Le Pétomane avec un grand P: Un poème

En prépublication et comme avant-goût de la publication prochaine, sur ce même blog, de mon nouveau recueil poétique, Le zircon et le nard, voici un poème extrait du recueil.

.

Le Pétomane avec un grand P

In memoriam JOSEPH PUJOL (1857-1945), par qui la France s’est à jamais illustrée dans l’art du pétomane.
Aux grands hommes la Patrie reconnaissante.

L’Apogée

Joseph, quand tu proutais sur scène, quels fous rires !
Quelles ovations, quels rappels, quels délires !
Hurlant, le tout-Paris de rire s’écroulait,
Et se roulait par terre ; en chœur on s’étranglait ;
Le personnel devait décorseter les dames,
Qui, rouges, devenaient de vrais hippopotames,
Risquant l’effacement dans une explosion.
Jamais un art ne vit autant de passion
Avec sa catharsis éthique déchaînée.
Cette histoire ne peut même être imaginée,
Tellement tu vas haut sur les cimes de l’art.
Ton nom est comparable au seul nom de Mozart.
Le retentissement énorme de tes caisses
Transportait les Français en d’extatiques liesses,
Les chants que solfiaient tes pets les plus foireux
Offraient à ce pays d’être le plus heureux.

C’était au Moulin-Rouge, où se fit ta fortune.
Le magnat, le banquier, l’orateur de tribune,
L’icoglan étranger, ministres, présidents,
Comblaient ton opéra de leurs éclats stridents,
Et tu n’étais pas moins riche et puissant et grave
Qu’eux tous car l’univers, Joseph, fut ton esclave.

Quelque poète abscons† te diffame, en bavant ?
Qu’importe ! Autant, Joseph, en emporte le vent.

La Chute

Qui croirait que ces faits, dont se pâment les Muses
En entendant jouer tes suaves cornemuses,
Ton crépitant clairon, ton pipeau fulminant,
Seraient –qui ?– le prélude au drame hallucinant
Que je dois à présent décrire ? En cette gloire,
En cette gloire immense et surérogatoire
Que nul n’a reconquise après toi comme alors,
Survint la tragédie, après tant de transports,
Joseph, quand tu voulus prouter la Marseillaise.

Bien que l’idée en soi ne fût pas si mauvaise,
Hélas ! le Cabinet, qui fut ton commensal,
Oyant interpréter l’hymne national
Par le fion divin du plus grand Pétomane,
S’avisa tout à coup que cet art est insane.

Fin

†Guillaume Apollinaire

Film Il Petomane (1983) de Pasquale Festa Campanile, librement inspiré de la vie et de la carrière de Joseph Pujol, avec Ugno Tognazzi dans le rôle-titre.

2 comments

Un commentaire ? C'est ici !

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.