs lignes, ou pages, d’explications. Celui qui a besoin de cliquer clique, celui qui n’en a pas besoin ne clique pas. Comme on trouve tout sur le Web, les spécifications sont virtuellement superfétatoires. Le style, la langue deviennent aphoristiques. C’est un média cool.

*

Notre culture a une tendance prononcée au pastiche et à la parodie. C’est notre façon de faire table rase du passé, mais c’est aussi la preuve d’un certain vide émotionnel. Le vide du consommateur anéanti. Les enfants ne rêvent plus : ils ricanent. Et consomment. C’est sinistre. Et c’est pourquoi McLuhan a écrit : « Un terroriste vous tuera pour voir si vous êtes réel. » (The Global Village) Il est en effet difficile de croire à la réalité des somnambules qui nous entourent, et s’ils ne possédaient encore le caractère ombrageux de l’envieux démocrate (Platon), on ne pourrait peut-être jamais croire à leur réalité.

*

Cela fait des années et des années que je ne lis pas un livre sans faire une recherche systématique du vocabulaire, pour les langues étrangères mais aussi le français. Et après toutes ces années, il est encore bien rare que je lise un livre en français sans rencontrer des mots que je ne connais pas. Ainsi, je me rends compte que ceux qui n’ont pas fait ce travail perdent beaucoup d’information dans chaque livre qu’ils lisent, et c’est sans doute pourquoi, découragées, ils finissent pas ne plus lire que des livres simplistes, qui ne valent rien.

J’ai rempli des cahiers de vocabulaire. Ils sont dans ma bibliothèque. Un jour, la femme d’un ami les voit et me demande : « Ce sont tes œuvres ? » La poison ! Non, mes œuvres, ce sont trois ou quatre maigres recueils (j’ai balancé tous mes cahiers de vers livres !), et ces nombreux cahiers ne sont que du travail ingrat. Et, maintenant, chaque fois que je les vois, chaque fois que je les complète, je crois l’entendre : « Ce sont tes œuvres ? » Non !

*

To Spark or Not To Spark

Après tant d’années d’abstination, ne serai-je pas dans la situation du novice, à qui les premiers joints ne font pas d’effet, un phénomène bien décrit par Howard Becker dans son livre Outsiders et qui permet de comprendre le fameux sketch de Pierre Palmade, à l’époque où il pouvait encore être drôle, sur le type qui dit « Ça me fait rien, votre truc » alors qu’il est en train de délirer grave ? Je me souviens de ma propre expérience : le premier joint n’a pas été le premier trip, et j’ai bien cru un moment que tout cela n’était qu’une immense simulation. Jusqu’au premier trip, au bout de quelques mois. La déception, si je devais revenir à la case départ, serait colossale.

*

Papy Boom

Les vieux vivent des revenus de la retraite, très largement socialisés sous forme de cotisations sociales. La précédente génération, dite du baby boom, cotisait pour très peu de vieux, à la fois parce qu’ils étaient nombreux (baby boom) et parce que la génération qui les précédait avait été décimée par la guerre. Cette génération du baby boom a fait peu d’enfants : la pyramide s’est élargie au sommet et rétrécie au milieu, et, comme nous faisons peu d’enfants nous aussi, elle se rétrécit à la base. Ça devient une pyramide inversée. Du coup, à pensions de retraite égales, la part des revenus consacrés par les actifs à ces cotisations est plus importante. Et ce indépendamment du comportement des actifs et à cause des comportements de la génération précédente.

*

Chère Nicole,

Grâces soient rendue à Allah le Miséricordieux, l’Omniscient par qui la fête du Bon Albert s’est bien passée.

Nous préparons la cérémonie [de remise du prix de poésie Stephen Liégeard] à Brochon. La lecture de pas moins de huit de mes poèmes est prévue, dont quatre par moi-même. Vu que nous sommes trois lauréats, j’espère que le public ne se lassera pas, d’autant plus qu’une classe de lycéens a été réquisitionnée pour l’occasion… Inch’Allah je saurai me montrer à la hauteur de cette épreuve redoutable et resterai ferme dans la voie droite à la manière du Prophète (sur Lui la Grâce et la Bénédiction d’Allah).

J’espère aussi vendre quelques exemplaires : Puisse Allah prêter prenne main forte à Michel pour les produire à temps.

A part ça, tout va bien, bismillah.

Amitiés. Wassalam’ualaikum. (5.9.15)

Réponse de Nicole Lombard : Trahir Apollon et les Muses pour… Enfin, on pourra vous accuser de tout sauf d’islamophobie, mon cher Florent. Michel me dit que vos livres partiront lundi, sauf contretemps du genre fermeture inopinée du bureau de poste ce jour-là (« merci pour votre compréhension ») ou passage d’une course cycliste dans le département. Allah vous permettra-t-il de faire honneur aux vignobles de Brochon ?

Il faut bien pratiquer l’étiquette en vue des changements prochains. Nous autres fonctionnaires sommes particulièrement exposés. Mais j’ai commencé tôt, bismillah.

Merci à Michel pour sa diligence, digne du Prophète (sur Lui la Grâce et la Bénédiction d’Allah). Qu’Allah le Miséricordieux, l’Omniscient ne l’oublie pas au Jour de la Discrimination (entre les croyants et les idolâtres).

Wassalam.

F. Abu Cha’il

PS. Apollon Les Muses est un nom arabe, Al-Buluh al-Mussa, ainsi que nous l’enseigne ce luminaire des sciences, Ibn al-Crouïa de Cordoue.

PS-2. Al-Hamdulillah ! (J’ai oublié de recourir à cette formule protocolaire indispensable : désolé.)

*

« Paris est une ville de vieux. » Dans quelques années, je serai dans mon élément.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer