Tagged: demons

XLII Les Manuscrits du baron de Saxy-Beaulieu

À ceux de mes lecteurs à qui le nom de Saxy-Beaulieu est devenu familier depuis que j’ai publié la lettre de mon lointain parent, le seigneur de Saxy-Beaulieu, au sujet des relations séculaires entre Celtes et Saxons (en anglais, ici), j’ai le regret d’annoncer que ce dernier est décédé de mort naturelle dans le manoir familial la semaine dernière.

Son fidèle serviteur William m’a envoyé des feuillets réunis et portant mon nom, qui m’étaient destinés ; il s’agit de manuscrits de mon parent, qu’il a souhaité me transmettre afin, je pense, que je les publie sur ce blog, dont il avait connaissance et qu’il m’a dit apprécier. Bien qu’il écrivît en dialecte saxon, il traduisit certains de ces textes afin que la postérité en prît connaissance sans avoir à passer par les services de linguistes devenus, selon lui, fort rares dans cette spécialité. Je publie ici ce qu’il a traduit en français, une langue pour laquelle il gardait une certaine affection depuis sa jeunesse et de multiples séjours sur la Côte d’Azur.

***

Quel rapport entre le Dieu du Proslogion, d’Anselme de Canterbury :

« Et certes l’Être qui est tel que rien de plus grand ne puisse être pensé, ne peut être dans la seule intelligence ; même, en effet, s’il est dans la seule intelligence, on peut imaginer un être comme lui qui existe aussi dans la réalité et qui est donc plus grand que lui. Si donc il était dans la seule intelligence, l’être qui est tel que rien de plus grand ne puisse être pensé serait tel que quelque chose de plus grand pût être pensé… »

et le Dieu de la Bible :

« Ils virent le Dieu d’Israël de leurs propres yeux. Il se tenait sur un ouvrage qui semblait de saphir. » (Ex. 24:10)

« Aaron doit revêtir ce vêtement lorsqu’il officie dans la tente. Lorsqu’il entrera dans la tente pour rejoindre le Seigneur, ainsi que lorsqu’il en sortira, les clochettes de son vêtement tinteront. Ainsi, il ne lui arrivera rien. » (Ex. 28:35)

Autrement dit, si Dieu n’entend pas les clochettes, le risque est qu’il se sente menacé et tue les intrus.

« Ceci est une règle imprescriptible pour Aaron et tous ceux qui lui succèdent : ils doivent, avant d’entrer dans la tente pour leurs travaux, se laver les mains et les pieds. » (Ex. 30:21)

Par où l’on voit que Dieu craint les microbes.

« Les tables de la loi étaient le propre ouvrage de Dieu. C’est l’écriture de la propre main de Dieu qui était gravée sur les tables. » (Ex. 32:16)

« Je ne vous accompagnerai pas Moi-même jusque-là. Ce peuple n’en fait qu’à sa tête. Et si Je vous accompagnais, Je sens que Je vous exterminerais en cours de route. » (Ex. 33:3)

Quel rapport ? Mystère…

*

« Les ennemis de la Sophia étaient les Archontes, qui résidaient dans le Mysterium qu’ils avaient créé, ce qui signifie qu’ils étaient les monstres du monde primordial, adonnés à leur démoniaque entreprise de confusion, et les gardiens aux portes des Éons. La Sophia parvint à les rejeter dans l’Abîme. Son ennemi invétéré était l’Archonte du Chaos, Yaldabaoth, moitié flammes et moitié ténèbres. » [J’ignore d’où provient cette citation.]

Celui qui s’engage dans la voie de la gnose entre aussitôt dans le labyrinthe de l’Ennemi. Alors qu’il pénètre plus avant dans la cour du souverain infernal, la hiérarchie des diables qu’il rencontre s’élève par degrés, si bien que, loin de devenir plus tranquille, il subit des attaques toujours plus violentes, qui l’anéantiraient complètement s’il ne se fortifiait en même temps.

La puissance d’un démon se mesure entre autres au nombre d’esprits que celui-ci est capable de posséder simultanément. Et l’individu supérieur qui ne trahit point son principe (le « bon-homme », Guthman ou Guzman) doit tôt ou tard considérer tous les individus qui sont moins avancés que lui au plan spirituel comme des instruments dont se sert le démon pour lui nuire.

Car, comme il est dit que celui qui aura une pollution nocturne sera impur tout le jour suivant et n’approchera point du Tabernacle, et que si c’est un soldat, il passera le jour hors du camp (Deut. 23:9-10), il faut entendre par là que la pollution expose l’individu à la possession démoniaque.

L’impureté du chrétien souillé, quand elle ne fait plus l’objet de prescriptions particulières en termes d’exercice de l’activité ordinaire, est cause que cette activité s’en trouve gravement perturbée, voire foncièrement compromise, et qu’il eût mieux valu pour lui qu’il « quitte le camp » pour un certain temps plutôt que d’y rester, car alors il ne fait rien de bon malgré toute sa bonne volonté. C’est ainsi que, voyant David absent, « Saül ne dit rien ce jour-là ; car, pensa-t-il, c’est par hasard, il n’est pas pur, certainement il n’est pas pur. » (Sam. 20:26)

Or imaginons qu’un individu traverse une foule tandis que le démon dans les quartiers duquel il a pénétré à ce stade de son progrès le guette, il est clair que son ennemi dispose dans cette foule d’une grande quantité de véhicules et d’instruments, dans lesquels il pourra pénétrer et par l’intermédiaire desquels il pourra exercer sa cruauté : tant il est vrai qu’il ne peut se trouver dans cet amalgame qu’une majorité de personnes souillées, et même un grand nombre d‘autres adonnées aux turpitudes de manière habituelle. Et vous voudriez qu’il fût indifférent de traverser une foule !

*

La Recette de l’or

J’ai en ma possession la formule permettant de transformer le plomb en or. L’écrivain mondialement connu August Strindberg, en plus de comprendre et d’écrire un grand nombre de langues (ce qui n’était pas rare à son époque, dans une certaine classe de gens), étudiait et pratiquait avec passion la chimie. Il s’adonnait notamment à des recherches sur la transformation du plomb en or, à laquelle il est parvenu. Il a légué le résultat à la postérité en consignant la méthode dans sa correspondance. Il en fit même l’annonce dans un grand journal parisien (car il vivait à Paris à cette époque), sans susciter apparemment autre chose qu’un silence gêné.

Or il est évident qu’aucun chimiste de profession ne lit la correspondance de Strindberg et qu’aucun professeur de littérature – ces gens ont trop tendance à considérer que les écrivains qu’ils étudient sont eux-mêmes du type des professeurs spécialisés –, s’il tombe sur cette formule ne s’en préoccupera le moins du monde. La découverte de Strindberg est ainsi restée méconnue jusqu’à moi.

[J’ignore, à ce jour, si mon parent a fait usage de cette formule et s’il a pu avoir confirmation de la véracité de l’étonnante assertion de l’écrivain suédois. Dans la mesure où il a cru bon de traduire ce fragment, je me perds en conjectures sur la profondeur de sa conviction – ou de son illusion. J’ai toujours pensé qu’il vivait des revenus de sa propriété mais certains papiers examinés depuis sa mort laissent penser que ces revenus étaient en réalité des plus médiocres… Quoi qu’il en soit, à ceux qui seront en mesure d’en juger, je livre ici les passages de la correspondance de Strindberg recueillis par mon parent ; il s’agit ni plus ni moins de la recette pour créer de l’or, selon Strindberg.]

J’ai découvert que pendant dix ans j’ai fait de l’or mais que je l’ai jeté car il s’est présenté noir comme de la suie et marron comme du tabac à priser. Mais je ne suis pas en état de me démener car personne ne se laissera convaincre. Voici une recette que tu pourras utiliser après ma mort.

Recette

Sulfate de fer (vitriol vert), nitrate de cuivre,  nitrate d’argent : solutions extrêmement diluées

(De préférence au chaud avec un papier au fond de la cornue)

Peut être varié infiniment par un solvant et un réactif.

C’est là le secret : de sorte que l’on peut faire tous les métaux à partir de leurs propres solvants et réactifs. Mais l’or, on doit le faire à partir d’un sel de cuivre et d’un sel d’argent que l’on précipite avec du sulfate de fer et de l’acide oxalique, ou avec du tartrate d’ammonium, ou avec du chlorure d’étain ou avec du sulfate de protoxyde de mercure.

L’argent doré que tu as vu se fait ainsi : on laisse nager des feuilles d’argent dans une solution diluée de CuSo4 + FeSo4 + NaSo2 ; et puis on chauffe. Griller dans du borax, dissoudre dans de l’eau, on verra alors le liquide bleu aux reflets bruns qui est la caractéristique d’une solution d’or. » (Lettre du 6 juillet 1906 à Harriet Bosse)

&

C’est un fait que j’ai fabriqué de l’or et que j’ai écrit là-dessus, que j’ai analysé, etc. et que je peux le prouver, mais la production en grand ne m’intéresse pas ; j’aimerais cependant que vous le croyiez.

Expérience : prenez un corps qui se développe sans faute de l’oxalate de fer, fait de vitriol de fer bleu-vert sans tache jaune ; de l’eau distillée, encore de l’oxalate neuf et de l’acide citrique ou acétique (quelques gouttes). Versez le tout dans une assiette creuse blanche (une demie) et posez-la devant vous en pleine lumière du jour.

Prenez maintenant le flacon d’ammoniac et promenez-le lentement au-dessus de la surface du liquide, qui coagule et se couvre de plaques graisseuses.

Agitez l’assiette de manière à briser les plaques. Revenez avec l’ammoniaque. Laissez reposer ! Agitez ! revenez avec l’ammoniaque !

Quand les plaques graisseuses prennent des reflets jaunâtres et se présentent en plus grande densité, écumez-le et posez-le sur des bandes de papier, de préférence du papier parcheminé ou du papier à lettres opalin et laissez sécher sans feu ni soleil. Ceci est de l’or, mais si finement réparti que l’acide azotique ou chlorhydrique le dissout.

Remarquez bien : l’or battu en feuilles se dissout sous l’effet de l’acide azotique ou chlorhydrique et il n’y a pas là de preuve a contrario.

Quand les bandes de papier ont séché, mettez-les dans une boîte de porcelaine et passez dessus du mercure ; agitez. L’or s’amalgame avec le mercure. Le fer ne le fait pas ! Nota Bene !

Versez finalement le mercure dans un tout petit flacon et vous verrez l’or joliment jaune, qui ne s’amalgame cependant pas encore. Mais versez dans le flacon quelques gouttes d’une solution d’alun, de salpêtre et de sel de cuisine. Agitez ! Vous verrez l’or perdre sa couleur jaune, s’amalgamer et disparaître dans le mercure.

Si on distille le mercure dans une cornue, l’or reste au fond, mais ce n’est toujours pas de l’or, ce peut être une poudre noire ou brune. On la laisse fondre dans une cuillerée de borax (et de salpêtre ?)

Pourquoi est-ce de l’or ? Une autre fois ! mais faites bien attention : le Ferrocyanure jaune avec des sels d’or donne du bleu de Prusse, aussi bien qu’avec des sels de fer ! Et la réaction ferrugineuse prouve seulement qu’il y a du fer, ce sont on ne doute pas, mais l’or y est aussi.

(Une autre méthode : dans un baquet on met de la couperose verte, un peu de couperose de cuivre, du chlorhydrate d’ammoniaque. On y verse un peu d’ammoniaque et on remplit aussitôt le baquet d’eau. Si on le fait le soir, on ramasse un bel or le lendemain matin, de préférence dehors.)

En photographie, on voit souvent du chlorure d’argent violet « noirci par la lumière ». Cet Ag2Cl me semble être de l’oxyde d’or = Au2O3H3

Ag2Cl = 247

Au2O3H3 = 247

Expérience : Chauffez le chlorure d’argent violet à 100°. Il doit maintenant prendre une teinte châtain et être de l’Au2O3H3 = de l’oxyde d’or. Dissolvez cette matière châtain dans un mélange d’acide sulfurique et d’acide azotique. Délayez ensuite avec de l’eau pure et l’or se déposera métallique, visible. Mais il peut aussi se déposer sous la forme d’une poudre noire ou brune. (À fondre avec le borax !)

« Étrange coïncidence : »

La couperouse verte précipite de l’or de ses sels !

L’acide oxalique précipite de l’or de ses sels !

L’acide acétique précipite de l’or de ses sels !

Comment le photographe a-t-il eu l’idée de les réunir ?

Voyez-vous : il transmue l’argent en or. Et quand le nitrate d’argent devient violet à la lumière, il devient de l’or.

Expérience : prenez une solution d’oxyde d’argent traité à l’acide tartrique et faites précipiter avec du fer passé à l’acide tartrique. Dans le livre on dit qu’il se dépose un argent jaune. Faites cette expérience et remettez l’argent jaune à un orfèvre et demandez-lui seulement : – Combien de carats, cet or ? Mais ne lui dites rien du procédé par lequel vous l’avez obtenu ! Faites-le !

Des objets en ivoire deviennent joliment dorés si on s’en sert pour repêcher les plaques d’or ; de même la porcelaine mate et le biscuit. (Lettre du 6 juillet 1896 à M. Torsten Hedlund)

*

Strindberg n’eut jamais que des paroles de mépris pour les théosophes à la Blavatsky, qui exercèrent toutes sortes de pressions sur lui pour qu’il rejoignît leur mouvement et en vinrent même, dit-il, à le persécuter.

Quand Strindberg parle des « théosophes », il se réfère à des auteurs plus anciens que Blavatsky, et en particulier à Swedenborg. Ces auteurs n’ont rien à voir avec la société qui a pris ce nom.

La Chaîne de la Théosophie

De 1704 à 1707, Konrad Dippel de Frankenstein vécut à Berlin, où il pratiqua l’alchimie, cherchant à transmuter le plomb en or.

Il est celui qui introduisit le terme ou le concept de « Lumières » (aufgeklärt) dans la littérature :

Es suchten nemlich die aufgeklärte und erleuchtete Gemüther/ durch die Bibel das Recht der Natur zu verjagen/ und wenn ihnen den dieser Schein-heilige Anschlag gelungen wäre/ so würden sie sich bemühen/ die Bibel/ durch ihre Erleuchtungen ebenmäßig zu vertreiben/ damit sie/ wenn solche Mittel denen Menschen aus den Händen gedrehet wären/ sich eines Dominats desto sicherer über Selbige anmassen könten.

L’huile éthérique qui porte son nom (Dippels Tieröl) était selon ses dires Elixir vitae, c’est-à-dire un remède universel. Elle fut utilisée contre les vers et pour le traitement de l’épilepsie. Il découvrit avec Johann Diesbach la formule du bleu de Prusse, le premier pigment synthétique.

En tant qu’alchimiste, il était convaincu de la possibilité de transférer les âmes d’un corps à l’autre et pratiqua diverses expériences à cet effet sur des cadavres. Il conduisit également des expériences avec des explosifs.

De 1716 à 1718, Swedenborg publia une revue scientifique, le Daedalus Hyperboreus, recensant notamment les découvertes et inventions scientifiques et mécaniques de son époque. Il y décrit une précoce et étonnante machine volante.

En 1735, il publia le court texte De Infinito, dans lequel il discute les modalités des relations entre le limité et l’infini. Il déclare que l’âme a un substrat dans la substance matérielle. Dans son ouvrage ultérieur Regnum animale, il cherche à expliquer l’âme du point de vue anatomique.

Swedenborg, qui fut proche de Dippel, continua de le fréquenter, après la mort de celui-ci, dans le monde des esprits.

Plus tard, Strindberg, qui se déclara disciple de Swedenborg, parvint à transmuter le plomb en or, ce dont il témoigne dans sa correspondance.

*

Contribution à l’étude des relations entre paganisme, judaïsme et christianisme
à l’aube de ce dernier

Certains admirateurs de l’Empire romain font valoir les mérites du paganisme ancien et de son système politique en opposition à la fois au judaïsme et au christianisme ou, si vous voulez, au judéo-christianisme, dans un sens peu conforme à la réalité historique.

Voyons tout d’abord ce qu’était la relation entre le premier César et les juifs, avant l’apparition du christianisme. Dans les Vies des douze Césars de Suétone, on peut lire ce passage décrivant les funérailles de Jules César :

« Une foule d’étrangers prirent part à ce deuil public, et s’approchèrent tour à tour du bûcher, en manifestant leur douleur, chacun à la manière de son pays. On remarqua surtout les Juifs, lesquels veillèrent même, plusieurs nuits de suite, auprès de ses cendres. »

Une note ajoute : « César leur avait accordé (aux juifs) divers privilèges. » Il leur permit de rebâtir les murailles de Jérusalem. Mais, plutôt que de les paraphraser, voici ce que disent les édits de Jules César en faveur des juifs :

Nous Caïus César, Empereur, dictateur, consul pour la cinquième fois, ordonnons tant par des considérations d’honneur, de vertu et d’amitié, que pour le bien et l’avantage du Sénat et du peuple romain ordonnons :

que Hyrcan, fils d’Alexandre, et ses enfants seront Grands-Prêtres et souverains sacrificateurs de Jérusalem et de la nation juive ;

qu’on diminuera des impôts aux juifs dans la seconde année de leurs revenus et qu’ils seront exempts de toutes impositions ;

que les habitants de la ville de Jérusalem paieront tous les ans un tribut dont la ville de Joppé sera exempte, mais qu’ils ne paieront rien la septième année sabbatique, parce qu’ils ne sèment point et ne recueillent point les fruits des arbres ;

qu’ils paieront dans Sidon de deux ans en deux ans un tribut qui consiste au quart des semences, ainsi que les dîmes à Hyrcan et à enfants comme l’ont payé vos prédécesseurs.

&

Nous Caïus César informons les magistrats des Parianiens que des juifs de diverses provinces sont venus nous voir à Délos pour se plaindre de la défense que vous leur avez faite de vivre selon leurs lois et de faire des sacrifices, ce qui est une rigueur contre nos amis et alliés que nous ne pouvons souffrir, puisqu’on leur permet même dans Rome de pratiquer ces coutumes. Même si par ce même édit nous interdisons de faire des rassemblements publics dans Rome, nous exceptons les juifs de cette interdiction.

En outre, César négocia un traité de confédération avec l’État des juifs. L’empereur étant mort subitement au cours de ces tractations, le traité fut présenté au Sénat par Antoine et Dolabella pour ratification. Le Sénat confirma cette proposition et l’érigea en traité d’alliance et de confédération. Jules César et le Sénat concevaient ainsi l’Empire romain comme une confédération avec l’Etat hébreu (ce qui n’est pas sans rappeler d’une certaine manière les actuelles relations, depuis des décennies, entre les États-Unis d’Amérique, première puissance mondiale, et l’État d’Israël, même s’il n’est pas encore question d’une confédération de jure entre les deux).

En matière religieuse, l’Empire romain faisait une différence entre le légal (religio licita) et l’illégal (religio illicita) : le judaïsme était une religio licita, le christianisme fut une religio illicita punie des arènes et du supplice des bêtes sauvages.

Contrairement à une idée répandue, notamment depuis Gibbons, qui prétend que le christianisme recrutait presque exclusivement dans le prolétariat et qu’il en reçut l’empreinte, le patriciat romain occupe une place de choix parmi les premiers saints et martyrs de l’Église chrétienne. Ces vieilles familles romaines, ou ce qu’il en restait, avaient sans doute mesuré la décadence de cet empire adonné à tous les cultes zoophiliaques de l’Orient empoisonné, de Caligula à Héliogabale en passant par Néron, autre grand ami des juifs, dont la cour en comptait un grand nombre, toujours selon Suétone. Le patriciat romain a donné beaucoup de son sang pour la foi chrétienne. (Peut-être est-ce d’ailleurs surtout une affaire de femmes, de matrones romaines voyant dans le christianisme un mouvement susceptible de les libérer de l’état d’esclavage dans lequel elles étaient maintenues : à creuser.)

*

Une église hiérarchique et centralisée comme l’Église catholique ne peut fonctionner sans Saint-Office, c’est-à-dire sans l’Inquisition.

C’est le Saint-Office qui a révélé l’existence des « prêtres judaïsants », c’est-à-dire des juifs convertis et devenus prêtres qui corrompaient le culte de l’intérieur et vouaient ainsi les fidèles à la damnation éternelle en raison des erreurs hérétiques dans lesquelles ceux-ci étaient induits. Le Saint-Office, après enquête, livrait ces prêtres au bras séculier qui les conduisait au bûcher. Certains s’enfuyaient à Constantinople, chez les Turcs.

De même, le P. Pierre Damien avait dénoncé, dans Le Livre de Gomorrhe, le complot des pédérastes au sein de l’Église au douzième siècle : les prêtres pervers confessaient eux-mêmes leurs diacres sodomites et la cabale se répandit jusqu’aux plus hautes sphères ecclésiastiques, allant jusqu’à falsifier les documents canoniques relatifs à la sodomie dans un sens hérétique.

[Je présenterai ultérieurement le film mexicain Satánico pandemonium – La Sexorcista (1975) de Gilberto Martínez Solares afin de discuter le thème de l’hypocrisie ou de la fausseté, et de ses conséquences, dans le contexte de la direction spirituelle.]

Thai Mysteries / ความลึกลับไทย

กาฬาวก. ชื่อช้างตระกูล ๑ ใน ๑๐ ตระกูล กายสีดํา ช้าง ๑๐ ตระกูล คือ ๑. กาฬาวกหัตถี สีดํา ๒. คังไคยหัตถี สีเหมือนสีน้ำไหล ๓. ปัณฑรหัตถี สีขาวดังเขาไกรลาส ๔. ตามพหัตถี สีทองแดง ๕. ปิงคลหัตถี สีทองอ่อนดั่งสีตาแมว ๖. คันธหัตถี สีไม้กฤษณา มีกลิ่นตัวหอม ๗. มงคลหัตถี สีนิลอัญชัน มีกิริยาท่าทางเดินงดงาม ๘. เหมหัตถี สีเหลืองดั่งทอง ๙. อุโบสถหัตถีสีทองคํา ๑๐. ฉัททันตหัตถี กายสีขาวบริสุทธิ์ดั่งสีเงินยวง แต่ปากและเท้าสีแดง. / “ช้าง ๑๐ หมู่” หรือ ช้าง ๑๐ ตระกูล ในคัมภีร์ไตรภูมิโลกวินิจฉัย ได้แก่ กาฬาวกหัตถี (ช้างดำ) คังเคยยหัตถี (ช้างที่เกิดแถบแม่น้ำคงคา) ปัณฑรหัตถี (ช้างเผือก) ตัมพหัตถี (ช้างแดง) ปิงคลหัตถี (ช้างเหลือง) คันธหัตถี (ช้างที่มีกลิ่นหอม) มงคลหัตถี(ช้างที่เดินงาม) เหมหัตถี (ช้างสีเหลืองดั่งทอง) อุโบสถหัตถี (ช้างสีทอง) และ ฉัททันตหัตถี (พญาช้าง). Galawaga. One of the ten families of elephants, namely: 1 Galawaga-Hati (black elephant); 2 Dangkai-Hati (colour like that of running water); 3 Pantara-Hati (silver white); 4 Tamop-Hati (copper); 5 Pingkon-Hati (pale gold, like a cat’s eye); 6 Kanta-Hati (colour of eaglewood, and the elephant emanates a sweet fragrance); 7 Mongkon-Hati (colour of blue pea vine, and its motions are graceful); 8 Hem-Hati (yellow like gold); 9 (platinum); 10 Chattan-Hati (pure white like smolten silver, but mouth and feet are red). / Other definition: The ten families of elephants in the Triphum [cosmology scriptures] are: 1 black elephant; 2 elephant born in the Ganges; 3 albino elephant; 4 red elephant; 5 yellow elephant; 6 fragrant elephant; 7 graciously moving elephant; 8 gold-yellow elephant; 9 golden elephant; 10 king of elephants. [As one can see, the two lists are only partially concurring. Furthermore, the first list does not mention any legendary aspect in these elephant families, as if they were applying to real world elephants. Although the colours ascribed to some of these elephants may seem rather odd, the system could well serve to distinguish different skin nuances of elephants from the real world. The second source, however, indicates that these elephants are mythical.]

กิงบุรุษ. สัตว์ชนิดหนึ่งในนิยาย ตัวเป็นม้า หัวเป็นคน แต่ตามคติไทยว่า เป็นอมนุษย์พวกหนึ่งอยู่ในป่าหิมพานต์ ท่อนล่าง เป็นนก ท่อนบนเป็นคน. Kingburut. A legendary animal having the body of a horse and a human face. In Thai folklore, however, it is a creature with the lower half being of a bird, the upper half of a man, and living in Himmapan forest [the forest surrounding Mount Meru, which is, in Hindu mythology, the sacred mountain at the centre of the universe]. กินนร. อมนุษย์ในนิยาย มี ๒ ชนิด ชนิดหนึ่งเป็นครึ่งคนครึ่งนก ท่อนบนเป็นคน ท่อนล่างเป็นนก อีกชนิดหนึ่งมีรูปร่างเหมือนคน เมื่อจะไปไหนมาไหน ก็ใส่ปีกใส่หางบินไป. Kinnon. A legendary creature of which two different species exist, one being half-bird and half-human (upper part human, lower part bird-like), the other having a man-like appearance and a flying motion with wings and tail. กินรี. กินนรเพศหญิง. Kinari. A female kinnon. [According to some other definitions than those given here, kinnon is the generic name, kinari the female, and kingburut the male.]

แก้วสารพัดนึก. แก้วที่เชื่อกันว่า ถ้าผู้ใดมีอยู่แล้ว นึกอะไรได้อย่างใจ. Keow-Sanpat-Neuk. “Wish crystal,” a magic crystal enabling its owner to realize his or her wishes.

ขษีณาศรพ. ผู้สิ้นกิเลสแล้ว หมายถึง พระอรหันต์ (สก. สิ้นไป + กิเลส). Ka-Si-Nasop. A person beyond desire, i.e. an arahant (awakened), a Buddhist saint. (from Sanskrit: beyond desire).

คันธกุฎี. กุฎีที่มีกลิ่นหอม หมายถึง หมู่กุฎีที่สร้างขึ้นเป็นพิเศษสำหรับเป็นที่ประทับของพระพุทธเจ้าที่เชตวัน ตัวคันธกุฎีได้สร้างแยกไว้ต่างหาก ส่วนสิ่งก่อสร้างอื่นที่เห็นเด่นชัดเรียกว่า บริเวณคันธกุฎี. Kantakuti. “Perfumed cell”; the cell that was built as a residence for the Buddha in Jetavana (India).

ครุฑี. ครุฑตัวเมีย. Krutee. A female garuda. (The garuda is the legendary birdlike creature that serves as heraldic emblem of Thailand.)

ฉัทันต์. ๑ ชื่อช้างตระกูล ๑ ใน ๑๐ ตระกูลเรียกว่า ฉัททันตหัตถี กายสีขาวบริสุทธิ์ดั่งสีเงินยวง แต่ปากและเท้าสีแดง. ๒ ชื่อสระใหญ่สระ ๑ ในสระทั้ง ๗ ในป่าหิมพานต์. Chattan. 1 One of the ten families of elephants (see Galawaga). 2 A large pond among the seven ponds of Himmapan forest.

ฉัพพรรณรังสี. รัศมี ๖ ประการ คือ ๑ สีนีละ (สีเขียวเหมือนดอกอัญชัน คือสีน้ำเงินนั่นเอง) ๒ สีปีตะ (สีเหลืองเหมือนหรดาลทอง) ๓ สีโรหิตะ (สีแดงเหมือนแสงตะวันอ่อน) ๔ สีโอทาตะ (สีขาวเงินยวง) ๕ สีมัญเชฏฐะ (สีแสดเหมือนหงอนไก่) ๖ สีประภัสสร (สีเลื่อมพรายเหมือนแก้วผลึก). คือสีที่แผ่ออกจากพระวรกายขององค์สมเด็จพระสัมมาสัมพุทธเจ้า. ธงฉัพพรรณรังสี. ธงศาสนาพุทธ. Chappana-Rangsi. A light of six colours, namely: blue like the flower of the aloes (butterfly pea, blue pea vine), yellow like golden realgar, red like a setting sun, white like a silver plate, orange (“swan’s leg”) like the flower of the Chinese burr or like a chicken comb, and shiny like a crystal. This is the halo emanating from Buddha’s body. Tong-Chappana-Rangsi. “The Six-Colors Beam Flag”: the Buddhist religion’s flag.

ชินาลัย. ที่อยู่ของพระพุทธเจ้า. Chinalay. Abode of the Buddha.

ตบะ. “ความเพียรเครื่องเผาผลาญกิเลส” คือ พิธีข่มกิเลสโดยทรมานตัว. ข้อปฏิบัติ ของพระพุทธศาสนา หมายถึงการทำความเพียรเพื่อกำจัดกิเลสออกจากจิต การรักษาศีล การทำสมาธิ การรักษาธุดงค์ ฯลฯ เป็นตบะทั้งสิ้นความอดทนอย่า. Tapa. “Penance”, i.e. the suppression of desire through physical mortification. In Buddhist religion, it means the evacuation of desire from the mind through the practice of religious precepts, meditation, patience, tudong [taking the road as a form of merit-making and other monk practices], etc.

ทองพระขุน. ขุนเพ็ด, ปลัดขิก,อ้ายขิก. รูปอวัยวะอันเป็นองค์กำเนิดของชาย, รูปของลับของชาย. Tong-Pra-Kun, or Kun-Pet, or Palat-Kik, or Ay-Kik. A carved figure of the masculine genitals [serving as amulet].

ทัณฑิมา. ชื่อนกในพวกสัตว์หิมพานต์ รูปเป็นครุฑถือกระบอง. / ชื่อนกในนิยาย หัวเป็นนกตัวเป็นครุฑ ถือไม้เท้าอยู่ในป่าหิมพานต์. Tantima. A bird in Himmapan forest having the appearance of a garuda holding a club. Other definition: A legendary bird in Himmapan having a birdlike head and the body of a garuda, and holding a staff.

ทางใน. การหยั่งรู้ด้วยพลังจิต โดยปริยายหมายถึงการนึกเดาเอาเอง. Tang-Nai. “The Inner Way,” the foreseeing of things to come through mental exertion; in the figurative sense it means a correct guess.

ทานพ, ทานา. ภูตจำพวกหนึ่ง ซึ่งกล่าวว่าเป็นแทตย์หรืออสูร เป็นศัตรูต่อพวก เทวดา กล่าวว่าเป็นลูกของนางทนุ และพระกัศยป มีจำนวน ๔๐ บ้าง ๑๐๐ บ้าง. Tanop, or Tana. A kind of demons, daityas or asuras, enemies of the devas; they are said to be the offspring of Mother Nang Tanu and Father Pra Katsayop, and number either 40 or 100.

โทหฬะ. ๑ ความปรารถนาของหญิงตั้งครรภ์ ๒ ความแพ้ท้อง. Tohala. 1 Desires of a pregnant woman. 2 Morning sickness (in pregnancy).

ธไนศวรรย์. อิสรภาพเหนือทรัพย์. Tanaisawan. Freedom from riches.

บังสุกุล. เรียกผ้าที่พระภิกษุชักจากศพ หรือที่ทอดไว้หน้าศพ. Bangsukun. The garment worn by a monk, taken from a corpse over which it was laid.

ปลุกผี. นั่งบริกรรมคาถาจนกระทั่งผีลุกขึ้นมาหรือปรากฏกาย เพื่อใช้ให้ไปทําประโยชน์ตามที่ตนปรารถนา หรือเพื่อลนเอานํ้ามันจากคางผีตายทั้งกลม ที่เรียกกันว่า น้ำมันพราย สำหรับดีดให้หญิงหลงรัก. Pluk-Pi. “Call the Ghost,” to recite incantations until a ghost materializes, in order to make it act according to one’s wishes; to collect a certain oil from the ghost of a woman who died giving birth, used to make women fall in love.

ปลุกพระ. บริกรรมคาถาเสกพระเครื่องเพื่อให้เกิดความขลัง. Pluk-Pra. “Call the Blessed,” to recite incantations upon an amulet in order to activate its magic.

ไปศาจี. ๑ ภาษาของผี. ๒ เป็นชื่อภาษาหนึ่งในอินเดีย. Paisatjee. 1 The language of ghosts. 2 A certain language in India.

ผีดิบ. ๑ ศพที่ยังไม่ได้เผา. ๒ ผีที่ยังไม่ได้เผา. Pi-Dip. 1 An uncremated body. 2 Ghost of an uncremated body; undead.

พระผอม, หลวงพ่อผอม. พระพุทธเจ้ารูปปางบำเพ็ญทุกรกิริา. Pra-Pom, or Luang-Po-Pom. Emaciated Buddha, a Buddha image showing the Buddha practising self-mortification.

พระรอด. ชื่อพระเครื่องชนิดหนึ่งของลําพูน. Pra-Rot. An amulet of a kind from the province of Lamphun. [This is the only case I know of a geographical origin for a type of amulet.]

พิสมร. เครื่องรางชนิดหนึ่งรูปสามเหลี่ยมหรือสี่เหลี่ยม ร้อยสาย สำหรับป้องกันอันตราย ม้วนร้อยสลับกับตะกรุด. Pitsamon. An amulet in triangle or square form, made of thread, and used to ward off danger. Can be strung together with takrut. [For a definition of the takrut, and of other amulets, see also my Thai-French Glossaire here]

พุทธังกูร. หน่อพระพุทธเจ้า คือผู้ที่จะได้เป็นพระพุทธเจ้าในภายภาคหน้า. Puttankun. A Buddha child, i.e. a person who will be Buddha in the future.

พุทธันดร. เวลาระหว่างพระพุทธเจ้าองค์หนึ่งกับอีกองค์หนึ่งบังเกิดขึ้น. Puttangon. The time span between one living Buddha and the birth of the next.

มรณภาพ. ความตาย, ตาย (ใช้แก่พระสงฆ์). ex. ชาวพุทธมีความเชื่อว่าพระสงฆ์ที่มรณภาพทั้งผ้าเหลือง จะไปเกิดเป็นพระภูมิเจ้าที่. Moranapap. To die, or death (used for monks). Ex. Buddhists believe that monks who die in their yellow robes will be born as guardian spirits (pra-pum).

มหาธาตุ. พระอัฐิธาตุของพระพุทธเจ้า พระบรมธาตุ หรือ พระบรมสารีริกธาตุ ก็เรียก . เรียกพระสถูปเจดีย์หรือพระปรางค์ที่บรรจุพระบรมธาตุ ว่า มหาธาตุ. Mahatat. A relic of the Buddha. Shrines or pagodas that enclose such relics are called relics temples (wat-mahatat).

มหาอุจ. ดาวพระเคราะห์ที่ทรงคุณสูงเด่น ทําให้เจ้าดวงชะตามีความเจริญรุ่งเรือง. Mahaoot. A planet that confers eminent benefits and makes one’s fate successful.

เมรุพระบุพโพ. เมรุขนาดน้อย สำหรับถวายพระเพลิงพระบุพโพ (น้ำเหลือง) ส่วนใหญ่จะทำที่วัดมหาธาตุ ฯลฯ (ศัพท์พระราชพิธี) Meru-Bup-Po. A small size crematory that serves to cremate the lymph (“yellow water”), mostly used in relics temples (royal ceremonies vocabulary).

ระลึกชาติ. ระลึกถึงความเป็นไปในชาติก่อน. Raleuk-Chat. “Life-Recall,” to remember former lives.

ลองของ. ทดลองดูว่าเครื่องรางของขลังนั้นจะขลังจริงหรือไม่. Long-Kong. To test whether the power of an amulet is effective or not.

วนัปติ. ไม้ใหญ่, พญาไม้, ผีเจ้าป่า. Wanapa. A big tree. A banyan tree, lit. “king of trees.” A spirit of the forest.

ศรภ, ศรภะ. สัตว์ในนิยาย ถือกันว่า มี ๘ เท้า มีแรงมากกว่าช้างและสิงโต. Sarapa. A legendary animal believed to have eight feet and more strength than the elephant and the lion.

สมผุส, สัมผุส. การคำนวณหาองศาทางโหราศาสตร์เกี่ยวกับโลกและดาวพระเคราะห์เล็งร่วมกัน. Somput, or Samput. Astrological computation (evaluating conjunctions between the earth and other planets). [Monks practice it.]

สมพงศ์. การร่วมวงศ์หรือตระกูลกัน (โหร) วิธีคํานวณว่าหญิงชายที่จะเป็นคู่ครองกันมีชะตาต้องกันหรือไม่. / คำนวณวัน เดือน ปีเกิดคู่หญิงชายว่าจะอยู่กินเป็นสุขหรือไม่. Sompong. An astrological practice intended to determine whether a man and woman who are to marry have concurring fates or not. / An astrological examination of the birth dates of future spouses in order to determine whether their home life will be happy or not. [Monk practice it.]

สะลาบ. ผิวของพิมพ์หล่อพระที่แตกออกเป็นกาบเล็ก ๆ เมื่อความร้อนลดลงกะทันหัน. Salap. Small peels that burst out from the mold of an amulet when heat decreases abruptly.

สาลิกา. ชื่อเครื่องรางชนิดหนึ่ง เป็นตะกรุดดอกเล็กๆ อมไว้ในปาก ว่ามีสรรพคุณทำให้คนรัก. Salika. An kind of amulet, which is a takrut of very small size kept in the mouth and believed to make people fall in love with the owner.

สินี. นางผู้มีเนื้อขาว, นางงาม. Sini. A white-skinned woman, a beautiful woman. [The word “fair” in English conveys same both meanings.]

สุธาสินี. ผู้กินอาหารทิพย์ คือ เทวดา. สุธา. น้ำทิพย์, น้ำอมฤต, อาหารทิพย์. Sutasini. One that eats preternatural viands, i.e. a deva. From Suta. Preternatural water, amrit water, ambrosia.

เสกเป่า. Sek-Pao. “Blow the magic,” to consecrate something by breathing on it after pronouncing a religious formula.

โสสานิกะ. ๑ ผ้าทิ้งไว้ที่ป่าช้า. ๒ ผู้อยู่ในป่าช้า. Sosanika. 1 A garment left in a cemetery. 2 A person living in a cemetery [For example I found ภิกษุโสสานิกะ, a monk].

หงส์. นกในนิยายถือว่าเป็นนกในตระกูลสูง มีเสียงไพเราะ เป็นพาหนะของพระพรหม. Hong. A legendary bird of noble lineage, his cry is melodious, and he serves as a vehicle to Brahma. [Has given his name to the swan in Thai language.]

หวอด. ฟองน้ำที่ปลาบางชนิดพ่นไว้สำหรับเก็บไข่. Wot. A nest of clustering bubbles that some species of fishes build by blowing in order to keep their eggs inside. [Known as fish foam.]

แหนง. พิธีทางไสยศาสตร์อย่างหนึ่งที่ทำให้ผู้หญิงไม่ได้แต่งงานตลอดไป. Neng. A black magic ceremony intended to prevent a woman from ever marrying.

เหรา. สัตว์ในนิยายมีรูปครึ่งนาคครึ่งมังกร. Hera. A legendary animal, half-naga half-dragon. [The naga is the famous legendary snake of South Asian lore.]

อนงค์. ผู้ไม่มีตัวตน เป็นชื่อกามเทพ เทวดาองค์นี้ถือธนูและศรทำด้วยดอกไม้. Anong. “Incorporeal being,” a name of Kam-Tep, the Love God, represented with a bow and arrows made of flowers.

อนันตริยกรรม. กรรมที่ให้ผลไม่เว้นระยะ คือ กรรมที่เป็นบาปหนักที่สุด มี ๕ อย่าง คือ ๑. ฆ่าบิดา ๒. ฆ่ามารดา ๓. ฆ่าพระอรหันต์ ๔. ทําให้พระกายพระพุทธเจ้าห้อเลือด ๕. ทําให้สงฆ์แตกแยกกัน. Anantriyakam. The five greatest sins, i.e. 1 to kill one’s father; 2 to kill one’s mother; 3 to kill a saint (arahant); 4 to bruise a Buddha’s body [not a common one, I guess]; 5 to make a monk break its vows.

อภิญญา. ความรู้อย่างสูง, ความรู้ยิ่งในพระพุทธศาสนามี ๖ อย่าง คือ ๑. อิทธิวิธิ แสดงฤทธิ์ได้ ๒. ทิพโสต หูทิพย์ ๓. เจโตปริยญาณ รู้จักกำหนดใจผู้อื่น ๔. ปุพเพนิวาสานุสติญาณ ระลึกชาติได้ ๕. ทิพจักขุ ตาทิพย์ ๖. อาสวักขยญาณ รู้จักทำอาสวะใ. Apinya. “The Highest Forms of Wisdom,” in the Buddhist religion there are six: 1 ability to perform magic deeds; 2 clairaudience; 3 detecting others’ intentions; 4 recalling former lives; 5 second sight or clairvoyance; 6 overcoming desire.

อรหัน. ๑ ชื่อสัตว์ในนิยาย มี ๒ เท้า มีปีกคล้ายนก หัวคล้ายหัวคน. ๒ ผู้วิเศษ. Orahan. 1 A legendary animal having two feet, and wings, and a man-like face. 2 A wizard.

อัมพุชินี. สระบัว,หนองบัว. Ampuchini. A lotus pond.

โอปปาติกะ. ผู้เกิดผุดขึ้นโดยไม่ต้องอาศัยพ่อแม่ อาศัยอดีตกรรมได้แก่เทวดา พรหม สัตว์นรก เปรต อสุรกาย อุปปาติกะ ก็เรียก. Oppatika. Creatures born without the intervention of parents, and having no past karma; a name applied to devas, Brahma, hell beasts, evil spirits, and asuras. [Included in the devas are garudas and nagas, of which only some kinds, however, are born oppatika.]

Sources: Mainly Sanook and Longdo online dictionaries. The English transcription of Thai words is my doing, as well as the English translation of definitions. My personal comments are to be found inside the symbols [].

November 2014

This is a supplement to the Thai-French Glossaire here.