Pensées VIII

Intelligence et Société

Prenons les statistiques des accidents de la route, le nombre d’accidents par véhicule et par an, dans différents pays. Pour des pays ayant un nombre de véhicules par habitant comparable, des différences, s’il en existe – car j’écris cela sans connaître précisément aucunes statistiques – sont de nature à avoir des implications substantielles. Être un bon conducteur exige un certain nombre de qualités, telles que l’attention, les réflexes, les capacités visuo-spatiales…, fortement corrélées, selon les spécialistes, avec l’intelligence. Être un bon conducteur, bien doté au regard de ces capacités, est un moyen d’éviter les accidents de la route, mais cela ne suffit pas, si les autres conducteurs sont dangereux. Une personne qui irait vivre dans un pays avec trois fois plus d’accidents de la route mortels par véhicule et par an, aurait, s’il prend sa voiture avec la même régularité que dans son pays d’origine, trois fois plus de chances de mourir sur la route. C’est quelque chose qui ne dépend pas d’elle. Cette personne ne change pas, mais son environnement a changé : c’est un environnement plus dangereux. Il y a comme cela beaucoup de choses qui ne dépendent pas de nous, et qui ne sont pas non plus seulement la « faute à pas de chance », mais qui dépendent beaucoup de la collectivité humaine qui nous entoure. (Bien sûr, il convient d’ajuster ce qui vient d’être dit, concernant la conduite, en fonction des autres facteurs qui peuvent entrer en ligne de compte, tels que les différences climatiques qui rendraient la conduite plus difficile dans tel pays que dans tel autre.)

Si l’on envisage un agent rationnel souhaitant optimiser son espérance de vie, nous devrions le voir examiner les statistiques des accidents de la route pour aller vivre là où elles sont le moins dramatiques, et non seulement les statistiques des accidents de la route, mais aussi celles des accidents du travail, des accidents industriels, des accidents domestiques, de la criminalité, etc., etc. Par ailleurs, un individu ne se mêlera pas sans inquiétude à des gens dont il perçoit que certaines défaillances pouvant leur être imputées lui font personnellement courir un risque. Partager sa vie avec une personne négligente et irresponsable est tout simplement dangereux ; avoir des enfants avec une telle personne est dangereux pour les enfants.

Ce paradigme vaut dans toutes les situations humaines. Il n’y a pratiquement rien, dans ce qui regarde le déroulement de ma vie, qui ne dépende que de moi seul ; pratiquement tout dépend, dans nos sociétés avancées, d’un état moyen de la collectivité. Dans le monde du travail, une bonne organisation des tâches dépend de l’intelligence qui est consacrée à cette organisation. La société française, bien qu’elle n’ait jamais procédé aux tests d’intelligence à l’échelle qu’ont pu connaître un pays comme les États-Unis, ne méconnaît pas ce principe. Prenons l’exemple de la bureaucratie. Le personnel de cette bureaucratie est recruté par concours. Un des concours les plus prestigieux est celui de l’École nationale d’administration, qui prépare aux plus hautes carrières de la fonction publique. L’expérience professionnelle ne joue pratiquement aucun rôle : celui qui entre à tel niveau hiérarchique, à la suite de tel concours, évolue dans certaines limites bien définies, qu’il ne peut franchir que par concours interne, c’est-à-dire en passant au cours de sa carrière le concours supérieur qui lui ouvrira un nouveau champ, lui aussi limité en fonction du concours, de postes et de responsabilités. L’idée sous-jacente à un tel système correspond parfaitement aux conclusions des travaux spécialisées en tests mentaux, à savoir que l’expérience professionnelle ne compense pas l’intelligence. Les concours sont une sorte de tests d’intelligence dont le résultat a quelque chose de définitif. Les connaissances acquises dans le cadre de la préparation à ces concours, très juridiques et théoriques, sont assez souvent dépourvues de lien avec les fonctions qui seront occupées par le fonctionnaire, surtout lorsque ces fonctions sont des fonctions de gestion. Les énarques partagent d’ailleurs souvent les responsabilités avec des fonctionnaires issus des grandes écoles d’ingénieurs, dont la formation scientifique, même ultra-théorique, est à juste titre considérée comme plus adaptée aux tâches managériales ; les cursus scientifiques comme les tâches managériales sollicitent surtout la partie dite visuo-spatiale de l’intelligence, tandis que le travail de juriste sollicite surtout la partie dite verbale. (Si une administration recrutait des juristes pour occuper à la fois des postes de juristes et des postes de gestionnaires, sa gestion serait calamiteuse.)

Il se trouve que la Cour suprême américaine a interdit aux entreprises et administrations de recourir à des tests d’intelligence généraux pour leur recrutement. Je n’entre pas ici dans les considérants d’un tel jugement, me contentant de donner ce conseil aux entreprises françaises qui souhaitent améliorer leurs rendements : faites passer des tests de QI. Aucun jugement, à ma connaissance, ne l’interdit en France, et le résultat est garanti. Selon les spécialistes américains de ces questions, ni les diplômes, ni l’entretien, ni l’expérience ne sont aussi fortement corrélés à la productivité que les résultats d’un test de QI.

Le jugement de la Cour suprême américaine est d’ailleurs largement sans effet, puisque de nombreuses universités et entreprises américaines demandent toujours aux postulants de passer des tests standardisés, par exemple, pour les écoles de commerce, le GMAT, dont les deux parties, Verbal et Quantitative, semblent renvoyer aux capacités dont j’ai parlé plus haut, verbale et visuo-spatiale, sans que la Cour suprême considère ce test comme un test d’intelligence. Il est vrai qu’il est possible de recevoir une préparation à ce test GMAT, dans des centres spécialisés, avec des manuels ad hoc, mais, chose singulière, une préparation aux tests d’intelligence peut également avoir de l’effet sur leurs résultats – ce qui d’ailleurs laisse planer un certain doute quant à la façon dont sont produits et administrés ces tests d’intelligence, ou certains d’entre eux. Quoi qu’il en soit, les tests autorisés tels que le GMAT sont un moyen parfaitement simple et peu coûteux pour ceux qui les commandent d’évaluer des candidatures de pays divers, au-delà des diplômes, difficilement comparables entre eux.

Les Français ont eux-mêmes passé des tests d’intelligence sans le savoir. Ceux qui ont fait leurs « trois jours » de préparation militaire dans les années quatre-vingt-dix ont dû, comme moi, j’imagine, jouer à de petits jeux électroniques en cabine. La mesure des réflexes et autres ainsi collectée est très fortement corrélée à l’intelligence, si bien que l’armée connaît (ou pourrait connaître) le niveau d’intelligence des Français bien mieux que n’importe quel centre universitaire d’anthropologie ou de sciences sociales. Ce sont ces réflexes qui jouent un grand rôle dans la productivité. Recrutez sur QI et vous aurez des équipes de travailleurs à la vitesse d’exécution homogène, ce qui vous permettra de gérer vos activités de la manière la plus fine ; en continuant de recruter sur le diplôme et la bonne mine vous continuerez d’avoir des équipes hétérogènes, et l’organisation du travail restera un véritable casse-tête et ne satisfera jamais personne.

Laissez les autres se faire peur avec Brave New World, et recrutez sur QI, ou plutôt, joignez-vous au chœur, dénoncez la pseudoscience avec les journalistes et écrivains sans formation scientifique, mais recrutez tranquillement sur QI, tant que c’est encore légal en France. Le jour où cela ne le sera plus, vous aurez fait ce que vous aurez pu pour maintenir l’emploi, et vous passerez tranquillement à l’automation complète de votre production. Car il est évident que tout ce que je propose là n’est que par défaut : il n’y a pas de productivité comparable à celle des machines.

16 mai 2014

Un commentaire ? C'est ici !

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s