La Lune Chryséléphantine

Recueil de poésie en vers classiques (alexandrins…) et en deux parties, aux Editions du Bon Albert (100 pages).

L’écrivain Nicole Lombard m’a fait l’honneur d’écrire sur mon recueil, dans la Revue du Bon Albert (L’Oiseau hennissant n° 33), et je ne résiste pas au plaisir de la citer :

« Quel Prix viendra couronner, cette année, après Le Bougainvillier et Opales arlequines, le nouveau recueil de Florent Boucharel ? Quel jury bien inspiré, et de préférence insomniaque, lèvera les yeux dans la nuit pour contempler La Lune chryséléphantine de notre ami poète ? Dans le Jardin de l’Infant des premiers poèmes de jeunesse se sont glissées de bien étranges créatures, et le cauchemar, souvent, prend le pas sur la rêverie. Ainsi l’auteur prend-il la mesure du temps et de la marche du monde. Le classicisme de la forme et le caractère parfois singulier de la pensée, loin de s’opposer, s’accordent. Ce serait là, nous dit l’auteur, son dernier mot. Son dernier recueil. Dites-lui que ce serait dommage. »

Peut être commandé dans toute bonne librairie (ISBN 978-2-910834-58-6) ou directement chez l’éditeur (EdBA, 48260 Nasbinals) au prix de 13 euros franco de port.

INDEX

I Une adolescence

Ce siècle avait seize ans…
Ô mes amours, ô mes néants (Pantoum)
Bourgeois suants…
Sur le piano…
La belle a les yeux…
J’appelle. Qui…
Marchand d’étoiles…
Si douce que le sang…
Embrasse…

II

Souviens-toi du printemps…
Si nul ange des cieux…
Le Faune
Certes, si votre époux…
Vous me faites languir…

In Pace
I Hélas, c’est dans les cieux…
II Quoi ! La terre te voit…
III Comme une tendre fleur…

Quand je crois m’épancher…
Ô laissez-moi pleurer…
Présent trop insensé…
L’automne est revenu…
Nos cœurs l’un dans l’autre…
Sous des lanternes vénitiennes…

Galathée lointaine (Quatrains)

Autres Quatrains

Le Costume d’Ève
Du Mérite
Lex
Je ne vois pas comment…
Éprends-toi d’une femme…
Le Dieu-Vampire
Les Zouaves à Veracruz
Magnus de la Gardie
Les Gargouilles de Manhattan
Minneapolis-sur-Seine
La Chute des Arabes du Congo
Le Rescapé d’Oman
Les Mystères de Bandar Seri Begawan
L’Union mystique
Lesseps
Mina de Batavia
Je n’ai pas oublié Chaville…
Ses jours de passion…
Agir, je ne le puis…
Un sourire, dis-tu…
J’arrivais en sixième…
Nuage d’hélicoptères (Guerre du Vietnam)
Retour au civil, ou l’histoire d’un tueur en série (Poème naturaliste)
Cendre verte
Tu ne peux échapper à ce grésillement…
Aux supérieures intelligences extraterrestres

………………………..Ajout 4 août 2019

Mon amie la poétesse Güliz Mutlu a eu la gentillesse de traduire en turc un choix de quatrains de Galathée lointaine. Les voici.

Uzak Galathée

Dördül şiirler

Teselli

Merhamet timsali sen,
Haset fesat hüsranın,
Seni sevdiğimi bilsen,
Canhıraş ağlarsın!

*
Suna

Oslo Müzesi’ndeki bir tablo üzerine

Güz göğünde katar katar
Sıla kuşları, suna bakar,
Perişanım, can tarumar,
Candan sevdan taşar!

*
Aklım erer göre göre,
Yok size tutkun kimse,
Yok benzi atan divane,
Krallarımız kör!

*
Dem be dem ukde yar,
Can feda isyanım yar,
Aşkım sadık, nafile yar,
Olma beyhude bahtiyar!

*
İshbilliya canfeza, Mağribi sultanıyım,
Beni seyredemeyeceğinden emin
Bin zevce zevkten yoksun kalsın,
Sen ol maşuka, hep hayale dalalım.

*
Bir çiçeğe benzeyen bir adada,
Keşke kararın ben olsam
Elini basarken kalbime,
Keşke kazazede olsam!

*
Kim uykuda uyuyan şatoda, söyle,
Dikenli bahçede ejder gardiyan;
Öpeceğim eflatun dudaklarından;
Hükmü ne olur bana söyleme!

Traduction Güliz Mutlu

3 comments

  1. florentboucharel

    La lune, le poète et le sous-préfet

    Texte publié dans L’oiseau hennissant : La revue du Bon Albert n° 38, 3e trimestre 2015, à l’occasion du Prix Stephen Liégeard (2e prix) décerné à mon recueil La lune chryséléphantine. Le titre fait allusion aux fonctions régaliennes de Stephen Liégeard (1830-1925).

    Le 26 septembre prochain, Florent Boucharel aura quitté Paris pour le château de Brochon, en Bourgogne. Là lui sera remis, pour son recueil La lune chryséléphantine, le 2ème Prix Stephen Liégeard.

    Si même les plus distraits de nos lecteurs ont au moins une idée de la poésie de Florent Boucharel, dont L’Oiseau leur a offert la primeur au fur et à mesure des parutions du Bougainvillier (Prix Georges Riguet 2012), des Pégasides, des Opales arlequines (Prix Calliope 2013) et enfin de cette Lune…, il leur est peut-être plus difficile de situer la personnalité et l’œuvre de Stephen Liégeard.

    Né en 1830 à Dijon, cet avocat, sous-préfet, député (de la Moselle) sous le Second Empire, mais aussi homme de lettres, candidat malheureux à l’Académie Française (dont les membres, racontait un contemporain, redoutaient de ne plus recevoir, en l’élisant, les bouteilles de Chambertin que l’impétrant faisait généreusement parvenir à l’auguste assemblée) il fit construire sur les terres de Brochon, dans les dernières années du dix-neuvième siècle, un château néo-Renaissance, aujourd’hui occupé par un lycée.

    C’est un peu triste à dire, eu égard aux mânes de ce lettré, mais s’il est aujourd’hui difficile de se faire une idée de son œuvre, on ne peut mener de recherches à partir de son nom sans tomber sur deux informations amusantes mais anecdotiques. Sous-préfet à Carpentras en 1864, il aurait inspiré à Alphonse Daudet le personnage de son sous-préfet aux champs. Voilà pour la première. Quant à la seconde, tout à fait vérifiable, c’est fut l’inventeur du nom de Côte d’Azur, qui vint remplacer celui de Riviera utilisé jusque-là. C’est à Cannes, d’ailleurs, qu’il mourut en 1925.

    (…)

    Le Bon Albert

  2. florentboucharel

    L’historien Michel Kerautret a lu mon recueil et m’a envoyé ces mots (e-mail privé, décembre 2013), pour lesquels je le remercie :

    “Merci de bon cœur, cher Florent, de l’envoi de votre dernier ouvrage. Le titre est beau, et vous n’avez pas mal fait, ma foi, de garder votre éditeur, car il produit de jolis objets.

    Je n’ai pu tout lire encore, évidemment, mais à les parcourir, vos pages m’ont déjà procuré de vrais plaisirs. La diversité des formes, la fantaisie (voire l’audace) des sujets, l’exotisme dans l’espace et dans le temps contribuent à cette réussite. Mais j’ai été aussi très touché par votre poème de Chaville, si personnel.

    En tout cas, on ne peut que vous encourager à continuer, et à préserver ce jardin personnel si précieux.”

Un commentaire ? C'est ici !

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.