Tagged: alchimie

XLII Les Manuscrits du baron de Saxy-Beaulieu

À ceux de mes lecteurs à qui le nom de Saxy-Beaulieu est devenu familier depuis que j’ai publié la lettre de mon lointain parent, le seigneur de Saxy-Beaulieu, au sujet des relations séculaires entre Celtes et Saxons (en anglais, ici), j’ai le regret d’annoncer que ce dernier est décédé de mort naturelle dans le manoir familial la semaine dernière.

Son fidèle serviteur William m’a envoyé des feuillets réunis et portant mon nom, qui m’étaient destinés ; il s’agit de manuscrits de mon parent, qu’il a souhaité me transmettre afin, je pense, que je les publie sur ce blog, dont il avait connaissance et qu’il m’a dit apprécier. Bien qu’il écrivît en dialecte saxon, il traduisit certains de ces textes afin que la postérité en prît connaissance sans avoir à passer par les services de linguistes devenus, selon lui, fort rares dans cette spécialité. Je publie ici ce qu’il a traduit en français, une langue pour laquelle il gardait une certaine affection depuis sa jeunesse et de multiples séjours sur la Côte d’Azur.

***

Quel rapport entre le Dieu du Proslogion, d’Anselme de Canterbury :

« Et certes l’Être qui est tel que rien de plus grand ne puisse être pensé, ne peut être dans la seule intelligence ; même, en effet, s’il est dans la seule intelligence, on peut imaginer un être comme lui qui existe aussi dans la réalité et qui est donc plus grand que lui. Si donc il était dans la seule intelligence, l’être qui est tel que rien de plus grand ne puisse être pensé serait tel que quelque chose de plus grand pût être pensé… »

et le Dieu de la Bible :

« Ils virent le Dieu d’Israël de leurs propres yeux. Il se tenait sur un ouvrage qui semblait de saphir. » (Ex. 24:10)

« Aaron doit revêtir ce vêtement lorsqu’il officie dans la tente. Lorsqu’il entrera dans la tente pour rejoindre le Seigneur, ainsi que lorsqu’il en sortira, les clochettes de son vêtement tinteront. Ainsi, il ne lui arrivera rien. » (Ex. 28:35)

Autrement dit, si Dieu n’entend pas les clochettes, le risque est qu’il se sente menacé et tue les intrus.

« Ceci est une règle imprescriptible pour Aaron et tous ceux qui lui succèdent : ils doivent, avant d’entrer dans la tente pour leurs travaux, se laver les mains et les pieds. » (Ex. 30:21)

Par où l’on voit que Dieu craint les microbes.

« Les tables de la loi étaient le propre ouvrage de Dieu. C’est l’écriture de la propre main de Dieu qui était gravée sur les tables. » (Ex. 32:16)

« Je ne vous accompagnerai pas Moi-même jusque-là. Ce peuple n’en fait qu’à sa tête. Et si Je vous accompagnais, Je sens que Je vous exterminerais en cours de route. » (Ex. 33:3)

Quel rapport ? Mystère…

*

« Les ennemis de la Sophia étaient les Archontes, qui résidaient dans le Mysterium qu’ils avaient créé, ce qui signifie qu’ils étaient les monstres du monde primordial, adonnés à leur démoniaque entreprise de confusion, et les gardiens aux portes des Éons. La Sophia parvint à les rejeter dans l’Abîme. Son ennemi invétéré était l’Archonte du Chaos, Yaldabaoth, moitié flammes et moitié ténèbres. » [J’ignore d’où provient cette citation.]

Celui qui s’engage dans la voie de la gnose entre aussitôt dans le labyrinthe de l’Ennemi. Alors qu’il pénètre plus avant dans la cour du souverain infernal, la hiérarchie des diables qu’il rencontre s’élève par degrés, si bien que, loin de devenir plus tranquille, il subit des attaques toujours plus violentes, qui l’anéantiraient complètement s’il ne se fortifiait en même temps.

La puissance d’un démon se mesure entre autres au nombre d’esprits que celui-ci est capable de posséder simultanément. Et l’individu supérieur qui ne trahit point son principe (le « bon-homme », Guthman ou Guzman) doit tôt ou tard considérer tous les individus qui sont moins avancés que lui au plan spirituel comme des instruments dont se sert le démon pour lui nuire.

Car, comme il est dit que celui qui aura une pollution nocturne sera impur tout le jour suivant et n’approchera point du Tabernacle, et que si c’est un soldat, il passera le jour hors du camp (Deut. 23:9-10), il faut entendre par là que la pollution expose l’individu à la possession démoniaque.

L’impureté du chrétien souillé, quand elle ne fait plus l’objet de prescriptions particulières en termes d’exercice de l’activité ordinaire, est cause que cette activité s’en trouve gravement perturbée, voire foncièrement compromise, et qu’il eût mieux valu pour lui qu’il « quitte le camp » pour un certain temps plutôt que d’y rester, car alors il ne fait rien de bon malgré toute sa bonne volonté. C’est ainsi que, voyant David absent, « Saül ne dit rien ce jour-là ; car, pensa-t-il, c’est par hasard, il n’est pas pur, certainement il n’est pas pur. » (Sam. 20:26)

Or imaginons qu’un individu traverse une foule tandis que le démon dans les quartiers duquel il a pénétré à ce stade de son progrès le guette, il est clair que son ennemi dispose dans cette foule d’une grande quantité de véhicules et d’instruments, dans lesquels il pourra pénétrer et par l’intermédiaire desquels il pourra exercer sa cruauté : tant il est vrai qu’il ne peut se trouver dans cet amalgame qu’une majorité de personnes souillées, et même un grand nombre d‘autres adonnées aux turpitudes de manière habituelle. Et vous voudriez qu’il fût indifférent de traverser une foule !

*

La Recette de l’or

J’ai en ma possession la formule permettant de transformer le plomb en or. L’écrivain mondialement connu August Strindberg, en plus de comprendre et d’écrire un grand nombre de langues (ce qui n’était pas rare à son époque, dans une certaine classe de gens), étudiait et pratiquait avec passion la chimie. Il s’adonnait notamment à des recherches sur la transformation du plomb en or, à laquelle il est parvenu. Il a légué le résultat à la postérité en consignant la méthode dans sa correspondance. Il en fit même l’annonce dans un grand journal parisien (car il vivait à Paris à cette époque), sans susciter apparemment autre chose qu’un silence gêné.

Or il est évident qu’aucun chimiste de profession ne lit la correspondance de Strindberg et qu’aucun professeur de littérature – ces gens ont trop tendance à considérer que les écrivains qu’ils étudient sont eux-mêmes du type des professeurs spécialisés –, s’il tombe sur cette formule ne s’en préoccupera le moins du monde. La découverte de Strindberg est ainsi restée méconnue jusqu’à moi.

[J’ignore, à ce jour, si mon parent a fait usage de cette formule et s’il a pu avoir confirmation de la véracité de l’étonnante assertion de l’écrivain suédois. Dans la mesure où il a cru bon de traduire ce fragment, je me perds en conjectures sur la profondeur de sa conviction – ou de son illusion. J’ai toujours pensé qu’il vivait des revenus de sa propriété mais certains papiers examinés depuis sa mort laissent penser que ces revenus étaient en réalité des plus médiocres… Quoi qu’il en soit, à ceux qui seront en mesure d’en juger, je livre ici les passages de la correspondance de Strindberg recueillis par mon parent ; il s’agit ni plus ni moins de la recette pour créer de l’or, selon Strindberg.]

J’ai découvert que pendant dix ans j’ai fait de l’or mais que je l’ai jeté car il s’est présenté noir comme de la suie et marron comme du tabac à priser. Mais je ne suis pas en état de me démener car personne ne se laissera convaincre. Voici une recette que tu pourras utiliser après ma mort.

Recette

Sulfate de fer (vitriol vert), nitrate de cuivre,  nitrate d’argent : solutions extrêmement diluées

(De préférence au chaud avec un papier au fond de la cornue)

Peut être varié infiniment par un solvant et un réactif.

C’est là le secret : de sorte que l’on peut faire tous les métaux à partir de leurs propres solvants et réactifs. Mais l’or, on doit le faire à partir d’un sel de cuivre et d’un sel d’argent que l’on précipite avec du sulfate de fer et de l’acide oxalique, ou avec du tartrate d’ammonium, ou avec du chlorure d’étain ou avec du sulfate de protoxyde de mercure.

L’argent doré que tu as vu se fait ainsi : on laisse nager des feuilles d’argent dans une solution diluée de CuSo4 + FeSo4 + NaSo2 ; et puis on chauffe. Griller dans du borax, dissoudre dans de l’eau, on verra alors le liquide bleu aux reflets bruns qui est la caractéristique d’une solution d’or. » (Lettre du 6 juillet 1906 à Harriet Bosse)

&

C’est un fait que j’ai fabriqué de l’or et que j’ai écrit là-dessus, que j’ai analysé, etc. et que je peux le prouver, mais la production en grand ne m’intéresse pas ; j’aimerais cependant que vous le croyiez.

Expérience : prenez un corps qui se développe sans faute de l’oxalate de fer, fait de vitriol de fer bleu-vert sans tache jaune ; de l’eau distillée, encore de l’oxalate neuf et de l’acide citrique ou acétique (quelques gouttes). Versez le tout dans une assiette creuse blanche (une demie) et posez-la devant vous en pleine lumière du jour.

Prenez maintenant le flacon d’ammoniac et promenez-le lentement au-dessus de la surface du liquide, qui coagule et se couvre de plaques graisseuses.

Agitez l’assiette de manière à briser les plaques. Revenez avec l’ammoniaque. Laissez reposer ! Agitez ! revenez avec l’ammoniaque !

Quand les plaques graisseuses prennent des reflets jaunâtres et se présentent en plus grande densité, écumez-le et posez-le sur des bandes de papier, de préférence du papier parcheminé ou du papier à lettres opalin et laissez sécher sans feu ni soleil. Ceci est de l’or, mais si finement réparti que l’acide azotique ou chlorhydrique le dissout.

Remarquez bien : l’or battu en feuilles se dissout sous l’effet de l’acide azotique ou chlorhydrique et il n’y a pas là de preuve a contrario.

Quand les bandes de papier ont séché, mettez-les dans une boîte de porcelaine et passez dessus du mercure ; agitez. L’or s’amalgame avec le mercure. Le fer ne le fait pas ! Nota Bene !

Versez finalement le mercure dans un tout petit flacon et vous verrez l’or joliment jaune, qui ne s’amalgame cependant pas encore. Mais versez dans le flacon quelques gouttes d’une solution d’alun, de salpêtre et de sel de cuisine. Agitez ! Vous verrez l’or perdre sa couleur jaune, s’amalgamer et disparaître dans le mercure.

Si on distille le mercure dans une cornue, l’or reste au fond, mais ce n’est toujours pas de l’or, ce peut être une poudre noire ou brune. On la laisse fondre dans une cuillerée de borax (et de salpêtre ?)

Pourquoi est-ce de l’or ? Une autre fois ! mais faites bien attention : le Ferrocyanure jaune avec des sels d’or donne du bleu de Prusse, aussi bien qu’avec des sels de fer ! Et la réaction ferrugineuse prouve seulement qu’il y a du fer, ce sont on ne doute pas, mais l’or y est aussi.

(Une autre méthode : dans un baquet on met de la couperose verte, un peu de couperose de cuivre, du chlorhydrate d’ammoniaque. On y verse un peu d’ammoniaque et on remplit aussitôt le baquet d’eau. Si on le fait le soir, on ramasse un bel or le lendemain matin, de préférence dehors.)

En photographie, on voit souvent du chlorure d’argent violet « noirci par la lumière ». Cet Ag2Cl me semble être de l’oxyde d’or = Au2O3H3

Ag2Cl = 247

Au2O3H3 = 247

Expérience : Chauffez le chlorure d’argent violet à 100°. Il doit maintenant prendre une teinte châtain et être de l’Au2O3H3 = de l’oxyde d’or. Dissolvez cette matière châtain dans un mélange d’acide sulfurique et d’acide azotique. Délayez ensuite avec de l’eau pure et l’or se déposera métallique, visible. Mais il peut aussi se déposer sous la forme d’une poudre noire ou brune. (À fondre avec le borax !)

« Étrange coïncidence : »

La couperouse verte précipite de l’or de ses sels !

L’acide oxalique précipite de l’or de ses sels !

L’acide acétique précipite de l’or de ses sels !

Comment le photographe a-t-il eu l’idée de les réunir ?

Voyez-vous : il transmue l’argent en or. Et quand le nitrate d’argent devient violet à la lumière, il devient de l’or.

Expérience : prenez une solution d’oxyde d’argent traité à l’acide tartrique et faites précipiter avec du fer passé à l’acide tartrique. Dans le livre on dit qu’il se dépose un argent jaune. Faites cette expérience et remettez l’argent jaune à un orfèvre et demandez-lui seulement : – Combien de carats, cet or ? Mais ne lui dites rien du procédé par lequel vous l’avez obtenu ! Faites-le !

Des objets en ivoire deviennent joliment dorés si on s’en sert pour repêcher les plaques d’or ; de même la porcelaine mate et le biscuit. (Lettre du 6 juillet 1896 à M. Torsten Hedlund)

*

Strindberg n’eut jamais que des paroles de mépris pour les théosophes à la Blavatsky, qui exercèrent toutes sortes de pressions sur lui pour qu’il rejoignît leur mouvement et en vinrent même, dit-il, à le persécuter.

Quand Strindberg parle des « théosophes », il se réfère à des auteurs plus anciens que Blavatsky, et en particulier à Swedenborg. Ces auteurs n’ont rien à voir avec la société qui a pris ce nom.

La Chaîne de la Théosophie

De 1704 à 1707, Konrad Dippel de Frankenstein vécut à Berlin, où il pratiqua l’alchimie, cherchant à transmuter le plomb en or.

Il est celui qui introduisit le terme ou le concept de « Lumières » (aufgeklärt) dans la littérature :

Es suchten nemlich die aufgeklärte und erleuchtete Gemüther/ durch die Bibel das Recht der Natur zu verjagen/ und wenn ihnen den dieser Schein-heilige Anschlag gelungen wäre/ so würden sie sich bemühen/ die Bibel/ durch ihre Erleuchtungen ebenmäßig zu vertreiben/ damit sie/ wenn solche Mittel denen Menschen aus den Händen gedrehet wären/ sich eines Dominats desto sicherer über Selbige anmassen könten.

L’huile éthérique qui porte son nom (Dippels Tieröl) était selon ses dires Elixir vitae, c’est-à-dire un remède universel. Elle fut utilisée contre les vers et pour le traitement de l’épilepsie. Il découvrit avec Johann Diesbach la formule du bleu de Prusse, le premier pigment synthétique.

En tant qu’alchimiste, il était convaincu de la possibilité de transférer les âmes d’un corps à l’autre et pratiqua diverses expériences à cet effet sur des cadavres. Il conduisit également des expériences avec des explosifs.

De 1716 à 1718, Swedenborg publia une revue scientifique, le Daedalus Hyperboreus, recensant notamment les découvertes et inventions scientifiques et mécaniques de son époque. Il y décrit une précoce et étonnante machine volante.

En 1735, il publia le court texte De Infinito, dans lequel il discute les modalités des relations entre le limité et l’infini. Il déclare que l’âme a un substrat dans la substance matérielle. Dans son ouvrage ultérieur Regnum animale, il cherche à expliquer l’âme du point de vue anatomique.

Swedenborg, qui fut proche de Dippel, continua de le fréquenter, après la mort de celui-ci, dans le monde des esprits.

Plus tard, Strindberg, qui se déclara disciple de Swedenborg, parvint à transmuter le plomb en or, ce dont il témoigne dans sa correspondance.

*

Contribution à l’étude des relations entre paganisme, judaïsme et christianisme
à l’aube de ce dernier

Certains admirateurs de l’Empire romain font valoir les mérites du paganisme ancien et de son système politique en opposition à la fois au judaïsme et au christianisme ou, si vous voulez, au judéo-christianisme, dans un sens peu conforme à la réalité historique.

Voyons tout d’abord ce qu’était la relation entre le premier César et les juifs, avant l’apparition du christianisme. Dans les Vies des douze Césars de Suétone, on peut lire ce passage décrivant les funérailles de Jules César :

« Une foule d’étrangers prirent part à ce deuil public, et s’approchèrent tour à tour du bûcher, en manifestant leur douleur, chacun à la manière de son pays. On remarqua surtout les Juifs, lesquels veillèrent même, plusieurs nuits de suite, auprès de ses cendres. »

Une note ajoute : « César leur avait accordé (aux juifs) divers privilèges. » Il leur permit de rebâtir les murailles de Jérusalem. Mais, plutôt que de les paraphraser, voici ce que disent les édits de Jules César en faveur des juifs :

Nous Caïus César, Empereur, dictateur, consul pour la cinquième fois, ordonnons tant par des considérations d’honneur, de vertu et d’amitié, que pour le bien et l’avantage du Sénat et du peuple romain ordonnons :

que Hyrcan, fils d’Alexandre, et ses enfants seront Grands-Prêtres et souverains sacrificateurs de Jérusalem et de la nation juive ;

qu’on diminuera des impôts aux juifs dans la seconde année de leurs revenus et qu’ils seront exempts de toutes impositions ;

que les habitants de la ville de Jérusalem paieront tous les ans un tribut dont la ville de Joppé sera exempte, mais qu’ils ne paieront rien la septième année sabbatique, parce qu’ils ne sèment point et ne recueillent point les fruits des arbres ;

qu’ils paieront dans Sidon de deux ans en deux ans un tribut qui consiste au quart des semences, ainsi que les dîmes à Hyrcan et à enfants comme l’ont payé vos prédécesseurs.

&

Nous Caïus César informons les magistrats des Parianiens que des juifs de diverses provinces sont venus nous voir à Délos pour se plaindre de la défense que vous leur avez faite de vivre selon leurs lois et de faire des sacrifices, ce qui est une rigueur contre nos amis et alliés que nous ne pouvons souffrir, puisqu’on leur permet même dans Rome de pratiquer ces coutumes. Même si par ce même édit nous interdisons de faire des rassemblements publics dans Rome, nous exceptons les juifs de cette interdiction.

En outre, César négocia un traité de confédération avec l’État des juifs. L’empereur étant mort subitement au cours de ces tractations, le traité fut présenté au Sénat par Antoine et Dolabella pour ratification. Le Sénat confirma cette proposition et l’érigea en traité d’alliance et de confédération. Jules César et le Sénat concevaient ainsi l’Empire romain comme une confédération avec l’Etat hébreu (ce qui n’est pas sans rappeler d’une certaine manière les actuelles relations, depuis des décennies, entre les États-Unis d’Amérique, première puissance mondiale, et l’État d’Israël, même s’il n’est pas encore question d’une confédération de jure entre les deux).

En matière religieuse, l’Empire romain faisait une différence entre le légal (religio licita) et l’illégal (religio illicita) : le judaïsme était une religio licita, le christianisme fut une religio illicita punie des arènes et du supplice des bêtes sauvages.

Contrairement à une idée répandue, notamment depuis Gibbons, qui prétend que le christianisme recrutait presque exclusivement dans le prolétariat et qu’il en reçut l’empreinte, le patriciat romain occupe une place de choix parmi les premiers saints et martyrs de l’Église chrétienne. Ces vieilles familles romaines, ou ce qu’il en restait, avaient sans doute mesuré la décadence de cet empire adonné à tous les cultes zoophiliaques de l’Orient empoisonné, de Caligula à Héliogabale en passant par Néron, autre grand ami des juifs, dont la cour en comptait un grand nombre, toujours selon Suétone. Le patriciat romain a donné beaucoup de son sang pour la foi chrétienne. (Peut-être est-ce d’ailleurs surtout une affaire de femmes, de matrones romaines voyant dans le christianisme un mouvement susceptible de les libérer de l’état d’esclavage dans lequel elles étaient maintenues : à creuser.)

*

Une église hiérarchique et centralisée comme l’Église catholique ne peut fonctionner sans Saint-Office, c’est-à-dire sans l’Inquisition.

C’est le Saint-Office qui a révélé l’existence des « prêtres judaïsants », c’est-à-dire des juifs convertis et devenus prêtres qui corrompaient le culte de l’intérieur et vouaient ainsi les fidèles à la damnation éternelle en raison des erreurs hérétiques dans lesquelles ceux-ci étaient induits. Le Saint-Office, après enquête, livrait ces prêtres au bras séculier qui les conduisait au bûcher. Certains s’enfuyaient à Constantinople, chez les Turcs.

De même, le P. Pierre Damien avait dénoncé, dans Le Livre de Gomorrhe, le complot des pédérastes au sein de l’Église au douzième siècle : les prêtres pervers confessaient eux-mêmes leurs diacres sodomites et la cabale se répandit jusqu’aux plus hautes sphères ecclésiastiques, allant jusqu’à falsifier les documents canoniques relatifs à la sodomie dans un sens hérétique.

[Je présenterai ultérieurement le film mexicain Satánico pandemonium – La Sexorcista (1975) de Gilberto Martínez Solares afin de discuter le thème de l’hypocrisie ou de la fausseté, et de ses conséquences, dans le contexte de la direction spirituelle.]

Le Cabinet des curiosités

Ce blogue est au fond un vaste cabinet de curiosités mais, comme je ne m’en étais pas aperçu jusque-là, je n’ai pas pensé à lui donner ce nom. Je le donne au présent lexique de mots rares désignant diverses curiosités, d’époques et de régions variées, pour le plaisir des curieux. Les définitions sont tirées du Grand Larousse du dix-neuvième siècle. Selon un usage constant de ce site, mes observations sont indiquées entre crochets.

s.m. substantif masculin ; s.f. substantif féminin ; adj. adjectif.

Abonde (s.f.) La principale des fées bienfaisantes, qui, suivant nos ancêtres, venaient la nuit dans les maisons et y apportaient toutes sortes de biens. [Le nom comme l’idée ne sont pas sans rappeler la corne d’abondance.]

Afragar (s.m.) Nom donné au vert-de-gris par les anciens alchimistes. [L’origine arabe de ce mot est peu douteuse, de même que celle d’un grand nombre d’autres termes d’alchimie, tels que] Aabam ou Abartamen (s.m.) Plomb. Abarnahas (s.m.) Magnésie. Ahusal (s.m.) Soufre d’arsenic. Athanor (s.m.) Sorte de fourneau dans lequel le charbon, tombant de lui-même à mesure qu’il se consumait, entretenait très longtemps un feu doux. L’athanor, qui ne servait que dans les longues opérations alchimiques, n’existe plus dans les laboratoires actuels. Avraric ou Azoch (s.m.) Mercure. Azinaban (s.m.) Nom que l’on donnait aux fèces séparées de la pierre philosophale. Bénibel (s.m.) Mercure hermétique. Brumazar (n. propre) Esprit des métaux, en alchimie. Duénech (s.m.) Matière de la pierre philosophale, quand elle est devenue très noire. Duzamé (s.m.) Pierre philosophale.

Alséides ou Alses (s.f.pl.) Mythol. gr. Nymphes des bocages et des sous-bois. // Êtres fantastiques habitant les bois. Anaraïdes (s.f.pl.) Nymphes ou génies des eaux qui, selon les Grecs, se tenaient près des fontaines. Anigrides (s.f.pl.) Nymphes qui habitaient les rives de l’Anigrus ; elles passaient pour guérir les blessures, et surtout les maladies de la peau.

Anansie (s.f.) Nom d’une grosse araignée adorée par les nègres de la Côte d’Or, qui lui attribuent la création de l’homme, et qui la révèrent comme une divinité particulière. [Le nom est aujourd’hui orthographié Anansi ou Anansé, et il est passé aux Antilles sous la forme Nancy, avec, en anglais, l’expression nancy-story, définie par le dictionnaire Merriam-Webster comme « un conte merveilleux d’Afrique occidentale ou des Antilles ». Par exemple, dans le poème dialectal The Lesson de la poétesse grenadienne Merle Collins, « Is not/ No Nancy-Story/ Nuh/ Is a serious/ joke ».]

Angimacurien (s.m.) Membre d’une secte d’ascétiques indiens ; ils méditent jour et nuit, dans la position la plus incommode, et ne vivent que d’insectes, assaisonnés avec le suc de plantes amères ou fétides.

Anthropométallisme (s.m.) Sorte de magnétisme animal.

Anktériasme (s.m.) Antiq. Nom donné à une sorte d’anneau ou de bandage au moyen duquel, avant l’usage de la castration, on cherchait à conserver aux chanteurs leur voix, aux danseurs et même aux gladiateurs toute leur énergie, en rendant impossible l’énervement amené par certaines jouissances prématurées ; c’est ce que les Latins nommaient infibulatio.

Anthropomancie (s.f.) Divination basée sur l’inspection des entrailles d’un enfant ou d’un homme fraîchement égorgé. L’anthropomancie se pratiquait encore chez les Grecs du temps de la guerre de Troie.

Archimagie (s.f.) Partie de l’alchimie qui enseignait l’art de faire de l’or.

Arétalogue ou Arétologue (s.m.) Antiq. rom. Sorte de bouffon philosophe qui amusait les convives pendant le repas. [Ces bouffons remplissent aujourd’hui leur office à la télévision.]

Asellation (s.f.) Méd. Promenade sur un âne, prescrite comme moyen curatif.

Auropubescent (adj.) Hist. nat. Qui est garni de petits poils d’un jaune doré.

Avoutrie. Féod. (du lat. adulterium) Droit d’avoutrie, Droit en vertu duquel une personne, homme ou femme, convaincue d’adultère, était condamnée à courir toute nue par la ville où le crime avait été commis, ou à payer soixante sols au seigneur. Etat d’une personne adultère. Emplumement (s.m.) Anc. législ. Peine qui consistait à couvrir de plumes le corps ou une partie du corps du condamné, après l’avoir enduit d’une matière gluante. Encycl. L’emplumement paraît avoir été très-commun au moyen âge. Si l’on s’en rapporte aux lettres de rémission de l’année 1479, citées par Du Cange au mot adulterium, ce châtiment bizarre aurait été appliqué principalement aux adultères. [Châtiment plus connu de nous sous la forme pratiquée au Far-West, le tarring and feathering.] Paratilme (s.m). Antiq. gr. Epilation, peine infligée aux adultères, mais dont les riches pouvaient se racheter en payant une amende.

Baf (s.m.) (de l’angl. beef, bœuf) Métis ou jumart qu’on suppose provenir du taureau et de la jument. Le produit également supposé du cheval et de la vache s’appelle bif.

Baghe (s.m.) Anc. cout. Bagage d’un ladre ou lépreux (manteau, chapeau, besace, cliquette).

Barbole (s.f.). Antiq. Sorte de hache d’armes barbelée – c’est-à-dire pourvue de piquants qui s’opposaient au retrait de l’arme de la plaie –, très lourde et très meurtrière.

Buccomancie (s.f.) Art de connaître le passé, le présent et l’avenir d’une personne par l’inspection de l’intérieur de sa bouche. Cette science, créée par M. W. Rogers, est, selon lui, physiognomonique, physiologique et philosophique.

Cacangélique (s.m.) Nom d’une secte luthérienne qui se disait en rapport avec les anges.

Cache-Folie (s.m.) Coiffure adoptée par les femmes sous le Directoire, et qui formait un des éléments du costume de cette époque. Elle consistait en une perruque blonde à cheveux flottants. C’était la coiffure des merveilleuses.

Cacodémon (s.m.) Démonol. Mauvais génie qui, dans les croyances de l’antiquité et du moyen âge, s’attachait à chaque homme et cherchait à l’entraîner au mal.

Callipédie (s.f.) Physiol. Art de procréer de beaux enfants.

Cambion (s.m.) Démonol. Petit démon né du commerce d’un démon incube avec un démon succube. Encycl. Les auteurs qui ont traité de la démonologie, entre autres Delancre et Bodin, croient que les démons incubes peuvent s’unir aux démons succubes, et nomment cambions les enfants nés de ce commerce hideux. Ces enfants sont horribles et repoussants, ils sont plus pesants que les autres, et avalent des quantités énormes de nourriture sans jamais engraisser. Luther, qui prétend en avoir vu, dit qu’ils ne vivent que sept ans, qu’ils sont toujours tristes et moroses, et ne rient que lorsqu’il arrive un sinistre dans la maison qu’ils habitent. Un autre auteur rapporte qu’un mendiant excitait la pitié des passants en tenant un cambion sur ses genoux. [Il convient de préciser ces explications en soulignant que, si l’on a pu voir des « cambions » au milieu des hommes, ce qui n’a rien d’évident, a priori, pour les rejetons d’êtres démoniaques, c’est qu’ils sont parfois substitués par leurs parents indignes à des bébés enlevés par ces derniers, en conséquence de quoi les parents humains élèvent sans le savoir, du moins au début, un enfant surnaturel, en anglais un changeling. Pour le cambion en poésie, voir mon poème Le Baron Incube, dans le recueil Le Bougainvillier.]

Camois (s.m.) Mot qui servait à désigner les marques imprimées sur la peau par la cotte de mailles, et qu’un bain faisait disparaître : les camois des mailles.

Canabasserie (s.f.) Commerce du chanvre, dans le Lyonnais. Canabou (s.m.) Ancien nom du chanvre.

Caninage (s.m.) Féod. Droit en vertu duquel les tenanciers étaient obligés de nourrir les chiens de chasse du seigneur. // Droit dû au seigneur pour la permission qu’il accordait aux paysans d’avoir des chiens chez eux.

Caninana (s.m.) Erpét. Serpent d’Amérique qui s’attache à l’homme et le suit comme un chien. [Mes recherches sur plusieurs pages de Wikipédia n’ont pas pu confirmer cette caractéristique du caninana. Soit les hommes ont abandonné depuis longtemps cette sorte de domestication, soit elle n’a jamais existé et l’erreur provient peut-être d’une interprétation fautive du nom de ce serpent par laquelle les lexicographes auraient assigné à cani- le même sens qu’à canin.]

Capade (s.m.) Eunuque noir, chez les Maures. Capou-agassi (s.m.) Chef des eunuques blancs du sérail.

Carquet (s.m.) Place secrète entre le corset et la poitrine : cacher une lettre dans son carquet.

Catabolique (adj.) Se disait d’un démon qui emportait les hommes pour les briser en les jetant avec violence contre terre.

Cataste (s.f.) Antiq. lat. Sorte d’échafaudage sur lequel étaient exposés les esclaves mis en vente. // Instrument de torture, consistant en un lit de fer sur lequel on plaçait le patient, après y avoir allumé du feu.

Cébocéphale (s.m.) Tératol. Genre de monstre dont la tête ressemble à celle d’un singe.

Cédrie (s.f.) Antiq. Nom d’un mélange de bitume et d’une liqueur acide tirée du cèdre, l’un des trois ingrédients dont les Égyptiens se servaient pour embaumer les corps.

Céraunoscope (s.m.) Antiq. Prêtre qui observait les phénomènes de la foudre, pour en tirer des présages.

Cercose (s.f.) (du gr. kerkos, queue) Méd. Allongement du clitoris. Clitorisme (s.m.) Usage contre nature d’un clitoris qui a des dimensions exceptionnelles. // Maladie du clitoris. Tribade (s.f.) (gr. tribas, de tribo, je frotte) Femme dont le clitoris a pris un développement exagéré et qui abuse de son sexe.

Charadrius (s.m.) Antiq. Oiseau merveilleux auquel les magiciens attribuaient la vertu de guérir la jaunisse, rien qu’en regardant le malade. // Oiseau immonde, selon le Deutéronome.

Covin (s.m.) Anc. art milit. Char de guerre armé de faux, en usage chez les Bretons et les Belges. // Antiq. rom. Voiture de voyage à peu près semblable au char de guerre des Bretons.

Crierien (s.m.) Nom donné à des fantômes de naufragés qui sortent la nuit de l’Océan, pour demander la sépulture aux habitants des côtes de la Bretagne et de la Normandie.

Criomyxe (adj.) Pathol. Se dit de ceux dont le mucus nasal est abondant, comme chez le bélier. [L’adjectif s’applique à des personnes mais Larousse évoque le bélier pour rendre compte de l’étymologie : crio-.]

Cutambule (a.) Zool. Qui rampe sous la peau : vers cutambules. Cuticole (a.) Qui vit sous la peau : larves cuticoles.

Cyptonisme (s.m.) Antiq. Supplice qui consistait à placer le patient dans une cage de bois de moindre hauteur que sa taille, et dans laquelle il était obligé de tenir son corps courbé. Miechok (s.m.) (mié-chok) (Mot russe qui signifie littéralement le sac) Espèce de prison, de cachot voûté, dans lequel le prisonnier ne peut se tenir qu’accroupi. On cite des condamnés qui, au bout de deux ou trois ans de miechok, en sont sortis définitivement perclus ; mais le plus grand nombre n’en sortent pas quand la punition se prolonge aussi longtemps.

Dacnade (s.f.) Antiq. Nom donné par les Grecs à un oiseau, aujourd’hui inconnu, que les Egyptiens attachaient à la couronne de leurs convives, afin que ceux-ci, en butte aux coups de bec et aux cris incessants de l’oiseau, se tinssent éveillés pendant tout le repas.

Dam-Kane-Oualla (s.m.) Nom donné à certains pénitents ou fakirs indiens. Encycl. Les dam-kane-ouallas passent leur temps à compter leurs inspirations, cherchant à en réduire le nombre de plus en plus, jusqu’à ce qu’enfin la nature s’y refuse. Les Indous croient qu’ils trouvent ainsi le moyen de prolonger leur vie bien au-delà de son terme ordinaire. Ces misérables fanatiques s’habituent à une abstinence telle qu’une poignée de graines de maïs rôti leur suffit pour une journée. Ils finissent ainsi par rendre leur constitution presque semblable à celle des animaux à sang froid ; les transitions les plus brusques en température n’occasionnent jamais chez eux de congestion sur aucun organe. Ainsi que cela a lieu chez les reptiles, le froid ne fait que les engourdir et le soleil les ranime.

Daturea (s.m.) (da-tu-ré-a) Nom donné à des empoisonneurs indiens. Encycl. Les datureas ont emprunté leur nom à la substance vénéneuse qu’ils emploient le plus généralement pour l’exécution de leurs crimes. Ils sont répandus par centaines dans les trois présidences de l’Inde anglaise, Madras, Bombay et Calcutta. (…) Aucune organisation secrète ne relie entre elles ces bandes de malfaiteurs, composées chacune d’un petit nombre d’individus ; aussi les mesures préventives prises contre les datureas par le gouvernement anglais de l’Inde n’ont-elles pas eu le même succès que celles qu’on a prises contre les thugs.

Djala-Praleyam (s.m.) Déluge indou. L’ère indoue actuelle ou caly-yougam date du commencement de ce djala-praleyam.

Djefr-Kitabi (s.m.) Hist. ottom. Livre écrit en caractères magiques, qui contient les destinées des sultans ottomans et des souverains d’Égypte, et que l’on conserve soigneusement au sérail.

Drac (s.m.) Superst. Sorte de farfadet, de génie des eaux (en Provence).

Draconite (s.f.) Pierre de forme singulière, que Pline et quelques naturalistes anciens ont prétendu se trouver dans la tête du dragon.

Driff (s.f.) Pierre fabuleuse, composée de mousse formée sur des têtes de mort, de sel marin, de vitriol cuivreux empâté avec de la colle de poisson, ayant la propriété d’attirer le venin des plaies et de guérir toutes sortes de maladies, quand on la touchait seulement du bout de la langue. On l’appelait aussi pierre de Buttler et periapton salutis magneticum. Dris ou Driss (s.m.) Nom donné à un médicament analogue à la pierre de Buttler, par Van Helmont, qui lui attribuait la merveilleuse propriété de combattre et de guérir les maladies par une influence surnaturelle.

Drolle (s.m.) Démon familier qui prend soin de panser les chevaux et obéit à quiconque l’évoque et lui commande, d’après les démonologues.

Drude (s.f.) Mythol. germ. Être féminin qui tient à la fois de la nature des dieux et de celle des hommes ; on dit aussi drute. Encycl. Lorsque le christianisme eut été introduit en Allemagne, les croyances populaires en firent des êtres malfaisants, ayant des pattes d’oie ou de cygne. Pour conjurer leurs maléfices on place dans les maisons une pierre ramassée dans un ruisseau et arrondie par les eaux, percée en son milieu de manière naturelle. Cette pierre également toute-puissante contre les elfes est appelée Drudenfuß ou Elfenfuß. [On aurait, dans les drudes, l’origine des reines pédauques, c’est-à-dire aux pattes d’oie, sculptées sur certains portails d’église. Ce trait, le pied d’oie, était également associé aux lépreux ainsi qu’à la race maudite (race paria) des cagots du sud de la France, dans les croyances populaires.]

Fantine (s.f.) Superst. Fée vaudoise, bonne et douce.

Furrole (s.f.) Météorol. Nom donné par les marins de la Manche et de la Bretagne aux exhalaisons enflammées qui sortent parfois de la terre ou se montrent à la surface de la mer.

Gabbare (s.m.) (lat. gabbarus, même sens) Momie égyptienne embaumée par les chrétiens du pays, aux premiers siècles de l’Eglise.

Galéanthropie (s.f.) Méd. Folie dans laquelle le malade se croit transformé en chat. [Le phénomène n’a pas connu le même succès que la lycanthropie, pas plus que la bousanthropie, ou transformation en bœuf — malgré Le Bousanthrope de Meulière — ni que la cynanthropie, ou transformation en chien.]

Galgal (s.m.) Archéol. Tumulus celtique composé de terre et de cailloux, et renfermant une crypte.

Garou (s.m.) Sorcier. N’est plus guère usité que dans loup-garou.

Gennade (s.f.) Jurisp. anc. Femme qui avait épousé un homme d’une condition inférieure à la sienne. [Cf. aussi, en ancien français, le mot angerin, qui désigne un « homme de basse extraction qui épouse une Damoiselle » (Glossaire de la langue romane)] Tchandala (s.m.) Nom qui s’applique spécialement, dans l’Inde, au soudra né d’un père soudra et d’une femme brahmane. (…) Il leur est ordonné de vivre hors de la ville, de prendre leur nourriture dans des vases brisés, de porter les habits des morts, de n’avoir d’autre propriété que les ânes et les chiens. Ils sont exclus de tout rapport avec les autres classes. Ils ne peuvent être employés que comme exécuteurs publics, ou emportent les cadavres de ceux qui meurent sans parents. [Le terme se retrouve dans la philosophie de Nietzsche ; c’est cette dernière qui a inspiré à Strindberg sa nouvelle Tschandala.]

Gilgul-Hammetin ou Ghilgul-Hammetin (s.m.) Théol. Sorte de déplacement que devront subir les corps des juifs à l’arrivée du Messie, d’après certains rabbins, pour venir ressusciter en terre sainte.

Gnomide (s.f.) Femelle, femme du gnome. Elfine (s.f) Femme elfe.

Goguelin (s.m.) Esprit familier que les matelots disent fréquenter habituellement la cale et l’entre-pont.

Goor-Knat (s.m.) Nœud sacré, symbole d’initiation et signe de reconnaissance des thugs ou étrangleurs de l’Inde. Encycl. Chez les thugs, le goor-knat est un nœud d’une espèce particulière, que le turka, personnage le plus élevé dans la hiérarchie de ces misérables bandits, fait à l’un des coins du foulard qui doit servir à étrangler les victimes. Ordinairement, ce nœud enveloppe une pièce de monnaie. Quand un cheyla ou disciple aspire à passer étrangleur, il présente son foulard au turka, qui le lui rend après avoir fait le goor-knat. En recevant le foulard des mains du turka, le cheyla porte respectueusement à son front le goor-knat, qu’il ne pourra dénouer qu’après s’être tiré à son honneur d’une première expédition, c’est-à-dire après avoir étranglé un ou plusieurs malheureux voyageurs.

Gynécomaste (s.m.) Méd. Homme dont les mamelles sont très volumineuses.

Hagyrkur, c’est-à-dire Celui qui versifie facilement, Celui qui récite des vers, un des surnoms d’Odin dans la mythologie scandinave. Odin, en effet, parle toujours en vers, et est encore appelé pour cela Liodra Smidr, le forgeur de chants.

Hedjera (s.f.) Femme eunuque de l’Inde. Encycl. Se défiant sans doute des eunuques mâles, chez qui l’on trouve encore quelques restes de passion, les Indous ont poussé la jalousie jusqu’à préposer des femmes également mutilées à la garde du zinanah ou zénanah. On ne voit pas, du reste, que cet usage soit sorti de l’Indoustan. L’opération que l’on fait subir à ces femmes consiste probablement dans l’écrasement ou l’ablation des ovaires. Un voyageur raconte qu’un vieux brahme d’Indore lui avait assuré qu’on produisait l’atrophie des ovaires en les piquant avec des aiguilles insérées au préalable dans le fruit encore vert de l’arbre appelé bhelpoul. Ces hedjeras sont grandes, robustes, bien musclées et jouissent d’une bonne santé. Leur voix mâle, leur haute stature, leurs mouvements brusques, accompagnés de gestes expressifs, les font prendre, au premier abord, pour des hommes déguisés en femmes. Elles n’ont point de gorge ni de mamelon ; tout l’appareil génital est atrophié ; les poils manquent complètement, et les hanches sont aussi peu développées que chez l’homme ; enfin les hedjeras n’ont pas de flux menstruel. Beaucoup de ces femmes parcourent les villes et les villages, prédisant les jours fastes et néfastes, et pratiquant la circoncision chez les enfants.

Hircisme (s.m.) Odeur fétide qui s’exhale des aisselles de certaines personnes et qui rappelle l’odeur du bouc.

Jwidie (s.f.) Mythol. scand. Nom donné à des nymphes des bois qui prédisaient l’avenir.

Kaller (s.m.) Membre d’une caste de l’Inde, uniquement composée de voleurs.

Kos (s.m.) Anthropol. Nom donné à des Nogaïs [peuple mongoloïde de langue turque habitant principalement le Daguestan] du sexe masculin, qui deviennent semblables à de vieilles femmes. Encycl. (…) Lorsque les maladies les énervent ou que l’âge produit cet effet, leur peau se ride sur tout le corps. Le peu de poils qu’ils avaient à leur barbe tombe, et le malade prend tout l’air d’une femme ; il devient impuissant, et ses actions et ses sensations n’ont plus rien de masculin. Dans cet état, il est obligé de fuir la société des hommes ; il reste avec les femmes, s’habille en femme (…) Il est impossible de ne pas voir dans les kos des Tartares et des Turcs les énarées d’Hérodote et d’Hippocrate.

Kouli (s.m.) Membre d’une caste de brahmes de l’Inde. Encycl. Les koulis sont de véritables étalons humains pur sang, chargés spécialement d’ennoblir les familles. Ils peuvent, par une loi d’exception, consacrée par la religion et la crédulité publique, cohabiter, sans déroger, avec des filles vierges de castes inférieures. Ils courent donc les villes et les campagnes ; les parents de la jeune fille qui doit être favorisée des embrassements de cet époux de passage doivent faire au kouli un cadeau en argent ou en étoffes, d’après leur fortune ; ils lui lavent les pieds et boivent ensuite l’eau qui a servi à cette opération. Les mets les plus délicats lui sont offerts ; après quoi, il est amené vers la couche nuptiale où repose la vierge, couronnée de fleurs comme une victime que l’on conduirait au sacrifice. Du moment qu’elle a reçu les embrassements de ce demi-dieu, elle doit se confiner chez elle, n’avoir de rapports avec aucun autre homme et se considérer comme veuve ; s’il vient d’elle un enfant, il sera brahme.

Kyestéine (s.f.) Méd. Pellicule qui se forme sur l’urine des femmes enceintes, lorsqu’on la conserve pendant plusieurs jours. [« Découverte » par le fameux Savonarole, elle servit aux « mireurs d’urine » à diagnostiquer la grossesse. Alors que les traités de médecine continuent de la mentionner vers le milieu du 19e siècle, et peut-être au-delà, le mot a complètement disparu du vocabulaire médical entre-temps…]

Langelotte (s.f.) Machine avec laquelle on triturait l’or qui entrait dans de certains médicaments.

Léechie (s.m.) (lé-chi) Nom donné en Russie au lutin des bois, esprit qui se plaît à jouer de mauvais tours.

Limoniade (s.f.) Mythol. gr. Nymphe des prairies.

Limousineux (s.m.) (rad. Limousin) Celui qui vole du plomb sur les toits.

Linga-Basswy (s.f.) Prêtresse de Siva. Enclyc. Les linga-basswys ou femmes du lingam sont des prêtresses indoues de la secte de Siva.

Liosalfar (les), génies ou alfes lumineux de la mythologie scandinave, opposés aux myrkalfar, génies ou alfes des ténèbres.

Mahouli (s.m.) Fakir eunuque de la secte de Krishna. Encycl. Les mahoulis font vœu de chasteté et se soumettent à l’opération d’une castration complète ; ils ont une voix féminine et sont imberbes ; mais leur mutilation ne les empêche pas d’ailleurs de devenir gras et grands et de jouir d’une bonne santé. Ils sont l’objet de la vénération publique des Indous, et n’ont d’autre profession que celle de promener leur hideuse et volontaire mutilation de village en village, où les habitants se disputent l’honneur de fournir à tous leurs besoins.

Métempsyque (s.m.) Hist. rel. Sectaire juif ou chrétien qui admettait la métempsychose.

Millegroux (s.m.) Espèce de loup-garou.

Myomancie (s.f.) Espèce de divination fondée sur le cri des souris, ou sur leur manière de manger.

Naïr, Naïre ou Naïram (s.m.) Nom donné aux membres d’une caste indoue. Encycl. C’est une caste noble et guerrière par excellence ; elle se prétend la plus ancienne du monde et conserve des traditions qui remontent au-delà du déluge. Le fait le plus saillant de leurs coutumes, fait unique au reste dans l’histoire de l’univers, c’est la polyandrie érigée en loi civile et religieuse. Toute femme naïre se doit d’avoir quatre maris, et celle qui essayerait de se soustraire à cette obligation serait vouée à tous les châtiments imaginables, en ce monde et dans l’autre. (…) Les femmes habitent des maisons isolées, munies d’autant de portes qu’elles ont de maris ; mais elles y demeurent seules, avec leurs enfants. Lorsqu’un de ses maris vient rendre visite à une femme naïre, il fait le tour de la maison et, arrivé devant la porte qui lui est réservée, il frappe de son sabre sur son bouclier. Lorsqu’on lui a ouvert, il laisse sous une espèce d’auvent un domestique qui garde ses armes, ce qui sert d’avertissement pour les autres maris, si quelqu’un d’entre eux venait en ce moment. Tous les huit jours, la maîtresse de la maison fait ouvrir les quatre portes, et reçoit tous ses maris, qui dînent ensemble chez elle et lui font la cour. (…) Le nom de père est inconnu à un enfant naïr ; il parle des maris de sa mère, de ses oncles, de ses frères, et jamais de son père. Et, de fait, nul ne sait de qui il est le fils. Les rois de Malabar choisissaient autrefois leurs gardes dans la caste des naïrs, caste essentiellement guerrière, et il est probable que cette bizarre polyandrie, qui laisse l’homme sans affection, sans héritier direct, sans famille, fut imaginée pour entretenir chez eux les vertus du soldat.

Nécyomancie (s.f.) Syn. de Nécromancie. // Art de deviner l’avenir par l’examen des os et des nerfs des morts, et par celui des cordes qui avaient servi au supplice des condamnés à mort.

Nyctographe (s.m.) Appareil à l’aide duquel on peut écrire de nuit, sans lumière, et, en général, sans voir les traits que l’on forme.

Nympholepsie (s.f.) Antiq. Sorte de délire dans lequel tombait, disait-on, tout homme qui avait vu une nymphe. // Mélancolie qui portait à rechercher la solitude des forêts. Nympholepte (s.m.) Qui est attaqué de nympholepsie. // Qui est allé recevoir l’inspiration des nymphes sphragitides [?]. [Le terme est d’usage plus courant en langue anglaise (nympholepsy), où il possède en effet un sens dérivé plus général, défini par l’American Heritage Dictionary comme “an emotional frenzy“. Le Collins English Dictionary indique un usage spécialisé en psychiatrie : “(Psychiatry) a state of violent emotion, esp when associated with a desire for something one cannot have“.]

Omphalomancie (s.f.) Art prétendu de reconnaître le nombre d’enfants que doit avoir une femme, en examinant le nombre de nœuds que présente le cordon ombilical de son premier-né.

Onochœritis (s.m.) Antiq. Monstre moitié âne et moitié cochon, que les païens considéraient comme le dieu des chrétiens. Ononychite (s.m.) Divinité aux pieds d’âne, que les païens croyaient être l’objet du culte des juifs et des chrétiens. Onocentaure (s.m.) Myth. gr. Monstre moitié homme et moitié âne, regardé comme un génie malfaisant par les anciens. // Ancien nom du gibbon. Onoscèle (s.f.) Myth. gr. Sorcière ayant un ou plusieurs pieds d’âne.

Orgiophante (s.m.) Antiq. gr. Grand prêtre qui présidait aux orgies et qui initiait aux mystères de Bacchus.

Panisque (s.m.) (rad. Pan) Mythol. Nom donné à des dieux champêtres qu’on croyait tout au plus de la taille des pygmées. Dwergar (s.m.) Mythol. scand. Demi-dieu pygmée dont la voix est l’écho des forêts. Duses (s.m.pl.) Mythol. celt. Génies malfaisants, analogues aux satyres et aux faunes, et auxquels les Gaulois rendaient un culte. Encycl. Un deuz, au Finistère, est un lutin (…) Dews, chez les Persans, désigne les génies malfaisants. (…) Les duses sont qualifiés de pilosi par Isidore de Séville, ressemblant de beaucoup aux satyres, dont ils avaient d’ailleurs la lubricité.

Pasmasnana (s.m.) Pratique religieuse en usage dans l’Inde, et qui consiste à se frotter le front avec de la cendre de bouse de vache. Encycl. On sait que, dans l’Inde, tout ce qui procède du corps de la vache a le privilège d’effacer les souillures. L’urine de la vache, et sa fiente, particulièrement, ont des vertus merveilleuses pour chasser les impuretés les plus abominables. Il n’est pas de crime, si noir soit-il, dont on ne se déterge la conscience en avalant quelques gouttes de l’immonde mixtion appelée pantcha-garia et composée des cinq substances suivantes : le lait, le caillé, le beurre liquide, l’urine et la fient de vache.

Pégasides (s.f.pl.) Mythol. gr. Nom donné aux Muses, qui, comme Pégase, habitaient l’Hélicon et se servaient de ce cheval pour monture.

Phanségar (s.m.) Nom par lequel on désigne les membres d’une secte d’assassins dans les Indes : les thugs et les phanségars. [Ourdou پهانسی گر, phansigar, étrangleur] [Le poète Georges Fourest a utilisé le mot, dans l’alexandrin J’exterminai les phanségars de Bénarès.]

Pogoniase (s.f.) Physiol. Développement de la barbe chez la femme.

Quandros (s.m.) Pierre précieuse que l’on disait exister dans le cerveau du vautour, et à laquelle on attribuait la vertu d’augmenter la sécrétion du lait. [C’est un bézoard, c’est-à-dire une pierre d’origine organique. Les bézoards réputés magiques existaient sous de nombreuses variétés : batrachite, crapaudine… La draconite citée plus haut a cette particularité, non seulement d’être un bézoard magique, mais de provenir en outre d’un animal légendaire.]

Quirime (s.f.) (pron. kui-ri-me) Pierre à laquelle on prêtait autrefois des propriétés merveilleuses, notamment celle de faire dire sa pensée à un homme.

Rudbeckianisme (s.m.) Système ethnographique qui fait marcher du nord au sud toutes les migrations des peuples. [D’après le savant suédois Olaus Rudbeck (1630-1702), qui affirme dans son ouvrage Atland eller Manheim (L’Atlantide ou le Berceau de l’humanité) (1675-1698) que l’Atlantide n’est autre que la Suède et que c’est le berceau de la civilisation des peuples anciens.]

Samozonki (s.f.) Amazone de la mythologie slave.

Sibylliste (s.m.) Hist. relig. Nom donné aux chrétiens qui prétendaient trouver dans les livres sibyllins des prédictions relatives à Jésus-Christ (IIe siècle).

Sindonite (s.m.) Hist. relig. Nom donné à certains religieux qui portent pour tout vêtement un linceul. Sindon (s.m.) (lat. sindo, gr. sindon, qu’on fait venir de sindos, indos, indien) Linceul dans lequel Jésus fut enseveli.

Skoptzi (s.m.) Nom donné à des fanatiques russes qui se donnent pour mission la destruction de la race humaine. Encycl. La base des croyances de la secte, c’est que l’homme est foncièrement mauvais, qu’il est l’ennemi de Dieu et qu’il faut détruire sa race, en l’empêchant de se reproduire. (…) Pour arriver à leur fin, les skoptzi font vœu de virginité perpétuelle et, pour être sûrs de garder leur vœu, se soumettent à la castration. (…) Des femmes aussi se font affilier et subissent l’ablation des ovaires.

Sottais (s.m.) Nom donné à des nains qui, d’après une croyance répandue dans les districts houillers de la Belgique, travaillent dans les mines en l’absence des ouvriers.

Spermatopé (adj.) Méd. Se dit des aliments qui passent pour augmenter la sécrétion du sperme.

Sylphirie (s.f.) Pays des sylphes et des sylphides.

Tapassa (s.m.) Pénitence que s’imposent les dévots indous. Encycl. (…) Une des principales et des plus indécentes de ces absurdités pratiques consiste à se suspendre aux organes de la génération un poids de plus en plus lourd, afin d’atrophier les muscles de cette partie du corps et éteindre jusque dans sa source toute velléité d’appétit sensuel. [Sanskrit तपस्या, tapasya, pénitence]

Thérarque (s.m.) Antiq. Celui qui commandait les soldats portés sur des éléphants. Zoarque (s.m.) Chef d’une troupe montée sur des éléphants.

Toxicophage (adj.) Qui mêle des poisons à sa nourriture : Peuple toxicophage. Encycl. Dans quelques contrées de la basse Autriche et de la Styrie, surtout dans les montagnes qui les séparent de la Hongrie, certaines parties de la population ont reçu le nom de toxicophages, à cause de l’habitude qu’elles ont, de temps immémorial, de manger de l’arsenic. Les paysans l’achètent, sous le nom de hédri, aux herboristes ambulants ou à des colporteurs. Les toxicophages ou mangeurs d’arsenic ont, dans cette dangereuse pratique, un double but, se donner un air de santé, une grande fraîcheur de teint et se procurer un certain degré d’embonpoint. (…) L’avantage sérieux que les montagnards retirent de l’emploi de l’arsenic, c’est de leur faciliter la respiration pendant la marche ascendante ; ils prennent un petit morceau d’arsenic qu’ils laissent fondre lentement dans la bouche. L’effet en est surprenant ; ils escaladent alors aisément des hauteurs qu’ils ne sauraient gravir qu’avec la plus grande peine sans le secours de l’arsenic. [À comparer avec l’usage de la coca par les populations des Andes, en Amérique. Mes Americanismos contiennent plusieurs termes qui renvoient spécialement à cet usage. v. Llicta.]

Tribon (s.m.) Antiq. gr. Manteau grossier à l’usage des pauvres gens et des philosophes. // Casaque courte des Spartiates.

Trolde ou Troller, dans la mythologie scandinave, la même race de géants que les Thurses ou Thusses, ennemis des Ases. Lorsque le christianisme se fut répandu, on désigna sous ce nom des diablotins qui prennent la figure humaine. Historiquement, on a donné ce nom aux peuplades qu’Odin et ses compagnons dépossédèrent de leur territoire et firent reculer vers les régions polaires. [Le lecteur aura reconnu les trolls.]

Typtologie (s.m.) Mot employé par les partisans du spiritisme, pour désigner la communication des esprits au moyen de coups frappés. [C’est un point important dans la doctrine de Swedenborg, qui a en particulier fortement marqué Strindberg, lequel, notamment dans Inferno, a écrit sur des phénomènes de cette nature. Sur Strindberg et le swedenborgisme, voir Strindberg : Un livre bleu. Voir aussi les caractéristiques du poltergeist ou esprit-frappeur.]

À suivre (les ajouts ultérieurs seront insérés sur cette même page.)