Tagged: Rechtschreibreform

XXXVIII

Social Optimum. The person satisfied with his lot ought to be placed in a lower condition, because he might be as satisfied in that lower condition as he currently is, and other people envy his current condition. Because of his case, it is likely that the overall equilibrium is suboptimal. Being unsatisfied, even unhappy, is a good omen; there only needs not go off the rails, because then one becomes useless.

Business Cycles. The cycle implies to do nothing against recession but at the same time, because the population is impacted, to make believe everything is done. This is the function of politicians. In the case of those “in command,” the function can be best described as follows: Dispose of in case of need.

Make-Work. It is not because the economy needs our work that we are working. No, we are working because we wouldn’t know what to make of our free time.

If it is idleness that corrupts (Voltaire), then one should ask whether the brightest child is not as idle in school as the worst dunce.

Reading a newspaper is relying on partial and partisan rhetoric; reading two newspapers is a waste of time.

What used to be called the servile class are now called entrepreneurs. The house cook now runs a restaurant, the footman has opened an electrical and plumbing business, the housemaid is a self-employed cleaning lady. These are the entrepreneurs. As to the economy, it’s the technostructure that handles it.

Nothing great in the world has ever been achieved without passion (Hegel). A grande passion is the privilege of people who have nothing to do (Oscar Wilde).

The real problem is not mass unemployment but mass employment.

Mankind owes everything to cynics. What a cynic was the man who invented the wheel, who thought walking was foolish when the others said it was a duty.

Definition. The organization man is an intermediate state between man and the machine.

When the organization man wants to save his soul from complete mechanization, he turns to politics and becomes a politician. He plays at elections, at personal power… This is why the man who remains an organization man all his life hates the politician, who puts something human, however primitive, in his own life. Of course he despises him at the same time because, whereas he, the organization man, has an aura derived from the fact that he represents the corporation (“I represent the corporation”), the politician has an aura derived form the fact that he seeks to represent or actually represents the people, and that for sure has a peculiar smell.

Below good and evil: This is the life of the organization man.

At a Parisian café a cup of coffee is expensive because it is served to you by a grumpy waiter.

The principle of least effort is at the core of the economy because it conditions productivity. However, the organization man has a hierarchical, even a feudal outlook; his objective is to be well seen. Hence a burst of efforts and energy as spectacular as it is worthless.

To sacrifice oneself in order to provide one’s children with a better life than one’s life (meaning to legitimate one’s overwork) is as bright an idea as that of a life after death.

They say moral judgement relates to the act and not to the person. However, women permit to some what they take offense at from others.

Man can take his pleasure with any woman (who does not disgust him). Why would he consult anything but his interest in the choice of a mate?

Taking his pleasure with any woman, man is a pig. Furthermore, all great minds agree to say that work prevents one from cultivating oneself and thinking. Thus modern man, as condemned to work, is a dog. I say he is a rat too, but that is merely a personal opinion.

It is so complicated to be a woman that if a woman told the whole truth, not one man would comprehend her consistency.

Women are superior to men, except in their tastes, because they love men. Whereas men have noble tastes that incline them towards objects of a superior quality.

Politicians are proof that cretins can go far in life, and our societies cannot do without such a message of hope.

Rechtschreibreform. These last years the Germans have invented a few linguistic niceties such as Schifffahrt, Rollladen, Stopppreis, Schwimmmeister, &c, and they are serious about it, they really mean to write like that. Once the philosopher said, “Jeder Wohlgesinnte und Einsichtige ergreife also mit mir Partei für die deutsche Sprache gegen die deutsche Dummheit.” (Schopenhauer) (“I call every good-meaning and reasonable person to take side with me for German language against German stupidity.”) As we can see, it’s now too late! Who cares about Germans and Germany anyway?

Zillions of euros are spent in advertising aimed at associating in the male consumer’s mind this or that low-end product with success in courtship whereas everybody knows that, to succeed with women, one would rather earn more money than what allows to buy these cheap products.

What a person buys under the influence of mass advertising is what prevents him from distinguishing himself, when his goal is to distinguish himself. N.B. I’d say it pays the poor to distinguish himself from the poor surrounding him, in poor women’s eyes, but it impairs the rich to distinguish himself, because then he’s just an eccentric.

We sent people to the moon (so they say) but we can’t even make silent fridges. You just can’t buy a fridge for an open-plan kitchen without making a no man’s land of your living room due to the nuisance!

Mass culture is the engine of automatized consumption.

Oscar Wilde is like me, he can’t believe in the authenticity of ordinary people’s passions: “Most people are other people. Their thoughts are someone else’s opinions, their lives a mimicry, their passions a quotation.” When asked about their life by social scientists, people remember a film they liked and tell the story.

My ancestors must have owned slaves, because I hate to work.

Scholars tell you work is good in order to keep not working.

From Dr Blau, evolutionary psychologist: “Those who make sexual pursuits too conspicuous a goal of their life are considered base. I am not saying these people are base, only that they are considered base, including by myself.”

June 2016

XXV

Les gens mentent. Ils mentent sur leurs préférences, leurs habitudes, leurs motivations. Ils donnent aux personnes qui enquêtent auprès d’eux les réponses qui, leur semble-t-il, les feront paraître intelligents et distingués. En outre, les gens sont quasiment tous incapables de reconnaître les produits qu’ils consomment habituellement, avec une loyauté marquée pour telle ou telle marque, c’est-à-dire de reconnaître les produits qu’ils « préfèrent », quand on les soumet à des blind tests. C’est pourquoi les spécialistes du marketing ont dû renoncer à demander directement aux gens ce qu’ils achèteraient, et ont adopté l’analyse motivationnelle (motivational research), fondée sur les travaux de la psychologie, principalement les théories psychanalytiques de l’inconscient et les recherches behavioristes (cf. Vance Packard, 1957), parce que croire les gens sur parole conduit à des choix de production lourds de conséquences financières. Les gens mentent aussi dans les sondages d’opinion, et les sondeurs corrigent systématiquement les réponses données en ajustant les résultats en fonction des écarts systématiquement constatés par le passé. Et vous voudriez, braves sociologues, qu’ils vous disent la vérité sur leur vie sexuelle ? Tout ce qui n’est pas soumis à la sanction du marché peut exister indéfiniment en tant qu’illusion. Quand d’une connaissance exacte de la réalité dépend un intérêt privé (en l’occurrence, dans notre société, un intérêt corporatif), cette connaissance se fait jour, et, dans notre exemple, cela passe par le fait de ne plus croire les gens sur parole, de comprendre le ressort de leurs motivations par d’autres voies.

La fonction première du sexe est de faire vendre des marchandises. Il paraît que ça n’a pas toujours été le cas.

Chaque jour en France, davantage de vidéos pornos sont visionnées que de rapports sexuels consommés. C’est une évidence.

Un ouvrage majeur de l’histoire de la pensée au XXe siècle n’a pas, à ma connaissance, été traduit en français ; il s’agit de On Time, Work, and Leisure (1962) de l’Américain Sebastian De Grazia. L’une de ses observations est que, malgré les énormes gains de productivité enregistrés par les économies occidentales, les gens n’ont guère plus de loisir. Il distingue celui-ci du temps libre, qui est purement et simplement le temps restant décompté du temps de travail. Ce temps libre est en réalité en grande partie contraint. Si la semaine de travail a été réduite de trente et une heures entre 1850 et 1960, pour se fixer à cette date à trente-neuf heures, le temps de loisir à proprement parler, c’est-à-dire la partie non contrainte de ce temps dit libre, n’a que peu augmenté sur la même période, en raison de l’accroissement de la durée de trajet entre le domicile et le lieu de travail, des tâches domestiques (quand les deux conjoints travaillent, ces tâches domestiques se partagent entre les deux alors qu’auparavant celui des deux conjoints qui travaillait en était exempté), du travail secondaire (moonlighting), mais aussi de l’intensification du travail (taylorisation, spécialisation) et donc de l’augmentation du temps de récupération nécessaire. Cette dernière notion est fondamentale : une grande partie de notre temps libre est perdue pour des activités exigeant une implication personnelle active, c’est un temps qui, par nécessité physiologique, doit être consacré à la récupération, un état passif, typiquement les quelque deux heures dans la soirée qui restent en semaine à l’individu, et qui sont souvent passées devant la télévision, le seul emploi du temps libre d’une immense majorité de nos contemporains. Ce temps de récupération est d’autant plus important que le travail est intense et fragmentaire. Le temps véritablement libre, dans nos sociétés – et il n’est déjà pas si étendu qu’on le dit – n’est en grande partie rien d’autre qu’un temps de récréation. La personnalité, si elle existe, est anéantie. (Si le nombre d’années passées en retraite a été allongé, avec la durée de vie, cela n’a que peu d’incidence sur la structure du temps libre, en raison du phénomène de « détérioration mentale physiologique » lié à l’âge, qui tend à maintenir les personnes retraitées dans un état passif, récréatif de consommateurs somnambules, comme les « actifs » lors de leur nécessaire temps de récupération.) – De Grazia rappelle par ailleurs quelques données historiques plus anciennes, telles que les 115 jours fériés par an, en plus des cinquante-deux dimanches, soit 167 jours chômés annuels, dans le Moyen Âge chrétien, des jours fériés qui s’appliquaient à tous les travailleurs. Il rappelle également que les anciens Romains ne travaillaient pas, « being supported by the foreign tributes exacted by their government ». Plus près de nous, « When in the nineteenth century England led the world in trade and finance, London executives took 4-day weekends ». Les conséquences de cette différence entre les élites d’une époque à l’autre, sont manifestes, je pense, entre, d’un côté, une élite pouvant se consacrer à des activités non spécialisées, pendant son temps libre, et, de l’autre, une élite entièrement absorbée par ses fonctions spécialisées, sans loisir. – La course à la consommation, déclenchée, historiquement, par le « status panic » des classes moyennes, par cette compulsion de l’employé ou travailleur « intellectuel » à se distinguer du travailleur manuel, sans être de la classe possédante, compulsion qui le rend particulièrement sensible à l’influence de la publicité commerciale, a consacré un système de plus en plus aliénant pour l’individu. Au point que De Grazia affirme : « Opinion may be free, yet the laws conspire against a way of life. » (« Les opinions sont peut-être libres mais les lois conspirent contre un certain mode de vie. ») Ce mode de vie, c’est ce qu’il appelle le loisir. Et d’ajouter : « Are democracy and leisure compatible? The answer: No. »

Quand j’expliquais à des amis qu’une société libre peut se passer de classe politique (voir ici), l’un d’eux (qui tient à rester anonyme) me répondit la chose suivante : « Les hommes et les femmes politiques sont la preuve que des abrutis peuvent aller loin dans la vie, et notre société ne peut se passer d’un tel message d’espoir. »

Le professeur invite ses élèves ou étudiants à poser des questions. Celui qui pose une question que le professeur ne s’est jamais posée est perdu.

Selon Pierre Bourdieu, la plus haute ambition que puisse caresser un enfant d’ouvrier est de devenir enseignant. J’en infère, si c’est correct, que de nombreux enseignants sont enfants d’ouvriers, voire que le corps enseignant est en grande partie d’origine ouvrière. Selon Adorno et Frenkel-Brunswik, l’ouvrier est ordinairement élevé selon une mentalité autoritaire. Selon Inglehart (1976), les attitudes ne changent pas, ou changent peu, au cours de la vie ; ses recherches statistiques ont écarté un life-cycle effect dans la variation des valeurs et attitudes. – Conclusion : L’école fonctionne selon un mode autoritaire.

Le ventre bombé est une déformation caractéristique des femmes d’un certain âge après un ou plusieurs accouchements. Les suites d’un accouchement nécessitent normalement un repos prolongé, en position allongée, avec des bandes autour du ventre, pour remettre les entrailles en place, ce que les femmes ont aujourd’hui oublié. (On appelait cela être en couches, et la fin de cette période les relevailles). Or ce renflement du ventre rend la pénétration plus difficile, le membre masculin ne pouvant pénétrer aussi profondément. L’effet de cette déformation des femmes est encore aggravé par les bourrelets de l’homme, dus à une alimentation trop riche. De sorte que, si le membre masculin était d’une taille conforme aux parties génitales de la femme au début de la vie en couple, sa taille devient insuffisante après quelques années, à cause de ces déformations. Vous voyez le problème.

Rechtschreibreform. These last years the Germans have invented a few linguistic niceties, such as Schifffahrt, Rollladen, Stopppreis, Schwimmmeister, &c, and they are serious about it, they really mean to write like that. Once the philosopher said, « Jeder Wohlgesinnte und Einsichtige ergreife also mit mir Partei für die deutsche Sprache gegen die deutsche Dummheit. » (Schopenhauer) (« I call every good-meaning and reasonable person to take side with me for German language against German stupidity. ») As we can see, it’s now too late! Who cares about Germans and Germany anyway?

Février 2015