Tagged: science-fiction

Sci Fi in the Third Reich

When, in 2005, I started to look for sci-fi novels from the Third Reich, while I was learning German, there were not too many documents on internet, which seemed to bode well for the pioneering character of my project. Since then, things have changed and some may say I now publish this bibliography late. Be that as it may, I believe the list I made remains the most comprehensive so far.

For sources I relied on:

1/ online and paper essays, which dealt with only a few titles, and “who’s whos” on German literature.

2/ data mining from German libraries in Berlin, Heidelberg and Köln. In Berlin (it was the city library, if I remember well), where they have some of the books on my list, for a good deal of them, however, they don’t know if the books are still available. On their digital catalogue they make the comment “prewar book, may have been destroyed during the war.” It refers to Allied bombings on Berlin; the library must have been hit and lost a lot of items. Since then nobody asked for these books, so apparently the librarians don’t know if they’re still available. I didn’t stay long enough to ask for membership, so I couldn’t check if the books were available or not.

3/ data mining on ZVAB (Zentrales Verzeichnis Antiquarischer Bücher) and Abebooks’s websites.

4/ and last but not least, data mining from the catalogue of Versandantiquariat Hans-Jürgen Lange (,,wir sind zu allen Themen der Grenz- und Geheimwissenschaften sowie Utopie und Phantastik interessiert”), which I have been receiving since #4 (the latter issue being now #18). Herr Lange does a tremendously good work at describing the content of the books in his catalogue.

The following bibliography is made of three parts. Part one is the main part and deals with first editions of science fiction published during the Third Reich, that is, since 1933 in Germany and 1938 in Austria. If sci-fi short stories have been published in collections of miscellaneous stories, then I am afraid it is quite possible they have escaped my attention. As to the definition of “science fiction,” I tried not to include fantasy when it was obvious that it wasn’t “science fiction,” but you’re probably aware that the demarcation line between the two is not always easily drawn. In fact, in one case (one of the few books from this list I have read [see Hermann Barthel]), even though the book is dealt with in an essay on science fiction, I personally would have classified it as pure fantasy; as at least one scholar, the author of the essay in question, thought otherwise, I left the item in the bibliography.

I said this is a comprehensive list but as at least one of the authors on it is a serial writer with overabundant output, in sci fi as well as fantasy and other genres [see Lok Myler], so I invite you to visit Wkpd for a list of all his titles, of which only a selection is to be found here.

The second part is dedicated to sci-fi films from the Third Reich and contains four titles (plus a short film and a short animated cartoon). For good measure, I also included westerns from the Third Reich, to make sure you know such a thing as westerns from the Third Reich exist. I made a rather extensive research on German cinema and I could find no more than these films – again, excluding fantasy works like the well-known Münchhausen by Josef von Baky (1943).

The third part, which I present in no way as a comprehensive work, and only as a sketch, deals with three different things: A/ sci-fi works from German Nazis or supporters who wrote some sci-fi books, yet not during the Reich but a little earlier or a little later; B/ sci-fi works from Fascist Italy and from Germany and Italy’s ally in the Antikomintern Pact, namely Japan, from about the same period; & C/ sci-fi works from pro-Nazi or pro-Fascist writers outside these countries, that is, from writers who we know were members in such organizations or expressed their support in any other way. These limits on the research are rather arbitrary and one may ask why not, for instance, writers and others who worked in Fascist Italy and made science fiction later on, like Mario Bava, who, with films like Terrore nello spazio (1965), known in English as Planet of the Vampires, is a pioneer of Italian sci-fi cinema, and began as an assistant and cameraman at the Istituto Luce in the thirties… That’s a good point, thank you.

For all languages that I master, I provide an English translation of my own beside the original title (more precisely after the date of publication or release), being a matter of fact that few of these books have ever been translated. For other languages, I give only the titles as I found them in English. I sometimes add my own comments, they’re to be found in [ ].

.

SCI-FI LITERATURE

.

ALEXANDER Arno, Das geheimnisvolle Gas: ,,Gas LM 387‘‘, 1933 (The mysterious LM 387 Gaz)

ARNOLDT Johannes, Vor Götterdämmerung. Phantastischer Roman aus nordische Frühzeit, 1934 (Before twilight of the gods: A fantasy novel about nordic early times) [From a writer inspired by Hörbiger’s cosmological Welteislehre, World Ice Theory; with an afterword by “Welteislehrer” Georg Hinzpeter.]

BADE Wilfrid, Gloria über der Welt, 1937 (Gloria over the world)

BARTEL Hermann, Der weiße Elefant. Ein Atlantis-Roman, 1937 (The white elephant: An Atlantis novel)

BARTHEL Max, Im Land der sieben Krater, 1937 (In the land of the seven craters)

BEHM Bill, Anafur! Die Stadt der Verlorenen, 1938 (Anafur! City of the lost)

BERGMANN Ernst, Deutschland, das Bildungsland der Menscheit, 1933 (Germany, the country where the new mankind is shaped) [A visionary essay by the founder of the Deutsche Glaubensbewegung, German Faith Movement.]

BERGNER Bernd, Die Blitzfall am Monte Santo. Kriminalroman um eine Erfindung, Köln 1938 (Lightning fall on Monte Santo: a thriller about an invention)

BERNDT Maximilian, d.i. Bernd Engel, Der rote Pfeilring, 1933 (Red Pfeilring)

BERNHARDY Werner, eig. Werner Tummely, Sacara. Unter zehntausend Amazonen, 1934 (Sacara: Amidst tens of thousands of Amazons)

BIALKOWSKI Stanislau, Leuchtfeuer im Mond, 1934 (Signal lights on the moon); Krieg im All, 1935 (War in space); Die Macht des unsichtbaren Sterns, 1936 (Power of the invisible star); Der Radiumkrieg, 1937 (Radium war); Start ins Weltall, 1941 (Launched in space); Der Stratosphärenflieger, 1938 (Stratosphere aircraft)

BIERBOWSKI Heinz, Der Mann ohne Gesicht, 1938 (The man without a face); Der Welt ohne Schlaf, 1940 (The world with no sleep)

BOETTICHER Hans, Unterseeboot Ganymed, 1942 (Submarine Ganymed)

BRAUN Hans-Fried, Die Expedition der Senta-II, 1934 (Expedition of Senta 2)

BRUGGER Wolfgang, Kampf um „EA 1“, 1936 (Battle for EA 1)

BRUHL Leo am, Lebendiges Licht, 1933 (Living light)

BRUNNGRABER Rudolf, Die Engel in Atlantis,1938 (The angels in Atlantis)

BÜRGEL Bruno Hans, Sternen über den Gassen, 1936 (Stars above alleys), Der Stern von Afrika. Ein phantastischer Roman aus dem Jahre 3000, 1937 (The star of Africa: A fantasy novel from year 3000)

BURMESTER Albert K. (various pseudos: Geo Barring, Axel Berger…); Panzerfort Atlantis meutert, 1935 (Panzer-Fort Atlantis mutinies); Erdball in Ketten, 1935 (Earth globe in chains);  Der Damm von Amazonis. Zukunftsroman, 1936 (Dam of Amazonis); Die Stadt im Krater. Technischer Zukunfts-Roman, 1937 (City in the crater); Der Erde reißt, 1938 (The earth rips); Die Sonne Sixa, 1938 (Sun Sixa)

CHOMTON Werner, Weltbrand von Morgen, 1934 (Tomorrow’s world blaze)

CONTROL Adolf, Vor Weltraumfahrt und Planetenkolonisation erst vom äthronischen Lebensschlag zum werdenden Menschenschlag, Leipzig 1937 (With space travel and planet colonization, at last from aethronic twist of fate to man in becoming [Tentative translation of this obscure title with a neologism apparently formed on the Greek mythological name Aethra (Äthra), a princess who became a slave.])

CORRINTH Curth, Die unheimliche Wandlung des Alex Roscher, 1941 (Alex Roscher’s uncanny transformation)

DAUMANN Rudolf Heinrich, Dünn wie eine Eierschale. Ein utopistischer Roman, Berlin 1937 (Thin as an eggshell); Macht aus der Sonne, 1937 (Power from the sun); Das Ende des Goldes, 1938 (End of gold); Gefahr aus dem Weltall, 1939 (Danger from space); Patrouille gegen den Tod, 1939 (Patrol against death); Die Insel der tausend Wunder. Ein utopischer Roman, 1940 (The island of thousand wonders); Abenteuer mit der Venus, 1940 (Adventure with Venus); Protuberanzen, 1940 (Protuberances) [Daumann got Schreibverbot, that is, was forbidden to publish anything more, in 1943, for a reason I do not know.]

DELMONT Joseph, pseudo of Karl Pick, Der Fels im Meer, Leipzig 1934 (Cliff on the See) / From before 1933: Die Stadt unter dem Meer, 1925 (City under the sea); Der Ritt auf fem Funken. Phantastischer Zukunftsroman (The ride on sparks), 1928

DOHM Batti, Stielauge der Urkrebs, 1933 (Popping-Eye the Trilobite) [Written by a geologist and owner of a rich scientific collection of trilobites influenced by Welteislehre.]

DOLEZAL Erich, Grenzen über uns, 1940 (Boundaries above us)

DOMINIK Hans, Der Befehl aus dem Dunkel, 1933 (Command from darkness); Der Wettflug der Nationen, 1933 (Competition flight of the nations); Das stählerne Geheimnis, 1934 (The iron mistery); Ein Stern fiel vom Himmel, 1934 (A star has fallen from the sky); Atomgewicht 500, 1935 (Atomic weight 500); Himmelskraft, 1937 (Sky power); Land aus Feuer und Wasser, 1939 (Land of fire and water); Lebensstrahlen, 1938 (Life rays), Treibstoff SR, 1939/40 (Fuel SR) [Hans Dominik is the major German sci-fi author of the period. He also wrote essays, such as Vistra, das weiße Gold Deutschlands, 1936 (Vistra, Germany’s white gold) on a super-light alloy.]

EICKERMANN Wilhelm Friedrich, Großmacht Saturn, 1938 (Arch-Power Saturn)

EIGK Claus, eig. Hartmut Bastian, Das Vermächtnis des Ingenieurs Eigk, 1943 (Engineer Eigk’s legacy)

ENSKAT Fritz, pseudo of Freder Catsen, Weltraumschiff Unimos. Ein technish-phantastischer Zukunftsroman, 1936 (Spaceship Unimo)

ERBER Richard, Welt ohne Tod, 1937 (World with no death)

FEHR Frank, pseudo of Rassenforscher (racial anthropologist) Otto Hauser (not the paleontologist), also known as Otto Hauser-Wien, sometimes using pseudo Ferdinand Büttner, Das Blut, 1935 (The blood)

FICHTE Werner v., Der Spukflieger, 1940 (Ghost aircraft)

FLECHTNER Hans-Joachim, Front gegen Europa, 1935 (Front against Europe); Europa siegt…? 1937 (Europe wins?…)

FRIELING Heinrich, Begegnung mit Sauriern. Eine wunderbare Reise ans Kreidemeer, 1940 (Encounter with sauriers: A wonderful travel to the Cretaceous Sea)

FUSCHLBERGER Hans, Der Flug in die Zukunft, 1937 (Flight in the future) [The author was a representant of so-called „Odal“ movement.)

GERMAN Günther, d.i. Anton Mehl, Schatten der aufgehenden Sonne, 1935 (Shadows of the rising sun); Der rote Habicht, 1936 (The red hawk)

GRILLMAYER Georg, Kurt und Jörg erobern die Welt. Aus Gegenwart und Zukunft, 1943 (Kurt und Jörg conquer the world: From past and future)

GROSSER Reinhold Fritz Asaka Fu mobilisiert den Osten, 1940 (Asaka Fu mobilizes the East) [In 1925 Ferdinand Grautoff (pseudos: Parabellum, Seestern…) wrote a Fu der Gebieter der Welt, Fu Master of the World, a Zukunfstkriegsroman depicting Germany’s alliance with Japan and China. Same writer under different names – same character?]

GÜNTER Herbert, Magisches Schicksal, 1942 (Magic fate)

GURK Paul, Tuzub 37. Der Mythos von der grauen Menscheit oder von der Zahl 1, 1935 (Tuzub 37: The myth of grey mankind or of Number 1) [The author had some trouble publishing in the Third Reich – some of his books were forbidden. He was, at the same time, an „Odal” follower.)

HAUSWIRTH Werner, Republik Europa. Eine Vision, 1937 (Republic Europe: A vision)

HEICHEN Walter, Jenseits der Stratosphäre, 1937 (Beyond the stratosphere); Luftschiff im Weltenraum, 1941 (Spacecraft in cosmos); Der U-Boot-Pirat, 1941 (Pirate submarine)

HERMANN Franz, Die Erde in Flammen. Ein Zukunftsroman aus den Jahren 1937/38, 1933 (World ablaze: An anticipation novel of the years 1937-38)

HOFF Harry, d.i. Hans Heidsieck, Das stählerne Antlitz. Phantastischer Kriminalroman, 1938 (The iron visage: A fantasy thriller)

HUBER Armin Otto, Das Paradies im Eis, 1937 (Icebound paradise)

HUNDEIKER Egon, Alumnit, 1934

JÜNGER Ernst, Auf den Marmor-Klippen, 1939 (On the marble cliffs)

KÄMPFER Adolf, Das erste Jahre, 1941 (The first year)

KARLIN Alma Maximiliane, Isolanthis. Roman vom Sinken eines Erdteils, Leipzig 1936, Atlantis-Roman (Isolanthis: The drowning of a continent)

KÄRRNER Dietrich, d.i. Artur Mahraun, Verschollen im Weltall, 1938 (Lost in space); Gösta Ring entdeckt Värnimöki, 1938 (Gösta Ring discovers Värnimöki); Per Krag and sein Stern, 1939 (Per Krag and his star) [Mahraun was the founder of the Jungdeutsche Orden.]

KEGEL Walther, Rakete 33, 1934 (Rocket 33); Tiefsee. Tauchtank 9200 Meter unterm Meeresspiegel, 1934 mit Hans Heuer (Deep Sea: Water-ballast 9.200 meters under sea level); Tod im Strahlenring, 1937 (Death in the beam-circle); Dämme im  Mittelmeer, 1937 (Dams in the Mediterranean); Feuer über dem Atlantik, 1939 (Fire over the Atlantic)

KIRCHHOFER Fritz, Piraten im Äther, 1934 (Pirates in the ether)

KIß Edmund, [Nicknamed the “Poet of Atlantis,” his Atlantis and Welteislehre-tetralogy is well-known. A member of the SS-Ahnenerbe involved in several archaeological missions – South America (Tiahuanacu), Africa (Abyssinia) –, his writings inspired Wilhelm Landig’s postwar sci-fi novels about German flying saucers and ufo bases in Antarctic (Neuschwabenland).] Tetralogy: Die gläserne Meer, 1930 (The sea of glass); Die letzte Königin von Atlantis, 1931 (Last queen of Atlantis); Frühling in Atlantis, 1933 (Spring in Atlantis); Die Singschwane aus Thule, 1937 (Singing swans of Thule)

KLOTZ Karl, Die letzte Schlacht am Birkenbaum. Der Schicksalsroman der Menschheit, Düsseldorf 1933 (Last battle at the birch tree: Fate novel of mankind)

KOLBENHEYER Erwin Guido, Klaas Y der grosse Neutrale, 1936 (Klaas Y and the Big Neutral)

KOSSACK-RAYTHENAU Karl Ludwig, Lermontow vernichtet die Welt, 1936 (Lermontow destroys the world); Die Welt am laufenden Band, 1937 (Earth on running wave); Der Stoss in den Himmel, 1940 (Impact in the sky)

KUBIE Wilhelm, Professor Frauenschuhs zweite Erdenfahrt, 1939 (Professor Frauenschuh’s second trip to Earth)

KÜCHLER Luise, Wider Meer und Menschen, 1934 (Against sea and man)

KÜHLMAN Richard von, Saturnische Sendung, 1935 (Transmission from Saturn)

KUNZE Karl H., …und abermals nach Jahrhunderten… Kämpfe und Kräfte. Technisch-Phantastischer Roman, 1934 (Once again after centuries… Battles and Powers)

LAAR Clemens, eig. Eberhard Koebsell, U-31. Das Schiff aus dem Jenseits, Verlag der Wehrmacht 1937 (U31 the boat from beyond); Das Geister U-Boot, 1937 (Ghost submarine)

LAMBERTY Paul, Die Sage vom Weltreich der Arier, 1937 (Epic of the Aryans’ world empire) [A cosmic essay, whose author is influenced by both Jörg Lanz von Liebenfels’s ariosophy and Hörbiger’s Welteislehre: the great periods of world history coincide with ebbs and flows of Nordic blood, these ‘tide’ cycles being of cosmic origin.]

LANGHANSKI Viktor, Urkraft. Der Roman einer großen Idee, 1937 (First power: The novel of a great idea)

LERCH Hans, Sintflut über Europa. Der Roman einer Erdkatastrophe, 1933 (Deluge over Europe: The novel of a world catastrophe); Ein Volk wandert ins Meer, 1934 (A people wanders on the seas); Der rasende Tod, 1935 (Raging death)

LERNET-HOLENIA Alexander, Die neue Atlantis, 1935 (poetry) (The new Atlantis) [Lernet-Holenia was a prolific scriptwriter for the movie industry; he wrote Die Grosse Liebe, directed by Rolf Hansen, the biggest film success in the Third Reich.)

LINDRODER Wolfgang, Die Brücke des Shicksals, 1936 (The bridge of fate)

LORENZ Helmut, Das Echo von Meganta. Nie wieder Friede? 1935 (The echo from Meganta: No more peace ever?)

LÖWENTHAL Josef Frh. v., Die unsterbliche Stadt. Eine utopische Erzählung aus dem Jahre 2000, 1936 (The immortal city: A utopian tale from year 2000)

MANN Alfred Theodor, Pax Mundi (Die Weltfriede).Volkstümlicher Roman, 1934 (World peace)

MARSCHALL Hanns, d.i. Johannes Ickes, Der Mann, den die Welt nich sah, 1935 (The man who did not see the world)

MATTHIEßEN Wilhelm, Karl Mays Wunderbare Himmelfahrt, 1942 (Karl May’s wonderful voyage to the sky)

MASOVIUS Werner, eig. W. Mialki, Gefesselte Stürme. Roman um Energiequellen der Zukunft, 1942 (Chained streams: A novel on energy sources of the future); Neotherm C, 1943

MAY Eduard, Der Plan des Ingenieurs Dekker, 1938 (Engineer Dekker’s plan)

MAYER Theodor Heinrich, Ärzte, 1936 (Doctors); Vom Gedanken zur Tat. Novellen aus der Geschichte werktätigen Schaffens, 1941 darunter die utopische Novelle „Weltkongreß der Techniker, Wien 1960“ (From thought to action: Short stories from the history of striving; among which the utopian story „Technicians World Congress Wien 1960“)

MEIXNER Fritz, Bevor es zu spät ist, 1940 (Before it is too late); Wettlauf mit der Zeit, 1942 (Race against time)

MUNGO, Die Marsbewohner sind da! Politische Satiren, 1939 (The Martians are here! Political satires)

MYLER Lok, eig. Paul Alfred Müller, Sun Koh, der Erbe von Atlantis (Sun Koh, heir of Atlantis) [a fantasy series 1933-36]; Jan Mayen, der Herr der Atomkraft (Jan Mayen, master of the atomic power) [a sci-fi series 1936-38) Das hypnotisierte Unterseeboot, 1933 (The hypnotised submarine); Ein Mann fällt vom himmel, 1933 (A man falls from the sky); Der fressende Kreis, 1937 (The eating circle); Atlantis steigt auf, 1938 (Atlantis rises); Blaue Kugel, 1938 (Blue orb); Die Tarnkappe, 1938 (The invisibility cloak); Die Seifenblasen des Herrn Vandenberg, 1939 (Mr Vandenberg’s soap bubbles); Trommeln der Hölle, 1939 (Hell’s ruins); 40.000 Meter unter dem Meeresspiegel, 1939 (40.000 meters under sea level); Sonnenmotor Nr. 1. Roman eines phantastischen Abenteuers, 1940 (Sun-Engine Nb.1) [Paul Alfred Müller, whose post-war pseudonym was Freder van Holk, was, in the Third Reich, a proponent of the Hohlwelt-Theorie, Hollow Earth theory (according to which we would be living on the concave side of ‘the Earth’): see his essay Und sie bewegt sie doch nicht! 1939 (And yet it moves not!)]

NAUNDORF Gerhard, Stern in not, 1938 (Star in emergency); Welt ohne Sonne, 1939 (World without a sun)

OHLIGER Ernst, Bomben auf Kohlenstadt. Ein Roman, der Wirklichkeit sein könnte, 1935 (Bombs upon the coal city: A novel that could be reality)

OPRÉE Arthur, Der Unirdische, 1937 (The unworldly); Unter glühender Doppelsonne, 1938 (Under glowing double suns)

OSTEN Ludwig, eig. Fritz Mardicke, Die große Flut, 1934 (The great Deluge)

PAATZ Herbert, Doktor Kleinermacher führt Dieter in die Welt, 1938 (Dr Shrinker introduces Dieter to the world); Doktor Kleinermachers Erlebnisse zwischen Keller und Dach, 1939 (Dr Shrinker’s experiences between cellar and roof); Abenteuer in Doktor Kleinermachers Garten, 1940 (Adventures in Dr Shrinker’s garden) [An early, Teutonic version of Honey, I Shrunk the Kids in three installments.]

PAETZOLD Kurt, Der Apparat des Dr. Junghans. Kriminalroman, 1936. Kriminalroman mit phantastischen Elementen (Dr Junghans’s apparatus)

PAGILL (pseudo for Paul Gille), Gletscher über Europa, 1940 (Glaciers over Europe)

PEIL Fritz, Der Kupferdoktor, 1939 (The copper doctor)

PELZ V. FELINAU Josef, Dämon Mensch. Der Roman eines Weltzeitalters, 1940 (Demon man: Novel of an era)

REIMANN Hans, under pseudo Andreas Zeltner, Des Teufels Phiole, 1939 (The Devil’s flask)

REINHART E.W.A, Das kalte Licht. Ein Kriminalroman aus der Lüneberg Heide, 1939 frühe Erwähnung eines „Robot“ (The cold light)

REISSE Kurt, Der Yokh der Elmo. Nach dem Bordbuch des Planetenkreuzers RAK I, 1936 (Der Yokh of Elmo: After the logbook of planet cruiser RAK 1)

REITTER Nikolaus, Planetenflieger. Ein astronomischer Abenteuer, 1935 (Planetary flight)

RENKER Gustav, Ein Schiff steuert in die Urzeit. Ein Tiefsee-Roman, 1934 (A boat sails to prehistory: A deep sea novel); Der Stadt in der Wüste, 1938 (City in the desert); Das Geheimnis des Simon Hard, 1943 (Simon Hard’s mystery)

RHEIN Eduard, Wunder der Wellen. Rundfunk und Fernsehen dargestellt für jedermann, 1935 (Wonder of the waves: radio and television for dummies) [in sci-fi mode due to anticipations of future developments: “chronovision”, time machine…]

RICHTER Georg, Reichstag 1975, 1933 (Parliament 1975)

ROBER Karl, d.i. Kurt Martin, Die Experimente des Dr. Wan-schi-tin, 1936 (Dr Wan-schi-tin’s experiments)

ROHA Franz, Stiller Ozean – Insel X, 1939 (Pacific Ocean – Island X)

ROCK C. V. (real name: Kurt Walter Röcken), Experiment im All, 1936 (Experiment in space); Die glühenden Türme, 1936 (The glowing towers); Der Flug in die Erde, 1937 (Flight into the Earth) [a Hollow-Earth theory book?]; Rückkehr aus dem All, 1939 (Back from space)

ROHDEN Ernst, d.i. Ernst Willi Ebel, Der Kaiser von Südafrika, 1936 (The emperor of South Africa)

ROLAND Siegfried, Suggestion. Kriminalroman, 1934

ROSSMANN Hermann, Flügel 1934 (Wings)

RUDOLPH Axel, Die Eisfrau, Berlin 1933 (Ice woman); Gebt uns ehrliche Waffen! 1933, Spionageroman um die Erfindung eines neuartigen Gases (Give us noble weapons!)

SCHICHT Eleonore, Sonnenfünkchens Abenteuer. Ein Buch für Kinder, 1943 Mischung aus Märchen und SF (Sun-sparks adventures)

SCHMID Edmund, Im Jahre 2000 im Dritten Reich, 1933 (The Third Reich in Year 2000) [They say the book was forbidden because it was too racialist!)

SCHMIDT Wilhelm Der kleine Wunderbaum, 1941 (The little wonder-tree)

SCHUBERT August, Weltenwende durch Gas, 1939 (World revolutions through gas)

SEIDEL Willy, Die Nacht der Würde, München 1941 (enthält: Die Nacht der Würde. Der neue Gott. Utku) (Night of dignity)

SEXAU Richard, Denkmal einer Freundschaft. Das geheimnis der verhüllten Hände und andere Erzählungen, 1934 Sammlung aus phantastischen und utopischen Texten (Monument to a friendship: The mystery of the gloved hand and other tales)

SIEG Paul Eugen, Detatom, 1936; Südöstlich Venus, 1940 (South-west of Venus)

SIODMAK Curt, Die Macht im Dunkeln, 1937 (The power in the dark) [Curt Siodmak, a Jew, is known for his Hollywood classic sci-fi movies. He had published in Germany before emigrating in 1937 to the U.S.]

SIXTUS Albert, Das Geheimnis des Riesenhügels, 1941 Jugend-SF-Roman (Mystery of Giants’ Hill)

SPATZ Albert, Die Herren des Feuers. Ein Roman im Innern der Erde, 1936 (Lords of the fire: A novel inside the Earth)

STRATZ Heinz, Der Regenmacher von Turkestan, 1938 (Rainmaker of Turkestan)

STROBL Karl Hans, Feuer im Nachbarhaus. Roman von übermorgen, 1938 (Fire in the neighboring house: A novel of the day after tomorrow); auch Od. Die Entdeckung des magischen Menschen, 1930 (Od, discovery of the magic man) [Strobl was, with Alfons von Czibulka, the publisher of Der Orchideengarten, the world’s first literary journal entirely devoted to fantasy literature: „Der Orchideengarten (1919-1921), die de facto noch vor den Magazinen in den USA die erste rein der phantastischen Literatur gewidmete Zeitschrift der Welt war.“ In the Third Reich he become „Landesleiter Wien der Reichsschriftumskammer.“]

TAESCHNER Titus, Eurofrika. Die Macht der Zukunft 1938 (Eurafrica, the power of the future) [about Germany colonizing Africa with the help of a jumbo dam on the Mediterranean: (real) Atlantropa Project]; Der Mars greift ein, 1935 (Mars intervenes)

TROPPENZ Walter, pseudo: Bruno S. Wiek, Phantasten, 1938; LPR 1600 – Das Geheimniss mikrokurzer Wellen, 1938 (Mystery of the microwaves)  Der Schlüssel des Meeres, 1939 (Key of the sea); Ave-Brunonia. Die Stadt in der Erde, 1940 (City inside the Earth)

ULLER T., Chefingenieur Hansen, 1944 (Chief engineer Hansen)

VAN WEHRT Rudolf (eig. Hans Rudolf Berndorf, Freikorpskämpfer und SS-Standarte), Der Libellen-Krieg, 1936 (War of the dragonflies); Das Mädchen aus den Jenseits, 1943 (Maiden from beyond); Ein Wal – gespenstisch anzusehen! Ein utopischer Roman, 1943 (A whale – ghostly)

VIVIAN Karl, Dunkle Gewalten, 1933 Kriminalroman, in dem Menschen mittels einer Hypnose-Maschine manipuliert werden (Dark powers)

WEHNER Joseph Magnus, Die Wallfahrt nach Paris. Eine patriotische Phantasie, 1933, „völkische Utopie“ (Pilgrimage to Paris: A patriotic fantasy)

WIDEMANN Nora, Von China bis Kiel im gläsernen Unterseeboot, ca. 1941-42 (From China to Kiel in the glass submarine)

WIECHERT Alfred, Laore. Ein Erlöserschicksal, 1934 (Laore, the fate of a savior)

WITTE Viktor, Bharpami, das Tal der lebenden Toten, 1936 (Bharpami, the valley of the living dead)

WITTKOP Justus Franz, Gullivers letzte Reise. Die Insel der Vergänglichkeit, 1941 (Gulliver’s last Travel: The island of transitoriness)

ZIESE Maxim, Der Film des Dr. Wharton. Roman einer Weltkatastrophe, 1938 (Dr Wharton’s film: Novel of a world catastrophe)

.

SCI-FI MOVIES

.

Science Fiction was also handled by filmmakers. Harry PIEL, a major filmmaker in the Third Reich, made two “humor” sci-fi films: Ein Unsichtbarer geht durch die Stadt, 1933 (Invisible man in town), and Die Welt ohne Mask, 1934 (World without a mask).

BERNHARDT Kurt, Der Tunnel, 1933

HARTL Karl, Gold, 1934

KUTTER Anton, Weltraumschiff I startet, 1940 (Spacecraft 1 starts) [short film, from the material of two long-film sci-fi projects that were cancelled due to the war, Zwischenfall im Weltraum (Incident in space) under direction of Robert Adolf Stemmle, and Weltraumschiff 18 (Spacecraft 18) under Eduard von Borsody]

PEROFF Paul, or Pavel Perov, Ein astronomisches Abenteuer, 1936 [short animated cartoon by Russian émigré Peroff who settled in Germany from 1929 to 1943 and created there animation Atelier Peroff]

On the topic of sci-fi, the name of Thea von HARBOU should be mentionned. She was Fritz Lang’s wife, known for SF films like Metropolis and The Woman in the Moon. Thea von Harbou was Lang‘s script and wrote the scripts of all his Weimar films. Moreover, Metropolis and Frau im Mond are novels written and published by her, in 1926 and 1928 respectively, as she was a novelist as well. She divorced Fritz Lang when he was about to leave Germany and she embraced National-Socialism instead. She kept writing during the Third Reich, although not science fiction. Therefore, she belongs with other writers in III-A (below).

*

While I am dealing with cinema, I draw the attention of Western fans on the fact that even this genre was handled in German films of the time, as the following titles show (surely among the first examples of sauerkraut westerns):

TRENKER Luis Der Kaiser von Kalifornien, 1935-36 (The emperor of California)

VERHOEVEN Paul Gold in New Frisco, 1939

WASCHNECK Erich Frauen für Golden Hill, 1939 (Women for Golden Hill)

To which filmography may be added what is doubtless one of the first spaghetti westerns, Una donna dell’ovest, 1942 (A lady of the West), with French legend actor Michel Simon, by German director Carl KOCH, who directed two films in Fascist Italy, this one included.

.

„NEW ORDER“ SCI FI

.

A/ Nazi or Nazi-supporting writers whose sci-fi works were published before or after Third Reich years

BALL Kurt Erwarth, Nsdap and collaborator of Theodor Fritsch’s Der Hammer, wrote several sci-fi novels with Lothar Weise in the DDR.

BETSCH Roland, Leiter des Verbands Westmark der Organisation Kampfbund für deutsche Kultur (Alfred Rosenberg), Das Experiment der Dr Tintelott, 1931 (Dr Tintelott’s experiment)

BOCHOW Walter, V-Mann (liaison agent) for the SD (Sicherheitsdienst) of the SS, Hansgeorg ererbt ein Wunder, 1931 (Hansgeorg inherits a marvel)

COLERUS Egmont, Austrian, Nsdap, Antarktis, 1920; Der dritte Weg, 1921 (The third way); Die neue Rasse, 1928 (The new race)

FREKSA Friedrich, Druso oder: Die gestohlene Menschenwelt, 1931 (Druso or the stolen world of man) is a sci-fi novel, while his biography of Boer president Paul Kruger, Ohm Krüger. Sein Leben – ein Kampf gegen England, 1941 (Kruger, his life, a fight against England), published during the war, serves German war propaganda (a film was made of it the same year by director Hans Steinhoff).

HANSTEIN Ottfried v., his writings from the Third Reich were put on DDR’s black list of undesirable literature (List der auszusondernden Literatur), which indicates National-Socialist tendencies, Der Telefunken-Teufel, 1924 (Tele-sparks devil); Elektropolis. Die Stadt der technischen Wunder. Ein Zukunftsroman, 1928 (Elektropolis, city of marvels); Mond-Rak 1. Ein Fahrt ins Weltall, 1929 (Moon-Rak 1, a travel in space); Nova Terra, 1930

HARBOU Thea v., Nsdap, Metropolis, 1926; Frau im Mond, 1928 [See Sci-Fi Movies]

HARDER Hermann, Nsdap, Die versunkene Stadt. Ein Roman aus der kommende Urzeit, 1932 (The sunken city: A novel about the prehistory to come)

HEYCK Hans, Nsdap, Deutschland ohne Deutsche. Ein Roman von übermorgen, 1929 (Germany without Germans: a novel of the day after tomorrow)

LAFFERT Karl-August v., Nsdap and SS, Untergang der Luna, 1921 (End of the moon); Feuer am Nordpol, 1924 (Fire im the north pole); Fanale am Himmel (Signals in the sky), 1925; Flammen aus dem Weltenraum, 1927 (Flames from space)

PÜRINGER Rudolf, Austrian, among the contributors of Monument Dichterstein Offenhausen, Hans Trapps zweites Leben, 1937 (Hans Trapps’s second life)

WEBER Fritz, Austrian, collaborator and ghost writer of Luis Trenker, Nsdap and SA, Die Toten der Svea, 1930 (The Dead of Svea)

B/ Italy and Japan (sketch)

Fascist Italy 

ALVARO Corrado, L’uomo è forte, 1938 (Man is strong) 

BENEDETTO Enzo, Viaggio al pianeta Marte, 1930 (Travel to the planet Mars)

BUZZI Paolo, Jungla di Barba Blu, 1933 (Bluebeard’s jungle) [A short story. In 1915 Buzzi had written the Futurist novel L’ellisse e la spirale. Film + parole in libertà (The propeller and the spiral. Film + words in freedom) with sci-fi elements in it.]

CHIOSSO Renzo, I navigatori del cielo, 1925 (Pilots through the sky); La città sottomarina, 1940 (Underwater city)

CIANCIMINO Calogero, Il prosciugamento del Mediterraneo, 1931 with Luigi Motta (The drying-up of the Mediterranean); Il mistero della sfinge gialla, 1935 (Mystery of the yellow sphinx) [inspired by (or copying?) Sax Rohmer’s Fu Manchu series, with sci-fi elements]

CICOGNA Giorgio, I ciechi e le stelle, 1931 (The blind and the stars) [a collection of sci-fi short stories]

COSSIO Carlo, La macchina del tempo, 1937 (Time machine) [an animated cartoon after H.G.Wells’s story]

KHAN Ciro, Gli astronauti del polline, 1931 (Astronauts of the pollen); L’uomo di fil di ferro, 1932 (Iron-wire man)

MOTTA Luigi, Il sommergibile fiammeggiante, 1924 (The flaming submarine); I giganti dell’infinito, 1934 (Giants of infinity); La battaglia dei ciclopi, 1935 (Battle of the cyclops) [see also Calogero Ciancimino for one book written together]

PAPINI Giovanni, Gog, 1931

PARSI-BASTOGI Carla, La leggenda del mare, 1922 (Legend of the sea); Estrema umanità, 1922 (Extreme mankind)

PEDROCCHI Federico, Virus, il mago della foresta morta, 1939-40 (Virus, magus of the dead forest) [a comic-book series, designers: Walter Molino, then Antonio Canale]; Saturno contro la Terra, 1936-46 (Saturn against the Earth) [comic-book series, designer: Giovanni Scolari]

PRANDI Eugenio, Il sentiero delle ombre, 1933 (Path of the shadows); Il cimiterro die giganti (Scimitar of the giants)

REISOLI Gustavo, La disfatta dei mostri, 1940 (Defeat of the monsters) [a Zukunftskriegsroman]

SCERBANENCO Giorgio, Il paese senza cielo, 1939 (Land with no sky); Fine del mondo, 1942 (End of the world)

SILVESTRI Armando, La meravigliosa avventura, 1927 (The wonderful adventure); Il signore della folgore, 1941 (The lightning master)

SIMONI Gastone, La casa nel cielo, 1928 (House in the sky), La barriera invisibile, 1929 (The invisible fence), L’isola del Gran Tabù, 1931 (Island of the Great Taboo), Il richiamo dal fondo, 1931 (Call from the deep), L’ultimo degli Atlantidi, 1932 (Last of the Atlants), La prigioniera dell’abisso, 1932 (Prisoner of the abyss), Il re del mistero, 1934 (King of mystery)

STOCCO Guglielmo, Il riformatore del mondo, 1927 (Reformer of the world)

YAMBO, that is, Enrico Novelli, L’uovo di pterodattilo o L’allevatore di dinosauri, 1926 (The pterodactyle egg, or The breeder of dinosaurs); Viaggi e avventure attraverso el tempo e lo spazio, 1930 (Travels and adventures through time and space); Gli uomini verde, 1935 (Green men) [a comic book]

Dai Nippon

SAKAMOTO Gajo, mangaka, creator in 1934 of the robot character Tanku Tankuro [Give back to Caesar what belongs to Caesar: American influences on Japanese sci fi, like that of Star Wars on early Japanese space-opera films and series such as Message from Space, are often stressed while we never hear of the reverse, and yet Darth Vader is said by some specialists to bear a resemblance to the villain in Tanku Tankuro manga, Kuro-Kabuto or “Black Hat” – the manga might be a secret influence.]

SUZUKI Ichiro, author of Ôgon Batto superhero serial cartoon (since 1930, that is, eight years before Superman was created in the U.S.) (designer: Takeo Nagamatsu)

UNNO Jûza, The case of the mysterious death in the electric bath, 1928; The demon of vibration, 1931; The music bath at 18:00 hours, 1937; Mars Corps, 1940; Patent for a multi-armed man, 1941; Miracle of the dawdling bullet, 1941; Conjugated ricochet, 1944 [among other titles from this prolific pioneer of Japanese sci fi]

C/ Nazi-supporting sci-fi writers from outside Germany (sketch)

BARJAVEL René, France, published his sci-fi novels Ravage, 1943, and Le Voyageur imprudent (The uncautious traveller), same year, in collaborationist journal Je Suis Partout, and was blacklisted after the war.

BURDECKI Feliks, Poland, sci-fi writer who collaborated with pro-Nazi Polish journals during the war and was condemned to prison for life after the war, later lived in South Africa: Perkuna’s fire hand, 1934; Rocket to Mercury, 1934; Safety TV, 1936; Fight for the atom 1938.

D’ESPIE Adolphe, pseudonym: Jean de La Hire, France, prolific pulp writer, member of the collaborationnist party RNP (Rassemblement national populaire) founded by Marcel Déat, creator of superhero Le Nyctalope.

GHILINI Hector, France, editor-in-chief of collaborationist journal L’Appel, blacklisted after the war, author of various sci-fi novels before, during and after the war, such as Selskar Fils de la Bête, 1943 (Selskar son of the beast) and La Troisième Guerre mondiale durera six heures, 1950 (The Third World War will last 6 hours).

GUDMUNSSON Kristmann, Iceland, wrote in Icelandic and Norwegian, including sci fi, collaborated in Mjölnir, periodical of the Flokkur þjóðernissinna (Nationalist Party, inspired by National-Socialism and using the Swastiska as emblem).

HARTLEY Kelver, Australia, professor of French at Sydney University in the fifties, he had converted to Fascism while in Paris in the thirties and took part in the right-wing antiparliamentary riots in the capital of France; author of various sci-fi stories. (Although he adhered to a Ligue or to Ligue ideology, that does not make him a Nazi supporter eo ipso, as French right-wingers are usually hostile to everything German, but you get my point, I think.)

LÖNNERSTRAND Sture, Sweden, fantasy and sci-fi writer, father of superheroine Dotty Virvelvind (Dotty Whirlwind) appearing in a dozen short stories and serialized in cartoons 1944-45 (designers: Lennart Elf and Björn Karlström). Lönnerstrand was a member of pro-Nazi party Svensk Opposition founded by Per Engdahl (see tobiashubinette.se; Swedish scholar Tobias Hubinette has posted on his website the membership lists of all major Swedish Fascist parties of the thirties and forties).

MEYN Niels, Denmark, prolific writer of pulp fiction, including sci fi, under various pseudonyms. Member of DNSPA (Danmarks Nationalsocialistiske Arbejderparti).

La Créature du billard électrique

Une nouvelle nouvelle nouvelle nouvelle

Sait-on quelles rencontres l’espace infini nous réserve ?

Dans un monde infini, infinies sont les possibilités.

Quelles peuvent être nos certitudes ?

Et toi, jeune lecteur qui n’a pas connu le loisir de la salle de jeux enfumée ou du café-bar bien franchouillard où le méchant tenancier (certains étaient toutefois plus bonhommes et conciliants) obligeait ses jeunes clients venus pour le billard électrique à consommer pour avoir le droit de jouer au milieu des pochetrons et des chômeurs PMUistes, ce qui fait que les joueurs devaient payer et pour leurs parties et pour des consommations, qui pourrait te faire comprendre la fadeur de ton temps libre aux yeux de ceux qui gardent de tels souvenirs ? Ne t’avise pas de lire ce qui suit au Starbucks où tu te morfonds habituellement après les cours avec des amis tout droit sortis des magasins, et des magazines, car le contraste risque d’être trop fort pour ton âme sensible. Que ceci serve d’avertissement légal.

*

La vie d’une araignée se passe en grande partie immobile sur sa toile. Plus sa vie est immobile, plus elle est parfaite, car cela veut dire que les revers de la fortune lui sont épargnés. L’araignée se meut nécessairement pour trouver un lieu où tisser sa toile, puis elle bouge pour tisser celle-ci, puis elle attend ses proies et elle bouge pour les piquer, les momifier, les dévorer, elle se déplace aussi, régulièrement, à la recherche d’un partenaire sexuel. En dehors de ces nécessités, si elle doit bouger, c’est qu’un accident est arrivé à sa toile et qu’elle est contrainte de la refaire, peut-être en se déplaçant ailleurs. Moins, donc, elle a bougé dans sa vie, plus elle a vécu heureuse à l’abri des dévastations du monde. Sa toile a piégé les mouches et autres menus insectes dont l’araignée et ses rejetons se nourrissent, tout en échappant à la destruction par des objets, des créatures, des forces naturelles plus massives et toujours menaçantes.

Son piège tendu, la vie devient pour l’araignée une attente immobile. Rien de ce qu’elle pourrait faire désormais n’est davantage propice à lui dispenser sa nourriture que la plus parfaite immobilité. Cette mortuaire léthargie est immédiatement rompue quand la frêle mouche engluée dans les fils du piège se débat avec l’énergie du désespoir, car l’araignée, informée par les vibrations de sa toile, se précipite aussitôt sur sa proie et lui plonge ses crochets dans le corps, l’empoisonnant et la paralysant, pour ensuite la dévorer vivante, morceau par morceau.

Or il existe une forme de vie extraterrestre et prédatrice qui repose sur les mêmes principes d’évolution que l’araignée mais peut se servir de l’environnement artificiel de notre civilisation pour piéger ses proies. Et ses proies ne sont autres que les créateurs et habitants de cette civilisation – les hommes.

En l’an 1986 de notre ère, un vaisseau spatial d’origine martienne, invisible aux appareils de détection humaine, connut une avarie à peu de distance de notre planète. Au cours de cette panne et durant le temps que l’équipage prit pour la réparer, un caisson transporté par l’astronef s’ouvrit, l’absence de courant ayant rendu vulnérable le système de fermeture, et son occupant s’en échappa. Quand l’un des techniciens à bord le contasta, il en informa le capitaine, qui décida d’activer immédiatement le protocole d’autodestruction de l’appareil. Juste avant l’explosion de ce dernier, une capsule d’évacuation se dégagea avec le capitaine et trois officiers à son bord, conformément au protocole. Les survivants retournaient vers Mars quand le pilote en second informa le capitaine que, selon les censeurs qu’il venait d’activer, l’occupant du caisson avait subrepticement pénétré la capsule avec eux et s’y trouvait en ce moment même. Le capitaine n’eut alors d’autre choix que d’activer le protocole d’autodestruction de la capsule, qui explosa quelques secondes plus tard.

Entretemps, le mystérieux passager s’en était extrait et se dirigeait vers l’éco-milieu le plus proche, notre planète. C’était une sorte d’araignée noire, dont le tronc chitineux et boursouflé avait la taille d’une main humaine, et qui se servait au moment présent de l’ensemble de ses longues pattes filiformes comme d’un appendice caudal grâce auquel elle nageait dans l’espace avec une impressionnante vélocité, en vue de rejoindre la surface terrestre.

L’araignée extraterrestre tomba en pleine nuit dans la banlieue parisienne de Chouville. Elle se trouvait sur une surface gazonnée, non loin d’un pavillon, et approcha de celui-ci, après avoir observé quelques passants dans la rue au-delà du jardin. Pénétrant par une chatière à l’intérieur de la cuisine, elle entreprit d’explorer les lieux, dont les habitants dormaient, et quand elle découvrit dans une des pièces du sous-sol un billard électrique, cet objet ludique autrement connu sous le nom de flipper, elle sut qu’elle avait trouvé son piège.

*

M. et Mme Dubois avaient trois enfants, dont deux, Pauline, seize ans, et Jeannot, douze ans, vivaient alors avec eux à Chouville, et le troisième, d’un autre lit de Mme Dubois, suivait des études de droit à Berkeley.

Un soir où leurs parents étaient de sortie, Pauline dit à Jeannot de rester dans sa chambre car elle avait invité son petit ami Marcel à la maison. Jeannot fut dégoûté mais il obéit, car sa croissance n’avait pas encore commencé et Pauline, qui faisait de l’aïkido, savait comment lui administrer des clés de bras affreusement douloureuses.

Marcel et Pauline descendirent dans la pièce du sous-sol aménagée en second salon, minimaliste, avec le flipper, une télé, une console de jeux Philips Videopac, un canapé, une table et quelques chaises, non loin de l’autre pièce du sous-sol, la cave proprement dite, où se trouvaient un coin pour la buanderie ainsi qu’un grand réfrigérateur. Les pièces recevaient en journée la lumière du soleil par des vasistas en haut des murs, donnant sur le jardin.

Il venaient de regarder un film d’horreur quand Marcel eut envie de jouer au flipper. Funky Fair était un flipper très attrayant sur le thème de la fête foraine, avec un affichage électronique sur le fronton, des bruitages stimulants, des illustrations gaies et colorées : les tentes des forains, des clowns badigeonnés, des ballons de baudruche, la femme à barbe… Les trappes et rampes et bumpers évoquaient diverses attractions, la grande roue, le train fantôme, les montagnes russes, le kiosque de la femme à barbe, les tirs aux pigeons.

Marcel lança une partie et Pauline en profita pour aller aux toilettes, en haut. Les Dubois avaient aménagé un second living-room au sous-sol comme un espace de liberté pour leurs enfants en croissance, ou pour faire du salon du rez-de-chaussée un espace de liberté pour eux ; de l’un on n’entendait pas ce qui se passait dans l’autre. Quand Pauline redescendit, Marcel n’était plus là. Elle l’appela, en vain, lui dit que ce n’était pas drôle, sans effet, puis remonta au rez-de-chaussée, où de nouveau elle l’appela en vain, puis monta à l’étage où elle demanda à Jeannot s’il avait vu cette andouille de Marcel, mais Jeannot, surpris en train de regarder un magazine cochon, n’avait vu personne. Pauline jura que Marcel le lui paierait.

Quand les parents de Marcel déclarèrent à la police qu’il n’était jamais rentré de son rendez-vous avec ses amis Norbert et Jean-Jacques, il fallut dans un premier temps découvrir qu’il avait en réalité passé la soirée chez les Dubois avec Pauline, qui fut alors considérée comme la dernière personne ayant vu Marcel. Elle expliqua qu’ils avaient passé la soirée ensemble jusqu’à ce qu’il parte à l’improviste, sans rien lui dire. Elle ajouta qu’elle avait d’abord cru que c’était une plaisanterie mais qu’elle avait fini par se rendre à l’évidence : Marcel avait profité de ce qu’elle se rende aux toilettes quelques instants pour sortir de la maison et mettre un terme à leur soirée. Les enquêteurs demandèrent à Jeannot s’il avait entendu quoi que ce soit depuis sa chambre, quelqu’un sortir par la porte d’entrée, par exemple, mais Jeannot leur dit qu’il n’avait rien entendu. On mit son trouble, pendant le bref interrogatoire, sur le compte de son jeune âge, sans se douter qu’il craignait que soit découvert ce qu’il était en train de faire au moment de la disparition de Marcel.

La disparition de Marcel, un jeune homme sans histoire ni fréquentations douteuses, restait un mystère. Le mystère s’épaissit encore quand, quelque deux semaines plus tard, Jeannot disparut à son tour.

Alors que leurs parents étaient de nouveau sortis, car ils avaient une vie sociale intense à cause des obligations professionnelles de Mme Dubois, Pauline se morfondait dans sa chambre, pelotonnée sur son lit et pensant à Marcel. Elle ne sut pas dire aux enquêteurs ce que faisait Jeannot pendant ce temps-là mais toujours est-il qu’il n’était plus à la maison le lendemain. Les Dubois étaient rentrés tard dans la nuit et avaient supposé que leurs enfants étaient couchés. Ils n’avaient pas l’habitude de s’en assurer à chacun de leurs retours de soirée et ce ne fut donc que le lendemain que, l’absence prolongée de Jeannot devenant suspecte, ils découvrirent qu’il n’était pas dans sa chambre. Toujours sans nouvelles le soir venu, malgré leurs appels chez les uns et les autres, ils contactèrent la police.

Les enquêteurs relevèrent ce qui pouvait l’être et dirent aux Dubois que tout serait fait pour retrouver leur fils. Personne ne le revit jamais.

Tout comme Marcel, il avait été victime de la créature extraterrestre cachée dans le flipper. Celle-ci s’était logée dans le parallélépipède incliné constituant le plateau. Ce qui l’avait attiré là, c’est, d’une part, le système électrique qui occupait les entrailles de l’objet, dont elle avait besoin pour maintenir sa température corporelle, et, d’autre part, le fait que la caisse du plateau offrait un espace confortable, pour elle comme pour ses victimes, ou ce qu’il en resterait quand elle les aurait dégonflées sous l’effet de ses sucs de momification instantanée. La créature possédait en outre des pouvoirs électriques. Elle ouvrit la portière du flipper, là où, dans les salles d’arcade, on introduit la pièce de monnaie pour jouer, et se glissa à l’intérieur. Quand Marcel alluma le flipper et que la créature comprit qu’il était seul, elle ouvrit le clapet depuis l’intérieur et entraîna sa victime dans le caisson. Marcel s’y trouvait donc plié – ou pour mieux dire cassé – en deux, le dos et la tête entre les jambes, et momifié, c’est-à-dire grandement réduit, comme une tête réduite par les Jivaros, de l’ordre des quatre cinquièmes, sans que sa valeur nutritive s’en trouve cependant diminuée d’un iota et sans qu’aucun fluide corporel n’endommage les circuits du flipper. La souplesse du monstre lui permettait de s’adapter parfaitement à l’encombrement du caisson ; le rangement de sa proie était un peu plus délicat, il fallut découper quelques morceaux pour éviter qu’elle ne pèse trop lourdement sur certaines pièces des circuits électriques internes et ne compromette le bon fonctionnement de la machine. C’est ainsi que la créature se nourrit les jours qui suivirent puis attendit une nouvelle proie, qui fut Jeannot.

Cette perte accabla les Dubois, qui décidèrent de changer d’air et mirent leur pavillon en vente. Le propriétaire d’une salle de jeux miteuse de Chouville, la seule dans cette banlieue, se porta acquéreur du flipper. Il le chargea dans une camionnette puis lui trouva une place au milieu de ses autres machines, billards électriques et bornes d’arcade de diverses formes et couleurs et bruitages variés. La créature se réjouit de ce nouveau milieu qui lui apporterait son pain quotidien en abondance, et réfléchit aux moyens d’attraper ses proies discrètement.

*

La salle de jeux enfumée était occupée par une quinzaine de jeunes gens et bourdonnait de la cacophonie électronique et carnavalesque typique de ce genre de repaire socialement mélangé, quand tout à coup l’électricité fut coupée. Le silence des machines fut couvert par les huées des joueurs. L’obscurité était profonde car seule la porte d’entrée apportait de la lumière naturelle en ce lieu. La femme du propriétaire, qui tenait la caisse à ce moment-là, allait ouvrir en maugréant la boîte des fusibles quand l’électricité revint. Il fallut discuter un moment pour éviter de rembourser quelques clients énervés dont la partie avait été interrompue, puis tout rentra dans l’ordre.

La patronne crut bien remarquer que le joueur qui s’essayait au nouveau flipper – le flipper de chez les Dubois – n’était plus dans le local, mais elle ne sut qu’en penser et s’imagina que la confusion résultant du black-out lui avait troublé l’esprit.

En réalité, le joueur avait été happé par le flipper. Il était venu seul à la salle de jeu depuis Beudon, une banlieue voisine, n’était pas connu des autres joueurs et sur le moment sa disparition ne fut pas remarquée. Quand les parents de la victime déclarèrent sa disparition un peu plus tard, la police ne parvint pas à établir son passage à la salle de jeux de Chouville.

Ce fut différent avec la seconde victime de la salle de jeux. Cette fois-ci, le patron était présent quand le black-out se produisit. De même que précédemment, l’électricité fut coupée et se rétablit au bout de quelques instants, mais le joueur de notre flipper était venu accompagné. Quand, une fois les lumières rallumées, son compagnon, Gaston, ne le trouva pas, il pensa que Didier était reparti chez lui pendant la coupure de courant mais, apprenant quelques jours plus tard que son ami était porté disparu, Gaston se présenta à la police pour déclarer qu’il l’avait perdu de vue à la salle de jeux.

Les enquêteurs se rendirent donc à la salle de jeux pour avoir un entretien avec M. Groseille, son propriétaire. Ce dernier était inquiet. Il n’ignorait pas que le dernier flipper qu’il avait acquis avait été mis en vente après la disparition du fils de la famille des vendeurs – et c’était maintenant un de ses clients qui disparaissait. Par ailleurs, Mme Groseille lui avait parlé du précédent black-out de la salle, un phénomène qui venait de se produire deux fois en quelques jours après des mois de bon et loyal fonctionnement. En temps ordinaire, ce genre de séries événementielles n’est pas de nature à susciter l’étonnement, l’idée qui vient d’abord à l’esprit étant, en bonne logique, que les fusibles ont pris un coup de vieux ou quelque chose comme ça, mais la situation dans laquelle se trouvait M. Groseille était un peu spéciale, le lecteur en conviendra, et il ne put s’empêcher de faire le lien entre ces black-out et la disparition, même s’il écartait aussitôt l’idée, faute de pouvoir l’interpréter de manière satisfaisante. En lui apprenant le premier black-out, Mme Groseille n’avait rien dit au sujet de sa propre impression selon laquelle un client avait disparu, et de son côté elle n’apprit la disparition du second black-out qu’après que la police eut parlé avec son mari.

L’inspecteur Henri se présenta à M. Groseille alors que celui-ci était en train de tenir la caisse de la salle de jeux. Cette troisième disparition à Chouville, plus celle du jeune de Beudon, rendaient la police nerveuse. Rien de bien intéressant ne sortit de ce premier entretien mais M. Groseille était désormais informé du fait que le disparu avait été vu pour la dernière fois dans son établissement.

Lorsqu’il l’apprit à Mme Groseille, l’impression de celle-ci au moment du premier black-out lui revint à l’esprit et elle en fit part à M. Groseille. M. et Mme Groseille pensèrent qu’un malfaiteur hantait peut-être leur salle de jeux et avait profité du mauvais état des fusibles pour exécuter de sombres desseins… M. Groseille demanda à son épouse de ne rien dire à personne, qu’elle s’était peut-être d’ailleurs tout simplement imaginé des choses, comme elle l’avait elle-même cru d’abord, et que tout rentrerait dans l’ordre. Il lui dit cependant qu’ils devaient désormais ouvrir l’œil afin de repérer les conduites suspectes.

Il fit venir un électricien pour examiner les plombs de l’établissement. Celui-ci constata que tout était normal.

Une banlieue parisienne est un petit monde mais nous ne sommes pas à la campagne où les crimes en série suscitent des mouvements de panique collectifs, et ces disparitions successives n’empêchaient pas les esprits de rester calmes, la plupart des gens ignorant tout bonnement ce qui se passe à côté de chez eux. Les faits furent relatés dans de petits journaux locaux mais la plupart des habitants de Chouville, quand ils lisent la presse, lisent les journaux nationaux, où l’on ne parle pas de ce qui se passe à Chouville.

Quand un troisième adolescent disparut dans la salle de jeux de M. Groseille après un nouveau black-out, les choses prirent pour lui une tournure franchement désagréable. D’autant plus qu’on retrouva cette fois-ci les chaussures de la victime. La créature du flipper trouvait que les chaussures le ballonnaient, aussi décida-t-elle de les recracher d’emblée. Cela créa un mouvement de panique dans la salle obscure car une des deux chaussures ainsi éructées heurta la tête d’un client qui crut qu’on l’agressait et bouscula plusieurs autres personnes, lesquelles crurent la même chose, et tout le monde se précipitant vers la sortie en distribuant coups de poing et coups de pied pour se défendre, plusieurs furent blessés.

La police et le SAMU furent sur place en peu de temps. L’inspecteur Henri fut mis au courant et prit le chemin de la salle de jeux toutes affaires cessantes. Une personne impliquée dans la mêlée et restée sur place déclara avoir perdu une chaussure. On en trouva trois. On lui rendit la sienne, tandis que la paire restante ne trouvait aucun preneur. Trois garçons indiquèrent qu’elle appartenait à leur ami Roger, avec lequel ils étaient venus à la salle de jeux et qui avait dû rentrer chez lui – en chaussettes ! – après le mouvement de panique. L’inspecteur Henri demanda qu’on aille sonner chez le garçon puis prit à part M. Groseille, dans un coin de la salle. S’appuyant contre le flipper Funky Fair, sur le plateau duquel il posa son calepin, il recueillit son témoignage.

M. Groseille dit que c’était la troisième fois que l’électricité lui jouait des tours en l’espace de deux semaines, alors que le voisinage n’avait connu aucun incident de la sorte, et la dernière fois un client avait disparu :

« Je pense que ce sont des actes de malveillance, conclut-il. Un malade rôde par ici.

– Le compartiment des fusibles, répliqua l’inspecteur, est pourtant derrière votre caisse. Si quelqu’un l’avait manipulé, vous vous en seriez rendu compte, n’est-ce pas ?

– Je ne suis pas tout le temps derrière la caisse. Il faut se dégourdir un peu les jambes, et parfois des clients nous appellent auprès d’une machine pour constater son fonctionnement. La caisse, comme vous avez pu le constater, n’est pas près de l’entrée et elle est encastrée dans son meuble ; il n’est pas vraiment risqué de la laisser seule quelques instants.

– Où étiez-vous quand les plombs ont sauté tout à l’heure ?

– Derrière la caisse.

– Quelqu’un s’est-il approché du compartiment aux fusibles ?

– Pas que je sache.

– Bien. »

L’inspecteur Henri était l’officier de police qui s’était rendu chez les Dubois au moment des disparitions de Marcel et Jeannot. Il avait donc déjà vu le flipper Funky Fair mais pour lui, qui n’avait jamais été un joueur de flipper, tous les flippers se ressemblaient et il ne les aimait pas. L’aspect du billard électrique lui donnait une vague impression de déjà-vu, trop vague pour qu’il s’y arrête.

« Bien, bien. Voyez-vous, je suis porté à croire que ça va prendre un peu de temps avant qu’on revoie ce garçon aux baskets car, dans le cas présent, s’il est avéré, comme dans le cas précédent, je pense à une fugue. On sait quel genre d’adolescents vient passer le temps dans des lieux comme le vôtre. Le premier garçon a saisi l’opportunité d’une coupure de courant dans votre salle pour fuguer, tout en laissant croire, étant donné les circonstances inhabituelles et quelque peu dramatiques, à un enlèvement – pour maximiser l’inquiétude de ses parents, dans un esprit de vengeance, parce qu’il considère qu’ils ne le traitent pas comme il le mérite. Le bruit court parmi ceux qui le connaissent qu’il a quitté Chouville et ses parents de cette façon extraordinaire, on en parle à couvert, on l’admire, une autre panne se produit chez vous et l’un de ceux sur lesquels son geste a fait impression décide sur le champ de l’imiter. »

L’inspecteur Henri croyait également à des fugues dans le cas de Marcel et Jeannot. Il se fondait sur une théorie psychosociologique selon laquelle les fugues sont contagieuses : quand un jeune fugue, ses copains veulent l’imiter. Un trait parmi d’autres de la déliquescence post-soixant-huitarde. Par ailleurs, aucune demande de rançon n’avait été demandée ni aucun corps retrouvé.

– Ma foi, répondit M. Groseille, ça se pourrait bien. Je donnerais cher pour savoir ce qui se passe avec mes plombs…

– Un conseil : changez-en. Je m’étonne que vous ne l’ayez pas déjà fait. Ne tardez pas, si vous voulez conserver votre gagne-pain à Chouville. »

M. Groseille protesta qu’il avait fait venir un électricien mais l’inspecteur était déjà sorti. Grommelant dans sa barbe (c’est l’expression consacrée : M. Groseille était imberbe, alors qu’une barbe aurait caché la flaccidité de ses joues), il crut percevoir entre deux cibles du flipper un regard maléfique le scruter depuis les profondeurs de la caisse ; quand il fixa les yeux sur le phénomène, il avait disparu. M. Groseille soupira. La vie était une garce.

Le jour même, il appelait un second électricien, lequel à son tour constata que l’installation fonctionnait parfaitement mais, payé pour la changer, fit ce qu’on lui demandait. Le garçon aux baskets ne revint jamais chez sa mère et fut à son tour porté disparu. L’inspecteur Henri voyait ainsi son intuition confirmée. Ou presque.

*

Quand un quatrième black-out se produisit dans la salle des jeux des Groseille, Mme Groseille tenait la caisse et s’évanouit. Là encore, une mêlée s’ensuivit, avec plusieurs blessés, et des chaussures furent retrouvées ici et là. Ceux qui en avaient perdu attendaient à la porte de l’établissement et purent les récupérer des mains de la police. Cependant une paire resta sans preneur. Mme Groseille en larmes faisait une crise d’hystérie et dut être conduite à l’hôpital pour une prise en charge.

Passablement en colère, l’inspecteur Henri retrouva M. Groseille sur les lieux. M. Groseille lui présenta d’emblée les documents signés par l’électricien, indiquant les travaux réalisés et la date de leur réalisation : le problème ne pouvait provenir de sa propre installation, le nombre de ses machines était bien inférieur au maximum autorisé, l’origine était à chercher du côté du prestataire, il allait poursuivre EDF en justice…

« Et bien sûr, interjeta l’inspecteur, on retrouve une paire de chaussures sans propriétaire… Pour embrouiller les esprits, j’avoue que c’est très fort, de la part de ces fugueurs. Qui fuguerait sans ses chaussures, n’est-ce pas ? Mais, d’un autre côté, pourquoi le criminel ôterait-il les chaussures de ses victimes ? Les marioles veulent faire croire qu’il y a eu résistance, lutte, bien sûr, seulement le précédent fugueur de votre salle de jeux portait des lunettes, et qui peut croire qu’on perd plus facilement ses baskets au cours d’une lutte que ses lunettes ? Le fugueur les a bien sûr gardées sur le nez tandis qu’il enfilait au coin de la rue une autre paire de chaussures, sans doute apportée dans un sac à dos. Il avait chez lui une seconde paire de baskets mais pas une seconde paire de lunettes, voilà tout. Ça me paraît clair.

– Il faut faire quelque chose au sujet des lignes électriques, monsieur l’inspecteur. Ce n’est plus possible, c’est très mauvais pour le commerce. J’en ai assez que des gens se servent de mon établissement pour fuguer. Ma réputation… La santé de ma pauvre femme… »

L’inspecteur Henri avisa le billard électrique Funky Fair et tout à coup se rappela avoir vu le même chez les Dubois. Il réfléchit un instant, puis :

« Où achetez-vous vos machines ? demanda-t-il à M. Groseille.

– Chez des vendeurs spécialisés. J’ai plusieurs fournisseurs.

– Celui-là ? demanda l’inspecteur en montrant Funky Fair.

– Ah, celui-là, c’est différent. S’il y a moyen, je regarde aussi de temps en temps les occasions. On trouve parfois de bonnes machines ayant très peu servi.

– Vous vous rappelez à qui vous l’avez acheté ?

– Aux Dubois, de Chouville. Ceux qui ont perdu leur fils.

– Leur fils fugueur… Vous m’en direz tant… »

L’inspecteur trouva la coïncidence étrange, pendant un court instant, mais il se dit qu’il était tout à fait normal qu’un flipper soit acheté par le propriétaire d’une salle de jeux et qu’il n’y avait donc aucune coïncidence, en réalité.

« Bien, monsieur Groseille, reprit-il, je pense que nous allons devoir fermer votre établissement pendant quelque temps… Le temps que nos fugueurs retournent au bercail et que tout cela se tasse un peu, vous comprenez ? »

Ces propos chagrinèrent beaucoup M. Groseille. Son commerce était en règle ; existait-il une raison de penser qu’il était pour quelque chose dans ces disparitions ou ces fugues ? Si les jeunes de cette ville s’étaient mis en tête de fuguer, la fermeture de son établissement ne les en empêcherait pas. Pouvait-on obliger un honnête citoyen etc. ? L’inspecteur accepta un compromis : M. et Mme Groseille prendraient quinze jours de vacances.

Pendant ce temps, la police demanda à l’équipement quelques vérifications sur les installations électriques de Chouville, dans le quartier de la salle de jeux, une anomalie de fonctionnement ayant été constatée. Le personnel compétent procéda aux vérifications et, ne trouvant rien d’anormal, il s’ensuivit un âpre échange de courrier entre directeurs d’administration, au terme duquel l’équipement finit par constater deux ou trois petites imperfections dans son système, auxquelles elle remédia, au grand soulagement de l’inspecteur Henri.

Aucun fugueur – et le propriétaire des dernières chaussures dont il a été question était à présent lui-même porté disparu – ne s’était manifesté quand M. Groseille, qui sut par l’inspecteur Henri qu’EDF avait corrigé le défaut constaté sur la ligne, rouvrit son établissement. Le lecteur aura compris que les pannes de courant étaient en fait produites par la créature du flipper dotée de pouvoirs électriques.

À la cinquième coupure de courant, une nouvelle paire de chaussures avait perdu son jeune propriétaire.

Mme Groseille retourna à l’hôpital, cette fois pour des soins prolongés. Le local et l’appartement des Groseille furent passés au peigne fin ; cela avait déjà été le cas lors de la première disparition constatée, cependant la police, cette fois-ci de très mauvaise humeur, se montra particulièrement brutale. Mais ne trouva rien. L’inspecteur Henri lui-même commençait à douter de sa théorie et à suspecter M. Groseille de s’être payé sa tête. Il allait demander qu’on conduise celui-ci au poste en tant que principal suspect, quand un agent lui dit qu’un témoin du dernier black-out demandait à lui parler. C’était Gaston, l’ami de Didier, disparu.

« Quelque chose à me dire, mon garçon ? lui demanda l’inspecteur.

– Je ne sais pas si ça peut avoir le moindre intérêt mais je connais la personne à qui les baskets appartiennent et je l’ai vu jouer, avant la coupure de courant, au même flipper que Didier – son ami – avant sa disparition. Ce flipper-là. »

Et il montra Funky Fair. Le sentiment d’étrange coïncidence qui avait un instant saisi l’inspecteur lors du précédent entretien lui revint en mémoire, mais il trouva cela complètement absurde.

« Et bien ? Quelles conclusions en tires-tu ? demanda-t-il à Gaston, avec une certaine intonation propre à faire comprendre qu’il n’appréciait pas du tout qu’on lui fasse perdre son temps. Gaston se troubla, mais répondit :

« J’ai joué à ce flipper. Il fait des bruits bizarres.

– Je n’ai jamais rien remarqué de tel, interjeta M. Groseille, soucieux de la réputation de son établissement.

– C’est bien, mon garçon. L’agent Couillard va recueillir ton témoignage. »

Couillard reconduisit Gaston et l’inspecteur Henri se trouva de nouveau seul avec M. Groseille. Comme il était dans la plus extrême perplexité dans cette affaire, il chercha à gagner du temps devant M. Groseille et pour cela décida de mettre à profit l’inepte témoignage de Gaston.

« Bien, dit-il, vous allez m’ouvrir cette machine. »

M. Groseille, sans même bien savoir pourquoi, fut décontenancé.

« Qu’est-ce que vous penser y trouver ? eut-il l’audace de demander. Un cadavre ? Je sais que la caisse ressemble à un cercueil, mais ce n’est pas vide, là-dedans ; il y a toute la machinerie, les circuits… Vous, impressionné par les propos de ce pauvre garçon ? Allons, monsieur l’inspecteur…

– Faites ce que je vous dis, Groseille. Nous parlerons après. »

M. Groseille sortit un trousseau de l’énorme poche de son pantalon informe et chercha la clé. Quand il l’eut trouvée, il scruta l’inspecteur. Celui-ci restait impassible, attendant que son ordre de représentant de la loi soit exécuté. M. Groseille approcha la clé.

Au moment où il allait l’introduire, le clapet s’ouvrit brusquement, des cordes noires jaillirent de l’orifice et s’enroulèrent autour de M. Groseille, et voilà ce dernier, sans avoir le temps de dire ouf, disparu dans le trou, pourtant beaucoup trop étroit pour laisser passer son corps – et le clapet de se refermer derrière lui en claquant !

L’inspecteur Henri dégaina son pistolet et le déchargea sur la machine infernale. Tandis que le verre du fronton et du plateau volait en éclats sous l’impact des balles, les lumières du flipper clignotaient comme hallucinées, les bruitages de la mise en scène du jeu, musique acidulée, explosions, ricanements de clown, approximations électroniques de montagnes russes et de foules en liesse, jouaient une partition hystérique et délirante, et le flipper à son tour déchargea, comme une arme à feu d’un genre nouveau, sa réserve de billes métalliques sur l’inspecteur Henri. Une bille se ficha par ricochet dans la jambe de ce dernier, qui dut trouver refuge derrière la borne d’arcade la plus proche.

Des pattes arachnéennes, immenses et noires sortirent alors de plusieurs points du plateau du flipper et, touchant le sol, hissèrent l’objet dans les airs, où il ressemblait désormais au corps d’une horrible araignée géante. Quand les agents postés à l’extérieur entendirent les coups de feu et, hurlant des ordres sans queue ni tête, entrèrent dans la salle de jeux pour porter secours à l’inspecteur, ils trouvèrent celui-ci baignant dans son sang et le mur du fond percé d’un trou béant.

*

La nuit était tombée. La créature cherchait à rejoindre les bois de Chouville, où elle n’attirerait pas l’attention et pourrait abandonner son flipper endommagé pour changer d’appareil. Son pouvoir électrique créait le black-out autour d’elle ; comme si elle était entourée d’un halo de ténèbres, l’éclairage public s’éteignait à son passage et se rallumait derrière elle. Seules les illuminations du flipper trahissaient sa présence. En outre, la plupart des rues de Chouville sont peu passantes ; le monstre fut donc peu remarqué, bien que ceux qui le remarquèrent s’en rappellent encore et tentèrent, en s’organisant, d’alerter l’opinion publique sur l’existence de monstres inconnus issus d’accidents industriels. Mais les Chouvillois lisent la presse nationale, où l’on ne parle pas de Chouville, et le reste du monde ne veut pas non plus en entendre parler. Une voiture, cependant, croisa le chemin du monstre ; le conducteur freina des quatre fers et son véhicule pila entre les pattes avant de l’araignée. Il allait détacher sa ceinture de sécurité pour s’éjecter quand la caisse du flipper, dont la créature se servit comme d’un marteau, s’abattit sur le toit de la voiture dans un horrible fracas de tôle froissée et le tua sur le coup.

Alors que la police tentait d’organiser la traque du monstre, celui-ci était déjà pris en chasse. Les Martiens, naturellement, avaient eu vent des événements dramatiques survenus à leur vaisseau près de la Terre et de la mort par autodestruction de l’ensemble de l’équipage. Ils savaient ce que cela signifiait et envoyèrent un membre des commandos à la recherche de la créature échappée.

Le commando martien arriva à la salle de jeux au moment où la créature s’en extrayait après avoir grièvement blessé l’inspecteur Henri. Il avait adopté un déguisement de motard en blouson noir, avec un gros casque qui cachait aux yeux des hommes ses traits peu humains. Il vit sur son radar-bracelet que la créature déambulait dans les rues et se lança à sa poursuite en moto. Quand il l’aperçut galopant entre les immeubles, le corps protégé par une étrange armure, il fit immédiatement feu sur elle avec un pistolet-gicleur qui projetait à longue distance une sorte de mousse carbonique destinée à paralyser la créature. Quand la mousse ratait sa cible, elle se désintégrait immédiatement, sans laisser de trace. Heureusement, aucun être humain ne fut non plus touché, car c’eût été la mort assurée pour les malheureux.

Quand la créature se vit pourchasser, elle grimpa le long d’un immeuble afin de semer l’ennemi, mais la moto de ce dernier était du dernier cri martien et pouvait rouler sur les surfaces verticales. Il la poursuivit donc le long de la façade de l’immeuble, puis sur les toits, où elle sautait de terrasse en terrasse, et il sautait après elle tout en la mitraillant de jets de mousse.

L’araignée dégringola un dernier immeuble et plongea dans l’étang d’Oursine, à l’orée des bois de Chouville. Le motard plongea à sa poursuite ; sa moto toucha le fond et fendit les eaux vaseuses de l’étang, tandis qu’il continuait de la mitrailler sous l’eau. L’araignée nageait à grande vitesse à quelques mètres devant et au-dessus de lui, un peu en-dessous de la surface du lac. Elle émergea sur la rive opposée et, quand il sortit à son tour, elle l’attaqua. Elle sauta sur lui en se servant de la caisse du flipper comme d’un marteau, ainsi qu’elle l’avait fait avec la voiture. Le motard esquiva le coup de justesse, en dérapant, tandis que le flipper faisait gicler la boue de tous côtés. Un second coup l’obligea à sauter de la moto, que le choc du marteau géant enfouit en profondeur. Le motard culbuta et se mit immédiatement en position de tir, sur un genou. Le flipper-marteau allait lui tomber sur la tête quand le jet de mousse aspergea le plateau et, ruisselant à l’intérieur, paralysa la créature. Les pattes se rétractèrent et le flipper retomba mollement.

Le motard fit sauter le clapet et, inclinant la caisse, répandit son contenu sur le sol au milieu d’une lavure de mousse carbonique – deux momies ratatinées qui avaient été il y a peu des êtres humains et ressemblaient à présent à des poupées hideuses, et une espèce de faucheux noirâtre et horrible, la créature du flipper.

L’agent martien sortit d’une poche de son blouson un tube contenant un gaz rare et il y enfourna sans ménagement la créature paralysée. Il procéda de même, dans un autre tube, avec les deux momies, qu’il emportait pour ne pas laisser de traces, et à l’aide de son gant-exosquelette jeta le flipper en ruine au milieu du lac. Il parla dans son bracelet-transmetteur, d’une voix caverneuse :

« B-4 en boîte stop. Croissance entravée stop. Dommages minimes stop. Planète sauvée. »

Quand l’inspecteur Henri fut visité par ses collègues à l’hôpital, il tint des propos qui les firent se regarder les uns les autres. Cependant, il était indéniable qu’une bille de flipper avait été extraite de sa jambe. En outre, les agents qui examinèrent la comptabilité de M. Groseille trouvèrent qu’un flipper manquait dans la salle de jeux : le flipper Funky Fair acheté d’occasion aux Dubois de Chouville. On considéra par conséquent que l’inspecteur avait été blessé lors d’une explosion accidentelle de la machine – explosion résultant de la combinaison d’un défaut de fabrication et d’un défaut du réseau EDF local, par laquelle le billard électrique avait été entièrement désintégré et le mur de la salle de jeux partiellement démoli (tandis que les autres machines de la salle ne présentaient que peu de dommages, cela soit dit en passant). L’inspecteur ne chercha pas à maintenir sa version des faits, que l’on attribua à la fièvre provoquée par la blessure, et put réintégrer ses fonctions une fois sur pied. Les discrètes recherches qu’il conduisit montrèrent qu’aucune disparition liée à des salles de jeux, des cafés-bars ou des particuliers propriétaires de billards électriques ne fut déclarée dans le pays à la suite des événements survenus chez M. Groseille, et il douta de la réalité de sa rencontre avec le flipper infernal.

Juillet 2017