Tagged: business cycles

XXXVIII

Social Optimum. The person satisfied with his lot ought to be placed in a lower condition, because he might be as satisfied in that lower condition as he currently is, and other people envy his current condition. Because of his case, it is likely that the overall equilibrium is suboptimal. Being unsatisfied, even unhappy, is a good omen; there only needs not go off the rails, because then one becomes useless.

Business Cycles. The cycle implies to do nothing against recession but at the same time, because the population is impacted, to make believe everything is done. This is the function of politicians. In the case of those “in command,” the function can be best described as follows: Dispose of in case of need.

Make-Work. It is not because the economy needs our work that we are working. No, we are working because we wouldn’t know what to make of our free time.

If it is idleness that corrupts (Voltaire), then one should ask whether the brightest child is not as idle in school as the worst dunce.

Reading a newspaper is relying on partial and partisan rhetoric; reading two newspapers is a waste of time.

What used to be called the servile class are now called entrepreneurs. The house cook now runs a restaurant, the footman has opened an electrical and plumbing business, the housemaid is a self-employed cleaning lady. These are the entrepreneurs. As to the economy, it’s the technostructure that handles it.

Nothing great in the world has ever been achieved without passion (Hegel). A grande passion is the privilege of people who have nothing to do (Oscar Wilde).

The real problem is not mass unemployment but mass employment.

Mankind owes everything to cynics. What a cynic was the man who invented the wheel, who thought walking was foolish when the others said it was a duty.

Definition. The organization man is an intermediate state between man and the machine.

When the organization man wants to save his soul from complete mechanization, he turns to politics and becomes a politician. He plays at elections, at personal power… This is why the man who remains an organization man all his life hates the politician, who puts something human, however primitive, in his own life. Of course he despises him at the same time because, whereas he, the organization man, has an aura derived from the fact that he represents the corporation (“I represent the corporation”), the politician has an aura derived form the fact that he seeks to represent or actually represents the people, and that for sure has a peculiar smell.

Below good and evil: This is the life of the organization man.

At a Parisian café a cup of coffee is expensive because it is served to you by a grumpy waiter.

The principle of least effort is at the core of the economy because it conditions productivity. However, the organization man has a hierarchical, even a feudal outlook; his objective is to be well seen. Hence a burst of efforts and energy as spectacular as it is worthless.

To sacrifice oneself in order to provide one’s children with a better life than one’s life (meaning to legitimate one’s overwork) is as bright an idea as that of a life after death.

They say moral judgement relates to the act and not to the person. However, women permit to some what they take offense at from others.

Man can take his pleasure with any woman (who does not disgust him). Why would he consult anything but his interest in the choice of a mate?

Taking his pleasure with any woman, man is a pig. Furthermore, all great minds agree to say that work prevents one from cultivating oneself and thinking. Thus modern man, as condemned to work, is a dog. I say he is a rat too, but that is merely a personal opinion.

It is so complicated to be a woman that if a woman told the whole truth, not one man would comprehend her consistency.

Women are superior to men, except in their tastes, because they love men. Whereas men have noble tastes that incline them towards objects of a superior quality.

Politicians are proof that cretins can go far in life, and our societies cannot do without such a message of hope.

Rechtschreibreform. These last years the Germans have invented a few linguistic niceties such as Schifffahrt, Rollladen, Stopppreis, Schwimmmeister, &c, and they are serious about it, they really mean to write like that. Once the philosopher said, “Jeder Wohlgesinnte und Einsichtige ergreife also mit mir Partei für die deutsche Sprache gegen die deutsche Dummheit.” (Schopenhauer) (“I call every good-meaning and reasonable person to take side with me for German language against German stupidity.”) As we can see, it’s now too late! Who cares about Germans and Germany anyway?

Zillions of euros are spent in advertising aimed at associating in the male consumer’s mind this or that low-end product with success in courtship whereas everybody knows that, to succeed with women, one would rather earn more money than what allows to buy these cheap products.

What a person buys under the influence of mass advertising is what prevents him from distinguishing himself, when his goal is to distinguish himself. N.B. I’d say it pays the poor to distinguish himself from the poor surrounding him, in poor women’s eyes, but it impairs the rich to distinguish himself, because then he’s just an eccentric.

We sent people to the moon (so they say) but we can’t even make silent fridges. You just can’t buy a fridge for an open-plan kitchen without making a no man’s land of your living room due to the nuisance!

Mass culture is the engine of automatized consumption.

Oscar Wilde is like me, he can’t believe in the authenticity of ordinary people’s passions: “Most people are other people. Their thoughts are someone else’s opinions, their lives a mimicry, their passions a quotation.” When asked about their life by social scientists, people remember a film they liked and tell the story.

My ancestors must have owned slaves, because I hate to work.

Scholars tell you work is good in order to keep not working.

From Dr Blau, evolutionary psychologist: “Those who make sexual pursuits too conspicuous a goal of their life are considered base. I am not saying these people are base, only that they are considered base, including by myself.”

June 2016

Pensées IV

C’est l’esprit scientifique qui a modifié la physionomie de la foi chrétienne, laquelle ne présente plus que quelques traits en commun avec la foi du moyen-âge et s’en distingue par de nombreux autres. Si une telle évolution était au contraire un mouvement endogène d’épuration des éléments de superstition non spécifiquement chrétiens au sein de la religion, cela signifierait tout de même que nous ne pouvons être sûrs que la foi ne soit pas appelée à disparaître sous la forme que nous lui connaissons ; cette variabilité est de nature à anéantir toute présomption en matière de pratique. L’idée que la religion a plus agi sur l’humanité que la philosophie est apparemment vraie. Cependant, il faut examiner l’évolution des religions au fil des siècles pour comprendre qu’elles suivent des mouvements impulsés par des idées en dehors d’elles (mouvements qu’elles cessent de combattre dès lors qu’ils se sont imposés malgré elles).

Le placebo fonctionne dans 70 % des cas. Par conséquent, dans tout système de croyance, le guérisseur peut obtenir 70 % de guérisons. Si la médecine moderne obtient par ses traitements, mettons, 85 % de succès, pour les 15 % restants un système de croyance est l’occasion de relancer les dés. Mais la médecine moderne a grandement érodé l’effet placebo de la croyance.

Supplément au Voyage de Bougainville. Pour un Viking qui les voit, les sauvages sont des êtres chétifs, malingres : des skraelings. Pour un philosophe des Lumières, ce sont des hommes robustes et sains par l’effet de la Nature. Ces sauvages vivent dans une inquiétude permanente des calamités naturelles, des guerres (p. 174), qui leur fait un devoir d’une procréation massive ; pourquoi vouloir nous les faire envier ?

Une objection au déterminisme est qu’il entraînerait « logiquement » le fatalisme. C’est faux. Tel homme informé de son décès imminent du fait d’une maladie incurable se gobergera, tel autre se recueillera, tel autre accomplira enfin le projet toujours remis à plus tard. L’attitude face au déterminisme est déterminée. Le « hasard », en statistique (« lois du hasard »), n’implique aucunement que les variations ne soient pas déterminées par des facteurs.

Les contenus sexuels de la culture, même subventionnée, sont volontiers mis en avant comme « subversifs », et en un sens c’est vrai, et cela le sera toujours, car la civilisation repose sur le pacte social hobbesien. Subversif ad vitam æternam.

Si c’est l’oisiveté qui corrompt, il faut se demander dans quelle mesure l’enfant le plus doué n’est pas aussi oisif à l’école que le pire des cancres.

Lire un journal c’est se fier à une rhétorique partisane et partiale, lire deux journaux c’est perdre son temps.

Dans la mare, le canard est à côté de la cane : qui regardera la cane ? Mais quand elle a ses canetons, plus personne ne regarde le canard.

La question que se pose l’homme aux commencements de sa vie, c’est : « Comment serai-je heureux ? » Puis cette question le trouble moins que cette autre : « Que laisserai-je au monde ? »

Quand je fais remarquer à X. qu’il n’est pas permis de dire tout et son contraire, il me reproche d’appauvrir la vie.

Le paradis des houris, je l’avoue, est un peu charnel, mais la félicité des élus, aveugle et sans compassion pour les réprouvés, n’est pas non plus très magnanime. Non, point de barbarie et de supplices éternels ! Les damnés joueront du violon pour les élus occupés à banqueter. Ils pourront ainsi profiter du spectacle tout en se rendant utiles et agréables.

Business Cycles. Le cycle économique implique de ne rien faire contre la récession, et, parce que la population est affectée, de faire croire que le nécessaire est fait. C’est la fonction des politiciens. Dans le cas de ceux qui sont « au pouvoir », elle peut être présentée comme suit : dispose of in case of need (à jeter en cas de besoin).

Quand les femmes sont arrivées massivement sur le marché du travail, on ne savait déjà plus comment occuper la main-d’œuvre.

Make-Work. Ce n’est pas parce que l’économie a besoin de notre travail que nous travaillons ; nous travaillons parce que nous ne saurions pas quoi faire de notre temps libre.

Dans le monde des passions, il est possible de n’avoir de but plus haut que celui d’être recherché par les femmes, dont on méprise le jugement. Le même raisonnement peut s’appliquer au succès littéraire. Dans un cas, le bonheur est d’être aimé des femmes, dans l’autre il est d’être lu des sots.

C’est une loi de nécessité que le riche méprise ouvertement le pauvre car, parmi ces pauvres, il est des hommes d’esprit qui prévaudront à la fin contre lui, par le nom qu’ils laisseront à la postérité, alors que lui-même aura sacrifié sa renommée post mortem à la pénible acquisition des biens de ce monde. Sans un droit légitime à ce mépris le plus outrageant, personne ne prendrait la peine de devenir riche, et la prospérité du corps social s’en trouverait menacée. C’est une grande injustice de ne pas reconnaître l’abnégation des riches (car le mépris en question ne les dédommage pas de la perte d’immortalité, pas plus que les menus plaisirs qu’ils peuvent s’offrir), et de cette injustice tous les pauvres sont coupables, les hommes d’esprit les premiers. C’est pourquoi je pense qu’il sera plus difficile au pauvre d’entrer au paradis qu’au fameux chameau de passer par le chas d’une aiguille.

La morale résumée : tout est permis, rien n’est gratuit.

L’argent, c’est ce qui reste quand on a perdu toute sa culture.

La classe que l’on appelait servile s’appelle aujourd’hui entrepreneuriat. Le serviteur d’hier est l’entrepreneur d’aujourd’hui : le cuisinier à demeure est devenu restaurateur, l’homme à tout faire, patron d’une boîte aux lettres de plomberie-électricité, la domestique, femme de ménage à son compte. Voilà les entrepreneurs. Pour ce qui est de l’économie, la technostructure s’en occupe.

Rien de grand ne s’est fait sans passion. (Hegel) A grande passion is the privilege of people who have nothing to do. (Oscar Wilde)

Schopenhauer l’a dit : pour celui qui pense, il n’est pas de bien plus précieux que le temps libre (freie Muße). Dès lors, n’aurait-il pas incité ses lecteurs à surmonter les préjugés contre le Loto ?

Le vrai problème n’est pas le chômage de masse mais le travail de masse.

L’humanité doit tout aux cyniques. Quel cynique, par exemple, que l’homme qui inventa la roue, qui trouvait que marcher est une bêtise, quand les autres disaient que c’est un devoir.

Pour un certain penseur de journal, récemment, il faut éviter le biais de l’anthropomorphisme quand on se représente la vie extraterrestre. Pour Kant, mêmes causes ont mêmes effets : la vie extraterrestre ne doit pas être très différente de la vie sur terre.

Dans leur grande majorité, les cas sociaux ont été des enfants élevés par une mère célibataire (single mother) (Herrnstein & Murray, 1994). Dans quelle mesure l’organization man largement absent de son foyer en raison du travail place-t-il son épouse dans le rôle de single mother face à leurs enfants ? La réponse est à chercher dans la délinquance juvénile des beaux quartiers (drogue, etc.). — Crise d’adolescence vs. Culture de pauvreté. Je fais l’hypothèse que la notion de crise d’adolescence a servi à désigner en fait la délinquance juvénile des beaux quartiers, dont la cause principale est à chercher du côté de l’intégration dysfonctionnelle du foyer de l’organization man trop accaparé par son travail, où la mère (quand elle ne travaillait pas encore, à l’époque de l’apparition et de l’usage du concept) est la plupart du temps réduite au statut de single mother face à ses enfants. L’existence de cette délinquance est à l’origine de la crise du système pénal en Occident, dans la mesure où, précisément du fait de la théorisation par le concept de crise d’adolescence (lequel a tout de même un support biologique dans les modifications hormonales de cet âge), ce système ne pouvait plus fonctionner de manière universelle-abstraite et punir indistinctement les infractions : il était entendu que les manquements à la loi par ces délinquants en crise d’adolescence ne pouvaient être punis avec, si même ils devaient être punis le moins du monde, la même rigueur que les mêmes actes commis par ceux qui, loin d’être en « crise », sont dans l’apprentissage de la culture de pauvreté qui est leur destin. Il était également entendu que l’enfant de l’organization man finirait par s’amender, étant suffisamment intelligent pour comprendre son intérêt. La crise de l’adolescence, moyennant une attitude souple du système répressif, se résoudrait au bénéfice commun de l’individu et de la collectivité. Cela a eu deux conséquences. Tout d’abord, une telle inégalité devant la loi, dès lors qu’elle devait avec le temps devenir de plus en plus apparente, entraîna par contrecoup une tolérance envers la délinquance de la culture de pauvreté, donc une tolérance généralisée envers toute une série de violations de la loi plus ou moins mineures, et de moins en moins mineures, et un émoussement de l’indignation morale à l’égard de l’illégalité en général (la réaction à cette tendance, avec la « tolérance zéro », semble encore loin d’avoir pris suffisamment d’ampleur pour exercer un effet appréciable). Ensuite, l’habitude de l’impunité chez les jeunes délinquants des classes moyennes et supérieures provoqua l’explosion de la criminalité en col blanc, la dissolution de l’intégrité morale de la classe managériale. L’ancien délinquant juvénile a certes renoncé à son imitation, sur le mode révolté, de la culture de pauvreté, mais il a transposé celle-ci dans le cadre de son activité d’adulte, l’organisation et la bureaucratie, avec cette conséquence que la criminalité et le mépris de la loi sont rampants du haut en bas de l’échelle sociale.

Mars 2014