Tagged: islamologie

Louxor : Le Film

À peine avais-je publié sur mon blog il y a deux jours le manuscrit envoyé par mon ami X. (voir mon précédent post) que je recevais par voie postale express, hier, un colis de la part de mon ami Y., perdu de vue lui aussi depuis plusieurs années et qui me demandait à son tour de publier ses écrits.

Las ! appelant aussitôt son ex-femme pour qu’elle me donne un numéro où joindre Y., celle-ci m’apprit qu’il s’était suicidé hier, et ce lors d’une conversation par webcam avec elle, donc devant ses yeux, ce dont elle est extrêmement traumatisée.

Compte tenu de ces circonstances, et de mon amitié ancienne avec Y., je ne peux me dérober à sa requête. Voici donc ses textes, avec la lettre qu’il m’adressa.

Mais je vous en supplie, mes amis, trouvez un autre moyen de faire connaître vos écrits que mon blog, surtout si vous entendez mettre fin à vos jours ! Vous pouvez créer vos propres blogs sans frais (à condition d’accepter de la publicité au milieu de vos textes) ou vous pouvez publier sur des forums en ligne, qui ont souvent une audience bien supérieure à celle d’un blog individuel. Et je ne passerai plus à mes propres yeux et sans doute à ceux d’autrui pour quelqu’un qui favorise les entreprises suicidaires ! Merci de votre compréhension.

*

Salut, l’ami !

En voyant, lors d’une de mes régulières visites sur ton blog tellement intéressant, que tu as publié des textes de ce bon vieux X. (paix à son âme), il m’est venu une idée : te faire la même demande. C’est le seul moyen pour moi de toucher une audience considérable et un public informé, cultivé.

Je te le demande au nom de notre amitié ancienne et je suis sûr aussi que tu reconnaîtras l’intérêt que présentent ces textes. J’ai réuni ces ébauches sous le titre LOUXOR : Le Film, qui en est la pièce centrale. Il s’agit de géopolitique de l’islam, sujet ô combien d’actualité !

Le film en question est resté et restera à l’état de projet. C’est dommage. J’ai eu quelque espoir de le voir concrétiser avec l’élection en Égypte du Président Morsi, mais le coup d’État a mis fin à mes illusions. Les quelques contacts que j’avais pris à ce sujet ne m’ont plus donné de nouvelles (je sais qu’au moins l’un d’eux a été assassiné et qu’un autre croupit en prison).

D’avance merci, mon cher ami, et bonne continuation.

Ton dévoué,

Y.

P.S. Inutile de faire connaître mon nom.

*

Apologie de l’Émirat islamique d’Afghanistan (1996-2001)

Les Talibans sont des héros. Les Talibans ont pacifié l’Afghanistan en proie aux luttes factieuses après le départ des chars soviétiques. Les Talibans ont éliminé le blaireau Massoud, ce Bob Marley des montagnes à la botte de l’Occident pro-sioniste. Les Talibans ont appliqué la charia en Afghanistan de sorte que, par exemple, la production d’opium avait été quasiment éradiquée. Le régime des Talibans a été renversé mais ils continuent de contrôler certaines provinces du pays et sont le fer de lance de la lutte armée contre les troupes d’occupation pro-sionistes.

Les Talibans sont la hantise d’un Occident dégénéré, qui apporte en Afghanistan la démonstration de son impuissance.

La presse rapporte aujourd’hui le cas de femmes brûlées vives, évoquant par exemple un homme « tombé dans l’héroïne et dans l’alcool » coupable d’un tel acte. Ceci aurait été impensable sous les Talibans. L’homme aurait été flagellé ou pendu pour son intoxication avant de pouvoir s’en prendre à qui que ce soit. Le problème de ces femmes n’est pas l’application du droit musulman mais le chaos importé par les armées pro-sionistes : production de drogue remontée en pleine puissance (l’Afghanistan est de nouveau le principal producteur international de pavot) et importation d’alcool pour créer la confusion parmi les populations locales. (Nov. 2006)

*

Les accords politiques n’impliquent pas nécessairement une proximité idéologique. Le Troisième Reich a eu l’idée de rétablir le califat pour les Musulmans, en donnant le titre de calife au roi Ibn Séoud. Nous pouvons reprendre la même idée, avec l’accord suivant : nous aidons l’islam à reconstituer un califat, en contrepartie de quoi le califat rapatrie la majeure partie, voire la totalité, des populations islamiques aujourd’hui présentes sur le sol européen. C’est un accord de bon sens.

L’islam a surtout besoin aujourd’hui de se faire respecter sur ses propres terres. Les gouvernements à la botte des États-Unis doivent être renversés et des autorités islamiques instituées dans tous les pays de tradition musulmane. Ces nouveaux pouvoirs en place se préoccuperont davantage du peuple, qui n’éprouvera plus le besoin d’émigrer. De même, les aspects revendicatifs de l’islam n’auront plus de raison de s’exporter.

Si, après cela, ils veulent, comme certains le pensent, nous envahir, nous conquérir, nous saurons nous défendre. Ce sera : Que le meilleur gagne. Mais les Musulmans n’ont pas de fantasme de conversion universelle. Ce qui se passe actuellement, et qui les met à raison en colère, c’est que la souveraineté des États et des peuples arabes, en particulier, n’est pas respectée par les États-Unis, à cause des sionistes. Aidons-les à retrouver leur souveraineté et ils nous aideront à retrouver la nôtre. (Nov. 2006)

*

LOUXOR : Le Film

Ne vous demandez pas ce que le djihad peut faire pour vous, mais demandez-vous ce que vous pouvez faire pour le djihad. (Kennedji)

Vous vous souvenez des attaques contre des touristes sur le site de Louxor, en Égypte, en 1997, au cours desquelles trente-six Occidentaux trouvèrent la mort, principalement des Suisses (paix à leur âme). Je voudrais réaliser un film, une super-production, sur l’histoire des attentats. Ce serait grandiose, du Cecil B. DeMille à la gloire des moudjahidines.

D’abord, on verrait la vie de quelques-uns des moudjahidines au Caire, ville tentaculaire et délabrée dirigée par un gouvernement corrompu à la solde des États-Unis et d’Israël. Leur grand et noble cœur s’afflige de l’état dans lequel se trouve leur pays à cause des élites occidentalisées qui méprisent le peuple. Ils deviennent de plus en plus dégoûtés et fanatiques, rejoignent des groupes militants et commencent à s’entraîner pour une opération d’envergure.

Ensuite, on voit les touristes débarquer en Égypte. Dans le film, ce sont beaucoup d’Américains et d’Israéliens. Ils veulent des prostituées, demandent de préférence, pour cela, des Égyptiennes de moins de douze ans. Ils se bourrent la gueule devant les autochtones. Il y a parmi eux deux agents du Mossad homosexuels, qui viennent pour dégrader la situation politique un peu plus dans le pays, ainsi qu’un producteur de films pornographiques de nationalité israélienne, par ailleurs membre de la mafia dite « russe ».

Puis vient le jour de leur visite au site archéologique et touristique de Louxor. La scène doit durer au moins une demi-heure, avec chasse à l’homme (des moudjahidines contre les touristes puis des soldats égyptiens rappliqués sur les lieux contre les moudjahidines) et action pure (avec highjacking d’autocars de tourisme, ce qui est pleinement fidèle à la réalité). La scène pourrait être vraiment captivante. Les attaquants s’emparèrent de bus de tourisme et il s’ensuivit une véritable course-poursuite avec la police et des jeeps de l’armée, peut-être même des blindés, pendant que ça canardait dans tous les sens, parmi les ruines monumentales des pharaons. À la fin, ce sont les bons qui gagnent, avec quelques martyrs. Mission accomplie.

Le film s’appellerait LOUXOR. (Jan. 2007)

ii

Voici un document qui montre que mes personnages ne sont pas une invention et une diffamation mais que je les tire de la triste réalité. Il s’agit du démantèlement en l’an 2000 au Brésil d’un réseau de prostitution enfantine pour touristes israéliens, réseau organisé par le consul israélien à Rio de Janeiro, lequel s’est enfui en Israël avant que la police puisse l’interroger :

I have on my desk at the moment a news item from Brazil. It is dated July 5 –that’s just 10 days ago– and was reported by Reuters news agency. It is about a child prostitution ring operated in Brazil by Israeli diplomats in order to satisfy the sexual appetites of Israeli tourists. I’ll bet you haven’t seen anything about this on whichever network television news program you watch. The head of the child prostitution ring is Arie Scher, Israel’s consul in Rio de Janeiro, The ring recruited girls as young as nine years old and organized sex parties with the children for Israeli tourists. One of the child prostitutes was questioned by Brazilian police and led them to the home of a Hebrew language teacher in Rio, Georges Schteinberg, where police seized photographs of hundreds of naked children and videos taken at sex parties with the children. Viewing the videos, police officials recognized the swimming pool and deck of the Israeli consul, Arie Scher, which was the scene of many of the sex parties.

Arie Scher was immediately whisked out of Brazil by the Israeli government before the Brazilian police could question him.

(Overthrow.com)

iii

Sinon, j’ai un autre projet, Ta-Marbuta le petit chameau, mais ce n’est pas le même genre… (Avril 2009)

*

Un bas-du-front islamophobe poste en ligne une vidéo de Talibans châtiant une femme sur la voie publique, avec le commentaire : « Âmes sensibles s’abstenir (de regarder) ». Je ne crois pas que frapper nonchalamment les mollets d’une femme avec une sorte d’élastique, une lanière (mettons que ce soit, au pire, un nerf de bœuf) appelle un tel commentaire. Serions-nous devenus aussi sensibles à la douleur ?

Il y a deux courants chez nos immigrés : d’un côté, le rap et la délinquance, de l’autre, l’islam. Je fais très clairement la différence. L’islam est un allié non seulement contre les élites occidentales corrompues mais aussi contre les immigrés de la première catégorie. Je souhaite donner aux imams davantage de pouvoir dans les cités, quasiment toute latitude pour couper la main des voleurs, flageller ceux qui écoutent du rap et exécuter les violeurs et assassins. C’est aussi simple que ça.

Quelqu’un comme Maurice Dantec fait quant à lui l’amalgame. D’abord, il vous dit qu’il déteste le rap et cette culture bestiale d’origine américaine, puis ensuite il fustige les religieux musulmans, qui fomenteraient selon lui cette même culture… Quel paradoxe ! Si c’est vrai, je demande qu’on m’en apporte la preuve ou au moins des indices.

Je n’ai aucune sympathie pour les immigrés qui ont adopté et importé le rap américain chez nous. Par contre, l’imam de banlieue qui s’élève contre la corruption de l’Occident, que voulez-vous que je lui dise ? Je pense exactement la même chose que lui. (Mars 2007)

*

Gloire à Mahmoud Ahmadinejad, vainqueur incontesté des élections avec 60 % des voix. Quelle belle journée !

Après tant d’articles et de reportages de la presse française, comme de la presse de tous les régimes pro-sionistes, qui a pris comme d’habitude ses rêves pour la réalité et se voyait déjà dans le meilleur des mondes sionistes, la voix du peuple a parlé et le programme d’indépendance nucléaire de ce fier pays peut se poursuivre en toute tranquillité.

Même si les médias continuent de prendre leurs rêves pour la réalité. Ils sont en train de nous dire, à présent, que la jeunesse iranienne pleure. Je ris avec la jeunesse iranienne !

C’est comme avec Berlusconi : avant les élections, les journaux français nous le disaient fini en raison de ses « frasques », de la demande en divorce de sa femme, de « papounet », etc., mais il n’en finit pas de laminer la gauche, aux élections européennes comme aux élections locales qui ont immédiatement suivi.

À force de prendre leurs rêves sionistes pour la réalité, un jour on finira par ne plus les prendre au sérieux, ma parole !

NEJAD FOR EVER!

(Juin 2009)

ii

Sarko-Nagy-Bokza, gouverneur pro-sioniste de la province France, a condamné la fraude électorale en Iran et, pour les médias pro-sionistes, l’élection de Nejad le Grand ne peut qu’être truquée. Ces vaines attaques, qui ne s’appuient sur rien, sont le pathétique témoignage de leur rage imbécile.

À présent, des foules de jeunes Iraniens manipulés sont dans la rue. Les manipulateurs ont les poches pleines de dollars. Ces jeunes travaillés au porno sur le dark net parlent de « dictature » parce qu’ils ne comprennent pas que les masses laborieuses et paysannes détestent ces racailles occidentalisées qui ne représentent qu’une minorité de la population (tout au plus 37 %) mais se croient permis de contester le résultat d’élections libres, poussés à la violence par des agents provocateurs et leurs bas instincts.

Cette minorité qui constitue l’onaniste petite bourgeoisie des centres urbains dégénérés et golémisés par les pervers sionistes est le porte-drapeau des médias mondialisés.

Si ces soixante-huitards basanés s’excitent autant, c’est qu’ils sont persuadés que les Occidentaux les soutiennent, vautrés derrière leurs écrans de télévision…

Le parfum de romantisme que lesdits médias puants veulent vaporiser sur ces éructations violentes de machines auto-érotiques s’accommode mal des remugles d’égouts qui sont le lait et le miel de ces contestataires avariés.

J’adresse mes félicitations au Président Ahmadinejad pour sa victoire.

*

J’ignore quel danger représente l’islam, et je crois que la plupart des gens confondent « danger » et « nuisance ». Si nous avions une immigration massive de Croates, ces personnes parleraient d’un « danger » croate, parce que l’immigration de travail apporte au pays d’accueil une vile populace corvéable à merci qui cumule toutes les tares de sa race, quelle que soit celle-ci. Il ne s’agit pourtant que d’une nuisance. (Octobre 2009)

*

Saïda Savitri (1942) affirme que les textes grecs de l’Antiquité ont été connus en Occident à la Renaissance seulement. Je suis perplexe. Les commentateurs arabes de la philosophie grecque, et leurs traductions, étaient connues en Occident depuis le Moyen Âge. Averroès (Ibn Rochd), par exemple, était très lu des clercs, au point qu’on parle d’un courant de pensée averroïste dans l’Europe chrétienne. Ce qui caractérise la Renaissance, c’est la lecture des textes grecs originaux, par le canal des Grecs byzantins (notamment des émigrés après la prise de Byzance par les Turcs en 1476). La Renaissance correspond donc en réalité au reflux de l’influence arabo-musulmane dans l’Europe intellectuelle, par l’accès direct aux sources grecques originales.

Du reste, je ne fais pas partie de ceux qui considèrent la Renaissance comme une ère de progrès intellectuel. Cette période se caractérise surtout par les progrès d’un scepticisme matérialiste.

*

Je relève actuellement deux groupes numériquement significatifs d’adeptes du national-socialisme sur Facebook. L’un, NAZI, a été créé par un Indonésien et compte près de 700 membres. L’autre, Mein Führer, a été créé par un Turc et compte un peu plus de 1 100 membres.

La caractéristique de ces deux groupes est que les Blancs ne sont pas la majorité des membres. On y trouve un peu de tout, dont des femmes voilées, d’ailleurs un nombre considérable de Musulmans dans les deux cas et ce n’est pas étonnant vu la nationalité des créateurs de ces groupes. (Jan. 2010)

*

Dubaïgate : Les Assassins assument

Les Mossadiens ne s’embarrassent pas de broutilles telles que la dignité d’États amis. Qu’ils trafiquent de faux passeports à la nationalité de ces alliés et assassinent un homme pour raison d’État grâce à ces passeports frauduleux, quoi de plus bénin ?

Et pourquoi, s’il vous plaît, prendraient-ils la moindre précaution ? « Il est peu probable que l’enquête aille très loin, Londres, Dublin et Paris ayant annoncé hier que les passeports britanniques, irlandais et français étaient des faux. » (Le Figaro, 17.02.2010)

Les assassins étaient on ne peut plus contents d’eux. « La presse israélienne, qui publiait hier en une les photos des onze suspects, ne prenait que des précautions ironiques pour ne pas attribuer l’opération au Mossad. » (ibid.)

Cependant, au milieu des réjouissances, on apprend que les ambassadeurs israéliens sont convoqués par leurs homologues, dans les pays concernés par les usurpations d’identité. Les sionistes ont dû être les premiers surpris. Le ton a donc changé ; la presse, hier « ironique », devient venimeuse.

« Le Jerusalem Post (…) donne le ton : ‘Il y a de bonnes raisons de penser que certains représentants de l’intelligentsia et des médias en Grande-Bretagne se seraient livrés aux mêmes critiques si, dans l’hôtel (dubaïote), s’était trouvé Oussama Ben Laden ou Adolf Eichmann.’ » (Figaro 20-21.02) Des nazis !

Mais pas de quoi s’affoler non plus. Un M. Tzvi Stauber, ancien ambassadeur à Londres, met les points sur les tzvi : « S’il s’avère que le Mossad a réalisé cette opération, les Britanniques gèleront, au pire, les relations entre le MI 6 et le Mossad, mais cela ne devrait pas aller beaucoup plus loin et ce boycott ne durera pas. La vie continuera. Après tout, ce sont les Britanniques qui ont inventé le métier d’espion. » (ibid.) Et le métier d’assassin ?

Pour conclure, le Jerusalem Post à nouveau : « Ceux qui dénoncent le Mossad ne comprennent pas que, parfois, la fin justifie les moyens. » (ibid.)

Quelle belle mentalité. Et c’est un État ami, ça ? (Février 2010)

*

« Washington à la conquête du ‘9-3’ »

Les Yankees craignent de voir nos banlieues se transformer en centres de formation pour kamikazes. Ils essaient de contrer la radicalisation islamique de ces quartiers en attirant les jeunes vers leur modèle+, car ils savent que les kamikazes viseront avant tout le centre névralgique de l’Occident, les États-Unis, et pas cette petite périphérie qui s’appelle la France gaulliste.

La tactique employée ne peut que renforcer partout en Occident un multiculturalisme amorphe qui est la clé de voûte du modèle américain.

D’ailleurs, ils se mettent le doigt dans l’œil. Les kamikazes arrêtés ces derniers temps (le Pakistanais de Times Square, le Nigérian de je ne sais plus quel vol aérien, etc.) font partie de ces jeunes formés aux U.S. pour s’y voir révéler les bienfaits de la civilisation yankee. Il faut donc s’attendre à entendre parler demain de kamikazes issus des « quartiers » français et qui paraissaient tellement bien intégrés chez leurs chaperons yankees… (Juin 2010)

+Apparemment, la télé (99 % de productions américaines) ne suffit plus.

*

Le Président de Bosnie de 1990 à 1996, Alija Izetbegovic, Musulman, était un ancien membre recruteur de la SS-Handschar et avait fait trois ans de prison à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Quand il est devenu Président, il a créé au sein de l’armée bosniaque une division d’élite qu’il a nommée Handschar.

*

Si le « panislamisme » était une réalité, l’islam, qui est la première religion du monde, dominerait le monde, mais ceux qui, parmi les nationalistes européens, raisonnent en ces termes et brandissent cette vaine menace passent sous silence les différences et les différends qui traversent l’islam et le fragilisent, les antagonismes de sectes et de races, entre sunnisme, chiisme, ismaélisme, Arabes, Persans, Turcs, Malais, Noirs…, qui rendent une action commune au sein de ce supposé bloc « panislamiste » hyper-problématique. La langue commune la plus employée pour les échanges au sein de ce bloc n’est du reste même pas l’arabe, langue du Coran, mais l’anglais.

La mondialisation, notamment la croissance exponentielle du nombre des pèlerins de La Mecque du fait de la massification des vols aériens, est peut-être susceptible à long terme de créer des liens à dynamique centripète dans le monde musulman et de développer une conscience panislamiste universelle, mais une telle tendance est à ce jour imperceptible géopolitiquement parlant.

*

La déportation par Staline de peuples entiers (Tatars de Crimée, Tchétchènes et Ingouches, Kalmouks…) est ainsi présentée par l’Agence France Presse (AFP) : « La raison de leur déportation a été que certains (peuples) étaient prêts à collaborer avec l’occupant (nazi) et d’autres étaient soupçonnés des mêmes intentions. Une thèse rejetée par les historiens occidentaux et les experts russes indépendants. »

Que cette mauvaise source donne des noms : qui sont ces « historiens occidentaux » et ces « experts russes indépendants » qui nient les intentions de collaboration des Musulmans du Caucase avec les puissances de l’Axe ?

D’ailleurs, quelle différence entre « être prêt à collaborer » et « avoir l’intention de collaborer », qui est la seule distinction faite par cette dépêche ? Ça n’a aucun sens !

Or il ne s’agit pas d’intentions de collaborer mais de collaboration effective. Les noms des organisations impliquées de part et d’autre ainsi que les opérations menées sont connus.

Les cadres traditionnels, religieux et politiques, de ces peuples du Caucase, persécutés par le stalinisme, ont collaboré. Ces peuples ont été déportés à ce titre.

L’AFP raconte des sornettes et le manuel d’histoire qui ne parlerait que d’« intentions » de collaborer, aussi, comme si les tribunaux d’épuration auto-proclamés, officiels ou secrets, n’avaient pas de quoi épurer, pour le travail de mémoire, jusqu’à la fin des temps. (Septembre 2010)

L’Islamologie dans les régimes fascistes : une bibliographie

La présente bibliographie relative au thème de l’islam et à l’islamologie est composée de trois parties : 1/ les écrits publiés en Allemagne, et en Autriche à partir de 1938, pendant le Troisième Reich, 2/ les écrits publiés en Italie pendant le régime fasciste, et 3/ les écrits de sympathisants fascistes ou collaborateurs notoires.

Elle ne prétend pas à l’exhaustivité mais, du fait qu’elle couvre plusieurs aires linguistiques (au moins l’allemand et l’italien), je crois que son champ est assez original, alors même que l’histoire des régimes fascistes, notamment leur alliance au sein du pacte Antikomintern, appelle logiquement une telle approche commune et/ou comparative. Je n’ai pas étendu cette bibliographie au Japon, troisième pilier du pacte, faute d’en maîtriser la langue – ni d’ailleurs, alors que je lis l’espagnol et le portugais, à l’Espagne franquiste et au Portugal de Salazar, où le thème doit être assez présent étant donné que l’islam fait partie de l’histoire de la péninsule ibérique.

Je ne me suis pas limité à la production universitaire, incluant les œuvres destinées au grand public, écrites par des journalistes ou des écrivains professionnels, les essais, la propagande pour ou contre l’islam, et autres. En revanche, j’ai écarté les œuvres de fiction, les travaux de pure linguistique ainsi que, le plus souvent, les œuvres dont l’islam, dans l’un ou l’autre de ses aspects, n’est pas l’objet principal. Une œuvre comme Le Mythe du vingtième siècle du théoricien national-socialiste Alfred Rosenberg, par exemple, comporte plusieurs références à l’histoire et à la doctrine islamiques, qui ne manquent d’ailleurs pas d’intérêt, mais elle ne figure pas pour autant dans la présente bibliographie.

Si le titre que j’ai donné à ce travail parle d’« islamologie », j’ai entendu cette notion de façon relativement large, incluant par exemple les essais sur des personnalités historiques ou politiques du monde musulman, même quand elles ne passent pas pour islamistes (Mustafa Kemal Atatürk, par exemple), des écrits sur l’art dit islamique, des écrits qui sont sans doute plus de l’ethnologie que d’autre chose (tout en écartant les travaux anthropométriques, pour la raison évidente que ces travaux ne se préoccupent pas de culture, a fortiori de culture islamique, à titre principal), ou encore des récits de voyage, bien que pour ces derniers j’ai laissé de côté des ouvrages quand il ne m’apparaissait pas clairement que l’islam apportait la note dominante ; des récits de voyage en Albanie, dans les Balkans ou en Asie du Sud-Est pourraient, à la rigueur, n’évoquer l’islam que très superficiellement, et cela demande donc un travail de vérification le livre en main. Quand un pays est entièrement islamisé, la probabilité est naturellement bien plus importante que l’islam soit la note dominante du récit.

Par ailleurs, j’ai écarté certaines études économiques ou géopolitiques, même consacrées à des pays musulmans, quand leur titre laissait supposer une thématique trop restreinte et indépendante des questions relatives à l’islam (par exemple, certains récits de la Première Guerre mondiale au Proche-Orient). De même, je n’ai retenu que les textes publiés de manière séparée ; les articles des journaux scientifiques (c’est-à-dire, en réalité, la plus grande partie de la production universitaire) ont donc été laissés de côté, sauf quand j’ai considéré tel ou tel article particulièrement pertinent (à côté des ouvrages cités de l’auteur). Enfin, j’avoue que j’ai laissé de côté quelques brochures des missions chrétiennes.

Je donne systématiquement une traduction française du titre des œuvres, ainsi que les éléments biographiques pertinents sur leurs auteurs (quand j’en ai).

Une telle bibliographie peut servir de base à une étude du thème islamique en Allemagne ou en Italie et surtout, car des études « nationales » de ce type existent déjà, bien que peut-être pas aussi spécialisées (en Allemagne on trouvera des études sur l’Orientalistik sous le Troisième Reich, ce qui couvre aussi bien l’égyptologie que l’assyriologie et d’autres disciplines, ou encore des études sur les relations du Reich avec les force politiques du monde musulman, dans lesquelles une recherche plus ou moins partielle sur la littérature concernant le sujet s’impose), et surtout, donc, pour une étude comparative des approches de l’Allemagne nationale-socialiste et de l’Italie fasciste.

Cette bibliographie, dans sa nudité, non parée de développements scripturaires (ma prose) permet aussi déjà, peut-être, de corriger certaines opinions sur la nature hermétiquement fermée au monde extérieur de ces régimes nationalistes. Enfin, certaines références citées ici ne sont peut-être pas sans mérite et peuvent représenter une contribution valable à leur domaine – cela soit dit en guise d’invitation à la fois à l’internationalisation du travail scientifique et, comme cette internationalisation existe mais que les travaux anglo-saxons semblent aujourd’hui tout écraser et même être les seuls à exister, à une révision du rôle relatif de la recherche d’autres pays dans cette production du travail scientifique international.

*

Troisième Reich allemand

 .

ABEL Martin, Die arabische Vorlage des Suaheli-Epos Chuo cha Herkal, 1938 (Le modèle arabe de l’épopée swahili Le Livre d’Herkal)

Islamologue. Expert linguistique pour les radiotransmissions du Reich en Afrique du Nord.

AHRENS Karl, Mohammed als Religionsstifter, 1935 (Mohammed fondateur de religion)

BAHDER Egon v., Enver Pascha. Kampf und Tod in Turkistan, Verlag Die Wehrmacht, 1943 (Enver Pacha : lutte et mort au Turkestan)

BALIC Smail, Die geistigen Triebkräfte im bosnisch-herzegowinischen Islam, Diss. 1945 (Les fondements spirituels de l’islam de Bosnie-Herzégovine)

Islamologue autrichien d’origine yougoslave. Ce titre est sa dissertation doctorale (Diss.).

BANSE Ewald, Ali Pascha, 1938

Géographe et historien. Nsdap.

BECKH Rolf, Der Islam und seine Bedeutung im Plane der überstaatlichen Mächte, 1937 (L’Islam et son rôle dans le plan des puissances supraétatiques)

Publié par la maison d’édition du couple Erich et Mathilde Lüdendorff, ce court essai est la pure et simple application des thèse des Lüdendorff au cas de l’islam, à savoir que c’en est une dénonciation en tant que puissance supraétatique nuisible au peuple germanique, au même titre que l’Église catholique, la franc-maçonnerie, le lamaïsme tibétain, les sociétés iniatiques d’Afrique noire… Cette maison d’édition présente un catalogue assez fourni, en raison, je suppose, des multiples facettes des puissances supraétatiques, et avec de multiples signatures dont personne ne sait rien, comme ce Rolf Beckh ; ce qui me fait penser que ce sont sans doute des pseudonymes de l’un ou l’autre des Lüdendorff, qui ont par ailleurs signé de leur nom une œuvre déjà abondante et relativement monothématique. Erich Lüdendorff n’est autre que le général en chef de l’armée allemande pendant la Première Guerre mondiale.

BENZING Johannes, Turkestan, 1943

Turcologue. Nsdap. Membre de l’Arbeitsgmeinschaft Turkestan, plus tard Arbeitsgemeinschaft Islam, de la SS. A notamment travaillé, dans ce cadre, sur un projet de standardisation d’une langue littéraire pour l’ensemble des peuples turcophones (Tatars…).

BJÖRKMANN Walter, Arabische Führergestalten, 1944 (Dirigeants du monde arabe) avec Reinhard Hüber, Ernst Klingmüller et Dagobert von Mikusch

Islamologue. Contributeur de l’Encyclopédie de l’islam.

BOVERI Margret, Vom Minarett zum Bohrturm. Eine politische Biographie Vorderasiens, 1939 (Du minaret au derrick : une biographie politique du Proche-Orient)

Journaliste, notamment au journal NS Das Reich.

BROCKELMANN Carl, Vorschlag eines internationalen Transkriptionssystemes für die islamischen Literatursprachen, 1933 (Proposition d’un système de transcription international pour la langue littéraire islamique) ; Geschichte der islamischen Völker und Staaten, 1939 (Histoire des peuples et des États islamiques)

Considéré comme un des plus grands orientalistes de sa génération. Auteur d’une grammaire arabe en 1941.

CLEINOW Georg, Turkestan. Die politisch-historischen und wirtschaftlichen Probleme Zentralasiens, 1942 posthume (Turkestan : les problèmes politiques, historiques et économiques de l’Asie centrale)

DALMAN Gustaf, Arbeit und Sitte in Palästina, 7 vol., 1928-42 (Travail et coutumes en Palestine)

Pasteur luthérien. L’œuvre monumentale ici présentée documente les mœurs de la Palestine de son temps.

DAVRAN Bülen, Vom islamischen zum türkischen Recht. Grundsätzliche vergleichende Betrachtungen zur Rechtserneuerung in der Türkei auf dem Gebiet des Zivilrechts, Diss. 1940 (Du droit islamique au droit national turc : une approche comparative pour l’étude du renouvellement du droit civil en Turquie)

DIEZ Ernst, Glaube und Welt des Islam, 1941 (La foi et le monde de l’islam) ; Iranische Kunst, 1944 (L’art iranien)

Orientaliste et historien de l’art. Nsdap.

DUISBURG Adolf v., Im Lande des Chegu von Bornu. Despoten und Völker südlich des Tschad, 1942 (Au pays du Chegu de Bornou. Despotes et peuples au sud du lac Tchad)

Fonctionnaire colonial (Resident der Deutschen Tschadseeländer 1913-14) et chercheur (notamment linguistique : haoussa…).

FISCHER August, Beiträge zum Verständnis religiöser muslimischer Texte, 1933 (Contributions à la compréhension des textes religieux musulmans)

Orientaliste, réputé notamment pour une anthologie (Chrestomathie) d’écrivains arabes classiques.

FISCHER-WETH Kurt, Amin al-Husseini, Großmufti von Palästina, 1943 (Amin al-Husseyni, Grand Mufti de Palestine)

Le livre figure sur la liste des œuvres mises à l’index sous la République démocratique d’Allemagne (DDR), ex-Allemagne de l’Est, ce qui indique a priori un contenu fortement marqué par l’idéologie nazie. Il s’agit d’une biographie du mufti de Jérusalem.

FROEMBGEN Hanns, Aufruhr im Sudan, 1938 (Soulèvement au Soudan [le soulèvement des Mahdistes contre les Britanniques])

Livre à l’index en ex-Allemagne de l’Est.

GRÜTZMACHER Richard Heinrich, Weltreligionen. Buddhismus und Mohammedismus, 1938 (Religions mondiales : bouddhisme et islam)

GÜNTERT Hermann, Die religiösen Kräte Asiens, 1937 avec Walther Schubring (Les forces religieuses d’Asie) [une partie sur Die geistigen und politischen Kräfte des Islams im Vorderen Orient (Les forces spirituelles et politiques de l’islam au Proche-Orient)]

HAHN Peter, Suraqa b. Mirdas ein schiitischer Dichter aus der Zeit des zweiten Bürgerkrieges (63-75 d.H.), 1938 Diss. (Suraqah al-Bariqi, un poète chi’ite au temps de la seconde guerre civile)

HARTMANN Richard, Beiträge zu Arabistik, Semitistik und Islamwissenschaft, 1944 éditeur avec Helmuth Scheel (Contributions à l’arabistique, la sémitistique et l’islamologie : une introduction) ; Die Religion des Islam. Eine Einführung, 1944 (Introduction à l’islam) ; Zu dem kitâb al-fusûl wa’l-ghâyât des Abu’l-ʿAlâʾ al-Maʿarrî, 1944

Orientaliste. Contributeur à l’Encyclopédie de l’islam. Membre de l’Arbeitsgemeinschaft de la SS.

HASSAN Abid, Der Islam in Indien – Indien in Weltislam, 1942 (L’islam en Inde – L’Inde dans l’islam mondial)

Il s’agit selon toute vraisemblance de Syed Abid Hassan Safrani, secrétaire et proche collaborateur de Subhas Chandra Bose (combattant pour la liberté de l’Inde) lors du séjour de celui-ci en Allemagne.

HENTIG Werner Otto v., Der Nahe Osten rückt naher, 1940 (Le Proche-Orient se rapproche)

Diplomate. A dirigé le département Orient (Orientabteilung) du ministère des affaires étrangères de 1937 à 1939. Après la guerre, ambassadeur d’Allemagne de l’Ouest en Indonésie 1952-53, puis conseiller d’Ibn Saoud pour les questions européennes (et conseiller spécial de la délégation saoudienne à la Conférence de Bandoeng).

HORSTER Paul, Zur Anwendung des islamischen Rechts im 16. Jahrhundert, 1935 (L’utilisation du droit islamique au 16e siècle)

HÜBER Reinhard, Arabische Welt. Bilder aus alten und neuen Tagen, 1943 (Monde arabe : images du passé et du présent) ; Arabische Führergestalten (Dirigeant arabes : cf. W. Björckmann)

JÄSCHKE Gotthard, Die Form der Eheschließung nach türkischem Recht, 1940 (Le contrat de mariage dans le droit turc) ; Türkei, 1941 (Turquie) ; article Kommunismus und Islam im türkischen Befreiungskriege, 1938 (Le communisme et l’islam dans la guerre de libération turque)

KAISER Tono, eig. Anton Kaiser, Zion und Islam. Erlebnisse und Eindrücke einer Weltreise, 1940 (Sion et l’islam : événements et impressions d’un voyage autour du monde)

KAMPFFMEYER Georg, Der Islam im heutigen Nordwestafrika nach Professor Louis Massignon, 1934 (L’islam dans l’Afrique du nord contemporaine selon le professeur L. Massignon)

KAZEMZADEH Hossein, ou Hossein Kazemzadeh Iranschähr, Leben und Sprüche der Sufi-Meister des Islams, 1934 (Vies et dits des maîtres soufis de l’islam)

Intellectuel iranien résidant en Allemagne jusqu’en 1936.

KENTMANN Paul, Der Kaukasus. Hundertfünfzig Jahre russische Herrschaft, 1943 (Le Caucase : cent cinquante ans de domination russe)

KIRCHNER Iwan, Sperrfeuer um Nahost. Der Kampf um Vorderasien und Ägypten vom Mittelalter bus zur Gegenwart, 1941 (Tir de barrage au Proche-Orient. La lutte pour l’Asie mineure et l’Égypte du moyen-âge à nos jours)

Chef du service Europe de l’Est au département serbo-croate de la radio Deutsche Welle.

KIRFEL Willibald, Das Heldenbuch von Iran aus dem Schah Nameh des Firdussi, 1942 (L’épopée de l’Iran selon le Shahnameh de Firdoussi)

Iranologue et indologue.

KLIPPEL Ernst, Der weiße Beduine. Unter Karawanenleute und Oasenmenschen, 1940 (Le bédouin blanc : parmi les caravaniers et les habitants des oasis) ; Unter Senusy-Brüdern : Drusen und Teufelsanbeter. Im Sattel zu orientalischen Geheimsekten, 1942 (Parmi les frères de la Sanussiya. Druzes et adorateurs du diable. En selle à la rencontre des sociétés secrètes de l’Orient)

KÖHLER Manfred, Melanchthon und der Islam. Ein Beitrag zur Klärung des Verhältnisses zwischen Christentum und Fremdreligionen in der Reformationszeit, 1938 (Mélanchthon et l’islam : contribution à l’étude des relations entre la chrétienté et les religions étrangères au temps de la Réforme)

KRAINZ Othmar, Das Schwert des Islam, 1938 (L’épée de l’islam)

KÜHNEL Ernst, Iranische Wandmalereien des 17. Jahrhunderts, 1936 (Peintures murales iraniennes du 17e siècle) ; Indische Miniaturen. Bilderheft der Islamischen Abteilung, Staatliche Museen Berlin, 1937 (Miniatures indiennes : images du département islamique du Musée d’État de Berlin) ; Die Sammlung türkischer und islamischer Kunst im Tschinili Köschk, 1938 (La collection d’art turc et islamique du T.K.) ; Islamische Schriftkunst, 1942 (Calligraphie islamique) ; Kunst und Kultur der arabischen Welt, 1943 (Art et culture du monde musulman)

Orientaliste et historien de l’art, conservateur du Staatliche Museum Berlin.

LINDEMANN Hans, Der Islam im Aufbruch, in Abwehr und Angriff, 1941 (L’islam comme force émergente, sur la défensive et à l’attaque)

Livre à l’index en ex-Allemagne de l’Est.

LITTMANN Enno, Arabische Märchen, 1935 (Contes arabes) ; Der deutsche Beitrag zur Wissenchaft vom Vorderen Orient, 1942 (La contribution allemande à la connaissance scientique du Proche-Orient)

Orientaliste plus connu pour ses travaux sur la langue et la culture de l’Éthiopie chrétienne (Ethiopistik), domaine dans lequel il passe pour être un des grands.

LOTZ Walter, Staatsfinanzen in den ersten Jahrhunderten des Khalifenreichs, 1937 (Les finances d’État aux premiers siècles du califat)

Chercheur spécialisé dans l’histoire des finances, qu’il a décrites pour différentes régions et différentes époques (ici l’islam des premiers temps, ailleurs l’Italie fasciste…). Il est évident que l’auteur traite dans le présent ouvrage du droit islamique sur ces questions.

LUKAS Johannes, Bibliographie des Islam südlich der Sahara, 1941 (Bibliographie de l’islam au sud du Sahara)

La note biographique relative à l’africaniste et linguiste autrichien Johannes Lukas, Nsdap, sur « afrikanistik.at » indique qu’en juin 1941 il collaborait à la bibliographie ici nommée, mais je n’ai pu trouver aucune trace de ce document et je suppose par conséquent que la bibliographie n’a pas été menée à terme ou publiée.

MENDE Gerhard v., Der nationale Kampf der Rußlandtürken. Ein Beitrag zur nationalen Frage in der Sovietunion, 1936 (La lutte nationale des peuples turcs de Russie : contribution à la question nationale en Union soviétique)

Spécialiste des peuples turco-tatars. SA.

MIKUSCH Dagobert v., König Ibn Sa’ud. Das Werden eines Staates, 1942 (Le roi Ibn Saoud : la naissance d’un État)

OTTO-DORN Katharina, Das islamische Iznik, 1941 (Iznik musulmane)

OKAY Kurt, Enver Pascha, der große Freund Deutschlands, 1935  (Enver Pacha, grand ami de l’Allemagne)

OPPENHEIM Max v., Die Beduinenstämme in Mesopotamien und Syrien, 1939 (Les tribus bédouines en Mésopotamie et Syrie) ; Die Beduinenstämme in Palästina, Transjordanien, Sinai un Hedjaz, 1943 (Les tribus bédouines en Palestine, en Transjordanie, dans le Sinaï et le Hedjaz)

Archéologue et orientaliste. A découvert et fouillé, entre 1910 et 1913 et 1927 et 1929, le site archéologique de Tell Alaf en Syrie (culture de Halaf).

PARET Rudi, Zur Frauenfrage in der arabisch-islamischen Welt, 1934 (La question des femmes dans le monde arabo-musulman) ; Hâfiz Wahba’s Arabienbuch, 1940 (Le livre sur l’Arabie d’Hafiz Wahba [diplomate du jeune royaume d’Arabie Saoudite, Hafiz Wahba est l’auteur d’un livre sur l’Arabie Saoudite à l’attention des étrangers, The Arabian Peninsula.])

Islamologue. Interprète dans l’Afrikakorps (arabe). Auteur d’une traduction allemande du Coran parue en 1966.

PRETZL Otto, Die Streitschrift des Gazâlî gegen die Ibâhijâ, 1933 (Le pamphlet d’Al-Ghazali contre l’Ibahija); Die Fortführung des Apparatus Criticus zum Koran, 1934 (Complément à l’Apparatus Criticus du Coran) ; Die Verszählung des Koran nach islamischer Überlieferung, 1935 (La métrique du Coran selon la tradition islamique) ; Die frühislamische Attributenlehre, 1940 (La doctrine des attributs divins dans les premiers temps de l’islam)

Orientaliste. Officier de l’Oberkommando der Wehrmacht (OKW) pendant la guerre.

RAHATULLAH KHAN Muhammad, Vom Einfluß des Qur’ans auf die arabische Dichtung: Eine Untersuchung über die dichterischen Werke von Hassan b. Tabit, Ka’b b. Malik und ‘Abdallah b. Rawaha, Diss. 1938 (L’influence du Coran sur la poésie arabe : une étude de l’œuvre poétique d’H. b. T., de K. b. M. et d’A. b. R.)

REICHARDT Thomas, Der Islam vor den Toren, 1939 avec Zaki Ali (L’islam sur le seuil)

REINHART E.W.A., Unter arabischen Freiheitskämpfern, 1942 (Avec les combattants de la liberté arabes)

RESULZADE Mehmet Emin, Das Problem Aserbeidschan, 1938 (Le Problème azerbaïdjanais)

Fondateur de la République démocratique d’Azerbaïdjan, écrasée par les Soviétiques en 1920, Resulzade vécut en exil dans divers pays dont la Turquie et le Reich allemand, où il contribua pendant la guerre à l’endoctrinement antibolchévique des prisonniers de guerre azéris de l’armée soviétique.

ROCK Arthur, Ibn Saud gründet das Gottesreich Arabien, 1935 (La fondation du royaume divin d’Arabie par Ibn Saoud)

RÖßLER Fritz, Kemal Pascha, 1934

Livre à l’index en ex-Allemagne de l’Est.

RUSKA Julius, Al-Razi’s Buch Geheimniss der Geheimnisse, 1937 (Le livre Le Secret des secrets d’Al-Razi)

Orientaliste et historien des sciences et de l’alchimie (commentaire de la Tabula smaragdina, ou Table d’émeraude).

SABRI Muhammad, Islam Judentum Bolschewismus, 1938 (Islam, juifs, bolchévisme)

SCHAEDER Hans Heinrich, Firdosi und die Deutsche, 1934 (Firdoussi et les Allemands) ; Der Orient und wir, 1935 (L’Orient et nous) ; Kultur der orientalischen Völker, 1937 (Culture des peuples de l’Orient) ; West-Östlicher Divan, 1943 (Divan occidental) ; Der Orient in deutscher Forschung, 1944 (L’Orient dans la recherche allemande)

SCHATTENFROH Franz, Britenfaust und Judengeist. Eine Reise durch Ägypten und Palästina im Schatten des Krieges, 1940 (Main de fer britannique et esprit juif : voyage en Égypte et Palestine à l’ombre de la guerre)

Journaliste autrichien, rédacteur en chef du journal Kronen Zeitung après l’Anschluss. Membre du Reichstag. A dirigé le bureau de la politique culturelle du ministère des affaires étrangères de 1943 à 1945.

SCHEEL Helmuth, Beiträge zu Arabistik, Semitistik und Islamwissenschaft, 1944 cf. Richard Hartmann

Orientaliste. Directeur de la Berliner Akademie.

SCHIFFERS Heinrich, Menschen unter Allahs Sonne, 1935 (Les hommes sous le soleil d’Allah) ; Stumme Front. Männer und Mächte im Banne der Sahara, 1936 (Le front silencieux : hommes et puissances au Sahara)

Géographe.

SCHIMMEL Annemarie, Die Stellung des Kalifen und der Qadis am Ausgang der Mamlukenzeit, 1942 (La position du calife et des cadis à la fin du temps des Mamelouks) ; Kalif und Kadi im spätmittelalterlichen Ägypten, 1943 (Calife et cadi en Égypte à la fin du moyen-âge [une refonte du précédent])

Professeur à l’Université Harvard de 1967 à 1992.

SCHMITZ Paul August, pseudonyme : Paul Schmitz-Kairo, Neubau der arabischen Welt, 1937 (Refondation du monde arabe) ; All-Islam! Weltmacht von Morgen? 1937 (Panislamisme : la puissance de demain ?) ; Ägyptens Weg zur Freiheit, 1937 (La voie de l’Égypte vers sa libération) ; Moskau und die islamische Welt, 1938 (Moscou et le monde musulman) ; Frankreich in Nord-Afrika, 1938 (La France en Afrique du Nord) ; Politiker und Propheten am Roten Meer, 1939 (Politiciens et prophètes sur la mer Rouge) ; Die arabische Revolution, 1942 (La révolution arabe)

Journaliste, notamment correspondant au Caire du journal NS Völkischer Beobachter.

SCHOPEN Edmund, Die neue Türkei, 1938 (La nouvelle Turquie)

SCHWARZ Paul, Iran im Mittelalter nach den arabischen Geographen, 9 vol., 1896-1935 (L’Iran au moyen-âge d’après les géographes/voyageurs arabes)

SEEGER Karl v., Imam Schamil. Prophet und Feldherr, 1937 (L’imam Chamil, prophète et général)

SEIFERT Hermann Erich, Der Aufbruch in der arabischen Welt, Schriftenreihe der Nsdap, 1941 (Le renouveau du monde arabe)

SIGGEL Alfred, Katalog der arabischen alchemistischen Handschriften Deutschlands, 1941-49 (Catalogue des manuscrits alchimiques arabes en Allemagne)

SODEN Wolfram v., Arabische wehrsprachliche Ausdrücke, 1942 (Les formules pour chasser le mauvais sort en arabe [clairement un thème islamique : voir le Kitab al-Tawhid d’Abdul Wahhab, qui explique quelles formules ou expressions sont permises et quelles autres sont illicites pour le croyant])

Surtout connu pour ses travaux sur l’Assyrie antique. Nsdap. SA.

SPIES Otto, Biographical Dictionary of the martyrs of love (Muhgultai), 1936 (Dictionnaire biographique des martyrs d’amour) ; An Arab Account of India in the 14th century being a translation of the chapters on India from Al-Qalqashandîʾs shubh ul-aʾshâ, 1936 (Un témoignage arabe sur l’Inde du 14e siècle) ; Verzeichnis der Schriften von Carl Brockelmann, 1938 (Index des écrits de C. Brockelmann) ; Der Sprachstil des Koran, 1940 (Le style littéraire du Coran)

Auteur en 1945 d’un manuel d’hindoustani.

SPULER Bertold, Die Mongolen in Iran. Politik, Verwaltung und Kultur der Ilchanzeit 1220-1350, 1939 (Les Mongols en Iran : politique, administration, culture pendant la période mongole de 1220 à 1350) ; Idel-Ural, 1941 ; Die goldene Horde, 1943

Membre de l’Arbeitsgmeinschaft Islam de la SS.

STROTHMANN Rudolf, Die geistigen und politischen Kräfte des Islam im Vorderen Orient, 1937 (Les forces politiques et spirituelles de l’islam au Proche-Orient) ; Ismailitischer Koran-Kommentar, 1944 (L’exégèse ismaélienne du Coran)

TAESCHNER Franz, Geschichte der arabischen Welt, 1944 (Histoire du monde arabe) ; article Das Futuwwa-Rittertum des islamischen Mittelalters, Deutsche Orientforschung 2 vol., 1942 (La chevalerie de la futuwwa dans l’islam médiéval)

Le premier historien occidental à mentionner la futuwwa, code de conduite qui a donné lieu au développement de diverses institutions de l’islam médiéval (article cité). Nsdap.

TOGAN Ahmed Zeki Velidi, Ibn Fadlân’s Reisebericht, 1939 (Récit de voyage d’Ibn Fadlan)

Intellectuel turc adepte du panturquisme. Pendant son séjour en Allemagne, participa au travail d’endoctrination antibolchévique des prisonniers de guerre turcophones de l’armée soviétique.

WEBER Wilhlem, Italien und der nahe Orient, 1941 (L’Italien et le Proche-Orient [politique islamique de l’Italie fasciste])

WEHR Hans, Einheitsbewußtstein und Gottvertrauen, 1939 (Concept de l’unicité et foi en Dieu) ; Englisch-französische Mandatspolitik im Nahen Osten und arabischer Nationalismus, 1941 (Les mandats franco-britanniques au Moyen-Orient et le nationalisme arabe)

Célèbre arabiste dont le dictionnaire arabe-allemand de 1952 est le plus réputé dans cette langue et sert même de référence en France.

WIRSING Giselher, Engländer, Juden, Araber in Palästina, 1938 (Anglais, Juifs et Arabes en Palestine)

Journaliste, SS, éditeur du journal Signal 1943-45.

ZISCHKA Anton, sous le pseudonme Rupert Donkan, Die Auferstehung Arabiens. Ibn Sauds Weg und Ziel, 1935 (La renaissance arabe : les buts et les moyens d’Ibn Saoud) [Sur l’Arabie Saoudite, voir mon essai Genèse de la monarchie islamique d’Arabie Saoudite : Ibn Saoud et la doctrine unitarienne, 1998, ici]

ZÖHRER Ludwig, Über den Anwendungsbereich des Tifinagh in der Sahara, 1939 (L’aire d’usage du tifinagh [l’écriture touareg] au Sahara) ; Die Metallarbeiten der Imohag (Tuareg) der Sahara, 1943 (La métallurgie des Touaregs du Sahara) [Voir aussi mon glossaire annoté L’Occulte touareg, 2017, d’après le dictionnaire de K.-G. Prasse, ici]

*

Italie fasciste

 .

ANCHIERI Ettore, Storia della politica inglese nel Sudan, 1939 (Histoire de la politique anglaise au Soudan) ; La Nuova Turchia, 1939 (La nouvelle Turquie) avec Elio Migliorini, Santi Nava et Ettore Rossi

ANSALDI Cesare, Il Yemen nella storia e nella leggenda, 1933 (Le Yémen dans l’histoire et dans la légende) ; Nell’Arabia Felice, 1937 (Dans l’Arabie heureuse)

Médecin personnel de l’Imam de Sanaa au Yémen, dans les années vingt.

APONTE Salvatore, La vita segreta dell’Arabia Felice, 1936 (La vie secrète de l’Arabie heureuse)

BONELLI Luigi, Il Corano, 1929 (Le Coran, traduit en italien et présenté par)

CAETANI Leone, Annali dell’Islam, 10 vol., 1905-1926 (Annales de l’islam)

CANIGLIA Giuseppe, Genti di Somalia, 1922 (Gens de Somalie) ; La sceriffa di Massaua. La Tariqa Katmia, 1940 (La chérife de Massaua. La Tariqa Katmia [ladite chérife, à la tête de ladite tariqa, une confrérie soufie d’Afrique de l’Est, apportait son soutien à l’Italie fasciste, pour autant qu’elle ait eu le choix])

CANTALUPO Roberto, L’Italia musulmana, 1927 (L’Italie musulmane) ; Fuad, primero re d’Egitto, 1940 (Fouad, premier roi d’Égypte)

CERBELLA Gino, Fascismo e islamismo, 1938 (Fascisme et islamisme)

CINTI Decio, L’islamismo nel passato e nel presente, 1935 (L’islam hier et aujourd’hui)

Écrivain, secrétaire particulier du poète Marinetti (« secrétaire du mouvement futuriste »).

CORÒ Francesco, Settantasei anni di dominazione turca in Libia: 1835-1911, 1937 (Soixante-seize années de domination turque en Afrique du Nord)

CORSI Mario Carlo, Terre dell’islam, 1927 (Terres d’islam)

ENRIQUEZ Nello, La voce di Allah. La Palestina resterà araba? 1938 (La voix d’Allah : la Palestine restera-t-elle arabe ?)

GABRIELI Francesco, Al-Ma’mûn e gli Alidi, 1929 (Al-Mamoun et les Alides) ; Viaggi di Sindibad, 1943 (Les voyages de Sinbad)

GASBARRI Carlo, La via di Allah. Origini, storia, sviluppi, istituzioni del mondo islamico e la sua posizione di fronte al cristianesimo, 1942 (La voie d’Allah : origine, histoire, développement et institutions du monde musulman et sa position face au christianisme)

GIGLIO Carlo, La confraternità senussita dalle origine ad oggi, 1932 (La confrérie sanussiya des origines à aujourd’hui)

GIUDICCI Paolo, Viaggio alle città proibite: Medina e la Mecca, 1936 (Voyage aux villes interdites : Médine et La Mecque)

GUIDI Michelangelo, La lotta tra l’Islam e il Manicheismo: un libro di Ibn al-Muqaffaʻ contro il Corano confutato da al-Qâsim b. Ibrâhîm, 1927 (La lutte entre l’islam et le manichéisme : un livre d’Ibn al-M. contre le Coran, réfuté par Al-Q. b. I.) ; Origine dei Yazidi, 1932 (Les origines des Yézidis) ; Aspetti e problemi del mondo islamico, Istituto Nazionale di Cultura Fascista, 1937 (Aspects et problèmes du monde musulman) ; Islam e arabismo, 1941 (Islam et arabisme)

Islamologue, titulaire de la chaire d’histoire et institutions islamiques à l’Université de Rome de 1938 à 1946, collaborateur de la revue Civiltà fascista.

INSABATO Enrico, L’islam vivente nel nuovo ordine mondiale, 1941 (L’islam vivant dans le nouvel ordre mondial)

Anarchiste converti à l’islam, éditz la revue Il Convito – An-Nâdî au Caire. S’est ensuite rapproché du fascisme.

MARTINI Vito, Il mondo inquieto, 1934 (Le monde inquiet) [un chapitre de ce traité de géopolitique est consacré au panislamisme] ; article L’occidente e l’islam, dans Gerarchia, 1937 (L’Occident et l’Islam)

MELLINI PONCE DE LEÓN Alberto, Storia e aspetti del Sudan orientale, 1943 (Histoire et aspects du Soudan oriental)

Diplomate, chef du bureau arabe au ministère des affaires étrangères.

MONNERET DE VILLARD Ugo, La necropoli musulmana di Aswân, 1930 (La nécropole musulmane d’Assouan) ; Lo studio dell’Islam in Europa nel XII e nel XIII secolo, 1944 (L’étude de l’islam en Europe aux 12e et 13e siècles)

Archéologue et orientaliste, notamment pionnier de l’étude de l’ancienne civilisation chrétienne de Nubie.

MORENO Mario Martino, La dottrina dell’Islam, 1935 (La doctrine de l’islam)

Diplomate et universitaire, chercheur en études sémitiques et abyssiniennes (notamment, dans les années cinquante, chaires d’Etiopico e Sudarabico à l’Université de Beyrouth)

NALLINO Carlo Alfonso, L’Arabia Sa’udiana, 1939 (L’Arabie Saoudite)

Arabiste de réputation internationale. Ses écrits ont été réunis de manière posthume par sa fille (Raccolta di scritti editi e inediti, 1939-48).

PESENTI Gustavo, In Palestina e in Siria durante e dopo la Grande Guerra, 1932 ; (En Palestine et Syrie pendant et après la Grande Guerre [assigne à l’Italie fasciste un rôle de « puissance islamique »]) ; Canti sacri e profani: danze e ritmi degli Arabi dei Somali e dei Suhaili, 1929 (Chants sacrés et profanes : dances et rythmes des Arabes, des Somaliens et des Swahilis [?]) ; L’Islam in occidente, 1938 (L’islam en Occident)

RAVA Massimo, Nel cuore dell’Arabia Felice con Jacopo Gasparini nello Yemen, 1927 (Au cœur de l’Arabie heureuse avec J. Gasparini [ambassadeur de l’Italie fasciste] au Yémen)

ROSSI Ettore, Cronaca araba tripolitana di Ibn Galdun, 1936 (La chronique arabe tripolitaine d’Ibn Khaldun) ; L’arabo parlato a San’a, 1939 (L’arabe parlé à Sanaa) ; Manuale di lingua turca, 1939 (Manuel de langue turque) ; Documenti sull’origine e lo sviluppo della questione arabe, 1944 (Documents sur l’origine et le développement de la question arabe)

Orientaliste, maîtrisant à la fois l’arabe et le turc.

SOLERI Silvio, L’islamismo (sintesi storico-critica), 1928 (L’islam : synthèse historico-critique)

TROVATO Gaetano, L’islam e il suo capo: il califfato nell’organizzazione politico religiosa del islam, 1937 (L’islam et son chef : le califat dans l’organisation politico-religieuse de l’islam) ; L’islam religione di popolo: critica all’universalità dell’islam: contributo al diritto pubblico mussulmano, 1939 (L’islam religion du peuple : critique de l’universalité de l’islam : contribution au droit public islamique)

VACCA Virginia, L’India musulmana, 1941 (L’Inde musulmane) ; Antologia del Corano, 1943 (Anthologie du Coran)

VECCIA VAGLIERI Laura, Apologia dell’islamismo, 1925 (Apologie de l’islam)

Également auteur d’une grammaire de la langue arabe en 1937.

VOLTA Sandro, La corte del re Yahia, 1941 (La cour du roi Yahia [roi du Yémen de 1918 à 1948, soutenu par l’Italie fasciste face à l’Arabie Saoudite])

ZANON Fernando, Fra i berberi biondi del Sahara Cirenaico: viaggio esplorativo all’oasi di Augila, 1934 (Parmi les Berbères blonds du Sahara cirénaïque : voyage d’exploration à l’oasis d’Awjila)

*

Sympathisants fascistes et collaborateurs

 .

BACHE Erling, Salam Aleikum. Blant fyrster og slaver i Marokko, Blix forlag, 1944 (Parmi princes et esclaves au Maroc)

Écrivain danois membre du parti nazi de son pays. Ce livre de voyage est publié chez la maison d’édition norvégienne Blix Forlag, la maison du Nasjonal Samling norvégien, le parti collaborateur de Vidkun Quisling.

BRIXIUS Alois Bohdan, plusieurs œuvres en tchèque, dont certaines publiées à Prague pendant le Protectorat.

Orientaliste tchèque converti à l’islam en 1933 puis adhérent en 1936 au mouvement fasciste Vlajka qui collabora avec l’Allemagne.

DOUWES DEKKER Ernest, Vluchtig overzicht van de geschiedenis van Indonesië, 1935-38 (Les grandes lignes de l’histoire d’Indonésie [plusieurs versions d’un même manuel scolaire])

Néerlandais et Indonésien, petit-neveu de l’écrivain Multatuli. Fondateur en 1912 de l’Indische Partij, le premier parti à réclamer ouvertement l’indépendance. Avait participé à la seconde guerre des Boers du côté des Boers. Fut interné par les autorités néerlandaises au début de la Seconde Guerre mondiale pour intelligence avec l’ennemi japonais.

EL-MAADI Mohamed, L’Afrique du Nord, terre d’histoire, 1943

Activiste algérien anti-colonialiste, ancien membre de l’organisation terroriste française d’extrême-droite La Cagoule, fondateur de la Brigade nord-africaine qui combattit aux côtés de l’armée allemande. Cet essai historique a été écrit en français.

JARRING Gunnar, Det nya Turkiet, 1937 (La nouvelle Turquie) Uzbek texts zu Afghanistan Turkestan, 1938 (Textes ouzbeks sur le Turkestan afghan) ; On the distribution of Turk tribes in Afghanistan: An essay at a preliminary classification, 1939 (De la répartition géographique des tribus turques en Afghanistan : essai de classification préliminaire)

Suédois, turcologue, membre du parti fasciste Sveriges Nationella Förbund (SNF) et candidat au Parlement suédois pour ce parti.

PHILBY Harry St John, ou Jack, Arabia of the Wahhabis, 1928 (L’Arabie des Wahhabites) ; Arabia, 1930 ; Harun al Rashid, 1933 ; A Pilgrim in Arabia, 1943 (Un pèlerin en Arabie)

Aventurier anglais, conseiller du roi Ibn Saoud, converti à l’islam, participe aux élections législatives en Grande-Bretagne en 1939 pour le British People’s Party, fasciste, antisémite, de John Beckett, et est arrêté en 1940 en Inde pour activités antibritanniques.

SAVITRI Saïda, L’Islam et les temps modernes, 1939 ; L’Islam devant le national-socialisme, 1943

Auteur supposé des deux essais susnommés écrits en français, dont le second est clairement pro-nazi, et qui serait une femme musulmane d’origine indienne. Je subodore une supercherie (le nom de Savitri rappelle le nom de plume d’une autre admiratrice du Troisième Reich, la Française d’origine grecque Maximiani Portas, alias Savitri Devi, convertie à l’hindouisme et au national-socialisme ; et une femme musulmane d’origine indienne écrivant en français et publiant en France, et à part ça complètement inconnue, c’est tout de même un peu difficile à avaler.)

SEJERSTED Georg Wasmuth, Orient. Fra Bagdad til kong Ibn Sa’uds land, Blix forlag, 1942 (Orient : de Bagdag au pays du roi Ibn Saoud) ; Det hemmelighetsfulle Arabia. Rub’al Khali, Hadramaut og dronningen av Sabas land, Blix forlag, 1944 (L’Arabie mystérieuse : Le Rub al-Khali, l’Hadramaout et le pays de la reine de Saba)

Écrivain norvégien qui a publié les deux récits de voyage ici présentés chez la maison d’édition fasciste Blix forlag.

ZENTGRAAF Henri Carel, Atjeh, 1938 [Aceh (dans la graphie actuelle, conforme à l’indonésien), sur l’île de Sumatra, est la province historiquement la plus islamisée d’Indonésie ; c’est actuellement une province autonome où s’applique formellement la chariah depuis 1999.]

Journaliste et écrivain des Indes néerlandaises. Membre du Vaderlansche Club, une organisation défendant un colonialisme intransigeant, et proche du Nationaal-Socialistische Beweging (NSB), le mouvement national-socialiste d’Anton Mussert, auquel il demanda à se porter candidat à des élections.